Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 19/04/2017

Renault a amorcé une hausse de ses effectifs en France qui devrait se poursuivre

Renault emploie près de 125 000 personnes dans le monde dont 46 420 en France, soit 37% de ses effectifs. Pour la première fois depuis 2011, ils ont légèrement progressé l'an dernier en France. 

Petite éclaircie sur le front de l’emploi automobile en France : les effectifs de Renault ont amorcé une légère croissance en 2016 à +1,5%, soit 661 emplois créés.
Certes, c’est peu au regard de l’hémorragie de ces dernières années puisque en 9 ans ce sont près de 17 000 emplois français qui ont été supprimés chez Renault (exactement 16 897 depuis 2007).
Pour autant, 2016 est un signal positif qui met fin à cette érosion et montre même une inversion de tendance. Ainsi, à fin décembre 2016, les effectifs en CDI et CDD (hors intérim donc) de Renault en France sont de 46 240 personnes.

L’essentiel des pertes d’emploi a eu lieu entre fin 2007 et fin 2013 avec 14 587 emplois supprimés sur ces 6 années (*), période pendant laquelle sa production en France a été divisée par 2 passant de 1 million à 500 000 voitures. Depuis 2014, l’érosion a été très fortement ralentie (- 2971 suppression en 2014 et 2015) avec même cette légère hausse en 2016 suivant l'inflexion de la production dont le point bas a été atteint en 2013.
Ce ralentissement puis inversion de la courbe est à mettre en relation avec la mise en œuvre de l’accord de compétitivité en mars 2013. Les organisations syndicales  avaient accepté de le signer (CFE-CGC, CFDT et FO) au nom de la préservation des emplois et pour enrayer ce déclin qui paraissait inexorable, chaque année étant en recul (à part une légère hausse en 2011 de 560 personnes).

L'accord Cap 2020 prévoit une hausse des effectifs en France d'ici 2019
A noter que ces chiffres n’intègrent pas le nombre d'intérimaires qui n'est pas précisé dans le document de référence du constructeur. Selon nos informations, le nombre d’intérimaire a été en forte hausse l'an dernier puisqu’ils étaient au nombre de 6 000 à fin 2015 pour atteindre à 9 000 personnes fin 2016 (ce qui représente près de 20% des effectifs français de Renault à cette date). Ce sont ainsi les intérimaires qui ont permis ces 3 dernières années de réaliser la croissance de la production française passée de 506 000 unités en 2013 à 745 000 en 2016.
En toute logique, l’accord Cap 2020, signé en janvier dernier (avec les mêmes organisations syndicales que le précédent) devrait renforcer l’évolution positive des effectifs de Renault en France. Dans ce nouvel accord le constructeur s’est engagé à réaliser 3 600 embauches sur 3 ans sur le périmètre de Renault SAS et ses filiales dont 1 800 en usine (pour réduire de moitié la part des intérimaires) et 1 800 sur les autres fonctions avec un solde positif à la fin de l’accord, soit fin 2019.
L’évolution des effectifs de Renault montre que sur les trois dernières années, ce sont ses implantations européennes (hors France) qui ont bénéficié de la croissance de l’activité.

L'Espagne tire la croissance des effectifs en Europe
Ainsi, les effectifs européens (non français) progressent de 8,9% en 2016 (1 982 personnes de plus) et de 36% entre fin 2016 et fin 2013 (6 459 personnes). La croissance des effectifs en Europe vient en grande partie de la hausse des effectifs des usines espagnoles (Palencia, Séville, Valladolid) passés d’un peu moins de 7 000 personnes en 2013 (6 978) à un peu plus de 11 000 (11 276), soit une hausse de 61% (4 298 personnes de plus) grâce au succès des Captur et Kadjar.
Les effectifs européens hors France qui représentaient 15% des effectifs de Renault en 2013 (avec 17 917 personnes) en représentent 20% en 2016 (24 376 personnes). Avec 70 000 personnes, l'Europe représente 57% des effectifs de Renault dans le monde soit un ratio en ligne avec la répartition de ses ventes (56,7% avec 1,8 million de voitures vendues sur 3,18 millions en 2016).
Au total, à fin décembre 2016, Renault employait 124 849 personnes (dans les 37 pays où le groupe est implanté) dont 3 106 pour la branche financière. La hausse des effectifs en 2016 se retrouve dans les autres régions avec +6,5% en Afrique Moyen Orient Inde (12 759 personnes), +6,7% aux Amériques (10 120 personnes) et +2% en Eurasie (avec 26 855 personnes dont les 11 143 de l'usine roumaine Dacia de Pitesti).
"Cette augmentation s’explique à la fois par des besoins de production dans les régions Europe, Amériques, AMI et également le renforcement des activités d’ingénierie que ce soit au sein de l’ingénierie France comme dans les ingénieries localisées dans les autres régions pour préparer l’avenir dans un contexte d’évolutions technologiques importantes", explique le document de référence de Renault.
Ces chiffres n’incluent pas encore ceux d’Avtovaz qui n’est consolidé au sein du groupe Renault que depuis le 1 janvier 2017. L'effectif d’Avtovaz est estimé à 51 500 (y compris filiales) au 31 décembre 2016, précise le document de référence.
Florence Lagarde

