Equipementiers - 11/02/2009

Faurecia double sa perte nette en 2008 mais montre des signes de résistance

Pénalisé par des charges exceptionnelles, Faurecia a doublé sa perte nette en 2008 à 574,8 millions d’euros mais maintenu sa marge opérationnelle et réduit son endettement. Pour traverser la crise, l’équipementier prévoit une augmentation de capital de 450 millions d’euros et un nouveau plan de réduction des coûts.

Partagez cet article     

Faurecia, filiale à 71% de PSA, a annoncé hier avoir "bien résisté" en 2008 à l’effet de la crise économique et financière. La "brutale réduction des programmes de production des constructeurs au 4ème trimestre (-20,9%)", a entraîné une baisse de 3,7% de son chiffre d’affaires, à 12,01 milliards d’euros. Mais ses bons résultats sur le marché américain pourtant sinistré, le redressement de ses programmes et la réduction de ses coûts (salariaux et achats), lui ont permis de maintenir sa marge opérationnelle à 0,8% (91,2 millions d’euros) contre 1% en 2007 (121,1 millions d’euros).
"Il était important pour nous de maintenir une marge opérationnelle positive. Cela a été permis notamment par le redressement de nos programmes en Amérique du Nord et en Europe où nous n’avons plus aucun programme majeur en perte", a souligné Yann Delabrière, président directeur général de Faurecia. La résistance de la marge opérationnelle est également à attribuer au plan de redressement de l’activité en Amérique du Nord où l’équipementier a réalise un chiffre d’affaires en hausse de 3,9% et dégagé une marge opérationnelle positive de 27,3 millions d'euros.
La perte nette de Faurecia s'est toutefois creusée à 574,8 millions d'euros, contre 237,5 millions en 2007. Une chute due notamment aux charges de restructuration (-9 000 postes) qui lui ont coûté 165,2 millions d’euros.
 
Plan de crise et augmentation de capital
"2009 ne se présente pas de manière différente de ce que nous venons de vivre mais nous réagissons pour sortir renforcé et assaini  de cette crise", a déclaré M. Delabrière. Le dirigeant de Faurecia table sur une forte chute de l’activité et anticipe une baisse de 20% de son chiffre d’affaires en Europe et de 30% en Amérique du Nord. "Il y a toutefois des éléments positifs comme la baisse du prix des matières premières, des taux d’intérêts et de l’inflation sur nos coûts."
Pour traverser cette crise , l‘équipementier a annoncé le lancement de son plan "Challenge 2009".  Ce plan comprend pour principale mesure une réduction des coûts de 600 millions d’euros, dont 230 millions d'euros d'économies dans la production, 120 millions dans les achats et 300 millions dans les frais fixes (-15%). La seconde mesure est une réduction des investissements de 100 millions d’ euros accompagnée d’une "chasse au cash" pour "maîtriser la sortie du cash en 2009" et "retrouver un cash net positif en 2010". "Notre objectif est de baisser nos coûts fixes et de nous maintenir ensuite pour préparer l’effet de levier lors de la remontée des volumes."
Enfin, afin d'augmenter ses fonds propres et diminuer le poids de ses frais financiers, Faurecia a annoncé qu’il envisage d’engager une augmentation de capital de 450 millions d’euros. Cette opération qui sera  garantie à 100% par son actionnaire majoritaire, PSA, sera soumise au vote des actionnaires le 23 avril prochain.
Emilie Binois
 

 

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 11/02/2009

ALD organise aujourd'hui sa quatrième vente de VO aux professionnels sur internet

Avec 3 000 VO à recommercialiser par mois, le loueur ALD a décidé de créer son propre site internet de vente aux professionnels. Il organise aujourd'hui sa quatrième vente et espère écouler 4000 VO par ce biais en 2009. Les ventes à particuliers, plus rentables, sont aussi au coeur de sa stratégie, avec un accent mis récemment sur les VO low-cost.

Services

Catégorie Equipementiers

Covid-19 : quel impact sur les équipementiers ?

Il y a 15 jours, les équipementiers étaient encore peu nombreux à constater un impact grave du coronavirus sur leur activité, même si 39% avaient subi des cas d'infection dans une ou plusieurs de leurs usines. 15 jours après, leur vision des choses a dû évoluer, eux qui craignent des fermetures prolongées des usines des constructeurs.

01/04/2020

Faurecia se dit prêt à traverser la crise

Faurecia, qui redémarre progressivement son activité en Chine, dispose de plus de 900 millions d’euros de lignes de crédit disponibles pour résister à l’arrêt temporaire de ses activités en Europe et en Amérique.

30/03/2020

Plastic Omnium dit pouvoir tenir sans activité au moins jusqu’à fin juin

Alors que l’équipementier redémarre son activité en Chine, il met ses usines européennes et américaines à l’arrêt, faute de demande de la part de ses donneurs d’ordre. Il dispose d’une trésorerie suffisante pour faire face à un arrêt total de production "au moins jusqu’à la fin du premier semestre", dit-il.

25/03/2020

Coronavirus : Bosch va fortement réduire son activité en Allemagne

(AFP) - Le premier équipementier automobile mondial Bosch a annoncé vendredi qu'il allait "fortement réduire" ses activités en Allemagne et fermer des usines pour réagir à la chute de la demande mondiale dans l'automobile provoquée par la pandémie de coronavirus.

23/03/2020

La Fiev crée un fonds pour soutenir les nouvelles mobilités

La Fiev a créé le fonds Keyros, présidé par Bernard Streit et doté de près de 33 millions d'euros, destiné à soutenir et promouvoir les nouvelles mobilités en France. Le syndicat des équipementiers s'est aussi doté d'une nouvelle organisation pour confier à ses adhérents la direction et le management de ses services.

11/03/2020

A Strasbourg, des chercheurs en quête des plastiques de demain

(AFP) - De pansements "intelligents" à base de carapaces de crevettes à des matériaux d'isolation issus de micro-algues, des chercheurs planchent sur les bioplastiques de demain dans des laboratoires de Strasbourg, la "Mecque des polymères" aujourd'hui en pointe sur ces matériaux qui ont le vent en poupe.

09/03/2020