Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 03/12/2015

Christian Chapelle, directeur des chaines de traction : "PSA n’est pas seulement un diéséliste"

Avec sa gamme de moteurs Pure Tech et la poursuite du développement du moteur 1,6l THP conçu en partenariat avec BMW, le groupe PSA assure ne plus dépendre des motorisations Diesel.

"Le rééquilibrage entre l’essence et le Diesel n’est pas nouveau. Le groupe PSA a investi 1 milliard d’euros pour préparer cette mutation avec le développement de la famille de moteur EB Pure Tech", explique Christian Chapelle, directeur des chaines de traction PSA. "Nous pensons que le Diesel sera légèrement en dessous de 50% en Europe et en France. La question de savoir jusqu’où sa part va descendre reste en suspens." Actuellement, les motorisations Diesel représentent encore 60% des ventes de PSA en Europe.
Le challenge pour les constructeurs sera de faire face à ce rééquilibrage tout en poursuivant la baisse des émissions de CO2 pour atteindre la cible moyenne de 95 g en 2021 alors que le Diesel représente en moyenne un gain de 15% par rapport à l’essence.
PSA qui affiche à fin septembre une moyenne des émissions de ses ventes de 105,5 g (ce qui en fait le leader européen sur ce critère) a recensé sur l’ensemble de sa gamme 48 véhicules "Best in class" (en matière d'émissions de CO2), dont 23 Peugeot, 17 Citroën et 8 DS. Surtout, le constructeur souligne que sa performance est équilibrée puisque 21 véhicules essence figurent dans ce palmarès.
Depuis la fin de son partenariat avec BMW, PSA est désormais seul sur le développement de ses moteurs essence avec d’un côté sa famille de moteur 3 cylindres (EB Pure Tech) développée en interne et de l’autre le moteur 4 cylindres Prince (1,6l THP) qui avait été conçu en partenariat avec BMW.
Révélateur des effets du downsing, cette situation donne une gamme de moteurs avec trois cylindrées, 1l et 1,2l pour les Pure Tech et le 1,6l THP. "Il faut oublier les cylindrées. Ce qui compte c’est la gamme de puissance et la gamme de couple et notamment la gamme de couple à bas régime", souligne Christian Chapelle. Ainsi la gamme de puissance des moteurs essence PSA se situe entre 68 ch à 130 ch pour les Pure Tech ("qui seront poussés avec des évolutions en 2017", souligne Christian Chapelle) et de 120 ch à 270 ch pour les versions turbo du 1,6l THP.
"Le moteur Prince est sorti en 2006 et nous continuons de faire des évolutions. Nous avions dès le départ prévu un outil industriel flexible et le moteur Prince a encore de beaux jours devant lui", assure Christian Chapelle. Le constructeur travaille notamment à une version plug-in hybride de ce moteur pour proposer ses plus grandes berlines (sur la plateforme EMP2, soit les segment C et D) avec plus de 50 km en mode tout électrique et une cible d'émissions de CO2 homologuées entre 40 g et 50 g.
Lancé en 2013, le moteur EB Pure Tech, développée en interne par PSA, a déjà permis une baisse moyenne des émissions de CO2 de 20 g à 25 g (soit -22%) à puissance comparable (entre le 1,6l THP atmosphérique 85 kW développé avec BMW et le 1,2l turbo Pure Tech 110 ch 81 kW et le 1,2l turbo Pure Tech 130 ch 96 kW). Le gain de poids entre les deux types de moteur est de 11 kg.
Dans sa version Turbo (lancée en 2014), ce moteur 3 cylindres a reçu en 2015 le premier prix "Moteur de l’année" dans la catégorie 1l à 1,4l décerné par le jury de "The International Engine of the Year Awards", loin devant le Volkswagen 1,4 l TSI Twincharger.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

@ la rédaction… Cà n’est pas du Français, donc çà gène moins, mais c’est downsizing quand même…

