Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 10/02/2017

Renault enregistre en 2016 des résultats financiers record pour la deuxième année consécutive

Renault a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 51,2 milliards d’euros, une marge opérationnelle de 6,4% (4,9% pour l’activité automobile)  et un résultat net de 3,54 milliards d’euros. Des résultats nettement supérieurs aux objectifs que le constructeur avait annoncés.

"Nous sommes très contents des résultats 2016. En chiffre d’affaires, marge, résultat net et cash nous avons dépassé tous nos objectifs en 2016. Cela ne signifie pas pour autant que c’est la fin de l’histoire", s’est félicité Clotilde Delbos, directrice financière du groupe Renault lors de la présentation des résultats financiers ce vendredi 10 février.
Annoncés pour l’année 2017, les objectifs du plan Drive the change ont tous  été dépassés avec au moins un an d’avance. C’était déjà le cas depuis 2015 pour l’objectif de marge opérationnelle groupe fixé à 5% et qui atteint un nouveau record à 6,4% en 2016 (5,2%  en 2015). C’est le cas en 2016 pour le chiffre d’affaires qui dépasse les 50 milliards d’euros avec 51,24 milliards pour le groupe dont pratiquement 49 milliards pour l’automobile (48 995 millions d’euros) et 2,24 milliards pour RCI Banque (2 248 millions d’euros).
Après des années de résultats décevants, Renault réalise ainsi une deuxième année consécutive record grâce à une forte hausse de ses volumes portés à 3,18 millions d’unités.


Les volumes, principale source de croissance du CA
Avec 374 000 unités supplémentaires, la hausse des ventes est la principale source de croissance du chiffre d’affaires (avec 3,8 milliards d’euros de mieux). Les ventes aux partenaires qui avaient ces dernières années permis à Renault d’apporter la croissance qui faisait défaut (c’était 1,87 milliard de plus en 2015) restent dynamiques avec 1,1 milliard supplémentaire, mais ne sont plus prépondérantes dans la croissance. "Nous sommes aujourd’hui entre 10% à 15% des ventes aux partenaires dans le chiffre d’affaires. Il faut savoir que cela va se développer. La progression du chiffre d’affaires va continuer d’être basée à la fois sur le développement du chiffre d’affaires avec les partenaires et aussi sur la progression propre de Renault", a dit Carlos Ghosn, lors de la présentation des résultats à la presse.
En 2016, Renault a fabriqué pour ses partenaires un peu moins de 300 000 voitures (293 184 unités en hausse de 19%) soit 9% de sa production 2016 (3,17 millions d’unités). La production pour Nissan a progressé de 15% avec 164 401 véhicules encore essentiellement le Rogue dans l’usine de RSM en Corée la production de la Micra à Flins n’ayant démarré qu’en tout fin d’année. Elle est également en hausse (+18,7%) pour Daimler avec 75 382 unités (Smart à Novo Mesto et Citan à Maubeuge) et GM (+5,3%) avec 28 251 Vivaro (à Sandouville). A noter que Renault achète des productions à ses partenaires pour un volume sensiblement supérieur et qui a doublé avec 343 643 unités en 2016. Dans ces volumes il y a notamment la Kwid en Inde fabriquée dans une usine Nissan (115 223 unités en 2016) et la Logan (109 610 unités) fabriquée dans des usines du partenaire iranien et chez Avtovaz.


Une marge opérationnelle automobile à 4,9%
La principale amélioration est incontestablement l’évolution de la marge opérationnelle. Avec 3,28 milliards d’euros pour 2016, elle progresse de 907 millions d’euros (+38,2%) grâce là encore à la hausse des volumes. C’est essentiellement (comme l’an dernier) l’amélioration de la marge opérationnelle de l’automobile qui fait décoller la marge du groupe avec une contribution de 2,38 milliards d’euros (+54,3%), tandis que celle de RCI Banque déjà à un niveau élevé reste dans les mêmes ordres de grandeur à 896 millions (+8,1%).
La hausse des volumes et celle des ventes aux partenaires contribuent à une hausse globale de 1 milliard d’euros (exactement 1 036 millions) de la marge opérationnelle, Renault ne donnant pas la répartition entre les deux.
Sur les 4 dernières années, la marge opérationnelle automobile enregistre une amélioration continue avec 0,1% en 2012 ; 1,3% en 2013 et 2,2% en 2014, 3,6% en 2015 et 4,9% pour 2016 (dont 4,7% au premier semestre et 5,1% au deuxième semestre!). Pour les années qui viennent, Renault prévoit  une poursuite de cette tendance avec un objectif annoncé d’atteindre 7% de marge opérationnelle d’ici 2022 pour son prochain plan. "L’objectif est de construire une croissance et une profitabilité durable et c’est l’objectif du prochain plan", a souligné  Carlos Ghosn.
Rapportée au volume, la marge opérationnelle automobile représente en 2016 une moyenne de pratiquement 750 euros par véhicule en hausse de 36% par rapport aux 550 euros de 2015.


