Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 05/09/2017

Un peu de "conditions réelles" dans la mesure des émissions de NOx et des particules fines

Depuis le 1er septembre 2017, en même temps que le nouveau cycle d’homologation WLTP pour les tests en laboratoire, la règlementation RDE impose la mesure "en conditions réelles" de deux types de polluants, NOx et particules fines. Pendant 2 ans, cette obligation de mesure des NOx ne concernera que les voitures d’un nouveau type.

En même temps que le nouveau cycle WLTP dont nous faisions une présentation la semaine dernière (Lire Avec l’entrée en vigueur du WLTP arrive aussi le NEDC transposé…), la règlementation introduit pour la première fois depuis ce 1er septembre une obligation de test en conditions réelles (RDE, Real-Driving Emissions) pour l’homologation des véhicules.
Cette disposition a été votée dans le cadre du comité technique pour les véhicules à moteur (le CTVM qui est l’instance de règlementation européenne) par les Etats-membres en mai 2015. Elle est donc antérieure au scandale sur les Diesels truqués aux Etats-Unis dont les premières révélations datent de septembre 2015.

Des variations élevées entre deux tests
"La procédure RDE ne remplace pas, mais vient compléter les essais en laboratoire, lesquels ont déjà été améliorés afin de mieux refléter les conditions de conduite réelles et, en particulier, de produire des résultats plus réalistes en ce qui concerne les émissions de CO2 et la consommation de carburant", précise la Commission.
L’introduction des "conditions réelles" devenues incontournables compte tenu des écarts grandissants constatés entre les normes et la réalité, n'est cependant pas évidente.
"En raison des caractéristiques intrinsèques de l'équipement de mesure PEMS, les essais RDE génèrent une variation plus élevée et une plage de résultats plus large en ce qui concerne les quantités d'émissions relevées pour les différents parcours RDE", souligne la Commission européenne.
Ainsi, la mesure des émissions de CO2 reste homologuée dans le cadre d’essais en laboratoire avec cependant un protocole (WLTP à la place du NEDC) plus proche de l’usage. Et il est peu probable que cela change compte tenu des enjeux fiscaux à la fois directs avec les mesures de bonus/malus dans les différents pays européens, et indirects avec les amendes assises sur le non respect de l'objectif de 95 g de CO2/km en moyenne sur les ventes VN en Europe en 2021.
En revanche, les oxydes d’azote (NOx) et les particules fines seront désormais mesurés dans le cadre d’essais routiers, dont les conditions ont été définies par le règlement (UE) 2016/427 du 10 mars 2016.

Un parcours routier d'au moins 90 mn
Le parcours d’essai doit être réalisé sur route en continu et combiner une part de conduite urbaine (avec une vitesse maximale de 60 km/h), suivie d'une part de conduite hors agglomérations (entre 60 et 90 km/h) et d'une part de conduite sur autoroute (vitesse supérieure à 90 km/h, et inférieure à 145 km/h). Le parcours doit consister en approximativement 34 % de conduite urbaine, 33 % de conduite hors agglomérations et 33 % de conduite sur autoroute. La durée du parcours doit se situer entre 90 et 120 minutes.
Le système de climatisation ou d'autres dispositifs auxiliaires doivent être actionnés d'une manière qui correspond à leur emploi possible par l'utilisateur du véhicule dans des conditions de conduite réelles sur route.

RDE pour les émissions de NOx de tous les véhicules au 1er septembre 2019
Dans le calendrier et les résultats exigés, la Commission a tenu compte de la nouveauté des essais RDE et des limites techniques à la possibilité d'améliorer à court terme les niveaux d'émissions de NOx réels sur les véhicules Diesel actuellement produits. Cette règlementation entre donc en vigueur avec une tolérance importante : les émissions de NOx en condition réelles pourront être plus de deux fois (le "facteur de conformité" maximal est de 2,1) supérieures à la norme, c'est-à-dire 168 mg/km NOx au lieu de 80 mg/km (norme Euro 6 entrée en vigueur en septembre 2014). Sa mise en œuvre ne concernera que les voitures d’un nouveau type pendant les deux premières années. A partir du 1er septembre 2019, tous les véhicules devront passer ces tests RDE pour les émissions de NOx.
La tolérance sera réduite graduellement. L’écart maximal sera ramené à un facteur de 1,5 (c'est-à-dire 120 mg/km NOx au lieu de 80 mg/km) d'ici janvier 2020 pour les voitures d’un nouveau type et d’ici janvier 2021 pour tous les nouveaux véhicules.
"Ce facteur sera réexaminé chaque année à partir de 2017 et, au fur et à mesure que la technologie s'améliore, le facteur de conformité sera encore réduit en vue de le ramener à 1 dès que possible et au plus tard d'ici à 2023. Les constructeurs automobiles devraient donc déjà commencer à concevoir des véhicules présentant un facteur de conformité proche de 1 (80 mg/km NOx)", prévient la Commission européenne.