Beaucoup de chemin parcouru entre le 1,4 turbo de 110CH de la R5 Alpine turbo de 1982(?) et le THP 1,2 de 110 voire 130CH, et c’est heureux … Il est encore trop tôt pour avoir un avis sur la fiabilité de ces motorisations Pure Tech de PSA (la remarque vaut pour le Eco Boost de Ford) qui concentrent pas mal de nouvelles technologies et/ou usinages d’un nouveau type… Difficile d’apprécier si les suintements (joint spi ou pas ?) observés par un internaute Breton sont des défauts de « jeunesse… ? Antérieurement, les bases XU transpiraient assez (les GTIstes en savent quelque chose) et il fallût pas mal de temps pour qu’ils deviennent propres… Plus récemment les blocs 1,6 thp PRINCE rencontrèrent quelques vicissitudes qui, semble-t-il, appartiennent au passé… ?

Ces moteurs Pure Tech ont un excellent rendement énergétique et constituent donc une offre sérieuse pour rééquilibrer les ventes de « Diesel » des produits PSA… Il faut que les cadences de production suivent (sic absence de THP 130 sur le CACTUS;) ;-) ;=) ) …
Ce n’est pas le sujet, mais « çà compte quand même »… Pour la fiabilité, à part le service Essais du groupe, il est bien trop tôt pour se prononcer…
ADEAIRIX, Le jeudi 03 décembre 2015

Il faut oublier la cylindrée....curieux,les 2 l sont bien plus agréables et plus coupleux,pour monter un trottoir avec les downsingsees il faut mettre la pédale au 3/4 sinon ça cale....pas de tours pas de chocolat.
La remarque de sieur Jo paraît intéressante avec le Atkinson,moteur paresseux mais robuste ,est-ce que Peugeot y a déjà travaillé?
alain boise, Le jeudi 03 décembre 2015

Le moteur EP "Prince" est de conception BMW assez ancienne, datant du début des années 2000. BMW....qui s'était allié avec un partenaire pour le produire et surtout trouver des débouchés afin d'en augmenter les quantités à produire.
Ce moteur était monté sur les "Mini" et de nombreuses BMW athmo. et turbo. De nombreux problèmes de fiabilité sont apparus dès les premières années de fabrication. BMW a corrigé les défauts de jeunesse mais a rencontré beaucoup de difficultés pour imposer en fabrication les règles strictes de contrôle dans l'usine française de Douvrin. Cette histoire de relations devenues houleuses entre les deux constructeurs est d'ailleurs assez connue dans le milieu automobile allemand. BMW a pris la décision en 2005 de développer seul de nouvelles technologies, en particulier les systèmes de gestion de puissance sans registre ( "papillon" ), par ajustement de levée des soupapes. Ce système est à la base du moteur 3 cyl. 1500ccm qui est particulièrement primé par la profession et monté dans les BMW et Mini.
La réponse de PSA est le nouveau moteur EB à 3 cyl plus récent mais qui n'a pas le même palmarès.
Désolé pour PSA mais encore une fois, leur technologie "essence" reste un poil en retrait....
Smarter, Le jeudi 03 décembre 2015

@ Smarter
... C’est sûr que comparer PSA aux meilleurs motoristes mondiaux (BMW ...Honda ?) serait un rien présomptueux… Mais là n’était pas le propos jusqu’à votre commentaire…

En outre comparer un moteur 1500 cm3 à un 1200 cm3 me semble un rien spécieux…. ?
D’autant que dans la vraie vie, sa supériorité d’utilisation n’est pas si évidente ; certes la conduite d’une Mini Cooper dotée du 3 cylindres est-elle plus « smart » … En revanche, son droit d’usage est un peu plus sélectif que dans le cas des embarcations Françaises…Donc ce serait la moindre des choses que le "Bavarois" se révèla supérieur... ?
ADEAIRIX, Le jeudi 03 décembre 2015

@ Smarter
... C’est sûr que comparer PSA aux meilleurs motoristes mondiaux (BMW ...Honda ?) serait un rien présomptueux… Mais là n’était pas le propos jusqu’à votre commentaire…

En outre comparer un moteur 1500 cm3 à un 1200 cm3 me semble un rien spécieux…. ?
D’autant que dans la vraie vie, sa supériorité d’utilisation n’est pas si évidente ; certes la conduite d’une Mini Cooper dotée du 3 cylindres est-elle plus « smart » … En revanche, son droit d’usage est un peu plus sélectif que dans le cas des embarcations Françaises…Donc ce serait la moindre des choses que le "Bavarois" se révèla supérieur... ?
ADEAIRIX, Le jeudi 03 décembre 2015

Smarter,

Bizarrement, les moteurs EP montés dans l'usine anglaise de BMW souffraient des mêmes problèmes que ceux montés à Douvrin.

