Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 28/11/2018

Christophe Musy, directeur pièces et services PSA : "Les pièces multimarques doivent peser 20 à 25% de nos ventes à terme"

Grand témoin du symposium après-vente organisé par Autoactu.com le 22 novembre dernier, Christophe Musy, directeur pièces et services de PSA,  a répondu aux questions de Florence Lagarde, directrice de la rédaction d'Autoactu.com, et de Jean-Marc Pierret, directeur de la rédaction d'Après-Vente Auto.

Autoactu.com : Où en est aujourd’hui le déploiement de vos plateformes de stockage et de distribution de pièces Distrigo ?
Christophe Musy : Elles sont aujourd’hui au nombre de 190 dans le monde, dont 130 en Europe (40 en France) et 13 en Chine. Les pièces multimarques représentent 10% de nos ventes, dont la moitié sont des pièces Eurorepar et l’autre moitié des pièces d’équipementiers. L’objectif est de monter à 20-25% de nos ventes en pièces multimarques, sans que cela ne nuise à nos ventes de pièces d’origine. Nos pièces IAM, Eurorepar et équipementiers, sont vendues pour moitié à des MRA. Sinon, les pièces Eurorepar apportent une solution complémentaire à nos réparateurs agréés (RA) et agents qui trouvent chez nous un unique point de contact pour acheter toutes leurs pièces. 
 
Autoactu.com : Ne craignez-vous pas que ces pièces d’équipementiers, moins chères, ne cannibalisent vos ventes de pièces d’origine ?
Christophe Musy : Non, et ce pour deux raisons. D’une part, les pièces IAM s’adressent au parc ancien et à une clientèle qui cherche à réparer ou entretenir son véhicule à moindre coût, tandis que les pièces d’origine s’adressent à une clientèle qui a besoin de réassurance et privilégie donc la marque du constructeur, la meilleure qualité de la pièce et sa durabilité – notamment lorsque le client a souscrit un contrat d’entretien, ce qui est de plus en plus fréquent. D’autre part, la structure de marge incite toujours les réparateurs à maximiser leurs profits avec nos pièces d’origine, puis avec les pièces Eurorepar, puis avec les marques des équipementiers.
 
Autoactu.com : Vous l’avez constaté comme nous, le marché de la rechange indépendante est en phase de consolidation avec de nombreux rachats opérés pour atteindre une taille critique. Pourriez-vous également vous développer par acquisition ?
Christophe Musy : En Europe de l’Ouest, nous donnons la priorité à la croissance des plaques Distrigo qui sont issues des réseaux PSA. En revanche, en dehors de l’Europe de l’Ouest, d’autres schémas sont possibles et nous n’excluons pas la possibilité de nous développer par acquisition, comme nous l’avons déjà montré en Chine. Nous n’avons pas de tabou, ni de dogme chez PSA ; seule la performance nous importe. Dans un marché Aftermarket très concurrentiel et très changeant, la meilleure protection est d’élargir le champ de notre clientèle et notre champ d’activité.
 
Autoactu.com : Vos acquisitions vous ont-elles permis de créer des synergies ?

Christophe Musy : Nous avons déjà intégré les pièces de rechange Opel dans notre centre logistique de Vesoul, et ce processus est en cours au Royaume-Uni et en Allemagne ; il sera poursuivi en Europe à un rythme soutenu. Autre exemple : nous sommes devenus le fournisseur de pièces de l’usine de reconditionnement d’Aramis Auto. Et bien sûr, nous mettons en commun nos compétences achats et logistique pour toutes les entités Aftermarket du Groupe, que ce soit les marques Peugeot, Citroën, Opel, Vauxhall ou Mister Auto. Nous utilisons aussi les compétences et le back-office de Mister Auto pour développer des boutiques d’accessoires en ligne, comme celle que nous venons de lancer pour la marque Opel en France ; nous le ferons par la suite pour les autres marques du Groupe.
 
Autoactu.com : Vous ne craignez pas de marcher sur les plates-bandes de vos distributeurs avec cette offre de vente directe d’accessoires ?
Christophe Musy : Non, c’est une offre qui vise à concurrencer les offres des opérateurs Internet et celles des centre-autos et supermarchés, pas celles des distributeurs qui, en général, vendent des accessoires en même temps que le véhicule. 
 
