Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 01/03/2013

Avec Zoé, Renault remporte son pari en matière d'autonomie et de rapidité de charge

Testé lors des essais presse, Zoé remporte haut la main son pari en matière d'autonomie et de rapidité de charge. Sa simplicité d'usage et le plaisir de conduite qu'elle procure en font un outsider sérieux face aux modèles thermiques du segment B, malgré le surcoût généré par l'installation obligatoire d'un boitier mural de recharge à domicile.

Renault a choisi Lisbonne comme lieu de destination pour les essais presse de sa tant attendue Zoé. Le parcours urbain et péri-urbain, correspondant à l’usage prévisible d’un tel véhicule, nous a permis de valider les promesses de Renault en termes d’autonomie : En pratiquant l’éco-conduite, c'est-à-dire en mode éco et utilisant pleinement les capacités du système de freinage récupératif, notre autonomie a atteint les 160 km alors qu’une conduite sportive, en appuyant systématiquement à fond sur l’accélérateur et sans anticiper les freinages, ne nous a fait perdre que 35 km d’autonomie. Si nous avions utilisé le chauffage ou la climatisation, l’autonomie aurait été encore réduite, Renault reconnaissant qu’elle peut descendre à 100 km dans le pire des cas. Les dernières inquiétudes concernant l’autonomie seront levés par l’assistance "panne sèche", offerte avec la location de la batterie, qui garantit d’être déposé près du point de charge le plus proche dans un rayon de 80 km soit, le plus souvent, chez soi.
L’un des points les plus bluffant de cette Zoé est sa capacité de recharge : alors que nous avions consommé 40% de notre charge initiale, la pause déjeuner d’une quarantaine de minutes a suffi à recharger totalement la batterie, sans pour autant utiliser une borne de charge rapide (sur borne triphasée 43 KW, 63 A), coûteuse à installer et dommageable pour la batterie. Grâce au câble fournie et au chargeur embarqué (en mono ou triphasé de 3 à 43 kW) breveté par Renault, nous avons réalisé une charge dite "accélérée" (sur borne triphasée 22 KW, 32 A) assurant 80% de la recharge en une heure. Ce type de bornes équipent l’ensemble du réseau primaire de Renault (350 points) et se déploient dans les parkings Vinci et les centres E-Leclerc. Au nombre de 24 (soit 80 bornes) aujourd’hui, les centres E.Leclerc partenaires devraient être 200 à la fin de l’année, espère le constructeur.
Ce type de recharge ne devrait toutefois être qu'exceptionnel, les utilisateurs rechargeant le plus souvent leur Zoé chez eux sur leur Wallbox personnel (de 3 KW à 11 KW). Au départ optionnel, l’installation de ce boitier mural (en mode 3) est désormais obligatoire, pour des raisons de sécurité et de qualité de chargement. Le câble de branchement de la Zoé n’est ainsi pas adaptée à une prise normale (mode 2). Pour l’acquéreur, il faudra donc ajouter 490 euros de Wallbox et un minimum de 370 euros pour l’installation. En Grande-Betagne, ce coût est intégré mais pas en France pour des raisons de réglementation sur les ventes liées. Renault pourrait néanmoins proposer une location avec promesse de vente sur la Wallbox qui s’ajouterait au loyer de la batterie (qui s'élève au minimum à 79 euros par mois pour 12 500 km annuel). Dans certains pays, comme au Portugal, la wallbox sera aussi louée dans le cadre d’un pack incluant la fourniture d’électricité.
Avec cette station-service à domicile, à environ 2 euros du plein, le plaisir indéniable de rouler en électrique pour 13 700 euros (bonus déduit) et des coûts d’entretien inférieurs de 20% à un véhicule thermique, il y a fort à parier que les clients qui franchiront le pas resteront fidèles à Zoé ou, tout au moins, resteront fidèles au véhicule électrique. Les aides gouvernementales ne seront pas éternelles mais le coût industriel des batteries va baisser aussi certainement que leur autonomie va augmenter. Le responsable technique de Zoé explique qu’il n’y aura pas de bond en termes d’autonomie mais constate une amélioration régulière de 3 à 4% par an des performances des cellules LG qui constituent la batterie assemblée à Flins.
L’usine de Flins, unique site de production de Zoé qui alimentera 11 pays en 2013, dispose d’une capacité installée de 150 000 véhicules. Comme à son habitude, Renault ne fournit pas d’objectif de vente mais indique en revanche s’attendre à une répartition de la demande à 50/50 entre particuliers et entreprises. Il peut déjà compter sur un engagement de commande sur 3 ans de 2 000 véhicules par l’Ugap, la centrale d’achat de l’Etat et des collectivités locales. Parmi les entreprises, il évoque également une commande ferme de 13 véhicules par le Crédit Agricole de la région Bretagne. Alors que  les concessionnaires s’alimentent actuellement en véhicule d’exposition et de démonstration, la campagne de communication débutera le 7 mars prochain, en préparation de journées portes ouvertes les 15 et 16 mars.
Xavier Champagne

