Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 05/11/2015

Le Diesel sera minoritaire en Europe en 2020, selon Roland Berger

Le cabinet Roland Berger n’imagine pas de scénario catastrophe pour le Diesel en Europe, estimant qu’il restera majoritaire sur le segment C et au-delà. Néanmoins, il va perdre du terrain sur tous les segments et deviendra minoritaire dès 2020, à 48% des ventes VP, contre 53% en 2014, estime le cabinet.

 

Absent ou presque des marchés américain, chinois et japonais, le Diesel a-t-il encore de l’avenir en Europe, où il représentait encore 53% des 12,5 millions de VP immatriculés en 2014 ?
Selon Sébastien Amichi, du cabinet Roland Berger, la réponse est réglementaire : "Il ne sera pas possible d'atteindre les cibles européennes d'émissions de CO2 de 2020/21 sans le Diesel". 
Ceci dit, comme les cycles de tests doivent se rapprocher des conditions de conduite réelles, les Diesel vont devoir devenir plus propres et nécessiter des systèmes de dépollution qui vont encore creuser l’écart de prix avec les véhicules essence.
Ce surcoût ne pourra être absorbé que sur les segments supérieurs. C’est d’ailleurs sur ces segments que l’avantage du Diesel sur l’essence en termes d’émission de CO2 se ressent le plus et qu’il y a donc intérêt à conserver le Diesel : l’écart (*) de 35% sur le segment E (148g pour le Diesel contre 226g pour l’essence) tombe à 17% sur le segment D (131g contre 157g), à 14% sur le segment C (118g contre 136g) et à 4% sur le segment A (106g contre 111g).
Les experts de Roland Berger estiment donc que les véhicules Diesel vont perdre des parts de marché en Europe d’ici à 2030 mais qu’ils resteront majoritaires sur les segments C et supérieurs (hors segments luxe qui incluent les voitures de sport). La part du Diesel dans le segment C (Peugeot 308) passerait ainsi de 64% en 2014 à 60% en 2020 et 55% en 2030. En France, il a perdu 7 points en un an, à 77% du segment C à fin septembre 2015.
Sur le segment D (Peugeot 408), il tomberait de 84% en 2014 à 79% en 2020 et 69% en 2030. En France, il a perdu 3 points en un an, à 86% du segment D à fin septembre 2015.
Enfin, sur le segment E, il perdrait 18 points, à 70% en 2030. En France, il progresse encore sur ce segment, à 89,6% des ventes (+1,6 point) sur 9 mois.
En revanche, il disparaîtrait du segment A et ne ferait plus que 26% du segment B (Renault Clio) contre 36% en 2014 (45,4% à fin septembre 2015 en France, en recul de 6,5 points sur un an).
Sur l’ensemble du marché, il deviendrait minoritaire, passant de 53% en 2014, à 48% en 2020 et 41% en 2030.
Xavier Champagne

(*) Ecart mesuré entre la moyenne des émissions des véhicules neufs Diesel et essence vendus en 2014 en Europe.

Partagez cet article :

Réactions

Qui ira ressortir ces précisions en 2020 et 2030 pour voir si elle s'avèrent justes ?
Et qu'en dit le BIP ??
JLS, Le jeudi 05 novembre 2015

Rien sur la méthodologie ... Des prévisions sur un tableur... ?.
Oui mais ce sont des experts ...Appelons les consultants et ce sera suffisant ?

Le scénario paraît raisonnable... On est un peu aussi dans la prédiction ... Sur le segment C, la "dégringolade" semble presque mesurée.

Et c'est toute chose égale par ailleurs sur la fiscalité, j'imagine...
Chez Roland BERGER y comploteraient pas contre le pétitionnaire de service...?
ADEAIRIX, Le jeudi 05 novembre 2015

Bien envoyé dans les dents ADEAIRIX.
Jo Duchene, Le jeudi 05 novembre 2015



Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
France : le marché automobile fait moins bien en octobre qu’en septembre



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017