Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 13/07/2018

Pourquoi Ford investit dans un nouveau campus à Detroit ?

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché. Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Detroit.

L’histoire couvait depuis le début du printemps que Ford était sur le point de racheter l’ancienne gare ferroviaire de Detroit aussi connue sous les noms de Michigan Central Station (MCS) ou bien encore The depot. Fin mai, l’information a été confirmée pour la plus grande joie des detroiters puisque ce bâtiment était le dernier et certainement aussi l’un des plus emblématiques monuments de Detroit à ne pas avoir fait l’objet d’un programme de restauration. Il faut dire que Michigan Central Station est très légèrement excentré puisque situé dans le plus ancien quartier de Detroit, Corktown.

Après de belles années, ce quartier avait peu à peu perdu sa dynamique entre la fermeture de la gare en 1988 puis l’abandon du stade de baseball pour un nouveau ballpark localisé en centre-ville en 2001. Pourtant vers la fin des années 2000, un nouveau frémissement s’est fait sentir. Le quartier est devenu plus à la mode mais sans pour autant faire décoller l’immobilier ni l’activité économique malgré quelques initiatives privées comme la Detroit Bus Company ou des restaurants.

Le premier frémissement s’est matérialisé par l’arrivée du centre informatique de Quicken Loans, l’entreprise de prêts immobiliers possédée par Dan Gilbert, l’homme à qui Detroit doit en grande partie sa revitalisation. A travers ses différentes entreprises, il a acquis et s’est lancé dans la restauration de plus de 85 bâtiments dans Detroit. Dans la suite de Quicken Loans, Ford a installé son équipe Edison dans Corktown, une unité dédiée au développement de véhicules électriques. Cette initiative n’est pas restée isolée car rapidement Ford a déclaré un plan d’investissement visant 50 bureaux dans ce quartier dont l’achat et de redéveloppement de Michigan Central Station.

De Cork à Corktown
Sur le plan historique, Detroit doit beaucoup à la famille Ford. Henry Ford était un fils d’immigrés originaires du comté Cork en Irlande. Après avoir connu le succès avec la Model T, Henry Ford a investi dans Detroit sur les plans médicaux, culturels, économiques et, naturellement, industriels. Entre autres, Detroit doit à Henry Ford de nombreux théâtres, l’un des plus imposants centres hospitaliers et centres de recherche médicale de la ville ou encore le musée d’art avec les fameuses fresques de Diego Rivera. Henry Ford n’est pas le seul à avoir façonné Detroit mais il est certainement l’individu qui a initié ou participé au plus grand nombre de projets quand la ville était en plein essor.

L’œuvre de Henry Ford a ensuite été poursuivie par son petit-fils, Henry Ford II, également connu sous le surnom de Hank Ford. A partir de 1959, la ville a commencé à subir des pertes de population importantes. L’automobile et les maisons individuelles ont drainé les populations en dehors de la ville. Les événements de 1967, illustrés dans le film Detroit sorti en 2017, ont accéléré ce mouvement démographique. Le déclin constaté par Hank Ford aurait été à l’origine de son initiative de lancer la construction du Renaissance Center en 1971 et qui abrite aujourd’hui le siège de General Motors. Cet ensemble immobilier de 7 tours devait à l’origine en compter 15 et avait pour objectif de redynamiser le centre-ville de Detroit.

Le destin des Ford est donc fortement lié à Detroit et inversement. Plus récemment, plusieurs investisseurs ont fortement participé à la redynamisation de la ville dont la famille Ilitch ou Dan Gilbert. Il était donc naturel de voir revenir une nouvelle génération de Ford à travers le projet dirigé par William Clay Ford Jr (dit Bill Ford), actuellement Executive Chairman du groupe automobile.

Si ce projet n’est pas le plus ambitieux, c’est le plus symbolique car la gare était devenue la caricature du déclin de Detroit et elle représentait la force et la résilience des habitants de la ville. Le bâtiment avait été abandonné en 1988 après le départ du dernier train puis acquis par un milliardaire local qui n’avait nourri aucun projet, à tel point que la ville avait voté sa démolition en 2009. Mais la structure de Michigan Central Station était saine et les moyens à mettre en œuvre pour la démolition allaient au-delà des capacités financières de la ville, donnant gain de cause à la Michigan Central Station Preservation Society qui militait contre la destruction de la gare.

