Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 21/05/2019

Le réseau français pourra supporter un développement massif des véhicules électriques, assure RTE

RTE a étudié l’impact sur le réseau d’un parc de 15,6 millions de véhicules électriques en 2035 et assure que le système sera en mesure d’assurer "le niveau de sécurité d’approvisionnement requis par les pouvoirs publics". Chacun pourra se brancher quand il voudra …

Parmi les arguments de ceux qui s’inquiètent du développement massif du véhicule électrique, il y a l’idée que le réseau électrique ne tiendra pas la charge quand tous les véhicules électriques se brancheront le soir au même moment. Ce cas est l’un de ceux pris en compte dans une étude que diffuse cette semaine RTE (Réseau de transport d'électricité) dont la mission est justement d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande.  

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un groupe de travail co-piloté par RTE et l’Avere-France (association nationale pour le développement de la mobilité électrique) qui a réuni un large panel de parties prenantes (*).
RTE a élaboré plusieurs scénarios de développement du parc de véhicules électriques en 2035 dont l’un, baptisé Forte, imagine les pires conditions pour le système électrique. Il retient pour hypothèse un taux de 40% de véhicules électriques dans le parc à cette date (soit 15,6 millions pour 22,7 millions de véhicules thermiques) pour un kilométrage annuel moyen de 15 300 km.
Il retient également que les utilisateurs ne changent pas leurs habitudes : ils veulent une autonomie importante et donc des batteries de grandes capacités (89 kWh soit une autonomie moyenne de 530 km), les bornes de recharge ont des puissances élevées pour des charges rapides (80 % de bornes de 7,4 kW à domicile).
Ce scénario part aussi de l’hypothèse qu’il y a peu d’équipements collectifs de recharge, peu de points de charge sur le lieu de travail : les véhicules sont systématiquement chargés le soir, et les recharges ne portent que sur les besoins d’une journée de déplacement (85% des utilisateurs connectent leur véhicule systématiquement et principalement à leur domicile).
Les recharges sont donc peu étalées dans le temps, peu flexibles et relativement concentrées aux heures de retour à domicile. Dans ce scénario, aucun véhicule ne participe activement au fonctionnement "vehicle-to-grid" et aucun ne rend d'électricité au système lors des périodes de pointes.

Pas de problèmes de production

"Le scénario Forte vise à tester une configuration volontairement peu favorable pour le système électrique, marquée par une absence de choix fort des pouvoirs publics, un faible déploiement des logiques de pilotage, et une forte utilisation des véhicules électriques pour la longue distance. Il répond ainsi au souhait de tester la résilience du système en matière de sécurité d’approvisionnement à un cas de figure volontairement contraignant", explique le document de RTE.

Dans cette hypothèse la plus haute, la consommation électrique totale pour le secteur des transports serait de 65 TWh en 2035, contre 13 TWh aujourd’hui (pour les transports ferrés). Cela représente 10% de la consommation actuelle d’électricité. RTE estime que le système saurait s’adapter à cette croissance de la demande. D’une part, le développement de la production d’électricité d’origine renouvelable tel qu’il est prévu dans la PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie) permettra de répondre à cette demande, d’autre part, la consommation est en baisse sur d’autres postes.
"L’enjeu de l’intégration de la mobilité électrique ne porte pas sur la capacité du parc de production à couvrir l’énergie consommée pour la recharge des véhicules électriques mais sur l’adéquation à chaque instant entre la puissance soutirée par les véhicules électriques et la puissance produite par le parc de production", souligne l’étude.

