Services - 01/06/2017

Vers une indemnité kilométrique sur le covoiturage ?

Pour inciter les entreprises à verser des indemnités kilométriques aux salariés qui pratiquent le covoiturage, l'Etat doit les exonérer de charges sociales, comme elle le fait pour les IK versées sur les trajets en vélo, estime Julien Honnart, président de WayZup. 

Partagez cet article     

Le 1er janvier 2018, les entreprises situées en territoire urbain et comptant plus de 100 salariés devront avoir établi "un plan de mobilité pour améliorer la mobilité de leur personnel et encourager l’utilisation des transports en commun et le recours au covoiturage" (*). Cette incitation au covoiturage est une opportunité de croissance pour la start-up WayZup qui propose une application spécialisée sur les trajets domicile-travail.
Toutefois, estime Julien Honnart, président et fondateur, "pour convertir au covoiturage un nombre significatif de salariés, il faut que les entreprises puissent les y inciter financièrement et il faut que l’Etat y mette du sien, dans l’intérêt de tous. Depuis 2016, les entreprises sont exonérées de charges sociales sur les indemnités kilométriques (IK) versées pour l’usage du vélo (dans la limite de 200 euros/an par salarié, à raison de 0,25 ct/km). Nous militons pour qu’une même exonération soit mise en place pour inciter les entreprises qui le souhaitent à payer des IK aux salariés qui se rendraient à leur travail en covoiturage".

WayzUp offre le covoiturage pendant 3 mois à 65 000 salariés
En attendant ce geste de l’Etat, WayzUp prend les devants : jusqu’au 30 août, la start-up offre les trajets en covoiturage domicile-travail aux 65 000 salariés des 60 entreprises qui utilisent son application. Elle a fixé une limite budgétaire à l’opération, en se référant à l’usage actuel du service chez le plus actif de ses clients (le siège de Boulanger au sud de Lille), à savoir une utilisation par un tiers des salariés à raison de 3 jours par semaine sur une distance moyenne de 30 km/jour. WayzUp paiera ainsi de sa poche les trajets aux conducteurs, à raison de 0,10 ct/km, le tarif fixe défini sur son site.
Créé en 2004, WayzUp a reçu en 2015 le soutien financier de Mobivia Groupe (Midas, Norauto), devenu actionnaire minoritaire. Son application, gratuite pour les salariés, est financée par un abonnement annuel des entreprises adhérentes, parmi lesquelles Renault, La Poste, Crédit Agricole, Carrefour, Vinci, Engie et Veolia. Elle propose chaque jour plus de 70 000 trajets domicile-travail sur son application mobile, ce qui, affirme Julien Honnart, représente une masse critique suffisante, à savoir la garantie pour 80% des salariés de trouver un "covoitureur" sur son trajet à l’heure souhaitée.
Xavier Champagne

(*) Selon la Loi  n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Partagez cet article     

Articles connexes :

Mobivia entre au capital de la plateforme de covoiturage Wayz-Up Services - 17/09/2015
Bercy propose le covoiturage à ses 13 000 agents Services - 13/06/2017
Covoiturage : WayzUp réalise une nouvelle levée de fonds de 1,4 million d'euros auprès de la RATP et de Mobivia Services - 05/07/2017
Covoiturage : WayzUp devient Klaxit et lève 3 millions d’euros Services - 08/02/2018
Court-voiturage : Karos lève 4,2 millions d'euros Services - 17/04/2018

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

On supporte déjà ses collègues toute la journée, c'est pas pour les avoir en bagnole matin et soir...
- Alors Dugommier, d'après le tableau de la DRH vous êtes en covoiturage avec le Président...
- Et vous ?
- Avec le gros Marcel.
- Je hais les Khmers verts et leur vie associative....
;0)

Lucos, Le 01/06/2017 à 10:28

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 01/06/2017

Résiliation Chevrolet : l’absence de commandes des concessionnaires au cœur des plaidoiries devant la cour d’appel de Paris

Ce mercredi 31 mai avait lieu une audience devant la cour d’appel de Paris dans le cadre de la résiliation du réseau Chevrolet en décembre 2013 pour des concessionnaires qui n’avaient pas accepté le processus d’indemnisation proposé. Maîtres Bourgeon et Bertin ont défendu que le constructeur était responsable de l’arrêt de l’approvisionnement de son réseau quand Maître Vogel a défendu que les concessionnaires avaient commis une faute en cessant les commandes.

Réseaux

Catégorie Services

Europcar négocie son sauvetage avec des banques

(AFP) - Le loueur de véhicules Europcar Mobility Group, dont l'activité a chuté avec les mesures de confinement, négocie un plan de sauvetage avec des banques, son principal actionnaire, Eurazeo, et l'Etat, selon des sources concordantes.

08/04/2020

59% des camions à l’arrêt, selon la FNTR

Selon un sondage de la FNTR auprès de ses adhérents, les entreprises de transport ont mis à l’arrêt 59% de leurs camions, hormis celles qui travaillent dans l’alimentaire. Pour ces dernières, la désorganisation des flux et le recours aux heures supplémentaires impliquent une nécessaire augmentation des prix.

02/04/2020

L’assisteur IMA passe son call-center au télétravail

A l'exception des équipes en charge des appels d'urgence générés par l'e-call, les salariés des call-centers d'Inter Mutuelles Assistance travaillent depuis mardi de chez eux. L'activité d'assistance automobile est mécaniquement en forte baisse tout comme le nombre de partenaires, loueurs et garages, ouverts.

20/03/2020

Fermeture du réseau Corri-Door : une expertise judiciaire diligentée

Suite à des incidents techniques sur les bornes de recharge de son réseau Corri-Door, Izivia a pris la décision radicale d’arrêter de les exploiter. Une procédure est en cours contre le fournisseur des bornes qui se défend en accusant l'opérateur de ne pas avoir réalisé régulièrement leur maintenance.

13/03/2020