Le rachat et le redéveloppement de Michigan Central Station s’inscrivent dans un plan d’investissement de plus de 300 millions de dollars financé par la Ford Motor Company. Depuis le comté de Cork jusqu’à la revitalisation de Corktown, la famille Ford montre son soutien pour la ville et s’est octroyé une nouvelle fois un morceau d’histoire de Detroit. De nombreux habitants de la ville n’hésitent pas à dire que Bill Ford vient de marquer l’histoire de Detroit et a réalisé ce qui restera son plus grand accomplissement, chose à laquelle l’intéressé a répondu qu’il ne fallait pas pour autant le pousser dans la tombe.

Les Ford prouvent une fois de plus leurs liens vis-à-vis de Detroit et leur attachement à l’économie de la ville. L’investissement dans Corktown s’inscrit dans une dynamique technologique autour de la mobilité puisque Michigan Central Station va accueillir non seulement des employés de Ford pour travailler autour de la mobilité urbaine mais aussi des boutiques, des restaurants et surtout des start-ups impliquées dans le déploiement des solutions de smart city et de mobilité connectée.

Un investissement plein de sens
D’ici 4 à 5 ans et, d’après les rumeurs, près de 300 millions d’investissements et de rénovations, Michigan Central Station et Corktown vont accueillir une multitude d’entreprises de recherche et de développement de solutions autour des 4 thèmes chers à l’industrie, à savoir la mobilité connectée, autonome, partagée et électrifiée. Une démarche d’autant plus importante qu’elle fait revenir au cœur de Detroit des emplois hautement qualifiés. La ville s’est appauvrie au fil des années au profit de sa banlieue. On retrouve autour de Detroit plus de 2 200 laboratoires et centres de recherche directement liés à l’automobile auxquels viennent s’ajouter des centres d’essais pour véhicules autonomes, le plus récent et le plus important étant l’American Center for Mobility qui proposera bientôt des pistes d’essais sur un terrain de plus de 135 hectares.

Detroit reste le centre névralgique de l’automobile et s’affirme peu à peu comme celui de la mobilité. Certaines activités restent partagées avec le Texas, la Silicon Vallée et quelques universités telles que le MIT, Carnegie-Mellon ou Arizona State University. Mais la mise en application de solutions développées en Californie ou au Texas nécessitent de se rapprocher du sud-est du Michigan. De nombreuses start-ups installent une tête de pont dans la région de Detroit à la fois pour satisfaire des besoins commerciaux et technologiques.

L’autre avantage de Detroit est sa relative accessibilité financière. Si les loyers explosent en ville sous l’effet d’une demande importante et d’une offre encore limitée, Detroit et les villes environnantes restent très abordables comparées à la région de San Francisco ou bien celle de Dallas ou de Boston. Les salaires et le coût de la vie sont plus raisonnables. Des arguments que les entreprises entendent positivement. C’est d’ailleurs ce qui avait donné, un temps, l’espoir de voir la candidature de Detroit être retenue pour le second siège d’Amazon et les 50 000 emplois qu’il aurait apporté. Malheureusement, si Detroit émerge, c’était encore trop tôt pour réussir un tel pari.

Le poumon d’un nouveau départ ?
En se portant acquéreur d’un des plus emblématiques monument de Detroit et en redynamisant le plus vieux quartier de la ville, la Ford Motor Company se place judicieusement au cœur d’une nouvelle dynamique. D’une part, cette démarche tourne la page de dix années au cours desquelles Detroit a été l’exemple d’une vision urbaine apocalyptique, symbole de la chute, de la faillite et des ruines, terrain de jeu des explorateurs urbains. Une réputation largement surestimée mais qui donne plus de force au rebond d’aujourd’hui.

