Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 10/12/2018

Volkswagen va réduire d’un quart son offre de moteur-transmission en 2019

Pour financer ses investissements dans l'outil de production de véhicules électriques, la marque Volkswagen compte sur les plateformes communes et l'amélioration de la productivité mais aussi sur une simplification de sa chaîne de production qui passera par une réduction d'un quart de son offre de moteur-transmission en Europe l'année prochaine.

Le groupe Volkswagen annonçait il y a un mois qu’il investirait 44 milliards d'euros au cours des 5 prochaines années (2019 à 2023) dans l’électro-mobilité, la digitalisation et la conduite autonome. La marque Volkswagen vient de préciser qu’un quart de cette somme, soit 11 milliards d’euros, lui seront affectés, dont plus de 9 milliards seront consacrés à l’électrification de sa gamme.
Pour financer ces énormes investissements, Volkswagen devra réaliser des économies supérieures à celles initialement prévues, prévient-il dans un communiqué publié jeudi. Le constructeur aura déjà réalisé plus de 2,2 milliards d’euros d’économie d’ici la fin de 2018, dit-il, "soit la plus grande partie des économies de 3 milliards prévues d’ici 2020".
Ces économies proviendront notamment de l’utilisation de plateformes communes, tout d'abord la MQB (plateforme modulaire transversale), qui sera utilisée pour 80% des modèles thermiques en 2020 contre environ 60% actuellement, puis la MEB (plateforme modulaire électrique) qui servira de base à la quasi-totalité des véhicules électriques du groupe.
Un autre source d’économie sera la productivité des usines qui augmentera en moyenne de 30% d’ici à 2025, se fixe comme objectif le constructeur. Parallèlement, une réduction importante de la complexité du portefeuille de modèles va avoir lieu. Ainsi, en Europe, la marque cessera en 2019 la production de 25% de ses versions moteur-transmission, "celles présentant une demande faible de la part des clients", précise-t-il. Cela générera une simplification bénéfique de la chaîne de production et d’approvisionnement.
Ces mesures, parmi d’autres, comme l’optimisation du coût des matériaux, doivent permettre d’obtenir une marge opérationnelle d’au moins 6% en 2022, soit trois ans plus tôt que prévu à l’origine. En 2017, cette marge n’était que de 4,1%.

Le programme électrique de Volkswagen
Volkswagen prévoit une vingtaine de véhicules 100% électriques dans sa gamme d’ici 2025, pour un volume de production supérieur à un million d’unités (sur les 2 à 3 millions de véhicules électriques de l’ensemble du groupe). Pour ce faire, il a entamé des travaux de conversion de son usine de Zwickau pour qu’elle soit dédiée à 100% à l’électrique, à la faveur d’un investissement d’un milliard d’euros. Ce site débutera en 2020 la production de l’ID, premier véhicule 100% électrique de la marque Volkswagen, sur un rythme de 100 000 unités la première année. Deux usines de véhicules électriques sont également en train de prendre forme à Anting et à Foshan, en Chine, où la production devrait débuter en 2020. Pour l’Amérique du Nord, la marque envisage de prendre prochainement une décision sur un autre site de production de véhicules électriques. Deux autres usines allemandes, celles d'Emden et de Hanovre, seront converties à l’électrique en 2022.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Ce n'est pas un mal, entre les variantes de carrosserie et de GMP, il était impossible de s'y retrouver.
Arnaud C., Le lundi 10 décembre 2018

Il faut bloquer quand même tous ces immigrés-électriques qui veulent rentrer à nos frontières par millions, il n'y aura jamais assez de bornes pour eux !
Jo Duchene, Le lundi 10 décembre 2018

Pas mal Jo, post marrant.
Voyez quand vous voulez
Bruno HAAS, Le lundi 10 décembre 2018

Faut être réalistes, l'Europe n'intéresse plus du tout les constructeurs à cause des normes de pollution trop contraignantes et trop chères.
Donc pourquoi s'embêter avec un marché en déclin obligatoire alors qu'il y a la liberté et le volume ailleurs ?
Donc simplification des gammes en cours pour arriver à n'en garder que le strict nécessaire et encore facile et pas trop cher à faire et en se forçant un peu pour les constructeurs européens…
;0)
Lucos, Le lundi 10 décembre 2018

Oui Lucos, réflexion extrêmement intéressante.
Avant mon arrivée chez Honda à Marne la Vallée, Honda France disposait de plus de 1000 MTOC (Modèles-Types-Options-Couleurs) avec p.e. des coupés (Legend, Accord, Civic), des SUV (CR-V, HR-V), des berlines (Accord, Legend), puis la "filiale HME-South" a été créée, dons Honda-Motor-Europe-Sud regroupant la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal. En moins d'un an, le nombre de MTOC est passé de plus de 1000 à seulement 250 : plus de coupé, plus de berline haut de gamme, seulement 4 couleurs dispo (gris, noir, rouge, blanc) pour bien des modèles et tout à l'avenant. Un seul modèle à "volume" : la Civic.
Le réseau est passé de 150 points de vente à environ 70.
Les ventes sont passées de plus de 15 000 (fin des années 90 à moins de 8 000 (début des années 2000).
La marque a très sérieusement envisagé de fermer le marché français ! Elle ne s'en est d'ailleurs jamais véritablement remise.
Et pourtant, quels produits !
Honda, premier fabriquant de moteurs au monde depuis des lustres (auto, avion - eh oui - bato, moto, scooter, électrogène, jardin) avec plus de 14 millions de moteurs fabriqués chaque année ! et en plus, fiables (c'est pour Jo).
Je pense que le choix proposé aux Européens va donc se réduire comme peau de chagrin. On me rétorquera à juste titre que le choix actuel est pléthorique, pas faux.
Bruno HAAS, Le lundi 10 décembre 2018

Est-ce que Honda à périclité comme constructeur du fait des toutes ces "restructurations" ?
Sinon c'est CQFD Bruno...et c'est le bonheur pour un pauvre qui au vu de la fiabilité d'une Honda peut l'acheter pour une bouchée de pain à un riche...ce qui me disaient déjà les pauvres à Dubaï quand ils achetaient EXCLUSIVEMENT des Lexus d'occasion aux riches...et jamais de voitures allemandes.
Je viens de parler plus loin ici du manque de visibilité de toutes les nouvelles gammes de Renault...ou ces gammes ont pléthore de moteurs inutiles essence et diesel...et encore pour certains pas d'hybrides.
Jo Duchene, Le lundi 10 décembre 2018



La moto gagne 9% en 2018 !
Les dernières évolutions dans les réseaux de vente et d’après-vente



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017