Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 11/07/2018

PSA, Ford et BMW compatibles pour la communication entre véhicules

Les trois constrcuteurs viennent de démontrer l'efficacité et l'interopérabilité de leur système de communication de véhicules à véhicules (V2V). Craignant que la Commission européenne impose un standard d'ici l'année prochaine, ils militent au sein de l'association 5GAA pour que la technologie C-V2X qu'ils utilisent soient autorisée.

PSA, Ford et BMW ont convié hier la presse à une démonstration de leur technologie de communication C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) sur le circuit de Montlhéry. S’ils avaient déjà présenté individuellement leurs avancées en la matière, c’était la première fois en Europe qu’ils se réunissaient pour prouver l’interopérabilité de la technologie entre différents constructeurs et la rapidité d'intégration dans leur système respectif (8 semaines).
C’est ainsi qu’une BMW i3, une DS 7 Crossback et une Ford Mondeo étaient mises en situation dans 6 scénarios sur le circuit et communiquaient entre-elles pour prévenir le danger. Un véhicule à l’arrêt sur la chaussée, un véhicule qui freine très fort, un véhicule qui arrive à une intersection : dans tous ces scénarios potentiellement dangereux, le véhicule est détecté et déclenche une alerte dans l’autre véhicule. Les véhicules peuvent aussi communiquer avec l’infrastructure pour fluidifier la circulation : ainsi, un feu rouge indique sur le tableau de bord du véhicule le temps qu’il reste avant qu’il passe au vert ou un piéton clique sur un bouton avant de traverser le passage piéton pour déclencher un signal dans le véhicule qui s’apprête à le franchir.
"Cette technologie de communication agit en temps réel ou presque, en 10 millisecondes, avec des flux de 30 mégabit/seconde sur une distance de 1,4 km sans avoir besoin d’une couverture de réseau cellulaire mais en communiquant sur une fréquence radio ouverte, la bande des 5,9 GHz affectée au trafic et à la sécurité routière,
explique El Khamis Kadiri, responsable Innovation Véhicule connecté au sein du groupe PSA. Cette technologie a aussi le gros avantage d’être compatible et de pouvoir évoluer avec la 5G. Elle peut donc communiquer à la fois localement, directement entre les véhicules, et à la fois avec le cloud".

La crainte que l'Europe impose un standard
Cette démonstration a pour but de prouver le potentiel de cette technologie et l’intérêt d'en faire un standard de communication global pour la V2X. Elle a été adoptée en tant que telle en Chine où le gouvernement a des ambitions fortes en la matière : en équiper 10% des véhicules dès 2020, puis 30% en 2022 et 50% en 2025. "C’est donc dans ce pays que nous lancerons nos premiers véhicules équipés en 2020 avec un boîtier additionnel, dans un premier temps, avant de l’intégrer plus en amont, avec la 5G en 2022".
"Les Etats-Unis ont pour l’instant abandonné l’idée d’imposer un standard", explique Anne-Lise Thieblemont, responsable des relations gouvernementales du géant américain Qualcomm, qui a développé le cœur du système C-V2X.
En revanche, la Commission Européenne va proposer un projet de réglementation en septembre prochain qui devrait entrer en vigueur début 2019. Cela inquiète les promoteurs du C-V2X.  "Nous militons pour que des objectifs soient fixés mais que les moyens pour y parvenir ne soient pas imposés", explique la lobbyiste.
La C-V2X est soutenu par un vaste écosystème automobile au sein de l’association 5GAA (5G Automotive association) qui réunit déjà plus de 85 membres, dont une quinzaine de constructeurs (Audi, BMW, Daimler, Ford, PSA, Honda, Jaguar Land Rover, Hyundai, Nissan, Volvo et quelques constructeurs chinois). Volkswagen apparaît aussi dans la liste des membres de 5GAA, alors qu’il a beaucoup investi dans une autre technologie, l’ITS-G5, qu’il serait prêt à déployer dès 2019. "Les deux technologies peuvent fonctionner et co-exister sur la bande des 5,9 GHz mais l’ITS-G5 ne sera jamais dans les smartphones à la différence de la 5G, souligne El Khamis Kadiri. Au sein de PSA, nous avançons sur les deux systèmes mais, à terme, nous serons condamnés à travailler avec les réseaux cellulaires et la 5G, 10 fois plus rapide que le C-V2X, alors autant choisir une technologie compatible, ouverte et évolutive".
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Vilains na !
ADEAIRIX, Le mercredi 11 juillet 2018

Et sinon pour les claviers de la 4G toujours rien ...?
ADEAIRIX, Le mercredi 11 juillet 2018

