Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 01/06/2018

La ville de Paris met au vote le Plan Climat Air Energie qui prévoit la suppression des motorisations thermiques d’ici 2030

Depuis ce week-end et jusqu’au 3 juin les Parisiennes et les Parisiens sont invités à se prononcer sur le Plan Climat Air Energie de la ville de Paris. Pour atteindre 100% d’énergie d’origine renouvelable d’ici 2050 il propose un changement drastique de la place de la voiture et l’interdiction du Diesel en 2024 et des véhicules essence en 2030.

En mars dernier, les élus au Conseil de Paris avaient voté à l’unanimité (ce qui est "inédit", souligne la Mairie) le Plan Climat Air Energie de la ville. C’est au tour des habitants de se prononcer sur ce projet qui leur est soumis jusqu'au 3 juin.

"La votation citoyenne qui s’ouvre aujourd’hui est ouverte à tous les habitants de la capitale, à partir de 15 ans, quelle que soit leur nationalité", annonçait en fin de semaine dernière le communiqué de la ville de Paris. Ce vote peut se faire dans l’une des 113 urnes mises à disposition dans des lieux publics ou en ligne sur paris.fr. 
L’objectif du plan Climat Air Energie est de "faire de Paris une ville neutre en carbone et entièrement convertie aux énergies renouvelables d’ici 2050". Cela suppose d'atteindre la "neutralité carbone" soit "zéro émission nette de gaz à effet de serre". "Il s’agit donc d’arriver d’ici 2050 à un équilibre entre la capacité d’absorption naturelle des gaz à effet de serre par notre écosystème et les émissions incompressibles issues des activités humaines", explique le document.
Le plan prévoit ainsi que la part d’énergie renouvelable consommée à Paris passera "de 17% en 2014 à 25% en 2020, 45% en 2030 et 100% en 2050". Cela explique pourquoi le nouveau Plan Climat se donne pour ambition "de sortir progressivement des énergies fossiles à l’horizon 2030".
Tous les secteurs d’activités sont passés en revue (énergie, transports, alimentation, urbanisme, cadre de vie, valorisation des déchets) et pour chacun une trajectoire a été définie pour converger vers cet objectif.
C’est ce plan qui prévoit notamment l’interdiction de circulation pour les véhicules Diesel en 2024 et l’interdiction totale des carburants fossiles en 2030.
La ville applique cette politique sur son parc et annonce que toutes les berlines et citadines de la flotte roulant au Diesel ont été remplacées par des véhicules électriques hybrides ou à essence depuis 2015 et que le programme "pour la dédiéselisation du parc utilitaire, dont les bennes de collecte des déchets" est en cours. Ainsi le document annonce que : "plus de 120 millions d’euros sont consacrés à ces investissements sur la mandature 2014-2020. Le remplacement de 1200 véhicules légers essence, soit 90% du parc, par des motorisations propres (GNV, électrique, hydrogène…) fin 2020. La recherche de solutions alternatives à l’essence pour certains véhicules spécifiques (engins de nettoiement des trottoirs…) en lien avec les constructeurs."
"Côté mobilité des personnes et des biens, la réduction de la consommation énergétique passera par l’accélération du changement des comportements et modes de vie (des véhicules mieux partagés, des déplacements plus actifs et moins subis), le développement des transports en commun et la fin des moteurs Diesel et essence. Cela permettra d’améliorer de manière notable la qualité de l’air et la santé des Parisiens", liste ce plan.
L'objectif de "diminuer la place de la voiture en ville" est déjà à l’œuvre. Sans parler de la fermeture des voies sur berges (sujet qui ne figure d'ailleurs pas dans ce document), il y a eu en janvier dernier la première étape avec la mise en place d’une zone à circulation restreinte (ZCR) en fonction des vignettes Crit’Air qui supprime graduellement (2017, 2019, 2021-2022) les véhicules les plus anciens. "Afin d’assurer l’effectivité de cette zone à circulation restreinte, un dispositif de contrôle sanctions automatisé sera étudié en partenariat avec la Préfecture de Police. Parallèlement, la ville renforcera encore le dispositif de ZCR sur son territoire d’ici 2030 dans l’objectif d’atteindre zéro véhicule essence à Paris en 2030", précise le document.
De nouvelles mesures sont à l'études comme "une différenciation du prix du stationnement en fonction de l’émissivité des véhicules pour une mise en œuvre à partir de 2020". Actuellement, le stationnement est gratuit pour les véhicules électriques et la Mairie envisage une modulation sur le principe "plus le véhicule est propre, moins son stationnement sera cher".
Pour compenser la baisse des voitures individuelles, la Mairie soutiendra et investira dans des projets de partage des véhicules, dans la sécurisation des trajets en vélo avec la création de pistes cyclables. Le document annonce également "l'abaissement de la vitesse de circulation à 30 km/h maximum hors grands axes pour un Paris 100% cyclable d’ici 2020".
Il y aura aussi d'ici 2024 des Axes Ultra Basse Émission (AUBE) dans plusieurs quartiers parisiens qui "réserveront de façon permanente un sens de circulation aux véhicules propres, fonctionnant dans un premier temps au Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) ou à l’électricité".
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Les Khmers Verts s'envolent,éradication des sans dents,camps de parquage aux portes de la ville ,velos pour unijambistes,tout le Monde a velo comme en 40......
Et tout ca pourquoi ? On le voit a Londres oû Rome, lâ pollution est partout et surtout en Périphérie ,on ne peut pas mettre une frontiere a lâ pollution,voire. L'exemple Allemand qui n'arrive pas à juguler sa pollution au charbon.
Mediapart devrait s'intéresser aux Lobbies de la batterie Chinoise dont nos Khmers adorent l'odeur.
Je me rappelle des slogans Cambodgiens Polpotiens" pure propagande haineuse bourgeoise et capitalistique répandue par les rats visqueux et les vipères lubriques laquais de l'Imperialisme des constructeurs automobiles,nous détruiront cette industrie nauséabonde ......
alain boise, Le vendredi 01 juin 2018

Et ça veut faire un Salon de l'auto Mondial,faux jeton
alain boise, Le vendredi 01 juin 2018

Il suffit d'ouvrir un compte à la ville de Paris et de voter en déclarant à la fin être Parisien de plus de 15 ans. Je viens de la faire..
Cette consultation est de la daube et ne vaut rien du tout du moment que n'importe qui peut voter...
Le top de l'amateurisme.
;0)
Lucos, Le vendredi 01 juin 2018

Voilà le droit de vote ultime inventé par sœur Anne de la Loose : que tu sois homme, femme ou Labrador (ils ont bien le droit de s'exprimer aussi, les pauv' bêtes !), français, chinois (en transit à Lutèce) ou papou (à poux, ou sans), extra-terrestre (en repérage), majeur, vacciné (ou non), vélib' en souffrance, bouche d'égout abandonnée : tu peux voter mon frère ma sœur, ou mon indéterminé, bien sûr).
Bref, l'important c'est de bourrer les urnes avec du papier (recyclé ?). Finalement, Notre-Tarte de Paris n'est pas catalane (hi, hi), mais corse... ou pas !
PS : bien entendu, cette "consultation" n'aura aucune valeur, ça va de soi.
Sniper, Le vendredi 01 juin 2018



La filière automobile veut résoudre le casse-tête de l’adéquation des compétences disponibles avec les besoins
Michael Cole nommé directeur des opérations de Kia Motors Amériques



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017