Et d’autre part, Ford entame la rénovation d’un emblème de Detroit 30 ans après sa fermeture pour en faire un nouveau poumon économique proche du centre-ville. La majeure partie des buildings du quartier bénéficient désormais d’un plan de rénovation. Ford a donné le feu vert pour un nouveau départ à Corktown et, en juin dernier, les habitants de Detroit ont pu célébrer l’événement puisque Ford a ouvert l’accès à Michigan Central Station pendant 4 jours, 30 ans après avoir accueilli ses derniers visiteurs. Detroit n’a pas dit son dernier mot et Ford en a pris le pari. Le 24 juillet prochain, la DADA devrait annoncer le changement d’agenda du salon de Detroit qui aurait lieu en juin à partir de 2020. Ce sera l’occasion pour les professionnels de l’automobile de redécouvrir Detroit sous son nouveau jour. La ville est en perpétuel mouvement puisqu’elle bénéficie à la fois des investissements technologiques et des nombreux développements autour de la mobilité avec, pour la première fois depuis maintenant 60 ans d’un retour en nombre des entreprises depuis la banlieue vers la ville.
Bertrand Rakoto

Partagez cet article :

Réactions

Ya des bons coups immobilier à faire a Detroit,America is back?
alain boise, Le vendredi 13 juillet 2018

Voyez Jo, je me répète, mais les Américains, et Ford en particulier, misent à fond sur les voitures autonomes en créant un centre de R&D dans ce bâtiment imposant et symbolique du ferroviaire au profit de l'industrie automobile.
Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme.
Bruno HAAS, Le vendredi 13 juillet 2018

Bruno vous ne vous répétez pas, vous êtes trop optimiste et pour vous le verre est toujours à moitié plein. Ce n'est pas mon cas, car je vois des différences abyssalesde comportement et civilité même dans le monde dit développé.
J'ai eu la chance d'aller plusieurs fois à Detroit (et surtout voir les fabuleux fresques de Diego Rivera, ou les usines et surtout les ouvriers de Ford sont représentés sur les même fresques) ...il ne faut pas prendre les générations Ford pour des abrutis sans culture et sans le sens du patrimoine...et les malins diront toujours...qu'il est toujours temps de se refaire un "santé" économique et saisir les opportunités qui se présentent là bas sur cette terre de grandes espaces.
Pour l'histoire de miser sur la voiture autonome...cette idée ne pouvait que venir justement en en priorité naturel de l'Amérique.
Combien de fois j'ai regretté de ne pas avoir eu une Tesla et son autopilote (utilisé avec prudence) dans le Montana et Oregon pour faire des dizaines sinon de bonne centaine kilomètres de lignes droites...avant de rejoindre la cote Pacifique...et des Tesla j'en ai vu un peu partout...et on voit que ce n'est pas du tout le même monde que les gens qui conduisent des pick-up. Quoique j'ai vu des patrons fermiers en conduire pour l’agrément de leur famille quand ils viennent en ville.
Bruno...un conducteur de Tesla m'a montré aussi le déploiement des bornes Tesla...malgré les coins paumés et les énormes espaces dans ce pays. Nous sommes là bas sur une autre planète.
Tiens comparez la simplicité et la vitesse avec laquelle un conducteur lambda se met au volant et comprends le fonctionnement d'une Tesla et la merde innommable et inextricable (et surement pas fiable et chère) du fonctionnement d'une voiture autonome européenne pour le simple des mortels même s'il a l'argent et la volonté d'en acheter une...et combien de km il fait sur nos tronçons riquiqui de nos autoroutes pleines de travaux, de péages et autres radars arnaque.
Encore une autre remarque en défaveur (et utilisation rare) de la voiture autonome chez nous...et si vous roulez ne serait-ce déjà avec le limiteurs de vitesse adaptatif (que j'ai eu gratuit sur mon C-HR) vous vous rendez compte que vous roulez obligatoirement et de manière prosaïque à la VITESSE MOYENNE du moins DISANT devant vous !!
Tout le monde a compris...et est consterné par l'idée tellement elle est brillante. Rigolez cela fera marcher vos zygomatiques ou pleurez quand un taré va rouler à 130km/h en autonome...en dormant et laissera faire la voiture.
Pauvres de nous...et de la bêtise et incompétence aussi de nos administrations et politiques.
Maintenant on a inventé même des pastilles à payer et a coller quand on prends une autoroute dans les différents pays en Europe...nous marchons sur la tête.
Je viens de recevoir une amende pour un km de plus (sur 50km) de la part des Suisses, que j'ai payé (40 francs). J'ai encadré une italienne aussi. Rien de tout çà aux US, ou j'ai pu rouler à 150 km tranquillement les uns dérrière les autres, mais ralentissant quand c'est évident et obligatoire de ralentir en entrée de ville américaine.
Le shériff là bas en aussi en sortie de bretelle.
Les chiens gendarmes électroniques européens ont du boulot et sont rentables. Cela ne va pas s’améliorer.
Sinon ont est les meilleurs, nous allons être champions.
Jo Duchene, Le vendredi 13 juillet 2018

