Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Réseaux - 12/02/2020

Certificare intègre les kilométrages vérifiés dans la traçabilité des véhicules d’occasion

Certificare, start-up créée et dirigée par Bruno Nédélec, propose aux professionnels de l’automobile un outil de traçabilité des véhicules d’occasion dans le respect de la réglementation RGPD. Grâce à son réseau de partenaires, il intègre un kilométrage réel dans 50% des rapports édités.

L’entrée en vigueur de la réglementation RGPD a changé la donne pour un certain nombre de services et cette réglementation pourrait bien compliquer l’activité des entreprises qui délivrent des historiques des véhicules, estime Bruno Nédélec, CEO de Certificare.
L’exemple est d’ailleurs donné par le ministère de l’Intérieur dont le site Histovec ne délivre le rapport de l’historique d’un véhicule qu’à son propriétaire (via la demande du numéro de formule qui certifie que la demande émane d’une personne en possession de la carte grise) et le fait gratuitement. "Délivrer un rapport à partir d’une plaque d’immatriculation à n’importe qui, selon notre analyse, ce n’est pas RGPD", estime Bruno Nédélec.

L’offre de Certificaire n’est ainsi accessible qu’aux professionnels propriétaire de leurs VO en stock ou avec consentement du client particulier. L’entreprise se place dans la même logique qu’Histovec et ne vend pas de rapports à des particuliers.
A la différence du site du ministère une API permet aux professionnels de récupérer directement les données des véhicules dans leur outil informatique, ce qui rend le service compatible avec les nécessités d’une activité commerciale.
De plus, l’entreprise a dès sa création travaillé à l’intégration du kilométrage des véhicules dans ses rapports.
"L’historique du véhicule (dont Certificare dispose pour le parc français et espagnol) c’est bien, mais pas suffisant. La valeur client n’est pas très forte pour l’historique administratif et la demande du marché est d’avoir les kilométrages et l’entretien. C’est dans cette direction qu’il faut aller et nous y travaillons depuis 2 ans au niveau européen", explique Bruno Nédélec.

Face à la difficulté d’obtenir cette donnée, l’estimation des kilométrages par des algorithmes peut-elle être une solution ? "La démarche d’achat des véhicules d’occasion est anxiogène pour les clients qui sont parfois méfiants envers les professionnels. Si les kilométrages sont basés sur des projections statistiques et ne sont pas fondés, cela rajoute du flou. Que se passera-t-il quand le client constatera que le kilométrage réel n’a rien à voir avec le kilométrage estimé ? Ce n’est pas ce qu’il faut faire", répond Bruno Nédélec.
Pour proposer des kilométrages avérés, Certificare a développé une plateforme de mutualisation de la donnée qui agrège les informations sur les véhicules en les anonymisant (VIN partiel pour respecter les obligations RGPD). Ces informations sont transmises à Certificare par ses clients et partenaires qui ont eu à un moment donné accès à ces véhicules et ont renseigné un kilométrage.
Lorsque les professionnels qui utilisent les services de Certificare interrogent la base via une API les kilométrages enregistrés dans les bases partenaires sont intégrés à l’historique du véhicule.
"Les consultations dans la base Certificare doivent se faire avec l’autorisation du propriétaire et toutes les requêtes sont tracées pour garantir la protection des données personnelles. A chaque consultation, le professionnel doit renseigner l’immatriculation et le kilométrage actuel du véhicule et accepter les conditions générales d’utilisation de Certificare", explique Bruno Nédélec.

La start-up a pour projet d’intégrer ses rapports directement dans les DMS VO des vendeurs VO (Bee2Link, Tech 3H, AutoCerfa par exemple). Les vendeurs disposent également d’une application mobile qui permet un accès au service depuis leur smartphone et via leur adresse mail professionnelle. "Cela permet une gestion transparente à travers le système informatique du groupe de distribution", explique Bruno Nédélec.
Pour aller plus loin, Bruno Nédélec travaille depuis 2019 à une sorte de consortium de la donnée. "La fraude au kilométrage est un vrai souci et nous confirmons les chiffres de la FIA qui estime que la fraude au kilométrage concerne 15% à 20% des véhicules d’occasion en Europe, chiffre qui monte à 50% dans les pays d’Europe de l’Est", détaille Bruno Nédélec.

