Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 02/07/2010

France : les immatriculations VP restent à un niveau élevé en juin (-1,2%)

La baisse des immatriculations (VP) affichée en juin (-1,2%) doit être relativisée par une base de comparaison particulièrement élevée en juin 2009 ; avec 240 000 unités, les volumes sont encore très nettement au dessus de ceux de juin 2008. Dacia insensible au contexte double ses volumes et atteint 5% du marché.

Les immatriculations VP neufs des 18 premières marques en France juin 2010 (Source : Ccfa)
Les immatriculations des VUL neufs des 11 premières marques en France juin 2010 (Source : Ccfa)
Les immatriculations VP + VUL neufs des 14 premières marques en France juin 2010 (Source : Ccfa)
 
Les immatriculations VP neufs de toutes les marques en France juin 2010 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)
Les immatriculations VUL neufs de toutes les marques en France juin 2010 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)
Les immatriculations VP + VUL neufs de toutes les marques en France juin 2010 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)


Avec 240 587 immatriculations, le marché VP reste à un très haut niveau, légèrement en dessous du record de juin 2009 qui bénéficiait du plein effet des primes à la casse (243 000 unités) mais encore nettement au dessus des volumes de juin 2008 (220 000 unités). 
Cette bonne tenue vient en partie du calendrier qui compte un jour ouvrable de plus en juin (22 jours, contre 21 jours en juin 2009). Un jour supplémentaire qui vaut 4,5 points puisque selon le CCFA ont aurait eu "une baisse de 5,7% à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à juin 2009".
Les marques françaises affichaient de bonnes performances l'an dernier avec pour chacune un taux de pénétration record, et on les retrouve donc logiquement en baisse ce mois ci (-7,9% pour Renault, Peugeot et Citroën) tandis que les marques importées (dont Dacia) sont en hausse (+7,8%).
Ainsi, en juin les marques françaises reviennent à un taux de pénétration de 53,7% (soit un point en dessous de leur niveau de juin 2008), tandis que les marques importées sont à 46,3% (dont Dacia à 5%).
Les prises de commandes de juin restent relativement bien orientées par rapport à une base de comparaison haute avec une estimation à -5,3% sur le mois en VP. Les difficultés devraient arriver en juillet et août si l’on en croit l’analyse des directeurs commerciaux des marques françaises.


Renault à 21,8% de part de marché, Dacia à 5%
La baisse apparente des immatriculations de Renault (-11,1%) à 52 600 unités vient d'une base de comparaison élevée en juin 2009 (la marque était alors à un de ses plus hauts avec 24,2% de part de marché). Sur le mois, Renault affiche une pénétration (à 21,85%) proche de celle du premier semestre (22,58%).
"Sur le mois, nous stabilisons notre part de marché, explique Bernard Cambier, directeur du commerce France de Renault.  En 2009, nous avions eu des hauts et des bas selon les mois que nous n'avons plus cette année."
Côté produit, Renault bénéficie de la croissance des volumes de la Clio Campus (à +257% avec 4 676 unités) alors que la Clio III (comparée à un mois très haut en juin 2009) est à -29% (12 363 unités, soit un volume équivalent à la 207). Les Mégane berline (-3,4% à 8 500 unités) et Scénic (-13% à 8 250 unités) sont sur le mois à des volumes similaires. "Sur l'ensemble du premier semestre notre mix s'améliore avec une part de la famille Mégane qui est passé de 28% à 30% de nos immatriculations", explique Bernard Cambier.
Dans un marché fortement promotionné, le directeur souligne avoir fait "moins que les autres". "Nous avons doublé l'aide à la casse, alors que d'autres l'ont triplé et nous n'avons pas offert la TVA" [ce que Citroën a fait sur le C4 Picasso,  NDLR].
La marque Renault seule (hors Dacia) gagne encore des parts de marché sur l'ensemble du premier semestre grâce à une croissance des volumes (+8,1%) supérieure à celle du marché (+5,4%).
Elle ne subit pas la concurrence de Dacia qui confirme en juin son implantation dans le trio de tête des marques importées avec 12 028 unités (+95,8%).
"En 6 mois, nous avons fait avec Dacia un volume équivalent à ce que nous avions fait sur l'ensemble de l'année 2009", note Bernard Cambier. Le Duster, encore peu présent dans les immatriculations (2 500 en juin, 5 300 au cumul) devrait pousser encore la croissance de la marque. "Nous avons près de 20 200 commandes Duster en portefeuille avec désormais un délai à mi janvier", précise Bernard Cambier, Un délai de livraison supérieur à 6 mois que le constructeur cherche à réduire.
Le directeur commercial dresse un bilan positif de ce premier semestre : "La marque Renault continue de progresser, Dacia explose. Nous sommes nettement en avance sur notre plan de marche et nous pensons faire sur l'ensemble de l'année un volume équivalent à l'an dernier".
A fin juin, le groupe Renault a immatriculé 406 466 véhicules (dont 64 287 Dacia), soit une hausse de 68 500 unités à +20%.