Renault R-Link, le système multimédia connecté
Renault R-Link, le système multimédia intégré et connecté, équipe les trois versions de Zoé commercialisées au lancement. Ce système regroupe sur un écran tactile de 7’’ toutes les fonctions multimédia : la navigation, la radio, la téléphonie, la musique et la connectivité des appareils nomades et les services connectés. Il peut fonctionner par reconnaissance vocale intuitive pour, par exemple, dicter une adresse dans la navigation ou lancer des instructions. Il déploie des fonctions dédiées à la conduite électrique comme le rayon d’action correspondant à l’autonomie du véhicule, dans le cadre du système de navigation TomTom Live, le guidage vers une borne de recharge ou la programmation du chauffage à l’heure indiquée par le conducteur pendant que le véhicule est en charge pour éviter de puiser sur la batterie, fonction qui peut aussi se faire à distance, de son smartphone ou d’un ordinateur. Relié aux calculateurs de Zoé, il permet aussi de voir en temps réel l’histogramme de sa consommation et propose une aide à l’éco-conduite.
Au lancement, Renault offre TomTom Live (système de navigation en temps réel) et, pendant trois ans (sur Zen et Intens, en option sur Life) la possibilité de télécharger plus de 50 applications, allant de l’information générale ou thématique (météo, tourisme, sport, féminin, culture...) aux applications communautaires, (e-mail, tweet…).

Partagez cet article :

Réactions

C'est certain, il vaut mieux lire les nouvelles Renault que les nouvelles Peugeot en ce moment...
Mapaulo, Le vendredi 01 mars 2013

désolé mais les vrais prix ne sont pas ceux là : loc batterie : 98 e/mois, pose de la wall box (si elle est à plus de 10m de votre tableau électrique) : 2 400 e
LLD de la Zoé bas de gamme à la DIAC : 243 e/mois x 36 mois
ça finit par faire cher, dommage
(sans compter le retard de livraison)
phil grand, Le vendredi 01 mars 2013

...et plus de possibilité de la brancher sur une prise "normale"
contrairement à la Smart...
phil grand, Le vendredi 01 mars 2013

Excellent début !
Très bonne nouvelle, je souhaite un maximum de succès à Zoé qui fera date !
Bruno HAAS, Le vendredi 01 mars 2013

Loc batterie pour 79 € par mois pour 12 500 an.
79 x 12 / 12 500
Soit 7.58 cents du km;
Petite Diesel 5l/100 km à 1.55€ le litre
5 x 1.55 x 125 / 12 500
Soit 7.75 cents du km
Si on ajoute les recharges etc.. quel est l'intérêt pour le client à par la conscience environnementale ?
Lucos, Le vendredi 01 mars 2013

Tous coûts additionnés,, y compris les différentes subventions accordées par le toujours plus généreux contribuable, ça commence à faire cher, le gadget écolo.
Et on ne parle jamais de la perte de capacité des batteries avec le temps...ce n'est pourtant pas une nouveauté.
jean-marie méchin, Le vendredi 01 mars 2013

A Lucos et Jean-Marie,
Quelques intérêts à rouler électrique :
- oui, conscience environnementale,
- moins de bruit (je n'ai pas écrit absence de bruit) et rien que ça, c'est BONHEUR !
- entretien réduit (je n'ai pas écrit plus d'entretien),
- consommation bien moindre que celle que vous mentionnez. En effet, quand on fait des trajets extrêmement courts - aller chercher le pain - une petite Diesel consomme 10l/100km, voire 30l/100 km, voire infini l/100 car elle ne fait pas de km et 1 litre divisé par 0 km, ça fait une conso infinie ; tandis qu'un VE ne consomme pas quand il est arrêté et peu pour faire 1 km. Ne me parlez pas du stop&start qui bousille les batteries et les démarreurs. On va compter les déçus dans un an ou deux.
Alors oui, pour l'instant c'est très cher, ça pollue quand même, un peu comme les premières voitures au début du 20ème siècle qui étaient chères, inabordables, réservées à l'élite - gentlemen drivers - dangereuses, pas fiables, polluantes : l'horreur quoi !
Laissez le VE se développer ! Vos enfants et petits-enfants vous remercieront. Et c'est un amoureux des big bloks américains qui vous parle !
Bruno HAAS, Le vendredi 01 mars 2013

