Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Autour de l'auto - 07/03/2019

Carlos Ghosn a quitté la prison de Tokyo après plus de 100 jours de détention

(AFP) - Carlos Ghosn, ex-grand patron de l'automobile aujourd'hui déchu, a été libéré sous caution mercredi de la prison de Kosuge à Tokyo, après plus de 100 jours passés en détention sur des accusations de malversations financières, a constaté l'AFP.

Vêtu d'un blouson barré de bandes réfléchissantes oranges, portant un masque sanitaire blanc, une casquette bleue et des lunettes, Carlos Ghosn, l'ex-patron de Renault et Nissan est sorti du centre de détention encadré de gardiens avant de s'engouffrer dans une voiture gris clair banalisée, avec un de ses avocats japonais, devant les objectifs de dizaines de caméras et appareils photo.
Sa femme Carole, une de ses filles, l'ambassadeur de France et d'autres personnes étaient arrivées à la prison plusieurs heures auparavant, mais ne sont pas ressorties en même temps.
Via son avocat, Carlos Ghosn a payé une caution d'environ 8 millions d'euros.
Moyennant le versement de cette somme, le tribunal de Tokyo avait accepté mardi la remise en liberté de l'ex-PDG et un deuxième juge avait rejeté dans la nuit de mardi à mercredi un appel lancé par le procureur.
"Je suis innocent et résolument déterminé à me défendre vigoureusement dans un procès équitable contre ces accusations sans fondement", avait déclaré Carlos Ghosn dans un communiqué en apprenant la décision mardi.
Des dizaines de journalistes s'étaient rassemblés dès l'aube mercredi devant la prison.
Il est très rare au Japon qu'une personne inculpée pour abus de confiance soit libérée avant que ne soit connue la date de son procès ou même avant qu'il n'ait débuté. Les experts expliquent que le nouvel avocat de M. Ghosn a vraisemblablement offert des garanties qui ont convaincu le juge que le magnat franco-libanais-brésilien serait dans l'incapacité totale de détruire des preuves ou de quitter le pays.

"Procès équitable"
Afin d'arracher l'approbation du juge, Junichiro Hironaka, nouvel avocat japonais de M. Ghosn qui a remplacé Motonari Otsuru, un ancien procureur, il y a moins d'un mois, a suggéré que son illustre client soit placé sous la surveillance de caméras et dispose de moyens limités de communication avec l'extérieur.
"Nous avons proposé un dispositif qui rend impossible une évasion ou la suppression d'informations", a insisté mardi Me Hironaka, réputé pour avoir obtenu l'acquittement de plusieurs clients de haute volée.
Il a suggéré que M. Ghosn donne une conférence de presse dès que possible.
Mécontent du rejet de précédentes demandes de libération sous caution, Carlos Ghosn avait décidé de changer mi-février son équipe de défense japonaise, au moment d'aborder la phase de préparation de son procès qui n'interviendra pas avant plusieurs mois. 
La libération de M. Ghosn va permettre à l'ancien PDG de Renault de "se défendre librement et souverainement", a réagi le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, estimant que c'était "une bonne chose".
"Il est essentiel de protéger le principe de la présomption d'innocence et de laisser à chacun la liberté de se défendre dans les meilleures conditions possibles", a-t-il ajouté.
"Je suis impatient de pouvoir me défendre, avec vigueur", avait déclaré Carlos Ghosn alors qu'il se trouvait toujours en prison disant non seulement "vouloir rétablir son innocence, mais aussi à faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à une injuste détention".

"Complot"
Celui qui était vénéré au Japon pour avoir sauvé Nissan avait été arrêté le 19 novembre 2018 à Tokyo et placé dans le centre de détention de Kosuge, dans le nord de la capitale.
M. Ghosn a été inculpé pour minoration d'une partie de ses revenus pour un montant de 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018, dans les rapports de Nissan remis aux autorités boursières. Il a également été inculpé pour abus de confiance.
Fin janvier, lors d'un entretien accordé en prison à l'AFP, il avait dénoncé sa détention prolongée, un traitement qui "ne serait normal", selon lui, "dans aucune autre démocratie".
Il estime avoir été victime d'un "complot" ourdi par Nissan pour faire échouer son projet de rapprochement avec Renault.
Nissan, à l'origine de l'enquête ayant conduit M. Ghosn en prison, a déclaré mardi dans un message transmis aux médias qu'il "ne joue aucun rôle dans les décisions prises par les tribunaux ou les procureurs et n'est donc pas en position de commenter".
"Les investigations menées en interne chez Nissan ont montré des conduites (de M. Ghosn) manifestement contraires à l'éthique (...) et d'autres faits continuent d'émerger", a ajouté le constructeur, au chevet duquel était arrivé M. Ghosn en 1999.
La libération de Carlos Ghosn "n'a pas de conséquences sur les affaires de Nissan", a assuré l'actuel directeur général du groupe, Hiroto Saikawa.
En théorie, Carlos Ghosn, qui est toujours administrateur de l'entreprise, pourrait assister à un conseil d'administration, mais cette possibilité risque de lui être refusée par le groupe.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