Peugeot à 17,1% de part de marché
Comparé à une base de marché de juin 2009 revenue à un niveau habituel pour la marque (après les perturbations d'avril et mai 2009), Peugeot affiche un recul de 4,1% de ses immatriculations à 41 164 unités le mois dernier. En juin, sa part de marché (17,1%) est légèrement inférieure à celle du premier semestre (17,9%). La 207 reste la première voiture immatriculée (12 847 unités) malgré un recul de -7,3%, alors que la 206 reste à un haut niveau (5 060 unités, -5,3%).
Peugeot s'appuie désormais sur les 3008 (4 808 unités, +68,5%) et 5008 (2 809 unités).
Le succès des derniers lancements de la marque ont permis des gains de pars de marché, avec une croissance de 10,2% en VP (avec 217 322 immatriculations VP, soit 20 000 unités de plus) comme en VUL (37 181 unités, soit 3 500 unités de plus). "Cette croissance s'appuie sur des bases saines, les ventes aux particuliers et l'activité BtoB", précise Olivier Veyrier, directeur du commerce France de Peugeot. Sur ces deux cibles, Peugeot améliore sa part de marché (0,7 point de mieux sur les partticuliers, 1 point sur le marché société VP et VUL).
"3008 et 5008 font mieux que répondre à nos attentes et nos carnets de commandes sont excellents. Nous avions prévu 30 000  unités de 3008 pour 2010 et nous avons déjà fait 25 000 commandes à fin juin. Nous devrions faire de très bon scores les mois prochains", complète le directeur. Même réussite avec le coupé RCZ (élu plus belle voiture de l'année) qui est dit Olivier Veyrier "une vrai satisfaction produit, une voiture créatrice de valeur pour la marque et de marge". Avec un rythme de 700 commandes par mois, les volumes seront au delà des 4 000 prévus pour cette année. "Nous devons contrôler nos délais pour qu'ils ne soient ni trop élevés, ni trop courts", ajoute-t-il.

Citroën à 14,7% de part de marché
Avec 35 367 unités, Citroën affiche une baisse de ses volumes de 7,3% et une part de marché en juin inférieure à ces dernières performances, soit un peu en dessous de 15% (avec 14,7%). "Sur l'ensemble du marché VP et VUL, nous restons à 15% de part de marché, ce qui est notre objectif de l'année", relève Xavier Chardon, directeur commercial France de Citroën qui estime que la marque "résiste bien".
L'arrêt de la C2 (encore 1 700 unités l'an dernier), le recul de la C4 en fin de vie (-43% avec 2 500 unités) et le recul du C4 Picasso (-15,7% à 6 400 unités) ont généré des pertes de volumes que les nouveaux produits ont en partie compensé. "Nous faisons une très bonne performance dans le B2 et la DS3 a largement compensé l'arrêt de C2", note Xavier Chardon. La DS3 représente 2 800 unités en juin, tandis que la nouvelle C3 est à 7 800 unités (5 600 le mois précédent). "Nous avons déjà dépassé notre objectif de commandes de DS3 avec 17 700 depuis le lancement dont 9 700 livrées", explique XC. "Ce démarage exceptionnel est un motif d'optimisme pour le deuxième semestre."  A cela s'ajoute, "le bon démarage de la nouvelle C3 avec 9 000 commandes sur le mois", ajoute le directeur. Avec 38 000 livraisons depuis son lancement en novembre ce modèle atteint désormais le seuil de visibilité.

Ford, Dacia, Opel autour de 5% du marché
Volkswagen dont les volumes étaient en recul sur les 5 premiers mois de l'année (-7,3%) refait une partie de son retard en juin avec une croissance de 18% (à 16 600 unités) sur une base de comparaison plutôt basse. Alors que la Golf est en recul de 14,9% à 4 170 unités, la Polo double ses volumes à 6 975 unités.
Derrière, Ford (-12% à 12 308 unités) et Opel (+20,7% à 12 028 unités) dont les évolutions sont contraires se situent au même niveau à 5% de part de marché. Dacia dont les volumes ont doublé s'intercalle entre les deux (12 075 unités).
Ford ne compense pas les reculs des Focus (-48% à 1 153 unités) et C Max (-40% à 1 392 unités) avec la Ka (+14% à 1735 unités) et le Kuga (+31% à 1057 unités).
Opel bénéficie de la progression de l'Astra dont les volumes ont presque triplé à 2 215 unités, alors que Corsa (+34% à 4 676 unités) et Zafira (+26% à 1 538 unités) progressent aussi nettement.
Fiat également inverse une tendance à la baisse sur les 5 premiers mois (-8%) à +4,7% en juin (8 128 unités) avec des volumes de Panda (+25% à 2 130 unités) et de 500 (+8,2% à 2 400 unités) en hausse.

Toyota à -20%, BMW en tête du premium
Dans la suite du classement, poursuite de la tendance à la baisse pour Toyota avec des volumes en retrait de 20% (à 6 000 unités).
En revanche, BMW (+21% à 5 178 unités) qui avait déjà devancé Mercedes et Audi au mois de mai, est encore devant sur le mois de juin.
Florence Lagarde et Farida Sacha

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017