Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 12/02/2009

PSA : la baisse des ventes efface les bénéfices du 1er semestre 2008

PSA a annoncé pour 2008 une perte nette de 343 millions d’euros avec un résultat opérationnel de 550 millions d’euros (1% du chiffre d’affaires) pour le groupe. La Banque PSA Finance sauve les comptes avec une marge de 557 millions d’euros (-8,4%) tandis que l’automobile est dans le rouge à -225 millions. Le groupe annonce l'élargissement à 11 000 personnes de son plan de départs volontaires.

 
"L’effondrement sans précédent du marché automobile nous a obligé à trouver des mesures d’urgence sans précédent", a résumé Christian Streiff, président de PSA, lors de la présentation des résultats financiers du groupe.
Encore en ligne avec l’objectif de Cap 2010 au premier semestre (3,7% de marge opérationnelle pour le groupe avec 1,11 milliards d’euros), les comptes se sont brutalement dégradés  dans la dernière partie de l’année (-2,3% avec une perte de 565 millions d’euros au deuxième semestre).  
Au final, PSA annonce pour 2008 une marge opérationnelle de 550 millions et une perte nette de 343 millions d’euros. Le chiffre d’affaires est en recul de 7,4% à 54,35 milliards d’euros.
Deux décisions stratégiques ont été prises en octobre a rappelé Isabel Marey-Semper, directrice financière de PSA : "une réduction massive de la production et une réduction des facturations aux concessionnaires pour les soulager et diminuer le besoin de financement des stocks." "Des décisions qu’il fallait prendre", compte tenu de l’évolution des marchés, a-t-elle souligné. Mais qui ont coûté cher. La constructeur n'a pas "fait de chiffre d'affaires en avance", a souligné Christian Streiff en décidant de ne pas facturer au réseau les véhicules produits qui sont donc restés dans les stocks du constructeurs.
 
Banque PSA Finance : "actif clé pour le groupe"
Ainsi, la division automobile a perdu 858 millions d’euros sur le deuxième semestre de 2008 (après un gain de 633 millions au premier semestre) pour finir avec une perte de 225 millions d’euros sur l’année.
La Banque PSA Finance, dont les résultats sont en baisse de 8,4% maintient une marge de 249 millions d’euros au 2e semestre soit 557 millions d’euros pour l’année (pour une production de 2 milliards à +4,5%). Gefco contribue également à la rentabilité avec une marge opérationnelle de 127 millions d’euros grâce "à une bonne maîtrise des coûts", a souligné Isabel Mary- semper.
La directrice financière a souligné la performance de la banque PSA Finance, qu'elle a qualifié "d'actif clé pour le groupe". "La stabilité de nombre de nouveaux contrats est une performance remarquable", a-t-elle souligné. En 2008, Banque PSA Finance a financé 848 000 véhicules pour 2 milliards d'euros de production et affiche un taux de pénétration de 27,3% (+1,2 point). Ses encours sont de 22,3 milliards d'euros (-1,2 milliard). Son coût du risque reste l'un des plus faibles du secteur : 0,48% des encours, soit 114 millions d'euros en 2008. Et son ratio de solvabilité de 11,2% est  "nettement supérieur au 8% règlementaires".
"BPF a su assurer en 2008 un refinancement suffisant pour continuer à aider Peugeot et Citroën a vendre des voitures", a noté Isabelle Marey-Semper.
 
Un besoin en financement de 4 milliards d'euros en 2009
La baisse de volumes, et donc une moindre absorption des frais fixes, a coûté 1,7 milliard d’euros au groupe en 2008. Une perte qui aurait été presque du double sans les mesures de Cap 2010 qui ont permis une économie de 670 millions sur la production et les achats et 744 millions sur les frais fixes, frais généraux et garantie. Les effets de change ("essentiellement la livre") ont coûté 324 millions d’euros.
"En 2008 la liquidité a été une priorité absolue", a dit Isabelle Marey Semper. Pour 2009, le groupe qui s'attend à un recul des marchés européens de 20%, et donc une baisse de sa production d'au moins 20%, aura un besoin de financement de 4 milliards d'euros. Le groupe devra financer l'augmentation de capital de sa filiale Faurecia (450 millions au total), la baisse des ventes, les projets de R&D et l'application de "la LME qui représente 1,3 milliard d'euros en cash", a souligné la directrice financière. Un financement quasiment bouclé avec le prêt de l'Etat de 3 milliards sur 5 ans, un nouveau crédit syndiqué en cours de négociation avec les banques et "dès que possible" une émission obligataire. "La question de la liquidité est en bonne voir d'être résolue", a dit Isabel Marey-Semper.
Le taux d'intérêt du prêts assuré par l'Etat à la base de 6%, sera révisé en fonction des résultats du groupe et montera à 7,75% pour une marge opérationnelle à 3% et 9% pour une marge opérationnelle à 5,5%.
 
11 000 départs volontaires en 2009
Le groupe prévoit une baisse ses ventes de 20% en 2009 et un maintient à ce niveau en 2010, soit 2,6 millions de voitures (contre 3,26 millions en 2008). Toutes les mesures d'économies sont donc accélérées et le plan Cap 2010 devient un plan Cap 2009, a noté Christian Streiff. Les suppressions de postes vont donc s'accélérer et après les réductions d'équipes à Aulnay, Sochaux et  Rennes, la baisse des frais commerciaux se traduira également par des baisses de postes. Le plan de départs volontaires démarré en janvier qui devait concerner 3 500 personnes s'applique plus largement et entre 10 000 et 12 000 personnes devront quitter le groupe cette année. Déjà 550 personnes ont adhéré à ce plan et 1 200 dossiers sont en cours de traitement. Sur les 2 dernières années, les effectifs en Europe de l'Ouest ont déjà baissé de 18 000 personnes.
Avec ces mesures, PSA espère revenir à l'équilibre en 2010. "Nous allons chercher le breakeven opérationnel courant en 2010" a dit la directrice financière.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 4502 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017