On retiendra quand meme l'image de sa sortie : habillé comme un ouvrier d'usine,.. Conduit dans une mini Suzuki surmontée d'une echelle ?! pretée par un maçon ?
Les Japonais ne vont-ils pas un peu trop loin ?!
Chris, Le jeudi 07 mars 2019

En tout cas il avait pas bonne mine avec des cheveux clairsemés.
Je ne comprends pas c’etait Une affaire interne à Nissan ,les commissaires aux comptes et autres services n’ont jamais levés le petit doigt.
L’Alliance va souffrir de tout cela
alain boise, Le jeudi 07 mars 2019

... La société du spectacle ?
L'entrée autant scrutée que la sortie ...
Pour la DS7 , anecdotiquement le détail est savoureux, probablement l'un des véhicules de l'ambassade de France (?).

A propos de saveurs ... la future 1ere conférence de presse du "commandeur"
r isque de ne pas en manquer ... Gros travail de communication en perspective (liberation sous caution ..).. Toutes les vérités ne seront pas forcément bonnes à dire .. il faudra en garder pour le procès (?)
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 07 mars 2019

Le discours public ce sera la dénonciation des conditions de détention, le complot de Nissan contre lui bla bla…
Et devant la justice (de quel pays ?), il devra s'expliquer sur des sociétés aux Pays-Bas, le paiement par Renault de certaines prestations liées directement à sa personne…
Mais restons français en respectant la présomption d'innocence, jusqu'à ce que...
clerion, Le jeudi 07 mars 2019

Chers lecteurs,
Nous mettons à votre disposition un espace de commentaires sous nos articles pour vous permettre d'y ajouter des éclairages et des perspectives. Malheureusement, les commentaires ne sont pas toujours de bons niveaux et n'apportent pas de valeur ajoutée. Certains d'entre vous nous écrivent pour nous dire le désagrément que représentent pour eux cette partie commentaires.
Nous avons donc pris la décision de modérer cette rubrique de manière beaucoup plus sélective. Lorsque nous jugerons qu'un commentaire n'apporte rien au débat, il sera supprimé.
Bien cordialement,
Florence LAGARDE, Le jeudi 07 mars 2019

Chère Florence,
J'approuve votre décision, mais ne supprimez pas l'humour quand il est bien fait, comme avec Clérion ce matin...
;0)
Lucos, Le jeudi 07 mars 2019

... "effets de bords" ...Lucos ...il y en eût d'autres ...
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 07 mars 2019

Le site appartient à Autoactu.com et effectivement, il leur appartient de juger si une remarque est opportune ou pas.
Mon humour (dont je prends l'entière responsabilité), ne peut effectivement pas plaire à tout le monde (je ne prétend aucunement être tout public).
Simplement, je m'auto-censure pour ne jamais tomber dans l'injure et la diffamation.
Le problème d'un blog, c'est une incitation ouverte au dialogue dans le cadre d'un site qui se veut professionnel de l'automobile comme Autoactu.com.
Je respecte les articles et les avis des journalistes, mais le propre du blog, c'est de pouvoir commenter ces articles.
Depuis quelques semaines, Autoactu.com prend en relais des articles de l'AFP avec pour thématique récurrente l'affaire Ghosn.
Cela je le respecte.
Après la question est de savoir si ces rubriques à répétition de faits divers sont opportuns pour un site professionnel de l'automobile.
Je laisse juge les questionnaires du site se poser la question, qu'ils se sont sans doute déjà posée.
Personnellement, je trouve cette affaire tellement caricaturale et "grosse", que je prends volontairement le ton de la dérision.
Mais mon propos est sur ce thème, et non pas une critique des journalistes d'Autoactu.com.
Je tenais à répondre à ces interrogations avec franchise, donc sans arrière pensée négative ou méchante.
Bonne journée à toutes et tous.
clerion, Le jeudi 07 mars 2019

...Je laisse juge les gestionnaires du site...
clerion, Le jeudi 07 mars 2019

... auto censure sur un site auto ? ...quelle adaptabilité !
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 07 mars 2019

Auto-censure, gage de bonne conduite pour ne pas faire de sortie de route…
;-)
clerion, Le jeudi 07 mars 2019

Info épique sur cette sortie prise dans la presse japonaise :

