Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 29/10/2019

Suzuki aura une gamme 100% hybride en 2020, sauf le Jimny

Pionnier de la micro-hybridation 12V déjà disponible sur les Ignis et Swift et 48V disponible sur les Vitara, S-Cross et Swift Sport dès janvier prochain, Suzuki complètera sa gamme européenne avec deux hybrides Toyota dérivés des Rav 4 et Corolla break. Les Celerio et Baleno ne seront plus importées.

La mise en œuvre des objectifs CO2 à partir de 2020 en Europe conduit les constructeurs à y remanier leur gamme.
Suzuki bénéficie d’une dérogation "de niche" possible pour les constructeurs dont les ventes européennes sont comprises entre 10 000 et 300 000 unités. Dans le cadre de cette dérogation l’objectif est défini en référence à l'année 2007 avec une réduction à -45% en 2020/2021 et Suzuki doit atteindre une moyenne de 90,3 g (sur 95% de ses ventes en 2020 et 100% en 2021).
Dans cette perspective le constructeur prépare l’hybridation de 100% de sa gamme avec trois types de technologies.
Le 12V développé en interne est déjà disponible sur les Ignis (98 g/km sur les versions 1.2, 105 g/km sur les versions 1.2 Allgrip 4 roues motrices, mesures NEDC corrélé) et Swift (94 g/km sur les versions 1.2 et 101 g/km sur les 1.2 Allgrip, mesures NEDC corrélé).
Le 48V sera au catalogue à partir de janvier 2020 sur les Vitara (actuellement entre 121 g/km et 141 g/km, mesures NEDC corrélé), S-Cross (actuellement entre 120 g/km et 140 g/km, mesures NEDC corrélé) ainsi que sur la Swift Sport (actuellement à 125 g/km, mesures NEDC corrélé). Les caractéristiques techniques de ces versions 48V n’ont pas encore été annoncées.
A partir du second semestre 2020, Suzuki introduira en Europe, les Toyota Rav4 et Corolla break hybrides sous sa marque suite à un accord de 2017 (antérieur à la prise de participation de 5% de Toyota à son capital).
La marque n’a pas donné de détails sur le niveau de personnalisation de ces deux modèles, ni leurs noms, ni leurs caractéristiques techniques. Les productions pour la France débuteront en juin au Japon pour le Rav 4 avec un lancement commercial en septembre et en juillet en Grande-Bretagne pour la Corolla Break pour un lancement dans la foulée.
Par ailleurs, Suzuki arrête en fin d’année l’importation de la Celerio dans le cadre de l’arrêt des modèles du segment A en Europe. La Baleno qui aurait eu besoin d’investissements pour être aux normes européennes alors que l’Inde a besoin de production sera également arrêtée.
Le Jimny sera l’année prochaine le seul modèle de la gamme sans technologie hybride bien que ses émissions de CO2 soient les plus élevées (154 g/km et 170 g/km pour la version automatique).
Malgré ces aménagements, l’objectif CO2 individuel de Suzuki en Europe sera "compliqué à atteindre", admet Stephane Magnin, directeur commercial auto de Suzuki France. La marque pourrait être obligée de freiner les volumes de Jimny qui pénalisent sa moyenne CO2, dans l’attente d’une homologation VUL. Une homologation du Jimny en catégorie N1 permettrait de sortir les ventes VUL du calcul de la moyenne (l’objectif CO2 2020/2021 ne concernant que les VP) ce qui n’est pas le cas aujourd’hui puisque le Jimny est homologué en VP (et donc les transformations utilitaires sont comptabilisées comme des VP).
La marque n’a pas annoncé à ce jour de modèles électriques à batterie (BEV) pour l’Europe alors que 50 prototypes WagonR électriques sont actuellement en test en Inde.
Les prévisions de ventes pour l’année 2020 s’annoncent compliquées et Stéphane Magnin estime que les volumes devraient baisser en 2020 après deux très bonnes années. La marque prévoit en effet d’atteindre 30 000 immatriculations en 2019. 
"L’année va bien se terminer malgré des problèmes sur les productions japonaises, Ignis et Swift, ralenties de 10% à 15% pour les contrôles d’homologation en bout de chaîne. Nous allons boucler l’année à près de 30 000 immatriculations pour 32 000 en commandes", souligne Stéphane Magnin. "Avec une demande très forte sur la Swift, on aurait pu faire mieux sans le ralentissement de la production au Japon", explique le dirigeant.
En août, la marque a par ailleurs immatriculé un volume important de VD (3 500 sur 5 400 immats) pour des véhicules qui ne passaient pas la norme du 1er septembre. "Nous savions que nous ne serions pas prêts à temps. Nous avions le choix entre réduire la production ou maintenir nos commandes et faire un effort d’immatriculation en août. Nous avons pris la décision avec le réseau de maintenir nos commandes", précise le dirigeant.
A fin septembre la part des hybrides était de 21% des immatriculations et les versions Allgrip de 23%.
La marque n’exclut pas de ne pas atteindre son objectif CO2 en 2020 et envisage donc le paiement de pénalités. "Nous avons choisi de garder un certain volume en Europe autour de 250 000 unités et de ne pas descendre à 150 000 unités. Nous avons choisi de faire vivre notre réseau qui est un actif important", souligne Stéphane Magnin. En attendant l'arrivée de modèles électriques, Suzuki devra optimiser les ventes des versions hybrides les moins émettrices de CO2 et freiner celles du Jimny.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