Son programme est de créer une base centrale européenne inspirée du modèle de Car-Pass en Belgique. Créée avec le soutien de l’Etat belge, cette base de données doit être renseignée avec le kilométrage de tous les véhicules qui entrent dans les garages.
Certificare a ainsi créé depuis 2019 un groupe de travail qui réunit "les leaders de chaque secteur (assurance, fast-fitter, après-vente, inspection VO) pour définir les conditions de mutualisation des données de kilométrage", explique Bruno Nédélec. "L’objectif de ce groupe de travail est de faire travailler l’intelligence collective pour s’adapter à un cadre légal qui n’est pas toujours clair et de converger vers une finalité commune qui est la lutte contre la fraude au kilométrage. Nous avons besoin de données réelles. Notre approche intègre d’ailleurs l’exploitation des données des véhicules connectés", précise-t-il.
Pour l’instant, Certificare est le seul acteur à intégrer un kilométrage vérifié dans ses rapports, information qui est disponible environ pour 50% des véhicules de moins de 5 ans, nous a dit le dirigeant. "Nous proposons cet outil exclusivement aux professionnels. Pour ceux qui veulent se différencier il a une vraie valeur client et nous espérons qu’il contribuera à rééquilibrer les canaux de commercialisation au profit du BtoC", assure Bruno Nédélec.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Certificare n'est pas le seul acteur à intégrer un km vérifié, tous les constructeurs ont cela dans leurs CRM.
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le mercredi 12 février 2020

Sur le "créneau" de la traçabilité de l'historique d'un véhicule d'occasion il y a Autoviza, aussi … (?)

Et la commercialisation de ce service semble plus fluide que le CRM des constructeurs qui au passage pourraient vendre un produit à quiconque en ferait la demande genre "Km approuvé" … J'évite le verbiage franglais "Km approved" … Vous le noterez !

Evidemment l'historique Autoviza est conditionné par le passage au CT (ou à rapport d'expertise (BCA / expertvéo suite sinistre) et donne un historique de détention (professionnel et particulier) …
… Hello les patates chaudes à différents titres !
;0)
ADEAIRIX , Le mercredi 12 février 2020

Oh la la c'est morne plaine...rien a se mettre sous la dent aujourd'hui !
Voilà du joli hors sujet !!
Pourtant Nissan en réclamant 83 millions d'euros à Carlos devrait nous faire marrer...ou dire que c'est plus que lamentable.
83 millions pour ce sortir du gouffre, cela va les aider !
C'est un genre de publicité négative qu'ils ce font et qui va donner envie d'acheter une Nissan au niveau mondial...et même de se pointer à leurs jeux !!
Ils sont vraiment cons au plus haut niveau ces japonais...cela ne tourne vraiment pas rond chez Nissan !
C'est sur qu'il n'y a pas un pilote dans l'avion !

Jo Duchene, Le mercredi 12 février 2020

… (hihihi) Comme si c'était nécessaire de panneauter, Duchene … !
Car de votre part, le "hors sujet" est une constante quotidienne, c'est
le contraire qui relève plutôt de l'exception …!

Sans doute votre manière d'être fidèle à Audiard et sa phrase : "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule" … Continuez d'osez !
;0)
ADEAIRIX , Le mercredi 12 février 2020

Comme il adore me titiller (il ne peut pas s'en empêcher) je vais le gratifier d'un deuxième joli hors sujet...mais il ne sera pas discuté ici avant un an ou deux...
Les habitants d'un village au nord du Portugal sont venu faire des manifs dans la capitale Lisbonne, pour protester contre le projet d'exploitation d'une mine à coté de chez eux, qui pourrait fournir jusqu'à 34% en Europe du Lithium...pour les usines de batteries européennes....mais exploité par les plus gros requins du monde...la multinational australienne Rio Tinto ! Ils sont connus pour ne payer que des miettes de leur business super juteux, et aussi de laisser de la merde polluante partout dérrière eux.
En plus sur un site qui est classé à l'UNESCO !! C'est le pot de terre contre le pot de fer. Les portugais sont bien barrés !
Le ministre de l'écologie portugais est d'accord déjà pour qu'on saccage toute une montagne et qu'on puisse polluer les nappes d'eau et les rivières de la région ! Nous sommes rassurés.
Jo Duchene, Le mercredi 12 février 2020

Pour une fois que ce forum était calme, déboisé..
Shanti, Shanti..
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le mercredi 12 février 2020

Vous voulez un troisième hors sujet ?
Jo Duchene, Le mercredi 12 février 2020



270 groupes référencés dans l'Annuaire des groupes de distribution
Le programme de mentoring de l’association Wave recrute pour la session 2020



Copyright © 2020 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017