Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 16/12/2015

Opel communiquera dès 2016 la consommation en cycle WLTP de sa nouvelle Astra

Opel a annoncé qu’il allait publier dès 2016 la consommation calculée selon le cycle WLTP de sa nouvelle Astra, soit un an avant l’entrée en vigueur du nouveau cycle d’homologation. Il anticipera également la future norme RDE sur les émissions de NOx des véhicules Diesel. 

Si Volkswagen a triché aux tests anti-pollution (sur les émissions de NOx), ce scandale a eu pour effet de raviver le sujet des écarts de consommation relevés en laboratoire et dans des conditions réelles de conduite existant chez tous les constructeurs. En réaction, plusieurs constructeurs ont décidé de regagner en crédibilité en jouant la carte de la transparence. PSA a été le premier en annonçant qu’il publierait en 2016 les consommations et les émissions réelles de ses véhicules après le contrôle de l’ONG environnementale T&E. C’est maintenant au tour d’Opel. Le constructeur a annoncé hier qu’il publiera dès 2016 les chiffres de consommation calculés selon le nouveau cycle WLTP, plus représentatif des conditions réelles de conduite que le cycle actuel NEDC et qui doit entrer en vigueur en 2017. Cet effort reste néanmoins réduit par rapport à celui de PSA puisqu’il ne portera que sur la nouvelle Astra et ses futurs modèles d’un nouveau type (si leur date de lancement précède l’entrée en vigueur du WLTP). "Les faits et les polémiques intervenus au cours des semaines et des mois derniers ont montré que le secteur automobile est au cœur des préoccupations. Le temps est maintenant à des actions qui tirent parti de ces enseignements", explique dans un communiqué Karl-Thomas Neumann, CEO d’Opel Group.

Respecter les normes RDE dès mi-2016
L’autre mesure prise par Opel porte sur l’anticipation de la réglementation RDE qui entrera en vigueur en 2017. Celle-ci porte sur les émissions de NOx en conditions réelles de conduite des véhicules Diesel. La réglementation (dont l’issue est encore en suspens) prévoit que pour être homologués, les véhicules d’un nouveau type ne pourront pas émettre plus de 168 mg/km de NOx en 2017 (et en 2019 pour tous les VN). Ce chiffre est deux fois plus élevé que la norme Euro 6 (80 mg/km) que doit aujourd’hui respecter un véhicule Diesel lors des tests en laboratoire pour être homologué. Opel a annoncé "travailler sur des solutions pour améliorer l’efficacité des systèmes de post-traitement des gaz d’échappement de moteurs Diesel Euro 6 équipés de la technologie RCS" de façon à "aller dans le sens des futures normes RDE". Opel espère "une mise en œuvre en production à partir de l’été 2016", soit un an avant l’entrée en vigueur de RDE (septembre 2017). A travers cette déclaration, Opel confirme que les émissions réelles de NOx des véhicules Diesel sont nettement supérieures à la norme Euro 6 et même à la norme RDE. Selon T&E, les Diesel Euro 6 émettent en moyenne 7 fois plus de NOx que la norme pour laquelle ils ont été homologués.
En plus d’anticiper la norme RDE pour ses futurs modèles, Opel a annoncé qu’il rappellerait 43 000 véhicules circulant en Europe (modèles équipés d’un moteur Euro 6 et de la technologie RCS) pour les faire bénéficier des améliorations obtenues sur le RCS. "Ces véhicules (Zafira, Tourer, Insignia et Cascada) recevront un nouveau logiciel de calibrage une fois qu’il sera disponible", indique le constructeur. 

Appel à un "accord sur la transparence"
Le dirigeant d’Opel appelle également dans le communiqué "à améliorer la transparence entre les constructeurs automobiles et les autorités en Europe". "Aux Etats-Unis, les constructeurs communiquent l’ensemble de leurs fiches d’étalonnage aux autorités. Je tiens à nous voir adopter cette pratique en Europe", déclare M. Neumann.  Une déclaration qui fait écho à celle du ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt. Ce dernier a annoncé dimanche que les constructeurs devront désormais fournir au KBA, l’office fédéral allemand du transport routier, la liste des logiciels équipant leurs moteurs et leur méthode de mesures des émissions.
Karl-Thomas Neumann suggère même que tous les constructeurs présents sur le marché européen "prennent part à un accord négocié amenant plus de transparence".
Emilie Binois

Partagez cet article :

Réactions

Lors du contrôle tec et le branchement de l'obd ,il serait peut être facile de lire les consos moyennes pour les fournir a la Drire qui nous ferait de beaux camemberts réels et irréprochables.
alain boise, Le mercredi 16 décembre 2015

On mélange tout !
On = les politiques, les médias, les constructeurs, le législateur...
Comment Opel peut-il affirmer qu'il va anticiper des tests RDE alors qu'ils ne sont même pas définis ? Ni la procédure, ni le cycle. Cette affirmation est ridicule.
Même le CYCLE de mesure du test WLTP n'est pas encore totalement arrêté ! A fortiori celui du RDE.
Oui, les émissions de NOx sont très supérieures en "utilisation réelle" que pendant les tests en laboratoire, quels qu'ils soient.
Je le répète, le seul test où les émissions "réelles" seraient inférieures aux émissions "laboratoire", c'est quand le test consisterait en un kilomètre départ arrêté, pleine charge jusqu'au limiteur de régime, pour toutes les vitesses, puis une Vmax pendant 300 secondes. Là, croyez-moi, y aurait du NOx et on pourrait affirmer que les émissions "en conditions réelles d'utilisation" seraient inférieures au test laboratoire, très sévère, je vous l'accorde.
Les constructeurs seraient alors des parangons de vertu.
Bruno HAAS, Le mercredi 16 décembre 2015



articles connexes

Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Carrosserie : le prix des pièces captives en hausse de 2% en 2015



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017