Alors, si on raisonne en coût global, financier, (et pour la société humaine...), le coût de l'impact diésel sur la santé et sur l'environnement s'élève à plusieurs dizaines de milliards d'euros. Montant à répartir sur chaque véhicule, donc ! ...
Rappelons qu'en matière d'écologie, le coût de la non action sera à terme supérieur au coût des mesures...
Charlotte de Silguy, Le vendredi 01 mars 2013

Réponse à Bruno Haas :
Je partage votre opinion, je suis pour le développement de l'électrique...nos enfants nous remercieront. Et comme vous, j'aime encore les vrais moteurs qui vous envoient leur symphonie dans les oreilles...
Malheureusement, nous ne devons pas oublier le fonctionnement de notre societé économique actuelle. Elle n'est pas comparable à celle des pionniers des temps passés... Aujourd'hui, si le retour sur investissement ou la rentabilité ne sont pas immédiatement ou à très court terme présents, les sociétés arrêtent d'investir dans les solutions....
Il faut donc que pour Renault, Zoé soit absolument rentable très vite...sinon elle sera arrêtée....Et pour cela les comparatifs de prix montrés par les autres lecteurs montrent que le succès n'est pas gagné pour Renault....
BS, Le vendredi 01 mars 2013

J'utilise une Mini Cooper D 2,0 L BVA6 et parcours 1000 km par mois. Je consomme environ 5 l aux 100. Je dépense de 70 à 80 € par mois de carburant soit 2 pleins (5 mn à la station) et pas 7 d'une heure avec Zoé et le risque de tomber en rade pour un abonnement batterie de 79 € par mois + 7 pleins à 2 € soit 14 € + 79 = 93 € plus la fameuse borne à 490 + 370 € de pose = 860.
Je n'ai aucun intérêt économique à me casser la tête avec Zoé.
Quel sera le marché d'occasion à terme si cette belle idée se termine en eau de boudin ? Sauf si RENAULT propose une formule New Deal avec engagement de reprise et encore, à quel taux ?
Tout cela semble bien hazardeux et ça sent la bête à chagrin...
DIDIER PERIN, Le vendredi 01 mars 2013

Je reste éberlué par le caractère rétrograde, égoîste , étroit et petit-bourgeois de certaines réactions. Alors on va s'en tenir à des choses simples :
1- il faut bien commencer un jour à produire une VRAIE voiture électrique, avec un coffre, un design attrayant et de la technologie embarquée, pour séduire les 1ers consommateurs ;
2- bien entendu, cela ne concernera pas tout le monde, mais si l'on fait le compte de tous ceux qui (comme moi) font 50 km d'embouteillages par jour, je ne vois pas pourquoi une voiture comme Zoé ne trouverait pas son public ;
3- les coûts réels sont bien plus relatifs que les évaluations à 2 balles proposées ci-dessus. Ils dépendent largement de la fiscalité, qui n'est pas figée dans le marbre, comme vous le savez. Si le diesel est enfin surtaxé : quiaura l'air malin ?
4- j'encourage les zélateurs du diesel en ville à rejoindre de toute urgence les doux périphériques de Shangaï.... on les enten dra sans doute un peu moins fort quand ils auront vécu un an de ce régime mortel !
A bon entendeur...
Marc, Le vendredi 01 mars 2013

Réponse pour Bruno,
Pour aller chercher mon pain ou mon journal, je prends mon vélo ou je marche à pied, c'est bon pour la santé.
Résidant à Bordeaux, il y a déjà bien longtemps que j'ai abandonné l'idée d'utiliser une voiture pour circuler en ville, d'autant que je ne suis pas très patient...
Déjà, du coté du vélo, il y aurait une bonne marge d'éducation des citoyens à exploiter...
Et je rêve que les pouvoirs publics investissent dans les infrastructures cyclables autant que dans le VE.
Quant à la propulsion par l'électricité stockée dans des batteries, je n'y crois pas, tout simplement parce que je constate qu'en plus d'un siècle d'efforts incessants, nous n'avons fait aucun progrès significatif dans ce domaine.
300 kg de batteries onéreuses, à durée de vie limitée et à traîner dans une Zoé, ça me laisse rêveur
Quand j'ai lu que Mia electric comptait vendre 12000 voitures en 2012, j'estimais que c'était folie, malheureusement confirmée par la réalité : seulement 800 ventes réalisées, c'est le grand écart et la preuve que tout le monde se joue la comédie dans cette histoire...
Je pense que les solutions sont ailleurs et que l'on perd son temps et son argent à vouloir à n'importe quel prix exploiter cette filière.
Je sais, ce n'est pas politiquement correct, mais j'assume ma conviction.
jean-marie méchin, Le vendredi 01 mars 2013

Tenter de comparer le prix de revient de la Zoe avec celui d'une petite diesel, à prix du litre de gasole fixe, est une erreur stratégique et intellectuelle. Pardonnable, certes.

