Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 09/04/2019

Saft revient dans la batterie lithium-ion automobile avec un partenaire chinois

Le Français Saft, filiale de Total, s’est associé au Chinois Tianneng Energy Technology (TET), filiale du groupe privé chinois Tianneng, pour créer une coentreprise qui fabriquera des batteries lithium-ion pour vélos et véhicules électriques dans une usine située à Changxing.

Le premier actif de cette coentreprise détenue à 40% par Saft et 60% par Tianneng Energy Technology est une usine basée à Changxing dans le sud de la Chine.
Ce site de production fabrique actuellement des batteries lithium-ion pour les marchés des 2 roues électriques chinois ("ebike"), soit vélo, scooter et mobylette. Ce sera la base de départ de cette coentreprise dans laquelle Saft va apporter ses compétences techniques pour améliorer les performances, l’autonomie et la compétitivité des produits existants. Les deux partenaires annoncent également leur intention de cibler le marché automobile.

Une capacité de 5,5 GWh
A l’échelle des annonces du groupe Volkswagen (qui estime son besoin en capacité de production de batteries à 150 GWh en 2025) ce projet apparaît nettement plus modeste puisqu’il se présente avec une capacité de production de 5,5 Gwh dont "plusieurs GWh sont déjà en opération", selon le communiqué des deux entreprises.
"Les partenaires prévoient d'accroître la capacité de production du site de Changxing pour répondre à la hausse future de la demande, portée par les ventes liées à la mobilité électrique et le développement des énergies renouvelables", précise ainsi leur communiqué.
Difficile de se faire une idée aujourd’hui de l’accélération potentielle du marché. De fait, actuellement, Saft possède une capacité de production de 400 MWh sur ses quatre usines de fabrication lithium-ion qui fournissent le spacial, la mobilité et le stockage des énergies renouvelables. Cette coentreprise représente ainsi avec 5,5 GWh une capacité plus de 10 fois supérieure à celle de Saft. L’entreprise possède un total de 14 sites de production dont 4 fabriquent des batteries lithium-ion (deux aux Etats-Unis et deux en France à Nersac et Bordeaux).

Saft apporte son savoir-faire, Tianneng Energy Technology apporte l'usine et les débouchés
"Cette coentreprise permet à Saft de s’allier à un partenaire chinois, leader mondial des batteries acides plomb, qui souhaite se développer sur les technologies lithium-ion. Elle donnera à Saft accès au marché chinois des batteries en plein essor et permettra de disposer de capacités de production de masse très compétitives afin d’accélérer la croissance de ses activités", a dit Patrick Pouyanné, PDG de Total
"Cette coentreprise va nous permettre de franchir une nouvelle étape et d’accroitre considérablement notre présence sur le marché du Li-on chinois qui concentrera plus de 40 % de la demande mondiale d'ici 2025 et développer nos activités mondiales", a dit Ghislain Lescuyer, directeur général de Saft
"Ce partenariat nous permet de bénéficier des 30 années d'expérience de Saft et de son leadership technique établi dans le domaine des éléments Li-on. Pour la coentreprise, la réputation exceptionnelle de Saft, liée à la grande qualité de ses produits, sera un atout déterminant en termes de crédibilité sur le marché, ce qui nous aidera à développer nos activités", a Tianren Zhang, président de Tianneng.
En attendant que le projet d’un "Airbus de la batterie" voit le jour et que la technologie de batterie du futur sous forme solide dont Saft est leader d’un programme de recherche, le fabricant se diversifie sur la technologie actuelle avec ce nouveau projet qui lui ouvre le marché chinois.
Actuellement, tous les constructeurs se fournissent auprès de fournisseurs asiatiques. La prise de conscience de la dépendance de l’industrie automobile à ces entreprises a donné ces derniers mois des positions politiques proactives des gouvernements français, allemands et de la Commission européenne qui pourraient faire avancer ce dossier d'un projet européen. "Pour que le projet 'd'Airbus de la batterie' soit compétitif, il devra bénéficier de la part de l'Europe du même état d’esprit que celui dont bénéficient les industriels chinois avec un gouvernement qui privilégie les voitures et batteries 'made in China'", souligne-t-on chez Saft.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

… Mouais monter des co entreprises en Chine … On ne peut pas dire qu'à moyens longs termes cela a bien réussi à Alcatel, Alstom (Airbus ?) …
D'autre part une fois bien ancré avec les "chinois" comment constituer un "Airbus de la batterie" donc par nature européen …
A moins que l'on ne sache déjà que "cela ne marchera jamais" (?)
ADEAIRIX , Le mardi 09 avril 2019



Un tiers des ventes de Kia sera électrifié en 2020
Frank Torres nouveau vice-président de Nissan en Russie



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017