Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 03/10/2018

Comment Ola Källenius électrifie la gamme Mercedes

Alterno-démarreur en 48 V sur la plupart des moteurs thermiques, large offre d’hybrides rechargeables et gamme électrique à batteries EQ, Mercedes lance un grand mouvement d’électrification de ses chaînes de traction. Ola Källenius, directeur de la R&D et futur président du directoire de Daimler en dit plus.

Le groupe Daimler et plus particulièrement Mercedes-Cars sont engagés dans un vaste mouvement d’électrification des véhicules. Pour Mercedes-Cars, Ola Källenius, directeur de la R&D du groupe prédit que la famille des véhicules électriques EQ représentera de 15 à 25% des ventes de véhicules à l’horizon 2025. La fourchette est assez large….

Cette prévision large provient notamment de l’incertitude sur le taux d’adoption de la voiture électrique sur les marchés européens et nord-américains. Pour séduire l’acheteur potentiel, Daimler entend mettre toutes les chances de son côté. Ainsi, Mercedes fait partie du consortium allemand Ionity qui a pour objectif d’installer des bornes de recharge sur les grands axes routiers européens. "D’autres opérateurs sont déjà présents en ville, voilà pourquoi Ionity se consacre à l’extra urbain et prévoit l’installation de 400 bornes en Europe à terme", précise celui qui remplacera Dieter Zetsche à la tête du groupe Daimler dans le courant du premier semestre 2019. Mais il précise que la vocation de Daimler et de ses trois autres partenaires constructeurs dans Ionity n’est pas de devenir fournisseur d’énergie ou gestionnaires d’infrastructures de recharge : "Nous mettons cela en place pour apporter un service à nos clients et éviter le phénomène de la poule et de l’œuf".  

Le cœur de l’activité de Daimler concerne donc les véhicules et Mercedes-Cars déploie l’électrification de son offre selon trois volets : d’une part l’hybridation légère en 48 Volts va concerner une large part des moteurs thermiques, d’autre part, des versions hybrides rechargeables seront disponibles sur toutes les gammes, de la A à la S. A noter que le nouveau GLE qui a été dévoilé le 2 octobre au Mondial comportera une version hybride rechargeable capable de parcourir 100 km en mode tout électrique. Enfin, la famille EQ propose des véhicules électriques à batteries. Et Ola Källenius se montre plutôt optimiste pour cette gamme en soulignant que l’offre crée la demande : "La famille EQ, ce sont de vraies Mercedes et elles sont électriques". Mercedes va lancer ses véhicules électriques dans six usines d’assemblage réparties sur l’ensemble du globe et les packs de batteries proviendront de huit usines du groupe. "Nous avons choisi l’intégration verticale pour l’assemblage des batteries et dans le domaine du développement, nos ingénieurs travaillent avec leurs homologues des meilleurs fabricants de cellules mondiaux", ajoute t-il. "Nous voulons travailler avec les meilleures entreprises de ce secteur et nous les mettons en compétition". Daimler espère proposer rapidement sur ses véhicules des batteries offrant une meilleure densité énergétique, ce qui permettra d’accroître les performances et l’autonomie et/ou d’en réduire la taille. 

Pour le court terme, Ola Källenius a estimé que l’atteinte des objectifs européens de CO2 pour 2021 constituait un défi de taille, notamment en raison du comportement de l’acheteur. Concernant les négociations en cours, le directeur de la R&D de Daimler estime qu’un objectif de 30 % de baisse constituerait à la fois un challenge mais également un objectif atteignable.
Bertrand Gay

Partagez cet article :

Réactions

Voilà pourquoi ces constructeurs allemands font peur...et pourquoi l'argent des classes moyennes hautes de l'Europe va aller chez eux !
Ouvrez les yeux, ce sera la REALITE des ventes de VN de demain.
Avec la valorisation boursière de ces cocos, le rouleau compresseur de leur OFFRE créera forcément de la DEMANDE, et le pognon même des PAUVRES ira chez eux.
Comme d'habitude tout sera cher chez eux et presque pas fiable, et l'Europe continuera de leur filer l'argent...en VN, en VO, et en entretien ruineux.
Prenez les mauvaises décisions d'achat, vous n'avez encore rien vu !!!
Jo Duchene, Le mercredi 03 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : Pour savoir "qui fait quoi ?"
Volkswagen met fin au contrat du président d’Audi Rupert Stadler



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017