Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 04/04/2019

Le groupe VW prépare depuis 2 ans l’arrivée de ses véhicules électriques en France et signe avec Zeplug

Directeur projets stratégiques du plan "Together 2025" Volkswagen Group France, Luc Chausson travaille depuis presque 2 ans à la mise en place des conditions qui seront nécessaires aux lancements des véhicules électriques du groupe et notamment la problématique du réseau de bornes de recharge.

Alors que le groupe VW investit lourdement (30 milliards d’euros d’ici 2023) dans le développement de voitures électriques avec la transformation de son appareil de production, l’enjeu pour les filiales sera d’en réussir la commercialisation.
Depuis bientôt 2 ans, Luc Chausson qui a précédemment été directeur des marques Skoda et Seat en France travaille sur cet objectif. "Chaque pays a pour mission de mettre en place au niveau des cinq marques [Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Volkswagen VUL] les conditions de lancement des véhicules électriques. Au fur et à mesure, notre travail s’est élargi aux nouvelles mobilités au pluriel", explique-t-il.
Des contacts noués avec des associations comme l’Avere ou Eden (Equilibre des énergies, qui fédère des acteurs du monde de l’énergie, du bâtiment et de la mobilité́ aujourd’hui présidée par l’ancien ministre Brice Lalonde), Luc Chausson a acquis la conviction que le constructeur devait s’impliquer dans la problématique de la recharge.
"L’autonomie, la manière de recharger son véhicule et le temps de recharge sont les trois critères sur lesquels nous travaillons pour rassurer les clients", explique Luc Chausson. Des bornes de recharges il en faudra chez les clients, dans les entreprises, sur les routes, les autoroutes et les municipalités, et aussi dans le réseau.

Zeplug, opérateur spécialisé dans les copropriétés
Pour cela, le groupe VW vient de signer un partenariat avec Zeplug pour proposer aux clients une solution clé en main qui comprend l’achat de la borne, son installation et même un forfait énergie dans certains cas.
Zeplug proposera une offre aux particuliers comme aux entreprises. "C’est une proposition indispensable à la commercialisation du véhicule électrique même si le client pourra aussi choisir de faire seul. Toutes nos études montrent que si nous n’avons pas cette réponse à l’achat, ce sera un frein important", explique Luc Chausson.
Avec cette offre "installation de la borne", le groupe promet également la synchronisation de son installation avec la livraison de la voiture.
Zeplug devra assurer le suivi individualisé de chaque client, le respect des délais et le monitoring de la satisfaction client. Cette relation avec le client se fera "en liaison forte et permanente avec les réseaux de distribution des marques de Volkswagen Group France", précise le groupe.
Zeplug prenant en charge : la commande et l’achat d’une borne de recharge, la livraison de la borne en adéquation avec la livraison du véhicule électrique, l’offre packagée de recharge électrique en fonction des usages du client (kilométrage mensuel et puissance de la batterie) ainsi que la facturation.
Créée en 2014, Zeplug apporte notamment une solution dans les copropriétés grâce à son modèle d’opérateur prenant à sa charge les investissements dans l’infrastructure. "Pour les particuliers en copropriété, sa solution unique, sans frais pour la copropriété et sans gestion pour le syndic, suscite un véritable engouement auprès de l’ensemble des acteurs de son écosystème, notamment des syndics de copropriété qui sont déjà plus de 200 à lui faire confiance. Plus de 600 copropriétés ont adopté cette solution et plus de 1 400 sont en cours de validation dans toute la France. Ainsi, plus de 60 000 places de parkings d’immeubles sont déjà éligibles à un raccordement, sans nouvelles démarches de copropriété, et 150 000 places le seront d’ici moins d’un an", explique l’entreprise.

Le recharge rapide avec le consortium Ionity
Pour la recharge sur autoroutes, le groupe VW est membre du consortium Ionity avec BMW, Mercedes et Ford. Ionity prévoit d’ici fin 2019 l’installation de 400 superchargeurs dont 80 en France. Sur son site Internet la carte d’implantation est mise à jour en permanence. La recharge se fait au standard CCS et Ionity garantit que sa technologie "optimise automatiquement sa vitesse de chargement au maximum du système de gestion de batterie intégré du véhicule qu’il s’agisse de 150 kW ou de 350 kW".

L’enjeu c’est aussi le développement de bornes de recharge dans les villes. Alors que les élus continuent d’aborder la mobilité par l’offre de transport en commun, Luc Chausson constate la nécessité d’un dialogue renforcé entre les constructeurs et les villes. "En tant que constructeur, nous devons expliquer notre vision de la mobilité de demain. Les constructeurs doivent parler plus que par le passé avec les municipalités et les collectivités. Il est important de savoir où en sont les villes."
Pour aider les pouvoirs publics à prendre des décisions, VW France travaille à la modélisation du nombre de bornes qui serait nécessaire en fonction du parc actuel et de ses prévisions de vente de véhicules électriques. "Il y a 25 000 bornes de recharge en France et nous estimons qu’il en faudrait entre 100 000 et 300 000. Nous avons encore un gros travail de conviction à faire avec les villes et les municipalités pour leur présenter notre vision et leur faire prendre conscience qu’elles doivent réfléchir dès maintenant à la nécessité d’installer des bornes pour en définir le nombre et la puissance. Dans les 18 prochains mois, l’offre de véhicules électriques devrait exploser sur le marché et les véhicules électriques arriveront plus vite qu’ils ne le pensent", nous a dit Luc Chausson.