Comme vient de nous le rappeler le gouvernement, les caisses de l'Etat sont vides, et l'avantage fiscal du diesel pourrait bien être remis en question à très brève échéance.
Dans ce cas, les modèles mathématiques supposés fiables sur la base d'un diesel à 1,55 € le litre éclatent. Que deviennent-il à 1,70 ou 1,80 € ? Sans compter qu'à moyen terme, sur 3 à 5 ans, qui peut prédire quel sera le prix du diesel (ou du carburant en général) ?
Il convient, beaucoup plus sérieusement, comme le fait Charlotte de Silguy en commentaire, d'intégrer au coût de production le coût environnemental et sanitaire consécutif à l'utilisation du véhicule.
Notre civilisation du pétrole n'a incorporé à ses coûts de revient aucune prise en compte des charges réelles pour la collectivité, tant en matière de santé qu'en matière d'infrastructures. Cela a toujours faussé les termes de la discussion. Le véhicule électrique en a souffert longtemps. Avec Zoe, et d'autres véhicules, il est en passe de profiter de la disparition progressive de deux de ses verrous stratégiques (l'équipement des flottes d'entreprises, lacune ayant depuis longtemps démontré l'ineptie dogmatique à ce sujet des entreprises et organisations publiques et privées, à commencer par EDF et Areva !, et le développement du réseau de points de charge, qui imposait une prise en charge au moins partielle par l'Etat).
Souhaitons que le marketing Renault n'ait pas dopé ses Zoe, comme le font trop souvent les services presse, pour s'assurer des retombées flatteuses.
Il importe que des essais et des mesures fiables démontrent la réalité des performances de véhicules électriques, pour que les décisions des acheteurs s'appuient sur des arguments rationnels. Il importe que dans les calculs de rentabilité, toute la chaîne des coûts soit prise en compte.

Enfin, et s'il fallait l'affirmer, la conscience environnementale, à coût supposé égal entre diesel et VE, me semble un argument plus que capital pour décider d'un achat. Dès lors, c'est plus l'irresponsabilité environnementale, pour ne pas être sévère, qu'il faudrait souligner de la part des personnes qui ne choisiraient pas ce que leur dicterait leur conscience environnementale. A vivre dans une société qui flétrit la capacité des citoyens à agir en conscience, on prend le risque de refuser que s'exprime la raison et la rationalité réfléchie.

C'est comme cela qu'on achète des lasagnes au cheval...
Christophe Montariol, Le vendredi 01 mars 2013

Tous ces commentaires sont intéressants car ils démontrent l´intérêt fort de chacun dans cette nouvelle offre automobile électrique qui devrait "théoriquement" réduire notre pollution.
Prendre pour exemple la Chine, pourquoi pas. Mis a part les bus et les camions qui fonctionnent au diesel, le parc automobile chinois est constitué de moteurs essence (motos et voitures). Une grande partie de la pollution urbaine chinoise est liée aux industries et aux centrales a charbon (très génératrices de particules) qui produisent ... de l´électricité.
D´ou mon interrogation sur la France qui veut d´un coté réduire son parc de centrales nucléaires et de l´autre encourager le véhicule électrique. Par quels moyens allons nous alimenter ce futur parc auto français ? avec des centrales a charbon, a gaz et a pétrole, c-a-d à énergie fossile ? Les technologies éoliennes, solaires, biomasse ne le permettent pas (encore).
Quels sont actuellement les grands investissements nationaux qui permettront de produire une électricité de plus en plus « propre » ?
Mon propos n´est pas de nous interroger sur la poule et l´œuf mais plutôt sur l´existence ou non d´une stratégie nationale globale sur la mobilité électrique. N´ayant pas de vision claire sur ce point, je ne fais que poser la question.
LD, Le vendredi 01 mars 2013

Si j'ai comparé volontairement une électrique à un mazout, c'est que les clients vont naturellement le faire...
Je suis un grand fan du VE mais chère Charlotte je ne sais toujours pas comment vont être produits les TWh nécessaires quand tout le monde va s'y mettre....
Lucos, Le vendredi 01 mars 2013

