Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 05/06/2018

Pierre-Etienne Franc, vice-président Air Liquide : "Enfin une volonté affichée de faire de l'hydrogène un élément clé de la transition"

Chargé d'exposer la vision d'Air Liquide pour l'hydrogène à l'occasion du lancement du plan pour le déploiement de cette énergie en France, Pierre-Etienne Franc évoluait en terrain conquis. Rappelant que l'entreprise où il dirige les dossiers liés à l'hydrogène participe à la création de 185 stations au Japon et d'une centaine en Allemagne d'ici 2019, sa conviction est absolue : "Sans hydrogène, on ne va pas au bout des ambitions 2°C de l'Accord de Paris sur le climat." Autoactu.com l'a questionné sur l'hydrogène et l'automobile française.

Autoactu.com : Est-ce le jour 1 de l’An 0 pour l’hydrogène dans l’automobile et le transport routier ? 
Pierre-Etienne Franc :
Pas dans le monde, mais en France, oui. Il y a enfin une volonté affichée, partagée, systémique, de faire de l’hydrogène un élément clé de la transition [énergétique, ndlr], notamment en faisant le lien entre la production d’hydrogène décarboné et les usages dans les transports.
Pour que cela aille plus vite, il faudra que les moyens soient plus importants après 2019. Il faudra aussi que les constructeurs français accélèrent. Je pense que l’on n'est pas très loin d’y arriver parce qu’ils ont déclaré qu’ils allaient s’y mettre. Dès lors que PSA dit "je regarde", la perspective change en France, elle est d’un seul coup plus ouverte.

Autoactu.com : PSA "regarde", mais n’est-ce pas en récupérant un projet d'Opel ?
Pierre-Etienne Franc
: Indépendamment de l’achat d’Opel, ils ont leur propre stratégie et ont fait leurs analyses : M. Tavares n'avait-il pas exprimé ses réserves quant aux enjeux de la batterie à long terme ? Si l'on veut décarboner, et la batterie ne suffit pas, tout le monde sait qu’il n’y a pas d’autre méthode que de rajouter l’hydrogène. PSA  a aussi une position très forte sur les véhicules utilitaires (*), qui ont un vrai sujet d’autonomie et de temps de recharge, parce qu’ils tournent beaucoup. Pour cela, l’hydrogène est très adapté.

Autoactu.com : Aucun des deux grands groupes automobiles français ne vous a approché pour développer des systèmes qui seraient plus intégrés, plus que celui de Symbio FCell ?
Pierre-Etienne Franc :
Bien sûr que si, nous discutons avec eux ; quant à vous dire la teneur de nos discussions, ce n’est évidemment pas possible. Ils doivent se préparer à fabriquer des séries. Du coup, nous sommes sollicités pour voir comment les accompagner dans l’infrastructure. Et bien sûr, nous nous efforcerons d'accompagner le déploiement des véhicules utilitaires en France à travers les infrastructures. Mais nous ne sommes pas les seuls, il y a d’autres acteurs.

Autoactu.com : Quid de l’objectif de 5 000 VUL hydrogène à 2023 ?
Pierre-Etienne Franc :
On peut considérer le verre à moitié vide ou à moitié plein… Évidemment, ce n’est pas assez, parce que si les constructeurs français démarrent, cela pourrait être plus. Mais le gouvernement ne maîtrise pas directement ce point. Qu’il existe déjà un objectif volontariste alors qu’il n’y a pas de constructeur français sur l'offre VUL hydrogène, c’est déjà très bien. Le fait d’avoir un objectif, qui se chiffre en milliers, cela démontre que cela bouge et nous allons faire en sorte que le système avance. Les constructeurs français devraient permettre d’amplifier ce mouvement.

Autoactu.com : Vous êtes très impliqué en Allemagne dans le développement d’un réseau de distribution, est-ce envisageable en France ?
Pierre-Etienne Franc
: Aujourd’hui, la stratégie gouvernementale s'inscrit dans une logique de flottes captives. Elle diffère de la stratégie allemande. Là-bas, il a été décidé de développer une infrastructure pour le développement de véhicules particuliers, alors qu’en France, nous allons déployer des flottes captives. Les scenari pourraient converger à la fin, mais ils démarrent différemment. Compte-tenu de la logique de flottes captives (taxi, collectivités), le scénario français est adapté à ce qui se passe aujourd’hui.

Autoactu.com : Monsieur et Madame Tout Le Monde sont donc interdits de voiture à pile à combustible à hydrogène ?
Pierre-Etienne Franc :
Je pense qu’à terme, ce sera un véhicule pour M. Tout Le Monde, mais les étapes pour y arriver ne sont pas les mêmes selon les pays. Au Japon, c’est déjà M. Tout Le Monde, en Californie aussi… En France, tant qu’il n’y a pas d’offre française "Monsieur Tout Le Monde", cela restera de l’utilitaire. Après, ce sera peut-être pour les particuliers…

Autoactu.com : La balle est donc dans le camp des deux Carlos ?
Pierre-Etienne Franc
: Oui, ce n’est pas moi qui fabrique les voitures !
Propos recueillis par Ali Hammami

(*): En 2017, les groupes PSA et Renault ont représenté 41 % des immatriculations de VUL de moins de 3,5 tonnes en Europe (source ACEA, périmètre  Europe élargie)

Partagez cet article :

Réactions

Pas facile l'hydrogène ,dur a fabriquer( craquage,osmose) dur à transporter ,et je vous rappelle qu'ici meme certains affirment qu'une 208 HDI ne rejette presque rien,du nouveau du côté de Robert Bosh et son aspirateur a Nox ( bidon oû pas?)
alain boise, Le mardi 05 juin 2018

"Si l'on veut décarboner, et la batterie ne suffit pas"

Quid de la capacité de production d'H2 décarbonée?

Quand on pense à tout ceux qui s'interrogent sur la capacité du réseau de recharger des VE, il faut comprendre que la production d'H2 est 3.5x moins efficace que la recharge directe de batteries...

D'où vient l'énergie propre pour produire l'hydrogène nécessaire à un parc automobile à hydrogène?
Aujourd'hui hydrogène = + de nucléaire ou + de CO2 issue des centrales thermiques
H S, Le mardi 05 juin 2018



En mai, le Diesel se stabilise un peu au-dessus des 40% du mix
Trois nouvelles concessions Suzuki ouvrent leurs portes



Copyright © 1964 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017