(*) Une bonne partie de ces suppressions de postes se sont faites dans le cadre de l’accord de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) signé le 4 février 2011, prorogé dans le cadre de l’accord de compétitivité signé le 13 mars 2013. Ce dispositif est un accompagnement à la création/reprise d’entreprise, période de mobilité externe ou dispense d’activités et a concerné 9 000 personnes à fin décembre 2016, selon de document de référence 2016.

Lire le détail de l'évolution de l'emploi PSA et Renault en France depuis 2007 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

50% d'augmentation d'intérimaires et près de 20% du personnel en interim!! Investissez dans les agences d'intérim benefs garantis.....
Ca a dégraissé sec chez Lada elle doit être vide l'usine,que dis je la ville usine,et la Vodka toujours présente?,combien le taux d'absentéisme ?mieux qu'au temps des Soviets j'espère.
alain boise, Le mercredi 19 avril 2017

Quel chic d'entretenir une danseuse et ses chéris alcoolisés!
Les statistiques disent que le "turn over" de la population mâle en Russie tourne autour de 56 ans à cause de la mère maquerelle vodka qui donne le biberon très tôt là bas!
Les choses étant ce quelles sont..la Lada c'est modernisée grâce à la générosité de Renault et une série spéciale de Lada "revival" vient de sortir, avis aux collectionneurs!
Par contre cette Lada ne pourra plus être dépannée avec juste une clef de 14 et autres outils pas chers comme dans le vieux bon temps dans le fin fond de la Sibérie!
On peut trouver des Dacia au delà du Cap Nord, plus précisément à à Mourmansk, mais dans cette ville de sous-mains épaves atomiques (allez visiter "Le Lénine" et je l'ai fait en Juillet de l'année dernière) est aussi un port de distribution de charbon domestique.
Les frimeurs mafieux là bas préfèrent rouler en Lexus et autres 4x4 Toyota, et aussi des coréennes Kia et Hyundai qu'on voit un peu partout.
Par contre si on veut monter vers l’archipel du Svalbard (territoire norvégien) on trouve de la vodka et une mine de charbon exploité par les russes, qui est la plus septentrional au monde.
Il y a un concessionnaire auto qui est le plus proche du Pôle Nord et c'est (je vous donne en mille) Toyota.
Jo Duchene, Le mercredi 19 avril 2017

Allez pour les curieux la ville dans l'archipel du Svalbard c'est Longyearbyen !
Charmante bourgade maintenant touristique ou on peut voir encore des ours à certaines saisons qui peuvent rôdent autour de votre cabane en bois!
Avis au amateurs de glisse!
Jo Duchene, Le mercredi 19 avril 2017

Avec 30% de productivité annoncée par De Los Mozos, je ne crois pas que la hausse va se poursuivre si ce n'est le nombre d'intérimaires qui va fondre drastiquement signe que l'industrie automobile n'est compétitive qu'à coup de robots financés par le CICE
Jh, Le mercredi 19 avril 2017

Pas si simple, certains constructeurs ont diminué le nombre de robots !
Des robots oui, si la conception, la fabrication et le montage est simple comme une Tesla.
Il serait dans un avenir proche intéressant de savoir combien de robots et personnel utilisera Tesla pour fabriquer 500.000 véhicules, par rapport à d'autres constructeurs qui ont une technique lourde et obsolète thermique!
Jo Duchene, Le mercredi 19 avril 2017

Je partage le point de vue de Jo sur Tesla car l'automobile americaine si elle doit rapatrier des volumes aux EU le fera dans des usines "vides" de personnel et pleines de robots compétitivité isn't it !!
Jh, Le mercredi 19 avril 2017

Mince, Renault augmente ses effectifs, et il y en a (toujours les mêmes) qui trouvent le moyen de grogner !?! Ils devaient donc se féliciter quand Renault licenciait ?
Frédéric LANGLOIS, Le samedi 22 avril 2017



Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Mercedes continue de creuser l’écart avec ses concurrents premium



Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017