Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 10/09/2019

Hiroto Saikawa démis de ses fonctions, Yasuhiro Yamauchi PDG de Nissan par intérim

La mise en cause de Hiroto Saikawa dans le rapport d’audit remis au conseil d’administration ce lundi 9 septembre a entrainé son limogeage à effet le 16 septembre. Ce rapport détaille ce qui est reproché à Carlos Ghosn et Greg Kelly ainsi que d’autres dirigeants qui ne sont pas cités.

En 2013, Hiroto Saikawa alors administrateur et vice-président exécutif de Nissan "a demandé à Kelly et à d’autres personnes d’explorer les moyens d’augmenter sa rémunération", peut-on lire dans le résumé de l’audit qui a été rendu public par Nissan ce lundi 9 septembre. 

"Kelly et d’autres n’ont pas répondu directement à la demande, mais ont recalculé le montant de la compensation à recevoir des droits à la plus-value des actions de Saikawa qui avaient déjà été exercés pour un montant fixe et ont falsifié des documents pour donner l’impression que les droits à la plus-value des actions en question avaient été exercés une semaine après la date effective de cet exercice", poursuit l’audit. Cette manipulation lui a laissé un bénéfice de "47 millions de yens" après impôts (environ 400 000 euros). Cette action n'était pas "illégale" mais elle était "contraire aux règles" internes de l'entreprise, a précisé Motoo Nagai, responsable du comité d'audit au sein du conseil d'administration, cité par l’AFP.

L’audit annonce que "deux anciens administrateurs et quatre anciens membres de la haute direction ou membres de la haute direction actuels avaient reçu des paiements excédentaires au titre des droits à la plus-value des actions". Pour autant, leurs noms ne sont pas communiqués et ils ne sont pas considérés comme coupables : "A l’exception de Ghosn et Kelly, le comité de vérification ne prévoit pas de traiter les personnes bénéficiant d’un traitement inapproprié de la rémunération découlant du droit à la plus-value des actions de la responsabilité de la faute. Il n'y a aucune raison de penser que l'une ou l'autre de ces personnes ait été complice d'une faute, puisqu'elles n'étaient pas au courant des méthodes inappropriées utilisées par Kelly et d'autres pour augmenter leur indemnisation et qu'elles n'ont à aucun moment ordonné ou demandé que ces méthodes soient utilisées", précise l’audit. En revanche, tous devront rembourser.

Cette révélation a précipité le départ d’Hiroto Saikawa dont la posture d’incorruptible n’était plus crédible, alors même que son leadership était contesté. "Après discussion, le conseil lui a demandé de démissionner de ses fonctions d'administrateur et de PDG de la société, à compter du 16 septembre, et il a accepté", a annoncé le constructeur.
Nissan a nommé l’actuel directeur opérationnel Yasuhiro Yamauchi président-directeur général par intérim. Egalement membre du conseil d'administration de Renault, il avait déjà succédé à cette fonction à Hiroto Saïkawa en 2017. Yasuhiro Yamauchi a fait toute sa carrière chez Nissan (depuis 1981) et occupé des fonctions communes aux deux constrcuteurs : aux achats avec RNPO puis en tant que Alliance Global Vice President, Senior Vice President, Alliance Purchasing (2014 à novembre 2016) en charge de la convergence du management et des ressources humaines des fonctions Achats, Ingéniéries, Manufacturing & Supply Chain de Renault et Nissan.

Le comité des nominations devra accélérer la recherche d’un successeur qui devrait être choisi d’ici fin octobre.

Depuis l’arrestation de Carlos Ghosn (dont l'audit liste les faits qui lui sont reprochés), les profits et les ventes de Nissan n’ont cessé de se dégrader. Le groupe a lancé une vaste restructuration de ses activités de production et un plan de suppression de 12 500 emplois dans le monde. L’Alliance avec Renault semble au point mort avec la poursuite des dossiers en cours mais pas de nouveau projets.

"L'alliance avec Renault est un grand défi pour nous" a estimé lundi M. Saikawa, se disant désireux que son successeur veille à maintenir "la spécificité de Nissan" dans ce partenariat, selon l’AFP.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Tout le monde a mangé au ratelier...
;0)
Lucos, Le mardi 10 septembre 2019

... Si l'"on" ne peut plus optimiser tranquillement ses "stock options ou assimilées" maintenant ... Où va le monde mon "pov monsieur"
Ou... une version financière de la question d'Ardisson à Michel Rocard : "sucer ...
Et tic, et tac, et toc ...
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 10 septembre 2019

Aucun hara-kiri dans cette saga....les traditions se perdent ....même dans l’Empire.
En tout cas bon courage à tous,la route est droite mais la pente est raide( Raffarin vingt ieme siècle après JC)
alain boise, Le mardi 10 septembre 2019

Dur retour de bâton : Saikawa a servit les chiens en faisant tout pour mettre hors d'état de nuire NISSAN, les chiens l'en remercient en le mettant au rebut !
Frédéric LANGLOIS, Le mardi 10 septembre 2019

Il est diablement gros ce pot de confiture !
Beaucoup de convives autour du pot.
Mais tous à l'insu de leur plein gré.
Le feuilleton n'est pas fini, les enquêteurs découvrent des dizaines de millions d'Euros, voire des centaines, qui auront été "données" à ce cher Carlos.
Mais les lecteurs d'Autoactu savent très bien que mon opinion n'est pas audible quand je parle de ce personnage.
Alors je me tais.
Bruno HAAS, Le mardi 10 septembre 2019

J'ai entendu un doute sur 300 millions sur 15 ans ce matin sur Reteuleu ou Europe…
;0)
Lucos, Le mardi 10 septembre 2019

Tout le Monde a pris des ronds avec Carlos même les OS, des primes ,des actions gratuites,je crois 4/5000€ minimum .
Ne décrochez pas les tableaux et mettez des bougies,il a fait de Renault/ Nissan un très grand....et ça eut payé
alain boise, Le mardi 10 septembre 2019

Comme vous y allez Alain.
Oui, peut-être que tout le monde a pris des ronds comme vous dîtes, mais certains plus que d'autres et surtout certains honnêtement et d'autres pas vraiment...
Bruno HAAS, Le mardi 10 septembre 2019

... encore une affaire,( des affaires?), qui va alimenter les adeptes du simplificateur "tous pourris" ... Nous n'avions pas besoin de çela !
Quant à celui (ou celle) qui pris la responsabilité de diligenter en "perruque" l"audit (je ne parle pas de celui livré au conseil d'administration hier) qui a conduit à l'arrestation de Carlos "Gone", pour l'instant, c'est plutôt l'invité mystère ...
Les deux Etats respectifs devaient être un peu au courant (?) Sinon c'est quoi le renseignement ?
ADEAIRIX , Le mardi 10 septembre 2019

ça va surtout alimenter les adeptes du Renault-sceptisme, ça, ADEAIRIX. Ceux-là même qui avaient de plus en plus de mal à jouir avec leurs "Chez Renault, tous les jours un bruit nouveau" vont devoir se focaliser sur les affaires judiciaires ... vu que sur les affaires de fiabilité Renault n'est ni pire ni meilleurs que les autres maintenant
Frédéric LANGLOIS, Le mercredi 11 septembre 2019



Filippo Perini nommé chef designer de Genesis Advanced Design Studio en Europe
En Allemagne, quand l'automobile tousse, l'économie s'enrhume



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017