Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Marchés - 10/04/2019

Brexit : Londres veut rapidement négocier les 10% de droits de douane sur l'automobile

Alors que le Royaume-Uni pourrait sortir de l’Union européenne vendredi prochain, la question des 10% de droits de douane sur l'automobile est au coeur des débats.

Près de trois ans après le référendum du Brexit, la fin de l'incertitude se dessine : Si les Etats Membres refusent le nouveau report au 30 juin, demandé par la première ministre Theresa May, le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne vendredi prochain à minuit. L’occasion pour le CCFA de réunir quelques experts pour faire le point sur les conséquences de ce Brexit sur le secteur automobile.
Pour Hugues de Franclieu, en charge de la politique commerciale et du soutien à l’export au sein de la DGE, "le Brexit aura un impact négatif de 3 à 6 points sur le PIB du Royaume-Uni d’ici 2030 et de 0 à 0,5 point sur le PIB des pays de l’UE". Dans le secteur automobile, ce sont aussi les constructeurs implantés au Royaume-Uni qui vont le plus souffrir, estime Gaëtan Toulemonde, analyste du secteur automobile à la Deutsche Bank : "Cela devrait grever la marge opérationnelle de Jaguar Land Rover de 800 millions d’euros, contre 100 à 200 millions pour Renault et le double pour PSA", dit-il.
Ces estimations se basent sur un scénario où le Royaume-Uni supporterait les 10% de droits de douane qu’applique l’Union européenne sur ses importations de voitures venant des pays de l’OMC. "Nous appliquerons aussi par réciprocité ces 10% de droits sur nos importations de véhicules, explique Oriel Petry, directrice commerce et investissement à l’ambassade du Royaume-Uni à Paris. Toutefois, nous espérons négocier un accord avant 12 mois avec l’UE", en espérant ramener ces droits de douanes sur l'automobile à zéro, comme la Corée du Sud l’a obtenu.
Autre conséquence du Brexit : le Royaume-Uni sortira du système d’homologation européen des véhicules et devra donc les faire homologuer dans l’un des Etats membres de l’UE avant toute mise en circulation sur le marché intérieur. La Commission européenne a dû adopter un règlement spécifique en janvier dernier pour permettre cette double homologation.
Pour les équipementiers français qui exportent des composants vers les usines britanniques, aucun droits de douane n’est appliqué, et c’est tant mieux car "60% des composants utilisés dans les usines automobiles britanniques viennent du continent", indique Hugues de Franclieu. En revanche, ils seront confrontés à des barrières administratives et logistiques : "1 000 camions franchissent la frontière franco-britannique chaque jour pour alimenter la filière automobile. Il faudra faire des pré-déclarations en douanes pour éviter d’être bloqué à la frontière. De part et d’autre, des engagements sont pris pour que tout se passe bien et en souplesse", dit-il.
L’avenir de la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, "c’est nécessairement une union douanière avec l’UE, comme c’est le cas de la Turquie, mais cela implique que le Royaume-Uni accepte de ne pas pouvoir négocier de façon autonome ces accords internationaux", explique Hugues de Franclieu.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

En attendant les compagnies d’autoroutes ont fait installer des toilettes de chantiers ....vu la durée des bouchons ce n’est pas un luxe .
Rendez-vous l'année Prochaine pour le premier bilan,n’oublions pas que l’Europe laisse entrouverte la porte si ça ne va pas
alain boise, Le mercredi 10 avril 2019



articles connexes

Le casse-tête de la mise en œuvre de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris
Le groupe Tressol Chabrier envisage le rachat du groupe Pigeon



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017