Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 21/09/2017

PSA met au défi ses fournisseurs pour réduire ses coûts de production

Ce 20 septembre, le groupe PSA organisait un BoosterDay où 80 partenaires réunis en consortium sont venus présenter les solutions techniques de 16 défis proposés par PSA. Ces défis ce sont des verrous à lever pour améliorer l'efficacité de la production.

Dans le groupe PSA, l'objectif global fixé à la production est de réduire le prix de revient des véhicules de 700 € d’ici 2018 en Europe (par rapport à 2015), ce qui passe par de vastes plans de modernisation des usines  et aussi des améliorations très localisés sur des problématiques spécifiques.
Pour les plans de modernisation, chaque usine a sa feuille de route et son plan de transformation à 3 et 5 ans, rappelle Yann Vincent, directeur industriel de PSA. "La dernière grosse transformation a été faite à l'usine de Mulhouse et les prochains chantiers lourds seront Rennes, Sevelnord et Poissy. Il y aura également des travaux à Trnava et de très grosses transformations à Sochaux d'ici la fin de vie de l'actuelle 308", précise le dirigeant. Annoncé en février dernier, le plan "Sochaux 2022" représente 200 millions d’euros d'investissement. L’usine du groupe PSA au Maroc à Kénitra qui doit démarrer la production en 2019 "sera celle qui intègrera le plus de solutions quand elle sera opérationnelle", a ajouté Yann Vincent.

En parallèle de ces grands travaux, le groupe PSA s’attaque aussi avec ses fournisseurs à des "verrous" sous forme de défis, les solutions étant présentées lors d'une journée "BoosterDay", dont c'était hier la deuxième édition.

Cette méthode permet de faire travailler ensemble des fournisseurs de PSA et "tout un tas de petites entreprises que l'on ne connaît pas", souligne Yann Vincent. "Si nous demandions de manière traditionnelle à nos fournisseurs de résoudre les problèmes nous passerions à côté d'innovations", ajoute-t-il.
Ces défis qui entrent dans le vaste chantier de "l'usine du futur" concernent principalement l'assistance aux opérateurs, l'automatisation avec l'exploitation des données et les éléments de contrôle sans contact.
Parmi les exposants que nous avons rencontrés lors de notre visites il y avait une solution de contrôle automatisé des pièces de ferrage qui permet d'assister l'opérateur pour s'assurer qu'aucun défaut ne passe à travers. L’originalité de l’outil développé par CTAG est son faible coût et sa facilité d’utilisation par un opérateur depuis une tablette.
Nous avons également vu un projet de réduction de la consommation d'énergie avec production d'énergie propre. L'objectif de ce défi était de rendre le bâtiment autonome en énergie, c'est à dire d'assurer la consommation de 2 Mégawatt du site quand l'usine ne fonctionne pas. L'énergie est fabriquée en photovoltaïque, elle est stockée dans des batteries automobile (seconde vie des batteries des Ion et C0) avec une solution de pilotage de l'énergie (entre la production, le stockage et la restitution).
Nous avons également vu une solution de maintenance prédictive qui couple le savoir-faire d'une entreprise spécialisée dans la collecte de données ("précise et sans être intrusive") des machines (Prosyt) et un outil d'analyse à la décision avec interprétation des données (Oracle), deux entreprises qui se sont associées à l'occasion de ce défi. "Nous avons des informations qui ne sont pas exploitées, c'est un gisement de richesse. L’analyse de ces données nous permet d'anticiper des comportements de maintenance ", nous a dit Eric Prévost, en charge de ce projet pour Oracle.
Il y avait aussi la présentation d'un outil d'optimisation de dimensionnement des zones de stockage entre les ilots de production qui doit permettre une prise de décision plus rapide et un calcul au plus juste pour économiser les surfaces et la quantité de pièces.
Yann Vincent et ses équipes ont fait le tour des stands pour sélectionner les solutions qui pourront être mises en œuvre. Sur l'édition précédente, une solution a été mise en production et trois sont au stade de démonstrateur ("proof of concept", POC).
Principal critère de sélection : les solutions doivent être économiques avec un retour sur investissement entre 12 et 24 mois.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Quand j'ai vu le titre de l'article, je me suis dit au depart "encore un tour de vis au detriment de la qualité ?" Mal m'en a pris car il s'agit en fait des sous-traitants équipant les usines de production. Mutualiser les idées entre entreprises, voilà une très bonne idée. En effet, beaucoup de PMI/PME travaillent pour de grands groupes et elles représentent la majorité des emplois en France. La force des PMI/PME en Allemagne, c'est qu'elles travaillent en réseau. Un exemple à suivre, mais que de travail à mettre tout cela en place pour coordonner les différents acteurs.
clerion, Le jeudi 21 septembre 2017