C'est Gotham city ce quartier !
Vont nous faire des Batmobiles (Autonomes) ?
;0)
Lucos, Le vendredi 13 juillet 2018

Pas loin, pas loin...
C'est Batmobiles conduits par des Madmax (aussi en moto).
Dans toutes les tours aux alentours et quand une porte basculante tombe en panne dans les parkings, c'est la ruée des rats casseurs de bagnoles et c'est sauve qui peu, car au retour de celui qui a laissé sa caisse allemande d'occasion brillante ou un Range se trouve systématiquement au téléphone avec son assureur et encore s'il a une assurance costaude...Les C-HR ne craignent rien...c'est la honte de rouler avec...l’incompréhension totale dans le quartier.
Sinon en bas de la rue de Crimée (19ème pour les touristes) les adeptes de la mode en noir et bretelles plus papillotes (ils prient pour se calmer et attendant leur dieu qui va descendre et ils seront les seuls a être sauvés de l’apocalypse) font bon ménage (???) avec ceux de la cité (encerclée par les bobos) qui vendent de la poudre en silence (calmement, il faut pas effrayer le bobo) entre hammam et chicha au tabac empoisonné mais avec grand écran plat.
Le samedi c'est concert de klaxon à tous les feux rouge pour signaler le mariage type libanais dans le bruit bon enfant en direction de la mairie et limousine big size louée à grand frais.
L'Afrique est aussi représentée, car il faut faire honneur au continent dont l'explosion démographique pour les cinquante ans à venir sera la plus forte de la planète. Demandez à Macron, c'est un expert.
Attention je veux du multiculturel dans mon quartier, car les plus beaux canons viennent d'Afrique selon les goûts de mon voisin qui ne s'en remets pas de son passé colonial au Congo Brazaville...il est d'origine belge, vous avez deviné.
Il ne m'en veux pas pour foot et il sait faire des bonnes frites mayo!
C'est le WE, mais si vous voulez vous aérer et voir d'autres ethnies, prenez votre voiture et vous avez le choix...Rambouillet, Fontainebleau et Chantilly. Pour Chantilly emmenez votre foin dans votre pick-up...c'est tendance et pas de malus.

Jo Duchene, Le vendredi 13 juillet 2018

Allez Bruno et les autres copains avant la coupe du monde...allez voir sur 01.net l'histoire vrai d'un militaire américain qui c'est fait voler par un hacker débutant les plans d'un drone de combat et le manuel de maintenance d'un char, because la mauvaise configuration de PC et réseau (une netgear)...avec accès sans mot de passe...(juste Admin) et il a craindre un max pour la voiture autonome et les petits rigolos qui vont tout pirater pour s'amuser.
Bisounours cador en informatique a un nouveau métier...ingénieur en voitures autonomes!
Le ridicule en voiture ne tuera plus jamais...passe-moi le password que je conduise un peu en autonome.
Jo Duchene, Le samedi 14 juillet 2018

Allez Bruno marque des points sur moi, alors que je déteste les voitures autonomes qui sont une insulte (Alain s’y connaît en insultes) à l’intelligence humaine et les voitures à hydrogène et voilà que 100 taxis à PAC se baladent à Paris avec l’aide désintéressée de Air Liquide... merde j’ai perdu.
En plus Bruno trouve les anglais géniaux et un copain anglais vient de me le confirmer en me disant: t’as vu on est monté de la dernière place à la quatrième place!
Jo Duchene, Le samedi 14 juillet 2018

Mais qui ai-je donc insulté ,Jo,j'en ai pris plein la gueule,bonnet rouge,analphabète et même con,incapables d débattre, sont bons qu'à l'insultes
alain boise, Le dimanche 15 juillet 2018



Alexandre Parot, PDG du groupe Parot : "L'achat de véhicules en ligne va se démocratiser"
Les dernières évolutions dans les réseaux de vente et d'après-vente



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017