Pour les particules, les essais RDE se feront sur tous les nouveaux types de véhicules à partir du 1er septembre 2017 et tous les nouveaux véhicules au plus tard en septembre 2018. Comme pour les émissions de NOx, la Commission européenne a accordée une tolérance avec une marge de 50% entre le niveau d’émissions de particules imposé par la norme Euro 6 et le niveau émis en conditions réelles de conduite. Cette marge sera révisée chaque année en fonction de l’évolution des technologies de mesure (des PEMS).
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Enfin...
Pas trop tôt !
Bruno HAAS, Le mardi 05 septembre 2017

C'est bien beau tout ça, même si c'est totalement ridicule mais là, on parle du diesel, à quand la même chose pour les essence et surtout les hybrides?
Vincent , Le mardi 05 septembre 2017

Cher Vincent, à ma connaissance, toutes les motorisations doivent passer par ces tests.
Ceci dit, les calculs d'interprétation des résultats "bruts" ne sont pas les mêmes pour chaque motorisation, l'Hybride étant particulièrement choyée par rapport aux autres.
C'est la raison pour laquelle vous obtenez des résultats "nets" étonnamment bons pour des Porsche Cayenne Hybrid et autres Range Rover Hybrid, que ce soit avec les cycles NEDC ou le nouveau WLTC qui n'est rien d'autre qu'une infime sévérisation du NEDC.
C'est tout simplement scandaleux ; la grande farce continue avec la bénédiction des constructeurs qui sont, je le répète, partie prenante dans l'élaboration de tous ces cycles.
Bruno HAAS, Le mardi 05 septembre 2017

C'est la société du spectacle appliquée à l'automobile...
Chaque interlocuteur fait son "job" et rien ne change pour l'automobiliste...
Les constructeurs automobiles depuis longtemps ont créé des départements qui gèrent les emmerdes...et tous les avocats appointés qui "blindent" les affaires douteuses!
Tout est bon et arrive a point pour appeler "hybride" tout et n'ipprte quoi... Mercedes fut le premier à faire des hybrides bidon...un macaron arrière sur la malle du coffre et les "spécialistes" bidons eux aussi d'appeler ça du "mild hybride" !!
Elles ne sont pas prêtes d'arriver les voitures du "2L/100 Km" !!!
Les gros cadors bidons allemands sont loin de produire ce qui fait une simple Prius à l'usage tous les jours!
Jo Duchene, Le mardi 05 septembre 2017

Bruno, se limiter aux NOx et aux particules ( maintenant que les essence sont fapées et n'en rejettent plus en pagaille ) c'est une mesure clairement anti diesel. Il y a tellement de trucs que rejettent les essence et pas les diesel et sûrement plus dangereux que les NOx qu'il serait intéressant de mesurer.
Jo, apparemment les vacances ne vous ont pas éclaircies l'esprit, je vous conseille d'y retourner
Vincent , Le mercredi 06 septembre 2017

Eh l'ami Vincent...il faut prendre de la hauteur et savoir que des "restructurations" se préparent dans l'industrie automobile mondiale et les petits salons même s'ils sont à Francfort sont des "petits " événements et d'ailleurs les soit disant nouveautés ce ne sont que de la bibine et du face lifting.
Également les petites mesurettes (et chaque administration une chapelle différente) de pollution n’apporteront rien de nouveau à ce qui est en train d'être produit dans les usines et qui sera dans les concessions à vendre en 2018 !
Grand "spécialiste", merci de nous apprendre des trucs !
Jo Duchene, Le jeudi 07 septembre 2017

J'ai moins de prétentions que vous et ne pensent pas apprendre quelque chose à l'être omniscient et visionnaire que vous êtes
Vincent , Le mardi 12 septembre 2017



La 2e édition des Organigrammes des Constructeurs Automobiles est parue
Thierry Lespiaucq, Groupe VW : "Nous avons des délais importants sur tous les modèles et toutes les marques"



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017