... En 2020, Suzuki devra donc composer avec "la légende de Jimny" ...
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 29 octobre 2019

Le volume de production mondiale devrait être pris en compte pour la dérogation et non le volume de vente Europe.
Fabrice BARTOLI, Le mardi 29 octobre 2019

Non c'est bien le volume Europe, puisqu'il s'agit d'un règlement européen.
Les constructeurs ayant choisi cette dérogation vont pouvoir ajuster parfaitement leur production Europe puisqu'ils savent dès aujourd'hui le maxi par pays. La France représentant en gros 10% des ventes Europe, ce sera donc 30 000 voitures max/an pour les marques concernées
Concernant les VU, ils faut noter qu'ils ont aussi depuis plusieurs années un objectif CO², mais qui est moins contraignant.
Pour terminer, n'oublions pas que c'est le client qui va finalement et évidemment va payer les pénalités de dépassement de CO², à hauteur de 200 à 600 € en estimation à la louche suivant les marques.
;0)
Luc Os, Le mardi 29 octobre 2019

ADRX,
Vous avez diné avec Clérion hier soir ?
;0))
Luc Os, Le mardi 29 octobre 2019

Toutes les taxations sont payées par le client !la taxe Kérosène,la taxe éolienne,tout et tout
alain boise, Le mardi 29 octobre 2019

Qu'est-ce que c'est cette manie qui ont les constructeurs auto, hors de chez nous à faire que des gammes hybrides et en plus avec des boites CVT qui moulinent comme des mobylettes...j'en ai la nausée !
C'est encore pour nous dire qu'ils vont échapper aux malus en consommant moins et en faisant des petits chiffres au Co2.
Comme disait hier le lecteur Chataigne, l'hybride et les les moteurs au cycle Atkinson sont une catastrophe, car il est un des grands spécialiste de la combustion automobile et je le crois.
Suzuki est coupable comme Toyota de s’acharner à faire des voitures super FIABLES et coupable aussi de casser le petit commerce des réparateurs auto qui ne pourront plus surfacturer leurs gogos de clients...comme tous ceux qui achètent des merdes allemandes pas fiables, mais au tableau de bord bien ajusté !
Une lueur d'espoir se dessine car PSA et Renault maintenant savent faire la même chose ...et le client ne regardera plus sous le capot...et la casse des moteurs comme celui de la Mégane passera inaperçu.
Les cacas de moteurs rugueux PureTech de chez PSA goutons de surcroit en ville, auront encore un énorme succès, car j'adore de plus en plus leurs chromes extérieurs de gros SUV rondouillards et leurs intérieur cuir et surtout le confort des DS de mon enfance...snif, snif !
Monsieur Tavares si vous me faites un prix chinois de moitié pour une DS7 hybride rechargeable...je dirait du bien de vous jusqu'à la fin de mes jours.
Je cracherai tout mon venin pour débiner Tesla bien sur.
Pour parler du sujet ci-dessus, n’attend que Suzuki passe aux actes et qui ne fasse pas que des promesses.
Ils doivent bien boire des coups, et se dire des blagues avec Renault aux Indes. En partant Suzuki dit à Renault, monte sur mes 4X4 t'es sur d'arriver chez toi ici en Inde !
Jo Duchene, Le mardi 29 octobre 2019

… @ Luc Os : pas dîner nan.. Mais comme clerion se fait trop rare (!)
Et puis ... c'est moins "dangereux" comme exercice (?) quoique.
;0)
ADEAIRIX, Le mardi 29 octobre 2019

C'est vrai quoi ! Clérion !
Faut tout faire nous-mêmes…
;0)
Luc Os, Le mardi 29 octobre 2019

Jo,
Sauf qu'avec un marché indien à -30%, ce sont toujours les leaders qui morflent le plus…
;0)
Luc Os, Le mardi 29 octobre 2019

Suzuki à quitté la Chine, contrairement à d’autres et pas Renault, et c’est déjà moins de morflé!
Et justement côté 4x4 ... Renault est dans les choux...hiboux, genoux !!!😄
Jo Duchene, Le mardi 29 octobre 2019



Le réseau Opel face à un avenir incertain
José Barata nouveau responsable de la marque Opel au Portugal



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017