700€ de moins en un an!!!à suivre ,on a déjà supprimé les cendriers,les roues de secours,la peinture sous capot,les moquettes épaisses,le mou dans les câblage,l'épaisseur des tissus etc etc,tenez nous informé Madame oû vont'ils trouver les 700 balles.
alain boise, Le jeudi 21 septembre 2017

Me trompe je ?
Il m'avait semblé que l'objectif global fixé à la production est de réduire le prix de revient des véhicules de 700 € d’ici 2018 en Europe (par rapport à 2015) était sinon déjà atteint, au moins, largement désengagé ... ?

Mais selon l'approche "qui n'avance pas recule" ... Le grand patron maintient la pression à n'en pas douter... il est vrai que rien n'est jamais acquis et qu'il faut trouver du cash ...

En écho au commentaire "iconoclaste" d'Alain ...
Les exemples qui émergent de ce "BoosterDay" ressemble plus à des propositions d'amélioration de process de production qu'à des économies sur la "matière" ... ?
ADEAIRIX, Le jeudi 21 septembre 2017

Le doute m'habite cher Druide mais 700€ font bien 10% de marge supplémentaire sur une auto a 7000€ HT .......(108 de base oû C1)
alain boise, Le jeudi 21 septembre 2017

Alain ... Si il y avait un doute (?)...Vous savez bien compter 😏
Cela dit les 700€ s'appliquaient ils, de manière unanime, sur l'ensemble de la gamme ... Je n'en suis pas certain ... Certains véhicules plusse d'autres moinsse ...

D'autant que vous le laissez entendre, ils ont "gratté" beaucoup déjà. Et ce, dès la conception de ces modèles d'accès que constituent 108 ou C1 ...Pas une raison pour ne pas continuer à traquer les coûts superflus (?). L'article parle également des travaux à Trnava ...
ADEAIRIX, Le jeudi 21 septembre 2017

Oh la la, vous êtes plus spécialistes que je pensait !
Un gars me disait déjà il y a quelque temps...les équipementiers sont traités en esclaves en France (1) et certains payés à plus de 120 jours fin de mois...et c'est déjà une chance pour certains.
Une loi vient de sortir concernant les délais de payement, car il y avait de gros abus !.
Mon grain de sel est le suivant, quand il est dit (je dénonce pas le spécialiste) "...elles représentent la majorité des emplois en France" il oublie de dire, dans le secteur de l'automobile, bien sûr, car ma femme est économiste (je vous ferait la liste de tous ses diplômes plus tard) qui tique sur une contre vérité concernant le tissus industriel français !

(1) Au Portugal par exemple dans un passé lointain, j'ai supervisé chez un équipementier l'installation du logiciel de production (GPAO) spécialisé dans la câblerie automobile et il me racontait qu'il a vu débarquer Mercedes qui disait qu'il était prêt à payer le même prix que les autre pour ses câbles mais qu'en plus ses câbles devaient être sertis et en PLUS étamés au même temps pour le même PRIX QUE LES AUTRES mais sans !!
Calculez le nombre d'opérations en plus gratos pour les beaux yeux de Mercedes!
Jo Duchene, Le jeudi 21 septembre 2017



La 2e édition des Organigrammes des Constructeurs Automobiles est parue
Un concept car, symbole de la transformation de Plastic Omnium



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017