"Cette histoire de relations devenues houleuses entre les deux constructeurs est d'ailleurs assez connue dans le milieu automobile allemand", milieu dont tout le monde connaît l'absence de problème, l'honnêteté et et l'absence de chauvinisme.

"BMW a pris la décision en 2005 de développer seul de nouvelles technologies, en particulier les systèmes de gestion de puissance sans registre ( "papillon" ), par ajustement de levée des soupapes. Ce système est à la base du moteur 3 cyl. 1500ccm qui est particulièrement primé par la profession et monté dans les BMW et Mini. " Système qui était déjà présent sur les EP atmosphérique.
Vincent , Le jeudi 03 décembre 2015

Après vous avoir lu, à savoir le post de Florence Lagarde et après les réactions des professionnels de la profession, je suis passé à la lecture du mensuel Auto Moto qui vient de sortir et notamment la rubrique (régulière) Conso (contrôle technique), et je suis obliger de constater avec les 120.000 acheteurs de la nouvelle gamme DS4 sortis et commercialisées depuis mai 2011, que le groupe PSA a sorti et vendu un produit qu'est une MERDE SANS NOM, et ne fait de ce groupe PSA qu'une bande de margoulins et mauvais industriels (BMW compris):
La liste lamentable de malfaçons dans cette gamme est impressionnante: Problèmes de filtre à particules, moteurs 1.6 hdi et e-hdi (casses de courroie de distribution, jusqu'en octobre 2011, pouvant entrainer des frais de réparation très élevés, injecteurs défectueux à remplacer, valve EGR etc.) Transmission (des embrayages ont été remplacés) Habitacle et équipements (pannes sur GPS, radio, et rétroviseurs) Châssis ( fixation défectueuses des triangles arrière jusqu'en début année 3013) moteurs 1.6 VTI et THP (pannes sur pompes a eau défectueuses, et électrovanne d'avant 2013)...etc, etc, etc. Sans compter les nombreux rappels (tensions électriques, logiciels défectueux à télécharger et actualiser, boitier BSI, boitier des protections général d'alimentation) etc....
Si tout çà est faux pourquoi le groupe PSA ne porte pas plainte pour diffamation contre cette revue grand public et aussi contre Auto Plus qui est aussi critique?
Ayant travaillé dans cette industrie plus de trente ans, je le dit tout net et ceci en 2015, j'ai honte en tant que français de constater la MERDE qui est produite (et vendu à prix d'or aux français) par nos deux constructeurs nationaux.
Lisez les constats que fait le numéro web d' Usine nouvelle cette semaine sur l'automobile. Ils sont encore plus saignants que moi.
Chez Renault ont fait même tourner une de ses usines françaises à 80% avec des intérimaires, selon Usine Nouvelle.
La qualité des voitures assemblés doit forcément s'en ressentir...
Renseignez-vous sur le pourcentage des voitures à retoucher en fin de chaine...c'est unique au monde...de gâchis!!
Face à çà, comme elle est dérisoire la "petite" discussion ici de mes petits camarades, qui ne sont surement pas concernés à titre individuel, mais le "cousinage" scabreux entre PSA et BMW, pour fabriquer au final ce qu'on voit dans une DS4 et vendu au public, et compte tenu des difficultés économiques actuelles, dépasse l'entendement.
Une société qui fait des enquêtes sur "qui' achète actuellement une voiture: C'est simple, sa réponse est: LES VIEUX.
Jo Duchene, Le vendredi 04 décembre 2015



Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Thierry Koskas nommé directeur commercial du groupe Renault



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017