Un travail de pédagogie auprès des collectivités locales
Le groupe VW s’attache aussi à expliquer les niveaux de puissance qui seront nécessaires en fonction des technologies qui seront commercialisées. "Actuellement en France, les bornes sont de 3,5 kVA et 7 kVA. Les constructeurs vont arriver avec des batteries plus puissantes. Avant, elles étaient autour de 40 kWh et on sera à 95 kWh pour la batterie de l’E-Tron. Il faut que l’on puisse expliquer à tous les acteurs qu’ils doivent investir dans des bornes de 11 ou 22 kVA. Ce travail de conviction avec les mairies est important. Nous avons aussi des contacts avec EDF et Enedis qui mettent en œuvre les installations."

Et le réseau, devra-t-il s’équiper de bornes pour le client ? "Pour le moment, selon les marques les concessionnaires doivent installer des bornes pour leurs besoins internes de véhicules de démonstration et de véhicules de remplacement. Il devra y avoir une borne à l’atelier et sur l’aire de livraison. Ce sont les marques maisons mères qui définissent ces spécifications en fonction de l’arrivée des véhicules. Pour Audi qui va lancer l’E-Tron dans les semaines qui viennent c’est quelque chose qui est fait. VW l’a déjà fait en partie puisqu’il y a déjà la e-Golf, la e-Up et les GTE. Seat, Skoda et VW utilitaires vont suivre."

L'installation d'une station de recharge par les distributeurs est un sujet de discussion. "Nous sommes juste au début de cette réflexion. Notre rôle est de leur dire que peut-être demain c’est un service à rendre aux clients, gratuitement ou payant. Nous serons capables de les conseiller sur la puissance des bornes, les mettre en contact avec Enedis pour savoir si leur installation électrique le permet", précise Luc Chausson. 
Alors que le groupe s’apprête à lancer l’Audi E-Tron, il estime que le réseau actuel est adapté au parc. "Un client qui prend livraison d’un véhicule électrique aujourd’hui a quand même de bonnes chances de trouver en complément de la recharge privée ou à son entreprise une borne publique par rapport à son déplacement. Le vrai besoin d’accélération que nous avons, c’est par rapport au volume que l’on va lancer sur les 5 marques du groupe dans les 3 ans qui viennent. Cette réflexion n’est pas spécifique au groupe VW elle est commune à tous les constructeurs."
Cette accélération souligne-t-il vient de l’accélération de tous les plans produits : "Ce ne sont pas des plans sur la comète mais bien des véhicules qui arrivent."
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Vaste programme.....et si les clients ne suivent pas?
alain boise, Le jeudi 04 avril 2019

L’Allemagne cherche à se fabriquer une façade écologique !
France: 60 gr de CO2 par kWh
Allemagne :240 .....cherchez l’embrouille
alain boise, Le jeudi 04 avril 2019

Combien coûte un chargeur 350 kW sachant que le 150 coûte 70k€ chez Cahors elec.
A la Poste ils ont multiplié la location de VE mais sans acheter le ou les gros chargeurs.....et le matin ils sont à 60% avant le départ en tournée.
Allez des comme ça j’en ai une par jour ...à bientôt.
J’ai Bien aimé aussi celle de LD ou LO je ne sais plus pour son retour de Perpignan ,aller amusant ...retour énervant
alain boise, Le jeudi 04 avril 2019

'' Il faut que l’on puisse expliquer à tous les acteurs qu’ils doivent investir ''...

Et quel est l'acteur qui paie, au final ? C'est vraiment facile de dilapider l'argent des autres, c'est bien ce qui est nommé, en droit pénal escroquerie ou abus de confiance, non ?
jean-marie méchin, Le jeudi 04 avril 2019

Le niveau de ce forum est au plus bas.
Les pros sont partis.
Dommage.
;0(
Lucos, Le jeudi 04 avril 2019

Pour une fois d’accord avec vous il y a de moins en moins de pro ....dommage,heureusement vous êtes là,merci
alain boise, Le jeudi 04 avril 2019

Vous ne faites pas partie de la famille Boise.
;0)
Lucos, Le vendredi 05 avril 2019



Un tiers des ventes de Kia sera électrifié en 2020
Critiqué par Trump, GM annonce nouveaux investissements et emplois aux Etats-Unis



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017