Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 16/04/2014

Le déploiement européen de l’eCall est reporté à 2017

Pour laisser le temps aux Etats-membres de mettre en place les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de l’appel d’urgence eCall, les députés européens ont adopté hier un texte reportant de deux ans, à octobre 2017, son déploiement effectif.

Les députés européens ont adopté hier la dernière brique du puzzle législatif visant à mettre en place l’appel d’urgence eCall à travers l’Union Européenne.  Après l’adoption de deux textes dédiés l’un aux opérateurs télécoms (sur les spécifications techniques du message eCall), l’autre aux constructeurs (sur l’installation de boîtiers embarqués dédiés à l’eCall dans les VP et les VUL), ce dernier texte était lui plus spécifiquement dédié aux Etats-membres.  Il visait en effet à valider la façon dont devraient être déployées les infrastructures de réception des appels d’urgence par les Etats membres et la date à laquelle ce déploiement devait être effectif.
Prévu initialement pour octobre 2015, le déploiement de l’eCall a ainsi finalement été reporté par l’adoption de ce dernier texte à octobre 2017. Ce report n’est pas une surprise puisque les députés avaient "suggéré" ce report en février dernier (lors de l’adoption du règlement dédié aux constructeurs) pour laisser le temps aux Etats membres de s’organiser et aux constructeurs de tester et valider leurs systèmes avec les centres de réception des appels.

Possibilité de délégation à des plateformes privées

L’adoption de ce texte entérine bien en revanche le fait que les Etats membres devront obligatoirement avoir mis en place à cette date une infrastructure capable de recevoir et traiter tous les appels eCall. Cela signifie qu’ils devront faire en sorte que les appels au numéro d’urgence 112  (voix  ou data) soient réceptionnés par des centres de traitement d'alerte publics, les PSAP (Public Service Answering Points), qui correspondent en France au Samu ou aux pompiers.
Néanmoins, cette obligation visera aussi bien les eCall déclenchés automatiquement (via les capteurs de choc du véhicule) que ceux déclenchés manuellement (action du conducteur ou du passager). Cela représente par conséquent un volume d’appels nettement plus important que ce que prévoyait initialement la Commission européenne dans son étude d’impact faite à partir des données d'un parc encore peu équipé de boîtiers eCall. Cette dernière estimait alors que seulement 2,8% des véhicules lanceraient un appel d’urgence par an. Selon les sociétés d’assistance françaises  qui bénéficient de plusieurs années de recul sur le traitement de ces appels (grâce au développement de ces systèmes par PSA, Volvo ou encore BMW), ce taux de fréquence avoisinerait plutôt les 10%. Surtout, la majorité de ces appels n’exige heureusement pas le déclenchement des secours. Chez Inter Mutuelles Assistance (IMA), "les deux-tiers des appels, qui comprennent également des appels déclenchés automatiquement, concernent une demande d’assistance. Un tiers seulement demande le déclenchement des secours", confirme Antoine Trarieux, directeur des Services Télématiques automobiles d’IMA.
Aussi, face à l’ampleur des volumes d’appels potentiels et au besoin de filtrage, le texte initial a été corrigé pour permettre aux Etats membres de déléguer la réception et le traitement des appels à des plateformes privées (en assurant la gratuité à l’automobiliste).  Il s’agira donc d’une délégation de service public à des plateformes agréées sur le modèle de ce qui existe déjà au Royaume-Uni où tous les appels au 112 sont gérés par British Telecom.  Dans les pays d’Europe du Nord et en Allemagne, ce service pourrait être davantage délégué aux Automobiles Clubs tandis qu’en France et en Belgique, ce sont les sociétés d’assistance qui semblent être les meilleures candidates à la gestion de ce service.

La porte d’entrée vers les services connectés

En effet, en France, les assisteurs accompagnent déjà de longue date les constructeurs qui ont mis en place leur propre dispositif eCall. Ce sont eux qui réceptionnent et traitent les appels déclenchés automatiquement par le véhicule ou manuellement par le conducteur.  Compte tenu de l’antériorité de ces systèmes qui existent depuis plus de 10 ans, les députés européens ont d’ailleurs introduit en février dernier une disposition qui permet aux constructeurs de continuer à proposer leurs systèmes privés. Les conducteurs pourront ainsi "utiliser un autre système d'appel d'urgence installé dans le véhicule et offrant un service similaire, en plus du système eCall embarqué fondé sur le numéro 112". "Dans ce cas (…) les constructeurs veillent à ce qu'il n'y ait qu'un seul système actif à la fois et que le système eCall embarqué fondé sur le numéro 112 soit déclenché automatiquement si l'autre système d'appel d'urgence ne fonctionne pas", souligne le texte révisé par les députés.
Les plateformes privées, telles que celles des assisteurs, seront donc les "prestataires eCall" de l’Etat et des constructeurs. Faut-il encore que les constructeurs continuent de vouloir payer ce service alors que l’Etat devra le mettre en place en faisant appel aux mêmes prestataires. "Les constructeurs ne veulent pas perdre la main sur leur système eCall parce qu’il ouvre la voie à la propagation de nombreux services connectés", souligne Antoine Trarieux. "C’est pour les constructeurs un formidable moyen d’apporter la tranquillité d’esprit à leurs clients et un bouquet de services qui vont bien au-delà de l’appel d’urgence", ajoute-t-il.
Emilie Binois

Partagez cet article :

Réactions

Il faut toujours voir plus loin....
Mon p'tit gars de 2 ans adore jouer dans la voiture de Papa et bonne poire appliquant la méthode Montessori, je le laisse faire...
Au bout de 10 min, le résultat est évident, warning en marche, radio à fond, toit ouvrant ouvert et coups de klaxons accompagnés de sourires ravis du mec debout au volant....
J'angoisse déjà...
Avec l'E-call je vais me retrouver en 5 min avec 2 casernes de pompier dans le jardin....
Faut que je remette des Jeanlain dans la cave....
;0)
Lucos, Le mercredi 16 avril 2014



articles connexes

Le groupe PSA obtient de ses actionnaires un accord "quasi unanime" pour son rapprochement avec Dongfeng
Le CNPA constate un début de reprise dans la distribution automobile



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017