Des pics de puissance gérés par un "pilotage simple"
Les appels de puissance, dans un scénario où les Français ne changent pas leurs habitudes donnent des pics de consommation en fin de semaine, lors des week-ends prolongés comme Pentecôte et Pâques, lors des départs en vacances scolaires, lors des "chassés-croisés" de juillet-août, le week-end du 15 août ou au moment des vacances de Noël.
Ces périodes peuvent représenter "plus de 8 GW lors des jours de plus forts déplacements".
"Bien que significatifs, ces appels de puissance n’engendrent pas d’inquiétude pour la sécurité d’approvisionnement. En effet, ils devraient être concentrés essentiellement sur les périodes où le système électrique dispose de marges importantes : période estivale, samedi et dimanche", note l'étude.
Alors que les "chassés-croisés estivaux" correspondent à une période de disponibilité de la puissance, l'étude note un seul point d'attention : "le vendredi de départ des vacances scolaires de Noël, où les trois zones scolaires sont "synchronisées"."
Le régulateur estime cependant que cette question peut être solutionnée par "la maîtrise de l’ensemble des usages électriques à la pointe".
"Lors des grands déplacements, seulement 30 % à 40 % (selon l’hypothèse sur l’autonomie des véhicules) de l’énergie utilisée pour la mobilité longue distance serait soutirée "en itinérance" sur les grands axes routiers, au milieu des trajets. Le reste correspond à des recharges qui peuvent être effectuées avant le départ et après, sur le lieu d’arrivée : ces recharges pourront être pilotées et placées aux moments où le système électrique dispose de marges (par exemple au cours de la nuit précédente)", précise le document.
Pour les périodes de pointes quotidiennes sur la plage 19 h-21 h, soit au moment où le système électrique a le moins de marges (pointe de consommation du soir, absence de production photovoltaïque), "la consommation des véhicules électriques à 19 h serait plus élevée de 3 GW un jour de vague de froid (avec des températures comparables à celles du 8 février 2012, date du maximum historique de consommation électrique en France) par rapport à un jour tempéré de mi-saison."
Pour ces pics le rapport préconise le développement du pilotage de la recharge pour déplacer la consommation électrique sur des périodes de forte disponibilité des productions nucléaire et renouvelable.
Dans le cas le plus contraint pour le système, l'étude estime que la solution serait la mise en place de "solutions simples de pilotage de la recharge" par 55% des utilisateurs. Il s'agirait de l'adoption d'un asservissement tarifaire qui déclenche la recharge sur le signal heures pleines/heures creuses de manière similaire au dispositif utilisé aujourd’hui pour l’eau chaude sanitaire.
Florence Lagarde

(*) Acteurs du système électrique (producteurs, fournisseurs, gestionnaires de réseau de distribution, opérateurs de flexibilité et d’effacement, institutions et représentants de l’État, régulateur, etc.), acteurs du secteur de la mobilité au sens large (constructeurs automobiles, start-up proposant des solutions de pilotage de la recharge, opérateurs de bornes de recharge, aménageurs, collectivités, etc.), ONG, syndicats professionnels, consultants, universitaires et institutions publiques (représentants de l’État, régulateur…).

 

Partagez cet article :

Réactions

En effet le pic du 8/2/12 de plus de 100000mW n’a pas encore été battu.
EDF encore une fois est au rendez vous,champion de la production decarbonée des pays de plus de 40 Milions d’habitants.
On mesure bien la différence avec ses voisins qui ont choisis une politique pseudo verte et terriblement polluante.
Notre réseau répond à la milliseconde à un appel d´intensité.
Nos voisins doivent se poser les bonnes questions et arrêter de polluer la France,du VE pourquoi pas( si les clients en veulent) mais avec quoi fabrique t’on les électrons qui traversent notre réseau?
Les chiffres de Février 2019 ou la France a été chargée d’alimenter ses voisins pendant 10 jours et où nous avons battu notre record d’exportations,grâce à l’anticyclone et le froid.
Ou l’on voit bien que la consommation est lié à la température,nous avons 1 Milion d’habitants en plus tous les quatre ans qui ont froid l'hiver Et chaud l’été.
EDF est le deuxième électricien mondial.....et vend son kWh ,très bon marché,la moitié de l’Allemand ,merci qui?
alain boise, Le mardi 21 mai 2019

Si il y a des contributeurs qui veulent débattre je ne pourrai le faire que ce soir désolé,j’adore ce sujet,mais c’est le jour de l’Ikarus 42C.
RIP Niki....dernier gladiateur de la F1
alain boise, Le mardi 21 mai 2019