Autoactu.com : Pourquoi, selon vous, êtes-vous le seul constructeur à avoir adopté cette stratégie de plateformes ?
Christophe Musy : Je suis persuadé que les autres constructeurs finiront par adopter une approche équivalente. C’est une vraie révolution qu’il a fallu bien sûr accompagner, notamment avec les membres de notre réseau qui étaient actifs en ventes externes. Aujourd’hui, tous nos réparateurs agréés nous disent que le taux de service s’est très fortement amélioré et que l’offre de pièces est beaucoup plus large. Nous avons mis en place un système gagnant-gagnant qui prévoit une compensation financière pour les concessionnaires qui ne distribuent plus de pièces. Notre ambition est de devenir un leader de la vente de pièces de rechange multimarques au niveau mondial.

Autoactu.com : Même dans les pays où le groupe est absent en tant que constructeur automobile, comme l’Inde ou les Etats-Unis ? 

Christophe Musy : Concernant les grands marchés sur lesquels PSA n’est pas encore présent en tant que constructeur auto : nous nous déjà sommes implantés aux Etats-Unis avec notre offre d’autopartage Free2Move sans y distribuer de véhicules neufs, alors pourquoi pas une offre d’après-vente. Nous sommes attentifs à toutes les opportunités et notre stratégie de développement de l’activité pièces n’est pas obligatoirement liée à la distribution de véhicules. Par ailleurs, le Groupe a annoncé son retour en tant que constructeur en Inde en 2021 et aux Etats-Unis dans les 10 prochaines années.

Autoactu.com : Comment le changement de mix des motorisations va-t-il impacter votre activité ?

Christophe Musy : C’est probablement le changement le plus important qui va avoir lieu au cours des 10 prochaines années. Toutefois, l’évolution est relativement lente au niveau de l’après-vente en raison de l’inertie du parc. L’évolution du mix devrait commencer à se faire sentir d’ici 2025, la consommation d’huile et de filtres par exemple devant probablement diminuer. 
En revanche, le rythme de changement de mix qui est imposé aux constructeurs va devoir être très rapide pour respecter les objectifs fixés par l’Union européenne, si ceux-ci se confirment.
Pour ce qui concerne l'après-vente, nous proposerons des offres packagées avec maintenance comprise, qui contribueront à un coût d’usage global compétitif des véhicules par rapport aux modèles thermiques.

Propos recueillis par Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

… De mémoire, le développement de l'activité PR est un élément (non mineur) du 2ème plan stratégique de Carlos TAVARES …
C'était écrit il y a quelques jours…. Dans un marché de la distribution de pièces de rechange (spares pour les francophiles...) en Europe fortement atomisé …
Les grandes manœuvres ne font que commencer … !
Dès lors PSA ne semble pas le plus mal placé pour prendre des positions sur une activité très logistique … Gageons que les autres compétiteurs vont bien finir par réagir …
PS : à propos de Francophilie et de Toubon, rappelons que l'abréviation IAM signifie Independant After Market … vous aviez traduit j'en suis sûr ...
;0)

A propos du passage de l'article :

"Nous avons mis en place un système gagnant-gagnant qui prévoit une compensation financière pour les concessionnaires qui ne distribuent plus de pièces."

… Un questionnement à qui voudra bien répondre "pertinemment"..
La compensation financière en question c'est une augmentation du commissionnement sur les VN (je n'y crois guère) ,le versement d'une rétrocommission sur le CA réalisé avec l'activité PR sur la territorialité du "distributeur" (limité dans le temps ?) voire autre formule ?
C'est à vous ...