Flicage aussi...
Quarante ans d'informatique m'ont appris que tout système numérisé est susceptible d'être contré par des développeurs malveillants ou concurents
Bizarre que ces messieurs lobbyistes aient des craintes venant de la part de l'Europe...ils ne devraient être que dans une force de proposition, et nous allons aboutir à inefficacité d'un système comme le e-call dans les voitures qui devient obligatoire...encore qu'il faudrait avoir et pouvoir avoir la volonté d'appuyer sur le bouton...ce qui ne servira a rien si...
En aviation ce qui est un autre domaine autrement plus réglementé...si personne (équipage) volontairement ou pas ne répond pas aux fréquences obligatoires d'usage...tout tombe à l'eau , en vrai comme au sens figuré !!
En marine le AIS n'empêche pas les collisions...et le gros gagne toujours contre le petit...car personne sur la passerelle chez le gros la plupart du temps.
Je vois dans cette affaire deux européens et un américain...la carpe et le lapin concurents communiquent ensemble...beau mariage.
Qu'ils ne se foutent pas de notre gueule...la 5G jamais de la vie elle sera gratuite ou presque et à portée de tout le monde !
Pour les initiés...rêvons du rêve de l’interopérabilité...que nous attendons depuis trente ans en informatique....et dans le développement on a eu l'Open Source ...et cela n'a pas fait la révolution !
Il a tout compris notre ami Adeairix, ils ne "veulent pas foutre a la poubelle leurs dépenses de recherche..."
Cela va finir comme les gadgets de la voiture autonome...
Rigolons, c'est comme croire que sur l'autoroute l'automobiliste dans l'avenir va faire le pilote et la tour de contrôle au même temps.
Les américains encore une fois...ils ont tout compris!
A CHAQUE CARREFOUR IL Y A (presque partout) QUATRE PANNEAUX STOP. Le premier arrivé démarre. Simple comme bonjour.
Il y a de plus en plus sur cette terre des ingénieurs martiens, sale race !
Jo Duchene, Le mercredi 11 juillet 2018

Bonjour Jo, quelques "réponses" à vos écrits.

"nous allons aboutir à inefficacité d'un système comme le e-call"
Vous qui appréciez tant les Américains (cf les 4 panneaux Stop de la fin de votre post), sachez que l'e-call est largement utilisé aux Etats-Unis et que les secours ont gagné de précieuses minutes pour intervenir sur les lieux d'accidents. Le systèmes est dont très efficace.

"encore qu'il faudrait avoir et pouvoir avoir la volonté d'appuyer sur le bouton"
Outre une complexité terrible du libellé de cette phrase, j'espère que vous savez que l'e-call se déclenche AUTOMATIQUEMENT avec le contacteur de ceintures de sécurité et déclenchement des airbags.

Je sais que vous ne croyez pas un seul instant à l'avenir de la voiture autonome tandis que vous écrivez "Les américains encore une fois...ils ont tout compris!"
Eh bien sachez que les Américains (majuscule svp) sont les plus avancés en terme d'autonomie des véhicules (VL et PL)
Google car, Tesla, GM et compagnies sont à la pointe, mais les Européens et les Asiatiques ne sont pas en reste.
Si tous les constructeurs travaillent le sujet, c'est tout simplement parce que c'est l'avenir.

Vous faites référence à l'aviation, là encore elle nous ouvre la route (si j'ose dire) en terme d'autonomie et de pilotage automatique. Par ailleurs, la balise crash de tout aéronef est automatique, comme l'e-call.
(au passage, je me suis inscrit au brevet de pilote PPL, je me marre bien, et vous savez qu'un de mes fils est pilote d'hélico professionnel aux Etats-Unis, l'autre étant en 5ème année de l'Estaca, section aéronautique ; ça discute pas mal "avion" at home)
Bruno HAAS, Le mercredi 11 juillet 2018

Je savais que je ne vous convaincrais pas, ce n'était pas vraiment mon objectif.
Vous défendez à juste titre la BVA vs la boîte méca. Comme vous je suis un ardent défenseur de deux pédales au lieu de trois, et ce depuis 1986 sans interruption (à part mon vieux RAV4 de 1996 à la campagne). On peut admettre que la BVA est une sorte d'aide à la conduite où les vitesses sont "autonomes".

Les aides à la conduite actuelles vont dans ce sens. Personnellement je ne pourrais pas me passer d'un régulateur de vitesse. L'ABS et l'ESP ont été des aides à la conduite qui sont devenues obligatoires.
Croyez-moi Jo, les aides, les vraies pas les gadgets, seront de plus en plus nombreuses, pratiques, puis indispensables, puis obligatoires. Les personnes âgées ont du mal à faire un créneau ; le "park assist" est précieux.
Ces aides tendent vers l'autonomie, sachant quand même que 96% des accidents sont dus à une erreur humaine.
Je pense que cette tendance est bien, vous pensez qu'elle ne l'est pas. Dont acte.
Bruno HAAS, Le mercredi 11 juillet 2018

Bonjour à tous,
Comme je l'ai déjà écrit (et l'un d'entre vous l'a même rappelé cette semaine), nous avons l'habitude de vous laisser une grande liberté dans vos réactions et nous censurons rarement les commentaires. Notre règle est de faire confiance à nos lecteurs avec la publication immédiate des commentaires et un contrôle a posteriori.
Malheureusement, nous constatons à nouveau des dérapages avec insultes et grossièretés, sans parler des remarques totalement hors sujets. Si vous voulez que cet espace de discussion reste un espace de liberté, il est nécessaire que les échanges restent d’un bon niveau, sans attaques personnelles, ni vulgarité et avec des avis argumentés. Nous allons dans les semaines qui viennent appliquer une "tolérance zéro" avec la suppression immédiate de chaque commentaire qui peut être considéré comme injurieux ou déplacé. Nous avons appliqué cette règle rétroactivement et supprimé un certain nombre de commentaires sur les articles de cette semaine.
Florence LAGARDE, Le jeudi 12 juillet 2018



Alexandre Parot, PDG du groupe Parot : "L'achat de véhicules en ligne va se démocratiser"
Objectifs CO2 : les rapporteurs des commissions Transports et Industrie du Parlement désavoués



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017