Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 24/09/2019

Les difficultés de mise en œuvre du WMS Manhattan désorganisent le centre PR de Renault Cergy

Défaut de paramétrages et déploiement trop rapide d’un système de gestion dernier cri ont totalement désorganisé l’activité du centre de livraison PR de Cergy. Il faudra encore au mieux 3 semaines pour résorber les livraisons en retard.

C’est un peu le scénario du pire qui s’est mis en place dans le centre PR de Cergy (Eragny) depuis le déploiement d’un nouveau système de gestion du magasin, le WMS (Warehouse Management System) de Manhattan en juillet. Le paradoxe est cruel : destiné à améliorer le service client, il est pour le moment à l’origine d’une dégradation sans précédent depuis début juillet.
"Le groupe Renault a engagé au début de l’été une transformation digitale de son activité PR pour répondre mieux et plus rapidement aux besoins de ses clients en France et à l’international. Cette transformation s’est traduite par la mise en place début juillet d’un nouveau WMS au magasin central de Cergy basé à Eragny/Oise", nous a confirmé Renault.

L’objectif est d’avoir une gestion du stock en temps réel, une fiabilité dans le traitement des commandes et une traçabilité des pièces puisque chaque pièce sera scannée avant d’être intégrée dans un colis, soit un fonctionnement du type Amazon.
Selon la description que l’entreprise, Manhattan Associates, fait de son système, on comprend sa complexité de mise en œuvre sur un fonctionnement existant : "Conçue pour vous aider à aller au-delà des attentes des clients sur le marché de l'omnicanal, notre solution Warehouse Management maximise l'efficacité et optimise le potentiel de chaque centre d'exécution. Elle va bien au-delà de la simple gestion de vos opérations de picking, emballage et expédition pour accélérer le flux des marchandises et des informations dans tout votre entrepôt et garantir une exécution fluide de toutes vos opérations." Il a en effet fallu greffer ce système dernier cri entre celui des commandes et celui de la facturation restés inchangés. Sa mise en place a également modifié l'organisation précédente où les commandes de stock étaient traitées le matin, et les commandes urgentes l'après-midi; désormais les deux types de commandes sont gérés tout au long de la journée.
Passer d’un système et d’une organisation datant de la fin des années 80 (sur un système baptisé MPR 88, conçu en interne) à un système de cette génération comportait un risque important qui a visiblement été mal mesuré.

Selon les informations que nous avons recueillies, certaines spécificités du fonctionnement de l’activité du site n’étaient pas prises en compte ce qui n’a été découvert qu’après sa mise en production entrainant des difficultés de livraison dès le départ. Depuis, les informaticiens sont intervenus pour apporter les corrections nécessaires.
"Le démarrage et la montée en puissance de ce nouveau WMS a fait baisser la productivité de la plateforme logistique engendrant des retards dans la livraison des pièces au réseau commercial", reconnait le constructeur dans une position officielle.
Depuis, les corrections permettent aux équipes de livrer les commandes mais pas de résorber le retard. "La situation logistique reste à ce jour encore tendue", reconnaît Renault.
Selon des chiffres qui nous ont été confirmés par le constructeur, le site livre actuellement 35 000 lignes de commandes par jour (soit un niveau de flux habituel en période haute) et aurait 140 000 lignes de commandes en retard dans le système. L’objectif est d’intégrer chaque jour dans ce flux un certain nombre de lignes de commandes en retard. Actuellement, le renforcement des effectifs avec des horaires élargis, une équipe de nuit et des samedis travaillés permettraient de monter à 40 000 lignes de commandes traitées par jour. Il faudrait dans le meilleur des cas encore trois semaines pour traiter les commandes en attente.
Une autre raison expliquerait les "manquants" dans les commandes, nous a-t-on dit, et serait le manque de surfaces disponibles dans les bâtiments pour décharger certains containers.

La typologie des pièces stockées dans le magasin de Cergy explique aussi l'ampleur de la perturbation au niveau des clients. Ce magasin livre pour la France et l’international des pièces impliquées dans des pannes (pièces mécaniques, pièces moteurs, échange standard) pour lesquels il n’y a souvent pas de sources d’approvisionnement alternatives sur le marché indépendant et qui concernent des véhicules immobilisés. Ce ne sont pas des pièces de grandes vente, souvent les concessionnaires ne les ont pas en stock et il y a une grande diversité (92 000 références). L’impact client est donc important et le réseau obligé de fournir des véhicules de remplacement qui seront pris en charge par le constructeur. 
Cette caractéristique a généré un autre couac avec une circulaire de la DLPA (direction logistique pièces et accessoires rattachée à la direction après-vente monde d’Hakan Dogu) responsable de ce projet (et donc de la prise en charge du financement des véhicules de remplacement) enjoignant le réseau à prouver que les véhicules étaient bien immobilisés. Selon nos informations, cette circulaire aurait été envoyée sans validation par la direction du commerce France. Elle aurait depuis été modifiée.
Enfin, les équipes ont joué de malchance avec le départ de Ganesh Outtirapoullé, VP After-Sales supply chain depuis janvier 2018 et qui a demandé une mobilité en début d’année pour raison de santé. Son départ intervenu en août n’est pas une sanction comme cela a pu être interprété mais explique que son successeur recruté hors du groupe Renault ne prendra son poste qu’au 1er octobre.
Renault qui compte deux autres magasins centraux (Flins et Villeroy) a prévu de déployer ensuite ce WMS dans celui de Villeroy (près de Sens) qui, espérons le, bénéficiera de l’expérience de ce premier lancement.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Un Rollout de WMS ne s'improvise pas.
Il nécessite la prise en compte de l'application de WMS et des équipements automatisés qu'il pilote.....avec de nombreux tests fonctionnels et de gestion des défauts

Renault n'est pas organisé comme la société Amazon.
La gestion des processus ( et de leur documentation ) n'a jamais été le fort de entreprises françaises, malheureusement.
Smarter, Le mardi 24 septembre 2019

OK Corral?
alain boise, Le mardi 24 septembre 2019

...Et si en plus (pas à l'abri) ces désordres retardent la réparation de malchanceux utilisateurs d'une Renault dotée du "fragile" 1.2 TCe ... aie aie aie
ADEAIRIX, Le mardi 24 septembre 2019



USA : accusé d'avoir caché plus de 140 millions, Ghosn conclut un accord
De la prison ferme pour Gilles Bader



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017