Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 07/02/2019

Thomas Ulbrich, responsable de l’électromobilité de Volkswagen, convaincu de l’adhésion des clients à la voiture électrique

Pour respecter ses objectifs de CO2 en 2030, Volkswagen a réévalué à la hausse ses objectifs de vente de véhicules électriques qui devront atteindre à cette date plus de 30% de ses volumes. "Le consommateur suivra", assure Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen en charge de la division électro-mobilité.

L’annonce de l’engagement du groupe Volkswagen dans le développement de véhicules électriques en 2015 a suscité beaucoup de scepticisme au moins autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise. L’année suivante, l’annonce de la montée en puissance des volumes jusqu’à 1 million de véhicules pour la seule marque Volkswagen en 2025, laisse là encore beaucoup de personnes dubitatives. Depuis, le groupe et la marque ont déroulé leur plan : 50 modèles BEV (pour « battery electric véhicle ») et 30 PHEV (pour "Plug-in Hybrid Electric Vehicle") en 2025 et plus de 300 véhicules électriques en 2030. Les annonces d’investissement ont suivi et avec le chiffre conséquent de 30 milliards d’euros dans une première vague, le développement d’une plateforme dédiée à l’électrique, MEB (Modular Electrification Toolkit) avec l’ambition d’y atteindre un volume cumulé de 15 millions de véhicules d’ici 2025/2026.

Ces chiffres à la mesure de la taille du groupe constituent comme les dirigeants le disent eux-mêmes "la plus grande offensive mobilité électrique d’un constructeur automobile". Mais ces chiffres qui ont été définis pour répondre à la règlementation européenne sont-ils réalistes ? Et si les clients n’étaient pas au rendez-vous ? Nous avons posé la question à Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen en charge de la division électro-mobilité qui rencontrait hier quelques journalistes à Paris.  "Il y a un an, j’aurais eu peur de cette question parce que à l’époque il aurait vraiment été difficile d’y répondre. Mais aujourd’hui, je n’ai pas peur de cette question parce que je suis convaincu que le consommateur achètera un véhicule électrique. Ce qui me rend confiant : toutes les voitures électriques que nous avons dans le groupe actuellement disponibles sont épuisées. Si vous voulez acheter une e-Golf aujourd’hui vous devez attendre 6 à 8 mois. L’expérience des derniers mois nous donne réellement la confiance dans l’avenir de la voiture électrique pour peu que l’on atteigne le niveau de prix auquel le client s’attend. Et nous allons maintenent combiné cette réponse avec ce que je vous ai dis sur la MEB qui permettra d’atteindre un prix convenable grâce aux importantes économies d’échelle que nous avons", a-t-il répondu.

Nommé à ce poste il y a tout juste 1 an, le 1er février 2018, Thomas Ulbrich, directement rattaché à Herbert Diess (à la fois patron de la marque VW et du groupe) a également pour mission de venir à bout des résistances en interne. « C’est mon job de convaincre dans l’entreprise et de préparer ce changement majeur. Nous sommes convaincus que nous pourrons atteindre ce changement. Chaque changement est difficile et plus l’entreprise est grande plus c’est difficile. »
Les salariés de Zwickau premier site entièrement reconfiguré pour accueillir la plateforme MEB pour la production de série des véhicules électriques bénéficient d’un vaste programme de formation pour les convaincre que ce changement est une bonne opportunité pour préserver leur emploi, a précisé le dirigeant.
L’heure de vérité approche puisque le premier véhicule de cette plateforme MEB, l’ID, une compact du type Golf, sera présentée dans sa version série à la fin de cette année pour une commercialisation début 2020. Suivront un SUV, ID Cross fin 2020, tandis qu’est confirmé d’ici 2022 la sortie d’une berline type Passat.
Thomas Ulbrich a rappelé que le constructeur travaillait toutes les dimensions du sujet qui est à la fois un changement de technologie et suppose aussi pour un constructeur automobile « un changement radical d’état d’esprit ». Volkswagen se préoccupe donc de la qualité de fabrication de l’énergie dans la chaine de production avec un objectif d’énergie 100% renouvelable pour la production de batterie et sur le site de production de Zwickau (avec certificat de compensation si nécessaire). Volkswagen assure également viser un objectif de "zéro CO2" à l’usage (et proposera en Allemagne des contrats d’électricité verte) et aussi dans la seconde vie et le recyclage des batteries avec un projet de réutilisation des matériaux pour lequel un site pilote ouvrira au premier semestre 2020. "Nous ferons des voitures neutres en CO2 autant que possible", a dit Thomas Ulbrich.

