Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Marchés - 16/07/2019

Le plan "1 000 bus hydrogène" rejoint par l’Ugap

Le référencement d’une offre de bus à hydrogène par l’Union des groupements d’achats publics (UGAP) va permettre d’accélérer le plan "1 000 bus" qui compte à ce jour 19 villes intéressées dont 5 ont déjà passé commandes.

Le "Plan 1 000 bus" c’est une démonstration du pragmatisme des acteurs français de la filière hydrogène qui consiste à faire avancer la mobilité hydrogène via le développement de projets et de flottes captives.

"Le plan 1 000 bus a été développé pour donner de la visibilité sur les volumes et permettre aux constructeurs d’intégrer une offre hydrogène qui va bénéficier à l’ensemble de la filière France", nous a expliqué Valérie Bouillon Delporte, présidente de l’association Hydrogen Europe, et porteuse de ce projet au sein du consortium Mobilité Hydrogène France de l’Afhypac.
Ce plan prévoit une montée en cadence sur 4 ans avec 100 bus en 2020, 200 bus en 2021, 300 en 2022 et 400 en 2023.
Actuellement, les projets annoncés représentent un peu moins de 100 bus (88), soit en ligne avec le premier jalon.
Cinq villes françaises ont été les premières à annoncer des projets de bus électriques à hydrogène : Artois-Gohelle (6), Auxerre (5), Toulouse (5), Pau (8), Versailles (7).
Depuis d’autres projets ont été annoncés pour les villes de Chaumont, Belfort, Lyon, Auxerre, Toulouse, Le Mans, Rouen.

L’enjeu avec la montée en puissance des commandes c’est de baisser le différentiel de prix entre les bus électriques à batterie et les bus électrique à hydrogène.
Aujourd’hui, il est de l’ordre de 200 000 euros entre les 450 000 euros d’un bus électrique à batterie et les 650 000 euros d’un bus électrique à hydrogène.
Un programme européen Pive a permis de compenser cette différence pour un certain nombre de véhicules. Il y en a eu deux vagues dont la dernière Pive 2 a participé au financement de 300 bus à l’échelle européenne dont 15 en France (Auxerre, Toulouse et Pau).
Il n’y a plus à ce jour de subventions européennes et ce sont les volumes qui doivent permettre d’abaisser les coûts.
"Il faut que l’on arrive à un point d’équilibre pour que l’offre soit à un prix tarif acceptable. Les collectivités réfléchissent au bon usage de leur budget mais se préoccupent aussi de la qualité de l’air. Elles sont prêtes à payer un prix premium pour améliorer la qualité de l’air surtout dans celles qui dépassent les seuils de pollution de l’air", souligne Valérie Bouillon Delporte.

Mobilité Hydrogène France regroupe 150 membres qui représentent l’ensemble des acteurs de la filière en France : entreprises, laboratoires et instituts de recherche, pôles de compétitivité, collectivités territoriales, associations régionales. "Nous avons autour de la table l’ensemble de la chaîne de valeur y compris la RATP, Transdev et Kéolis", souligne Valérie Bouillon Delporte.
Avec l’Ugap, le plan 1 000 bus dispose d’un relais auprès des collectivités locales qui veulent sortir du Diesel et cherchent une alternative. Souvent elles ne savent pas comment s’y prendre. La centrale d’achat va les y aider en réalisant un appel d’offre groupé début 2020. Un modèle identique avait été mis en place pour amorcer le développement de véhicules utilitaires électriques. 
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Et puis ça coûte rien puisque c'est le contribuable qui paie
jean-marie méchin, Le mardi 16 juillet 2019

200 000 € pour une pile à combustible et un réservoir en plus ??
;0)
Lucos, Le mardi 16 juillet 2019

… Il y a un surcoût important pour l'instant mais cela évite de faire la part belle à des acteurs chinois tels que BYD et ses bus elec … Certes cet opérateur a récemment réalisé une implantation dans l'hexagone … Mais supporté une filière tricolore ou européenne avec de l'argent public c''est quand même mieux que de renforcer nos "amis" chinois …
Après, il y a l'aspect sécuritaire … Le monde est complexe et de moins en moins certain … Un bus à hydrogène qui brûle ne fait il pas plus de dégâts que le même au GNV, au bioéthanol ou au Diesel ?
Je sais çà n'est pas son objet principal mais gérer c'est prévoir ?
;0)
ADEAIRIX , Le mardi 16 juillet 2019



Derrière le Club Identicar, des hommes et des femmes
Constructeurs et manufacturiers s'engagent sur la collecte des pneus d'ensilage



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017