Faible contribution de la réduction des coûts
La réduction des coûts longtemps principale source d’amélioration des résultats de Renault (quand la croissance des volumes était faible) a peu contribué à l’amélioration cette année. Une situation d’ailleurs due en partie à la croissance des volumes qui a entraîné une hausse des coûts de fabrication avec la mise en place d’équipes supplémentaires et des embauches dans les usines (111 millions d’euros de coûts additionnels pour la partie manufacturing et logistique). La hausse des dépenses en R&D  de 260 millions d’euros, vise aussi à accompagner la croissance et suivre l’exigence accrue des règlementations en terme de dépollution (avec notamment 50 millions d’euros de plus pour la mise à niveau des moteurs Diesel). 
"Nous avons pris la décision volontaire d’investir plus en R&D et dans des équipes supplémentaires", a souligné Clotilde Delbos. L’objectif de réduction de coûts est donc l’un des seuls objectifs annoncés pour 2016 qui n’a pas été tenu avec une réduction sur l’année de 184 millions d’euros. Au total, sur les 6 dernières années les baisses de coûts auront représenté 3 milliards d’euros (entre 2010 et 2016), a rappelé Carlos Ghosn.


Un résultat net record à 6,9%
Au final le résultat net du groupe Renault incluant la quote part de Nissan de 1,74 milliard d’euros (en baisse de 235 millions en raison notamment des coûts liés au rappel pour des airbag Takata défectueux aux Etats-Unis) s’élève à 3 543 millions d’euros, là encore un niveau record. Cela situe la marge nette de Renault à 6,9% du chiffre d’affaires, "au plus haut niveau de l’industrie automobile", a souligné Carlos Ghosn. "Ce sont des années d’efforts et de discipline dans l’exécution de notre plan qui nous ont mené au succès", a-t-il ajouté.
Le groupe Renault possède désormais une assise solide pour poursuivre sa croissance. Comparant le début du plan en 2010 avec les résultats de 2016, Carlos Ghosn a souligné :"Notre entreprise est assise sur un socle incomparablement plus fort. Notre offre est devenue plus diversifiée et notre mix régional plus équilibré avec plus de 100 000 unités dans 11 pays."
"La croissance des volumes  et des profits sont nos deux objectifs. Nous contrôlons nos prix par marché et nous allons dans la bonne direction. Nous savons que nous devons être disciplinés avec des prix qui doivent soutenir les volumes et la croissance", a-t-il dit.


7% de marge opérationnelle en 2020
Le prochain plan stratégique du groupe pour la période 2017 à 2020 est encore en construction pour intégrer l’arrivée de Mitsubishi au sein de l’Alliance. Le constructeur a cependant annoncé son ambition globale d’atteindre 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires (à taux de change constant) et une marge opérationnelle de 7% à la fin du plan.
Dans les potentiels de croissance, Carlos Ghosn a cité le rétablissement des marchés où le constructeur possède des positions fortes comme la Russie et le Brésil, le développement de ses positions en Iran et la montée en puissance de la Chine et de l’Inde. A l’inverse, la hausse des matières premières, l’impact du Brexit et la remise en question potentielle des accords commerciaux en Amérique du Nord et avec l’lran depuis l’élection de Donald Trump seront les risques 2017.
Dans ce contexte, le groupe Renault annonce des objectifs non chiffrés : accroitre son chiffre d’affaires (au-delà de l’impact de l’intégration d’Avtovaz), accroitre sa marge opérationnelle (là encore hors impact Avtovaz) et générer un free cash flow opérationnel positif de l’activité automobile. 
Florence Lagarde

Résultats financiers du groupe Renault 12 mois 2016

Partagez cet article :

Réactions

… L’on ne peut que se réjouir de ces excellents pour Renault tant il est encore un peu vrai que « Quand Renault éternue, c'est la France qui s'enrhume » … Selon l’article, une marge opérationnelle globale à 6,4% …Un résultat net à 6,9% sur le même périmètre si j’ai bien lu …
A priori, beaucoup de produits hors exploitation (… ?) dans ces conditions … Est-ce bien cela … ?
Cela mérite sans doute quelques précisions de la part de la rédaction ?
ADEAIRIX, Le vendredi 10 février 2017

C'est l'importance de la contribution de Nissan dans le résultat des sociétés mises en équivalence (1 741 millions) donc après la marge opérationnelle qui explique l'importance du résultat net de Renault. Les impôts étant de 1 055 millions (soit moins que la part des résultats de Nissan), Le résultat net est très supérieur à la marge opérationnelle.
Florence LAGARDE, Le vendredi 10 février 2017

Merci pour ce prompt retour !
ADEAIRIX, Le vendredi 10 février 2017

J'ai bien lu que la marge opérationnelle de RCI est de 40% ?
DENIS MALLERET, Le vendredi 10 février 2017

Le syndicats et la CGT en tête, vont pas tarder à réclamer au moins 10% d'augmentation de salaire !....
:-)....
BRUNO SURGET, Le lundi 13 février 2017



articles connexes

Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Les Etats membres demandent à Bruxelles de renforcer les normes de sécurité des véhicules



Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017