"À 16h17 Le 6 mars, une camionnette noire transportant Takashi Takano, un membre de l’équipe de la défense de Ghosn, et d’autres personnes se sont garées devant le centre de détention.
Takano avait géré la procédure en vue de la libération de Ghosn, y compris le virement bancaire de 1 milliard de yens (8,9 millions de dollars) sous caution.
Après être entrés dans l'établissement, le groupe est sorti environ 12 minutes plus tard et a chargé un futon et une petite valise dans le fourgon noir.
Deux minutes plus tard, un autre groupe d'environ 10 personnes a quitté la maison de détention, y compris l'homme au centre portant l'uniforme de l'installateur. À un moment donné, l'homme a pointé la fourgonnette noire, mais a ensuite marché à côté de celle-ci et est entré dans une fourgonnette plus petite fabriquée par Suzuki Motor Corp
Le nom d'une entreprise de peinture basée dans la préfecture de Saitama était inscrit sur le véhicule. Le matériel de peinture avait été chargé à l'arrière et une échelle était attachée au toit.
La fourgonnette argentée a quitté les lieux tandis que la plus grande fourgonnette noire et ses occupants restaient derrière.
Les représentants des médias ont vite compris que Ghosn se trouvait dans le fourgon d'argent. Les photographes ont claqué furieusement leurs volets alors que le véhicule commençait à bouger.
Des motos, des voitures et même des hélicoptères ont suivi la camionnette argentée pendant environ une heure avant que celle-ci ne s’arrête devant le bureau d’un avocat situé dans le quartier Chiyoda de Tokyo.
Quand Ghosn, âgé de 64 ans, est sorti de la camionnette, il avait mis l'uniforme et le masque et portait un manteau gris.
Selon des responsables du ministère de la Justice, les avocats de la défense ont fourni l'uniforme que portait Ghosn lorsqu'il quittait le centre de détention de Tokyo, ainsi que le fourgon d'argent.
«Je n'ai jamais entendu parler de personne libérée sous caution dissimulée», a déclaré un haut responsable du ministère de la Justice.
Une source de la société de peinture Saitama a déclaré: «Je ne connais aucun lien avec Ghosn. Il y aurait peut-être eu un lien avec l'un de nos clients. "
La casquette bleue que portait Ghosn portait le nom d’une entreprise d’entretien des wagons, également basée dans la préfecture de Saitama.
Un responsable de cette société a déclaré qu’il n’avait aucun lien avec Nissan ni aucun lien avec la tromperie de l’équipe de la défense..."
Lucos, Le jeudi 07 mars 2019

"Un fourgon d'argent" ou un "fourgon argenté" c'est pas pareil … ?
Pfff … Le "commandeur" use un peu des deux semble t il ...
Sinon tout çà pour mettre en avant que Ghosn a choisi Suzuki pour sa sortie de l'auberge (?) … C'est plus discret qu'une Maybach, notez !
Si l'on ne peut même plus sortir de prison un tant soit peu incognito
… Où va le monde mon bon monsieur !

Mais je m'interroge …Lucos ce copier coller très "pipl" qui ressemble presque à un action commando … Dites voir …
Était ce bien opportun pour un site professionnel de l'automobile (?).
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 07 mars 2019

Totalement en rapport avec l'article et son titre.
^0)
Lucos, Le jeudi 07 mars 2019

Et puis concernant le patron du premier groupe automobile au monde ce n'est absolument pas people et Autoactu se doit d'en parler.
je suis en accord avec Clérion sur le déroulement cette affaire dramatique mais étonnement comique qui ne peut maintenant être traitée qu'avec la déraison d'une dérision dérisoire…
;0)
Lucos, Le jeudi 07 mars 2019

Demande d’effacement du commentaire de Lucos,aucun intérêt de connaître les détails et la quantité d’essence dans la voiture.
Merci à la rédaction
alain boise, Le jeudi 07 mars 2019

Pas de tracas cher Lucos c'était juste une espièglerie de ma part … Relisez le commentaire de Clerion relatif à "l'affaire GHOSN" (…)
Cela dit
- il s'agit désormais de l'ex patron de l'Alliance et de Renault (…)
- Ne vous en déplaise, l'article reproduit par vos soins est assez connoté people … "L'ex puissant dans une situation tragi comique" … Un must du people, en somme !

Que l'équipe qui entoure Ghosn empreinte des stratagèmes pour faire sortir leur précieux client le plus discrètement possible est sans doute "étonnant" mais assez éloigné des préoccupations du secteur (?).
En tous cas c'est ce qu'il me semble … Après on peut avoir une vision élargie de l'info pertinente … Les implants capillaires de Ghosn à ce tarif ….
;0)
ADEAIRIX , Le jeudi 07 mars 2019

ADRX J'avais bien compris.
Ce texte est la traduction google d'un article de l'Asahi Shimbun de ce jour et franchement la société de peinture qui n'est pas au courant restera dans les mémoires..
;0)
Lucos, Le jeudi 07 mars 2019



MEETDEAL, transformez vos leads en business !
Chine : l'île de Hainan prohibera les véhicules essence en 2030



Copyright © 6955 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017