Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 19/03/2009

France : les ventes aux clients particuliers stables en février

Ce sont les loueurs courte durée qui ont fait plonger le marché français en février avec des immatriculations à -60%. Les immatriculations des particuliers sont restées stables (-0,3%) et représentent 67% du marché.

 

Le détail des immatriculations du mois de février (selon les données des 3A qu'Autoactu.com s'est procurées) fait apparaître une tendance identique à celle du mois de janvier. Après -70% en janvier, les immatriculations des loueurs courte durée plongent à nouveau en février à -60%.
Sur un marché total à -13% (23 000 immatriculations de moins), la baisse des volumes des loueurs courte durée en représente les deux tiers (14 000 voitures de moins).
Cette baisse des ventes aux loueurs courte durée se retrouve pour la plupart des marques avec Renault à -77%, Peugeot à -54%, Citroën à -38%, Volkswagen à -98%, Ford à -43%, Toyota à -88%, Opel à -83% ou Audi à -92%. Fiat est la seule marque généraliste à accroître ses ventes aux loueurs courte durée en février à +8%.
Cette baisse violente du marché des loueurs courte durée s'explique par l'allongement des durées de détention sur un marché sinistré où les prix de location sont en baisse. Pour les constructeur, il s'agit également de repousser les retours de location et de probables pertes sur les valeurs résiduelles.
 
Renault, Citroën, VW et Ford en hausse
Sur la clientèle des particuliers qui représente 67% des immatriculations (dans la segmentation des 3A) les volumes ont été stables en février (102 000 unités à -0,3%).
L'effet de la prime à la casse et du bonus/malus soutient les ventes aux particuliers qui après une progression en janvier (+6%) se maintiennent en février malgré la baisse apparente des immatriculations.
Chez Renault, notamment qui avait annoncé de bonnes prises de commandes en décembre, les immatriculations aux particuliers sont en hausse en février de 3%. Elles sont également en hausse chez Citroën (+0,5%), Volkswagen (+25%) et Ford (+11%).
 
Opel devant Fiat
Pour la marque Opel, le détail des immatriculations relativise la baisse globale (-35%) avec un recul de seulement -2,8% sur le segment des particuliers, tandis que la marque perd 83% de ses volumes loueurs courte durée (soit 2 000 voitures de moins en février).
Ainsi, alors que Opel a immatriculé pratiquement 1 000 voitures de moins que Fiat en février, la hiérarchie est inversée sur le segment des particuliers avec Opel devant Fiat pour une centaine de voitures de différence.
Florence Lagarde et Farida Sacha

Partagez cet article :

Réactions

Les chiffres... on leur fait dire un epu ce que l'on veut ! C'est particulièrement flagrant quand on lit attentivement la fin de cet article consacré à la performance comparée d'Opel et de Fiat. Certes les particuliers sont un marché globalement plus contributif que les autres (quoique !), mais alors... pourquoi les constructeurs assurent-ils (pour nombre d'entre eux) des volumes avec les LCD, sipeu rentables !? Les journalistes font mine de découvrir l'eau tiède, là où il n'y a qu'habitude de longue date établie. Pourquoi ? Parce que les constructeurs cotés sont jugés par des boursiers incompétents qui ne se donnet pas la peine d'analyser leurs performances en profondeurs, et se contentent des apparences : la pénétration globale, la marge opérationnelle, l'endettement. Je sais, c'est un peu court comme analyse, mais c'est comme ça. Alors, la tentation est grande de se laisser aller à réaliser des volumes "faciles" avec les LCD (dont la grande majorité iront grossir les stocks VO au bout de 6 à 8 mois)... En période de crise, les choses sont un peu différentes : les stocks VO sont surnuméraires ; les marges fondent ; et les besoins des LCD en renouvellements sont moindres. Plus de soupape pour écouler les véhicules dont personne ne veut ! Le roi est nu... et ça se voit. Tout le monde n'a pas pris la précaution de (ou tout simplement pu) réduire ses stocks VO et adapter son outil de production au delà d'une certaine limite. Opel est dans cette situation dramatique, mais il n'est pas seul (on pense à Toyota, notamment, parmi ceux qu'on prenait pour des cadors !). Cela dit,aucun des généralistes (et sans doute peu de spécialistes) ne peut vivre avec les seuls particuliers (au sens littéral du terme). Il faut espérer que l'activité reprenne vite (prime à la casse ou non), faute de quoi des grands nomsde l'industrie automobile risquent de mettre vraiment la clé sous la porte. Les commandes LCD ne sont que le reflet de la crise, pas son origine. Quand elles remonteront, elle pouraient aussi être l'hirondelle d'un nouveau printemps !
Marc, Le jeudi 19 mars 2009

"Ce sont les loueurs courte durée qui ont fait plonger le marché français en février avec des immatriculations à -60%"
1-rien d'étonnant, le manque de visibilité du marché est tel que personne n'est capable d'estimer les valeurs résiduelles.
2-les constructeurs ont plus ou moins adapté leurs volumes de production à la crise pendant que les réseaux ramenaient leurs stocks à des niveaux raisonnables.
aussitôt que le nouveau paramètrage du système sera mis au point par les constructeurs, les loueurs reprendront leurs fonctions d'amortisseurs de production ou d'unités de stockage décentralisées et de manufacturies à "vo récents" pour continuer d'alimenter les oficines concurrentes des réseaux uqui devront continuer d'assurer la garantie.
CP, Le jeudi 19 mars 2009



Cahiers prévention des risques routiers, Pour un véhicule utilitaire presque parfait… suivez le guide
BMW consolidera ses ratios financiers en 2009



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017