Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 12/06/2019

Smart : grève de salariés de sous-traitants, production au ralenti à l'usine d'Hambach

(AFP) - La production de Smart à Hambach (Moselle) tournait au ralenti mardi en raison d'un mouvement de grève de salariés des sous-traitants pour obtenir des garanties sur le maintien des emplois avec l'arrivée de la Mercedes.

"On est contents de ce projet et on voudrait faire partie de l'aventure. Mais des sous-traitants vont rester au bord du chemin", a expliqué Denis Boos, délégué syndical CGT à Faurecia, équipementier plasturgiste.
Le groupe automobile allemand Daimler, propriétaire des marques Mercedes-Benz et Smart, a annoncé fin mars une alliance avec le chinois Geely pour produire ensemble en Chine, dès 2022, la prochaine génération des citadines biplaces.
A la place de la Smart, un modèle électrique haut de gamme Mercedes va sortir des lignes de production à partir de 2020. 500 millions d'euros d'investissements sont prévus pour adapter le site mosellan, qui emploie 800 salariés, à cette nouvelle production.
A l'appel de la CGT, des salariés des cinq sous-traitants, qui représentent 600 employés, observent un mouvement de grève depuis plusieurs jours et réclament "une réunion tripartite (entre Smart, Mercedes et les entreprises) pour avoir de vraies garanties pour le travail".
"L'usine continue de produire des voitures, mais au ralenti depuis plusieurs jours", a dit à l'AFP un porte-parole de Smart France.
"Notre direction nous a ouvertement dit que l'activité cesserait à la fin de la Smart et qu'on devait démissionner pour aller chez Smart", a précisé Nicolas Bosle, délégué CFDT chez Magna Uniport, fabricant d'ouvrants de portes et de hayons.
"Si la société cesse son activité, elle doit mettre des choses en place, comme le reclassement, pas nous imposer une démission", a-t-il ajouté.
Daimler avait assuré qu'aucun emploi ne serait menacé par ce changement de stratégie industrielle. Une bourse à l'emploi, créée pour recruter le personnel sous-traitant, a permis l'embauche effective ou à venir d'une centaine de salariés, assure le constructeur.
"Smart France a proposé, dans un engagement de mobilité, de garantir les emplois des entreprises partenaires du site, de recruter en priorité leurs salariés, de reprendre leur ancienneté et de proposer deux postes à compétences et qualifications égales aux salariés qui ne trouveraient pas de poste qui leur convient", a détaillé un porte-parole de l'entreprise.
"On n'ira pas recruter à l'extérieur", a-t-il souligné, assurant que "tous les emplois du site seront préservés".
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Bon courage à tous
alain boise, Le mercredi 12 juin 2019

Il en faut pas être naïf : Le site va fermer avec la dernière Fortwo produite.


Ce site est une ligne d'assemblage, représentant 15% des coûts directs du véhicule...
Le reste des coûts est représenté par les composants qui par définition peuvent être produits n'importe où puis transportés.


Daimler a d'autres usines en Europe et dans le monde bien plus performantes pour assembler des véhicules de haut de gamme. La croissance est en Chine.
Dataceodeux, Le mercredi 12 juin 2019

C'est pessimiste actu aujourd'hui.
Quelle pauvreté dans les posts..
;0(
Lucos, Le mercredi 12 juin 2019



Les gains d'émissions de CO2 en cycle de vie des véhicules électriques selon RTE
Fiat Chrysler s'allie avec la start-up Aurora dans la conduite autonome



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017