Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Sport - 30/04/2019

F1 : comment Ayrton Senna est devenu un mythe

(AFP) - Plus qu'une idole, un mythe: Ayrton Senna est plus que jamais, 25 ans après sa mort le 1er mai 1994 sur le circuit d'Imola, l'une de ces figures qui font la légende de la Formule 1.

"Je crois qu'Ayrton n'appartient pas au milieu des célébrités, il l'a dépassé. Il est dans une catégorie mythique qui transcende le temps et l'espace", disait sa soeur Vivianne à l'AFP en 2014.
Interrogé cinq ans plus tard sur le pilote qui l'a "inspiré" enfant, Lewis Hamilton ne dit pas autre chose. "Il est un héros et le restera toujours", estime le quintuple champion du monde britannique qui partage le mysticisme du Brésilien. "Je ne connaissais pas bien sa personnalité, donc c'est plus ce qu'il représentait, ce contre quoi il se dressait et ce dont était capable au volant que j'aimais".
Ayrton Senna da Silva, né le 21 mars 1960 à Sao Paulo, a disputé 161 Grands Prix entre 1984 et 1994 pour un bilan remarquable: 65 pole positions, 41 victoires, 80 podiums, près de 3.000 tours de circuit bouclés en tête de la course et trois titres mondiaux avec McLaren en 1988, 1990 et 1991.
C'est moins que Michael Schumacher (7 titres), Hamilton et Juan Manuel Fangio (5), Alain Prost et Sebastian Vettel (4) mais l'essentiel est ailleurs.

"Aura"
"Ce qui me sidère, c'est à quel point Senna est toujours présent. Il ne se passe pas un Grand Prix sans qu'il soit mentionné ou apparaisse sur une banderole", remarque le journaliste français Lionel Froissart, qui fut proche du Brésilien.
"Ca tient beaucoup à sa personnalité, estime-t-il. Il fait partie de ces personnages exceptionnels un peu touchés par la grâce. Il imposait naturellement une distance, une sorte d'aura. On avait le même âge mais je ne lui aurais jamais tapé dans le dos !"
Sa manière d'être à la fois modeste et orgueilleux, ce mélange d'agressivité totale sur la piste et de sensibilité en dehors est resté dans les mémoires.
"C'était un pilote exceptionnel avec un charme particulier. La combinaison de ces deux qualités faisait clairement de lui une légende déjà de son vivant", abonde l'Autrichien Gerhard Berger, qui fut son équipier et ami.
Sa rivalité avec "le professeur" Alain Prost, à qui il fut associé chez McLaren en 1988 et 1989 et opposé jusqu'à la retraite du Français fin 1993, a aussi cristallisé les passions et popularisé les deux hommes au-delà des amateurs de sport automobile.

Légende
"On a vu arriver les grands médias parce qu'il y avait cette bataille humaine avec des pilotes aux caractères ou aux charismes différents, de cultures différentes, aux éducations différentes", se souvient Alain Prost.
"J'ai gagné plein de courses et de championnats en dehors de lui mais notre histoire est complètement liée", confirme-t-il à l'AFP. "Après la mort d'Ayrton, je dirais que les fans de Senna, certainement pas tous parce qu'il y a toujours des irréductibles, mais la très grande majorité, se sont ralliés à une histoire commune, pas à Prost contre Senna".
La mort du Brésilien en direct lors du Grand Prix de Saint-Marin, dernier drame d'un week-end déjà tragique (sérieux accident de son compatriote Rubens Barrichello le vendredi, mort de l'Autrichien Roland Ratzenberger le samedi), a déclenché une onde de choc et achevé de construire sa légende.
C'était "un bon être humain, avec des principes et des valeurs", se souvient Ron Dennis, qui fut son patron chez McLaren. "Il a été vraiment très bon pendant tout le temps qu'il a passé sur cette planète. C'est dur de trouver un aspect positif au fait qu'il a eu un accident et a perdu la vie, mais ça veut aussi dire qu'on n'a pas assisté à son déclin".
Parti en pole position, Ayrton Senna menait au volant de sa Williams-Renault quand il a heurté le mur en béton de la courbe de Tamburello au 7e tour. Il était 14h17, il avait 34 ans.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

TF1 passait de la pub au moment de l'accident..
Lucos, Le mardi 30 avril 2019

Toute une époque...
Pour ceux qui sont abonnés, je conseille un film autobiographique sur sa vie sur Netflix intitulé "Senna". On y apprend ses jeunes années en kart, les liens avec sa famille et ses rivalités en F1. Contrairement a ce qu'on avait pu dire à l'époque, il n'est pas décédé de la rupture de sa colonne de direction mais de la rupture du bras en carbone de la suspension avant de sa monoplace qui a ensuite transpercé son casque. Depuis cette date, aucun pilote de F1 n'est décédé (fort heureusement) et des progrès énormes ont été faits en terme de sécurité...
clerion, Le mardi 30 avril 2019

Un peu le "Messi" du volant avec une technique parfaite et la "vista" de ce qui allait se passer dans les dixièmes de secondes à venir pour agir en conséquence sur le "film".
Deux images restent dans mon esprit: celle d'une remontée de 15 places dans le premier tour du grand prix du canada avec une Mc Laren Ford et celle de l'inconnu qui faisait patiemment le matin du GP le tour du circuit de Monaco avec sa mobylette.
Outre le pilote d'exception, l'homme qui contribuait tout aussi discrètement à beaucoup d’œuvres humanitaires. Pas besoin là non plus d'utiliser les media. Et en plus "forever young".... Une légende.... justifiée !
albert, Le mardi 30 avril 2019

Bonjour, juste une petite mise au point. Ayrton Senna est bien mort d'un bris de bras de triangle de suspension qui a bien transpercé son casque, conséquence du choc ayant suivi la sortie de route. Mais la raison de la sortie de route est toute autre...
MB, Le mardi 30 avril 2019

Cher MB … qui à revenir sur le bris du bras de triangle de suspension cité par clerion dans son commentaire … Au moins auriez vous pu préciser "la raison de la sortie de route" dans le votre … ;0)
ADEAIRIX , Le mardi 30 avril 2019

ADRX,
la colonne de direction avait été mise en cause car changée quelques jours plus tôt à la demande de Senna qui voulait un volant plus loin de lui, mais la justice italienne n'a jamais pu prouver quoi que ce soit au niveau de possibles criques dans le métal. Donc nous n'en savons rien aujourd'hui.
Le film inboard du pilote qui le suivait ne montre pas un décrochage brutal mais une voiture ? Un pilote ? qui oublie de tourner en fin de courbe et fait un tout droit.
J'ai bien peur qu'on ne sache jamais ce qui en est la cause entre la défaillance technique et le malaise du pilote.
;0(
Lucos, Le mardi 30 avril 2019

Lucos C'est sympa d'aider MB à répondre …
La thèse de "l'indétermination" me convient mieux, à preuve du contraire … Si MB a un scoop qu'il se manifeste …

Pour le rédacteur de l'AFP … Il est singulier de constater que dans l'énumération des champions de F1 mieux titrés que le regretté Ayrton, HAMILTON bénéficie d'une sorte de "traitement de faveur" (ni surgras, ni prénom) … (?)
;0)

ADEAIRIX, Le mardi 30 avril 2019



Didier Leroy, Toyota : "Je ne sais pas comment nous allons tenir les objectifs 2025"
L’entrée au capital de Valeo, une bonne affaire pour l’Etat ?



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017