Oui à propos d'électricité ...Grosse chute de production du côté de Nikki Lauda ...
Retrouvera t il James Hunt en arrivant là haut ...(?)
Une disparition quelque peu prématurée pour un grand champion de la F1 des années 70/80 mais pas que .... Un homme hors du commun pour le ...
Attendons patiemment la dépêche de l'AFP pour plus de développements
Ce soir on pourra toujours regarder le très bon film de Ron Howard....
ADEAIRIX, Le mardi 21 mai 2019

C'est Nukeactu ce matin.
Alain vous faites des raccourcis et des omissions qui ne sont pas correctes.
Les Allemands qui polluent plus aujourd'hui ont un plan sur le long terme pour moins polluer que la France qui ne base son futur que sur le nucléaire qui commence à devenir horriblement cher et est une impasse fossile.
Si l'électricité est plus chère en Allemagne et ailleurs c'est qu'il font payer leur plan de développement massif de l'éolien, du solaire, etc.. directement aux consommateurs.
Lucos, Le mardi 21 mai 2019

Nukeactu ?
...ou Nikkiactu plutôt car le reste est de l'ordre de la routine ... n'etait ce les rassurants propos d'EDF sur la fourniture du futur parc de VE ...

Ps ; j'avais cru comprendre que le prix du Kw/h integrait récemment des coûts induits par la transition énergétique... mais bon ...Déjà qu"il y a debat sur l'integration des veritables coûts de maintenance et /ou de démantèlement....on ne va pas "chipoter
;0)

ADEAIRIX, Le mardi 21 mai 2019

On peut faire dire ce que l’on veut pour obtenir le résultat escompté pour une migration massive vers les VEP (véhicules électriques particuliers) sans parler des autres secteurs qui vont consommer de plus en plus de courant: les serveurs informatiques, les climatisations, les poids lourds pour le transport des marchandises, la domotique, pour ne citer que quelques exemples. Ici il y a conflit d’intérêt des acteurs qui se sont livrés à une sorte de jeu dont ils doivent sortir gagnants. Si on leur pose la question séparément pour chacun des secteurs cités en exemple, ils arriveront à des conclusions similaires: « consommons de plus en plus sans changer nos habitudes », tentative de raisonnement par l’absurde: çà passerait pour chaque exemple. Mais si maintenant vous faites l’exercice pour l’ensemble des sujets en même temps, le résultat risque d’être de devoir reporter l’objectif de part du nucléaire de 50% aux calendes grecques. D’autant plus qu’on commence à voir que le renouvelable n’est pas si vert que cela et acceptable près de chez soi (éolien, hydro-électrique, ..) Dans les années 70, la commission PÉON (Production d’Électricité d’Origine Nucléaire) avait parié que l’énergie nucléaire serait propre à terme car on allait régler le problème des déchets. Presque 50 ans plus tard on en est loin. Et on oublie que ce qui va dicter la conduite des politiques ce seront les rapports du GIEC à venir qui vont devenir de plus en plus fiables mais toutefois de plus en plus alarmistes!
Gérard Martin, Le mardi 21 mai 2019

Enfin le PB est bien sûr d'arriver à changer nos comportements et de cesser ce grand gâchis énergétique parce que c'est pas cher et c'est facile…
;0)
Lucos, Le mardi 21 mai 2019

… Le commentaire de Gérard MARTIN a son intérêt concernant la possible capacité de production d'EDF, pardon de RTE, évaluée sous le seul angle du développement (massif) du VE en sus des besoins déjà connus… Ce qui limite quelque peu l'effet "bonne nouvelle" des "rassurants" propos tenus par RTE ... ?

Arnaud C. qui semble très à l'aise avec la pertinence des approches méthodologiques (m'a t il semblé, en tous cas) pourrait apporter utilement son avis à ce propos ... (?).
;0)
ADEAIRIX , Le mardi 21 mai 2019