Depuis la définition cette "roadmap E", l’adoption du règlement européen a sévérisé les objectifs par rapport à ce qui avait été initialement prévu par la commission européenne et le groupe Volkswagen va s’y adapter. "Ce qui va être fait sera supérieur à ce qui était prévu pour nous conformer à l’augmentation de réduction de CO2 entre 2021 et 2030 à -37,5%", a dit Thomas Ulbrich. Le groupe a refait ses calculs en tenant compte de cette nouvelle donne qui implique une part de 40% de véhicules électrifiés dans ses ventes de 2030 dont 80% de BEV. "Nous avons une très bonne base avec la planification que nous avons faite au cours des deux dernières années et demie. Nous sommes confrontés aux nouveaux défis et nous y parviendrons", a ajouté le dirigeant qui estime que le groupe aura le temps de s’y adapter.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Un simple comparatif avec nos émissions de CO2 et celles des Teutons est redoutable.
Il ne suffit pas de repeindre tout en vert pour être vertueux.
France 60g de CO2 par kWh
Allemagne 500g
De qui se moque t’on?
L’Allemagne ne signe pas les Cops.
Le VE ne passe que par des aides de l’Etat c’est à dire notre budget familial.
L’exemple de Tesla obligé de baisser ses prix pour compenser l’abandon des aides.
Quid des problèmes d’instalation De bornes dans les copropriétés ?
A mes détracteurs je roule plus en elec qu’eux
alain boise, Le jeudi 07 février 2019

Le virage en France avec la lutte anti Diesel a eu pour conséquence l’inversion de la tendance de baisse de nos émissions.
L’Allemagne devient hystérique et se couvre de honte,on ne force pas un Âne qui n’a pas soif à boire.
Relisez l’interview de M Leroy ( Toyota N_2) et sa vision de l’electrique .
Rappelez vous Carlos prédisant 20% du marché en 2020....
Cela fait trente ans que j’en vends et toujours le même problème.....autonomie,temps de charge,accès aux chargeurs publics,problème de revente sans aide......et surtout recyclage....
Allez y moi j’en viens inscrivait on sur nos bonnets dans la Royale.
Allez lâchez les fauves aujourd’hui j’ai Retromobile
alain boise, Le jeudi 07 février 2019

Ces commentaires sont hors sujet et stupides.
;0(
Lucos, Le jeudi 07 février 2019

Chez Affelou en ce moment Lucos vous avez une deuxième paire gratuite ou la consultation au 15/20 ...c’est gratuit aussi,changez de disque c’est rayé et débattez au lieu d’insulter.
Le President nous invite à débattre profitez en ....si vous êtes un démocrate ..bien sûr
alain boise, Le jeudi 07 février 2019

Alain... effectivement votre disque tourne en boucle.

Et le pire c'est que vous roulez en Prius PHV...

C'est une évidence une fois que l'on a essayé une Electrique, on ne revient plus en arrière.

Vous êtes plus que Franco Français réfractaire au changement et peur de la nouveauté malgré votre Prius qui est un leurre.

Le marché va se retourner plus vite que prévu et les 10% de VE en 2030 sont ridicules.

Le réseau de borne est un vrai sujet et seul Tesla aujourd'hui est en mesure d'offrir une solution. Ionity arrive, Tesla va ouvrir son réseau, tout est là pour que d'ici 1 an ou 2 l'Electrique prenne son envol.
Allez essayer un Tesla M3, vous verrez...
Arrêtez votre disque sur les voitures de riche, aujourd'hui l'offre devient accessible via Hyundai ou Kia.

VW a compris ce qui allait se jouer qd Renault Nissan qui vendent du VE depuis 2011 n'ont pas su élargir leur gamme, est surtout Renault qui s'entête corps et âme ds un modèle financier qui ne convient pas au client, je parle de la location de batterie.

Combien de fois avez vous critiquer Tesla prédisant sa faillite... Avec du recul, on sait que Tesla sera la marque qui a révolutionné l'Automobile du 21 Siècle obligeant les vieux Constructeurs Européens à sortir de leur schéma traditionnel, non sans mal.
Et derrière cela se cache également un changement de société sans précédent.

Enlevez vos oeillères, respirez !

Comme je vous l'ai dit maintes fois, j'attends ce moment avec impatience ou vous retournerez votre veste et vous direz : mais moi je roule en PHV depuis des années, j'adhère au VE...
Boisons Plus, Le jeudi 07 février 2019



Le petit SUV électrique de Renault à la conquête du marché chinois
Renault s'interroge sur le financement du mariage de Carlos Ghosn à Versailles



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017