Le montant de la location des batteries est trop elevé: 79 euros/mois pour 12 500 km annuel cela représente autant voire plus que le plein d'essence!
12500 km à 5L/100 et 1.5€ le litre -> 78€/mois (et seulement si on parcoure réellement les 12 500 km).
Thierry., Le vendredi 01 mars 2013

Thierry, il me semble que vous faites un erreur. Le kilométrage moyen d'un véhicule essence en France (base Argus), c'est 15.000 km (et non 12.500), ce qui ne donne plus le même résultat, évidemment. Encore moins si le prix du diesel augmente, comme indiqué plus haut !
Marc, Le vendredi 01 mars 2013

j'ai réservé ma Zoé il y a un an. Retards successifs de livraison. Prix changeants, j'en suis à mon 3eme bon de com. Relation commerciale très mauvaise. Wall box obligatoire, non prise charge, tout est fait pour dégouter le client.
phil grand, Le vendredi 01 mars 2013

Pour Bruno Haas et d'autres chers spécialistes.
Je connais trop bien le Portugal et Lisbonne, et là bas çà va se vendre très peu d'un coté et pas mal pour ceux qui ne paient pas d'impôts (beaucoup) !
Ce sera anecdotique même dans le monde.
Renault merde partout dans le monde concernant le service.
Ils vont dégouter les gens avec les retards, la mauvaise garantie, et les prix aléatoires a la tête du client selon le pays. Chez Renault ( les dirigeants) ils croient que les choses ne se savent pas, que le consommateur est un imbécile et ils ne voient que des rentes qui peuvent tomber (les loyers mensuels).
Ils ne réfléchissent absolument pas aux transferts de propriété et a l'occasion ni a l'obsolescence. Par contre le consommateur avisé oui, car il a du mal a gagner son argent en ces temps de crise!
Si on considère que la voiture est encore un choix d'apparat dans la vie (pour les classes aisées riches) moi qui suis de la classe moyenne riche je courre acheter une Smart électrique, et le même raisonnement est fait en Allemagne, Italie, au Portugal ou dans les pays nordiques!
On ne frime pas avec Renault, et toute la clientèle déjà propriétaire d'une Smart thermique, ne vas pas acheter Renault. Il achètera Smart.
De même pour l'hybride, et je peu vous GARANTIR cher Monsieur Haas que celui qui a eu une Toyota Prius (en la conduisant réellement pendant au moins deux ou trois ans) ACHETERA SANS HESITER de nouveau une autre hybride Toyota. C'est mon cas depuis plus de dix ans et c'est ma troisième. Je ne me vois absolument pas aller acheter une Peugeot hybride.
PLUS JAMAIS je n'accepterais de m'emmerder avec des pannes jusqu'à 100.000 km et aller quémander chez un garagiste.

Je considère les allemandes même les premium du caca manquant de fiabilité au de là de deux ans de la garantie. Si on est vraiment riche on ne les garde que deux ans.
J'ai de la famille aux US et là bas les gens savent compter, et un conducteur, surtout celui qui paie cash, ne supportera absolument pas les caprices d'une marque a la fiabilité douteuse.
Ils ne confondent pas comme ici, qualité du tableau de bord et fiabilité!

Le consommateur européen est un imbécile qui ne sait pas se défendre, et plus il est riche plus il est un imbécile vaniteux.

Lisez dans l'AutoPlus de cette semaine le papier sur les déboires (tristes) de gens qui achètent des voitures a plus de 100.000 euros et qui voient leurs véhicules (Porsche par exemple) avec des moteurs changés deux ou trois fois en moins de 150000 km et souvent a la charge du client et des prix de pièces faramineux pour des organes qui devraient durer plus de 150/200000 km pour certains. Au vu de ces prix et de la qualité de service, il y a de quoi parler de malhonnêteté et manque de conscience professionnelle de la part de certains constructeurs ayant pignon sur rue, même mondial.
Je peux en témoigner personnellement du cas de Mercedes, que même dans un cas de contrat d'entretien couteux et payé d'avance, trouve le moyen de fuir a sa responsabilité et pas que le garagiste, l'importateur même, au point que je sois obligé de faire intervenir un avocat pour le faire céder!
Jo Duchene, Le vendredi 01 mars 2013

«Toute grande idée est d’abord ridiculisée, puis violemment combattue avant d’être acceptée comme une évidence»
Arthur Schopenhauer, philosophe
Charlotte de Silguy, Le mardi 05 mars 2013



Chiffres clés des 160 premiers groupes de distribution en France dans l’édition 2013 de notre Annuaire
France : le marché des véhicules d'occasion en retrait de 3% en février



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017