Des raccourcis et des omissions.....lesquelles ?
Le plan sortie du charbon ( lignite )est prévu pour 2050....c’est à dire aux calendes grecques.
Facile de dire dans 35 ans j’arrête De fumer ,en attendant ils nous enfument.
Cher Druide de quel coûts cachez parlez vous ? EDF a été auditionné par le Sénat et l’assemblée Nationale,la cour des comptes a affirmé que les coûts du démantèlement était provisionné ,pourquoi doutezvous? Manque de confiance en nos institutions?
Comment expliquez vous tous q’EDF vende son courant moitié prix des Teutons?
L’Allemagne a décidé de fermer ses centrales Nuc en 2023,ils viennent de rouvrir une nouvelle centrale au charbon......c’est cela la transition énergétique de l’autre côté du Rhin.
Il n’y a que Mélenchon Qi croit que l’on peut faire 100% de renouvelable les nuits sans vent....ça vous donne le niveau de nos hommes politiques.
Kenavo et vive la bagnole....électrique....ou fumante
alain boise, Le mardi 21 mai 2019

... Ben Alain il me SEMBLE que le coût unitaire de démantèlement est fondé sur une évaluation de 500 millions d'euros ...
Or je crois savoir (nan pas les doigts ) qu'à ce jour il n'y a pas un cas de démantèlement réalisé veritablement à 100 % qui permette d'avoir une vision avérée de ce coût budgetaire ... Certains n'hésitent pas à affirmer (nan pas les doigts) que cette évaluation devrait être plus proche du milliard par centrale, au moins ...
Donc en cela le prix du Kw/h (sous réserve de ce qui précède) n'est probablement facturé à son juste prix ...
Cela dit si l'on fait pudiquement abstraction du retraitement des déchets (je sais sais le bulot de l'ile de Ré a fait arrêter à tort supet phenix) je considère que le parc nuc est un atout indeniable pour notre belle France (calmos donc...)
ADEAIRIX, Le mardi 21 mai 2019

Dans les milieux biens informés certains n’hésitent pas a déclarer que c’est pas assez.....ça vous rappelle pas qq?
alain boise, Le mardi 21 mai 2019

La théorie du complot et des révisionnistes anti nuc de tous genres n’hesitent Pas à mettre le doute dans la tête des gens.
Non cher Druide ce n’est pas Bulot premier qui a fait fermer Phénix .....mais Jospin et son fidèle Cochet.
Faut dire que ça tournait au bain de sang avec des écolos étrangers tirants au Bazooka sur notre usine et la mort de notre pauvre Michalon victime d’un grenade défensive comme plus tard à Sivens un autre jeune.
M’enfin en attendant RTE filiale d’EDF assure et ça les écolos ne peuvent pas le contester.
Je reste à votre disposition pour des échanges d’idées ......constructives
alain boise, Le mardi 21 mai 2019

C'est une évidence aujourd'hui que le nucléaire, hormis tout débat de fond, Est en train de devenir un gouffre financier sans fond .
Des dementèlements non financés aux dechets non financés en passant par un EPR à 10 milliards qui ne marche toujours pas et chqua soudure de cuve à refaire encore une fois coute 500 MILLIONS...il faut arrêter ce désastre financier à venir et qui sera payé par nos enfants en multipliant par 5 leur notre de courant.
Halte à l'égoïsme actuel et à la déraison.
;0(
Lucos, Le mercredi 22 mai 2019

Faux et archi faux ,il n’y a pas de coûts cachés.
Les problèmes des soudures vont être réglés,l’EPR en Chine ( deux tranches de 1650mW) tournent 24/24 365 jours par an..
En guise d’augmentation que dites vous ds prix Allemands englués dans une transition fantoche et polluante.
Les Teutons nous enfument incapables de faire face au froid avec leurs moulins à vent.
Vous dites du solaire en Allemagne....êtes vous sérieux ? Tout ce qui est au nord du cinquantième parallèle est en déficit de lumière.
Êtes vous allé à Sunderland en Janvier et Décembre ?
Le coût des déchets est facturé aux utilisateurs,hôpitaux,EDF ,armement.clients Japonais et Allemands ....et oui Allemands.
Le plus vielle centrale est Suisse mais vous préférez taper su4 le pays qui vous nourrit et vous accueille .
Les déchets sont un problème ....pas un danger vous confondez tout comme d’habirude,votre haine vous aveugle,ouvrez les yeux
alain boise, Le mercredi 22 mai 2019



Elections chez PSA : FO reste en tête, la CFE-CGC devance la CGT
Honda ouvre les réservations pour sa citadine électrique



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017