.ADEAIRIX, Le mercredi 28 novembre 2018

ADEAIRIX,
je vous renvoie à cet article qui explique en détail le "système gagnant-gagnant" : http://www.autoactu.com/plateformes-pr-et-dpr2a--le-tandem-gagnant--.shtml
xavier champagne, Le mercredi 28 novembre 2018

… Merci pour ce prompt retour !
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 28 novembre 2018

ADEAIRIX,
je vous renvoie à cet article qui explique en détail le "système gagnant-gagnant" : http://www.autoactu.com/plateformes-pr-et-dpr2a--le-tandem-gagnant--.shtml
xavier champagne, Le mercredi 28 novembre 2018

Rien de bon dans tout ça pour le consommateur automobiliste...
et également pour les assureurs...mais ceux-ci savent ce défendre !
Beaucoup de bonnes questions et beaucoup de réponses "pipeau" et au "doigt mouillé" comme que "je suis le meilleur" et la concurrence ce sont des nases qui comprennent rien au business.
Voilà une stratégie du fusil à tirer dans tous les coins... mais le cœur du métier (production fiable, amélioration de la qualité et culture client) rien de tout cela n'intéresse la haute direction du constructeur.
Faire des marges en faisant le boutiquier de mauvaise quincaillerie voilà les ambitions minables d'un constructeur qui joue dans la cour des petits.
Remarquez que GM à une autre échelle et avec d'autres moyens ne fait pas mieux en faisant CROIRE que l'avenir de l'automobile est la voiture autonome de science fiction et que c'est là qu'il faut dépenser des milliards en investissement.
Le summum de l'intelligence et de la mobilité SERA la fabrication du VE autonome que disent ces messieurs de GM, alors que Tesla met en SOURDINE l'aspect "autonome" de leurs VE.
Jamais de l'histoire automobile certains constructeurs ont autant MARCHE SUR LA TÊTE !!!!
Par ailleurs et a une autre échelle des imbéciles de chez VW ou pas font circuler une vidéo d'une Golf GTI qui fait sur une autoroute allemande 100 km en 26 minutes.
Résultat des courses, pour cette imbécilité, 26 litres aux 100/km.
Je préfère 45 L/100 sur une Bugatti mais on roule à 400 km/h.
Ce monde industriel qui devrait être rationnel..devient triste et lamentable.


Jo Duchene, Le mercredi 28 novembre 2018

Des raisons d'espérer ?
Tiens à propos de produits "basiques" à 30K€ le bout ...
Toyota présente le lifting 2019 de la Prius à Los en gelée
Que l'on se rassure ...
Elle présente un design toujours aussi "réussi" ...
Les fainéants ont de la chance … Si en plus elle était belle … Pôvres
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 28 novembre 2018

Cher Druide la Prius n’est pas une auto mais un déplaçoir
alain boise, Le mercredi 28 novembre 2018

Il a pas totalement tort notre ami... le design actuel des Toyota est à gerber... et seul un CHR en noir passe inaperçu...
Tout est moche chez eux... et BMW signe avec la i8 et la Z4 deux monuments (abordables) de design ! Riche j’aurai acheté illico les deux.
Le troisième c’est l’Alpine ... cocorico, et de trois si je gagne au Loto!
Aujourd’hui je suis déchaîné et je bouffe du canard rôti ...
le canard nous raconte encore des misères sur Carlos dont on était pas courant...tiens c’est cuit de cuit...
Quand le président des riches veut ce débarrasser de son image... il fout la pagaille chez Renault pour essayer... et qui a cru à l’époque aux conséquences aujourd’hui.
Avalez ce morceau de cuisse de...
Jo Duchene, Le mercredi 28 novembre 2018

Alain, cela ne veut rien dire, même si cela amuse la galerie!
Allez parcourir une chaîne de fabrication de voitures, merde ce n’est adulte!
Si il y a dix ans on avait fabriqué ou copiée une Prius j’aurais acheté français... ce n’est pas beau une Prius...
Par contre fabriquer une caisse qui ne casse pas.. améne à dire que nous en Occident ont est des parfaits merdeux et des gougnafiers sans orgueil et dignité industrielle !
Jo Duchene, Le mercredi 28 novembre 2018

… Des parfaits merdeux et des gougnafiers sans orgueil et dignité industrielle !"?. Euh et encore, c'est très (trop ?) laudatif Duchene …?
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 28 novembre 2018

… Il est étonnant de constater que dans cet entretien, Christophe MUSY ne dise pas un mot concernant de l'entrée de PSA au capital
de l'entreprise de distribution chinoise UAP Auto Union …
UAP Auto Union (rien à voir ni avec l'assureur ...ni le seigneur des anneaux...) mais un acteur significatif de la distribution de PR en Chine avec une dimension régionale… semble-t-il (?)

