Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 02/01/2008

Chine : Fiat se retire de sa coentreprise déficitaire avec Nanjin Automotive

Le constructeur automobile italien Fiat a annoncé mercredi s'être retiré de sa coentreprise chinoise déficitaire avec son homologue Nanjing Automotive, après la fusion de ce dernier avec SAIC Motor.

Fiat, insatisfait du niveau d'engagement de Nanjing dans cette coentreprise, a déclaré qu'il pourrait trouver un autre partenaire pour fabriquer des voitures de tourisme en Chine, deuxième marché automobile mondial.
L'entreprise commune de Fiat et Nanjing, connue sous le nom de NAC, perdait de l'argent depuis des années et vendait moins de véhicules que ses concurrents.
"La décision nous laisse une entière liberté d'action pour nous concentrer sur la restructuration de notre activité automobile en Chine", déclare dans un communiqué l'administrateur délégué de Fiat Sergio Marchionne.
La fusion de Nanjing et de SAIC, numéro un chinois, attendue de longue date, fait suite à des appels du gouvernement de Pékin pour créer un champion national susceptible de concurrencer les constructeurs automobiles étrangers bien implantés dans le pays.
Les coentreprises de SAIC avec General Motors et Volkswagen occupent le premier rang des ventes en Chine, avec un volume combiné de 441 584 automobiles commercialisées au premier semestre 2007, soit 14% de part de marché.
La filiale de camions de Fiat, Iveco, possède une coentreprise de camionnettes avec Nanjing et une autre de camions avec SAIC et un responsable d'Iveco a estimé que la fusion entre les deux groupes chinois contribuerait à simplifier les relations de l'italien avec ces derniers.
 
Collaboration dans les camionnettes
Fiat écrit mercredi dans un communiqué commun avec Nanjing qu'il va vendre sa participation de 50% dans la coentreprise avec Nanjing pour un montant non précisé. Il ajoute qu'il va continuer à collaborer avec le chinois dans la fabrication de camionnettes et de composants.
L'échec de cette coentreprise chinoise a accru les doutes des analystes sur la capacité de Fiat à atteindre son objectif de ventes de 300 000 unités en Chine d'ici 2010.
En 2006, le groupe a commercialisé 31 300 véhicules sur place contre un objectif initial de 40 000 et bien moins
que les chiffres atteints par SAIC et ses partenaires américain et allemand.
Les préoccupations de Fiat ont pris de l'ampleur quand Nanjing a voulu relancer la marque de voitures de sports MG, rachetée au britannique MG Rover. Le groupe industriel a jugé alors que Nanjing s'était détourné de ses engagements dans leur entreprise commune.
Entretemps, un autre constructeur chinois, Chery Automobiles, est apparu comme un successeur probable à Nanjing en tant que partenaire de Fiat en Chine sur le segment des voitures de tourisme.
Chery Automobiles met en place une entreprise commune avec Fiat pour fabriquer 175 000 voitures par an à compter de 2009. Cette structure va produire et distribuer des voitures sous les marques Fiat et Chery et lancer la marque sportive de luxe Alfa Romeo sur le marché chinois.
Un autre accord prévoit la fourniture par Chery à Fiat de plus de 100 000 moteurs par an.
Reuters

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017