Nécessaire confidentialité au moment de l'interview, j'imagine (?)
Prochainement des précisions dans Autoactu, j'imagine aussi !
ADEAIRIX, Le mercredi 28 novembre 2018

Adeairix, tant que des constructeurs automobiles quels qu'il soient sortent des produits de fiabilité douteuse et certains mettent souvent quatre voir cinq ans pour résoudre des défauts de fabrication, n'attendez pas de moi d'être admiratif de leur travail.
Néanmoins nous avons chez nous même des produits industriels dans l'industrie de la mode par exemple: ils sont chers mais la fiabilité est totale.
Exemple: un sac Vuitton.
Cela n'a rien à voir avec l'automobile dirons beaucoup....mais il y a une dignité industrielle chez cette marque..ils ne transigent pas sur la qualité et la fiabilité à l'usage de leur produit par le client.
Dites que j'exagère.
Jo Duchene, Le mercredi 28 novembre 2018

… Assurément Duchene vous exagérez !
Vous ne pouvez prendre Vuitton comme base de comparaison et voici pourquoi …

Vuitton appartient à l'univers du luxe … En cela cette firme se doit de présenter une qualité irréprochable (ou elle va au tapis c'est aussi simple que cela)… Cette qualité dont vous vous faites le chantre réclame un savoir faire notamment pour ce qui concerne la maroquinerie qui nécessite de l'entretenir ce savoir faire … Par ailleurs vous savez aussi bien que moi que les marges brutes et le résultat net n'ont strictement rien à voir avec ce que nos généralistes automobiles tricolores sont en mesure de "sortir" et çà intervient grandement dans la valeur du produit. Donc à moins que vous soyez de parfaite mauvaise foi, la comparaison n'est pas recevable.

Aujourd'hui, nous n'avons plus aucun constructeur de voitures de luxe ou de sport depuis la disparition de Facel et, plus près de nous, Venturi … La marque automobile qui se rapproche le plus de cet univers est la renaissante marque Alpine … J'ai l'impression qu'un travail important a été réalisé sur l'A110 et nous saurons d'ici quelques temps si la fiabilité est au rendez vous …
Pour la qualité, ce produit n'est probablement pas au niveau du Cayman qui est la référence de ce segment … On retrouve un peu le syndrome des basculeurs ou commodos de Fiat qui existaient sur les Ferrari 308 ou 328 GTB pour faire allusion à votre référentiel ...

Pas plus que vous je n'apprécie les défauts de qualité que vous effleurez ici ou là dans vos commentaires concernant les productions des firmes tricolores …Si des problèmes récurrents existent, heureusement il y a de bons produits et c'est là que vous exagérez une fois de plus …
Pour autant, cette désinvolture des constructeurs et parfois l'incompétence des personnels des concessionnaires m'ont persuadé, il y a déjà une bonne vingtaine d'années, d'opter pour les contrats de maintenance et /ou d'extension de garantie ...

De nouveau, si je prends votre exemple de Vuitton et les produits de consommation qui s'apparentent un peu au luxe … Il faut regarder du côté des produits manufacturés, notamment, le secteur de la HiFi avec des firmes comme Devialet (surtout), Elipson voire Cabasse ….
Là du coup une comparaison deviendrait pertinente du point de vue de la qualité … L'excellence de ces produits est connue …
On ne peut pas les placer non plus dans le registre des produits de consommation courante comme c'est le cas pour nos deux constructeurs automobiles pour d'évidentes raisons ...
ADEAIRIX, Le jeudi 29 novembre 2018



articles connexes

PSA lance des versions "chantier" et "rouleur" sur les Partner et Berlingo pour maximiser les VR
Alistair Gardner nommé directeur de Maserati Amérique du Nord



Copyright © 202 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017