Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 15/02/2017

Un rapprochement avec Opel pourrait apporter à PSA plus de problèmes que de solutions

Le groupe PSA a confirmé hier dans un communiqué qu’il examinait avec son partenaire GM le rachat de sa marque européenne Opel. Difficile de voir l’avantage que pourrait en tirer PSA.

GM n’est toujours pas rentable en Europe (il a encore perdu 0,3 milliard de dollars en 2016 dans la région) et chercherait à céder sa filiale Opel.  Or, GM aurait trouvé un potentiel acquéreur chez son allié PSA. "Le groupe PSA confirme examiner avec General Motors de nombreuses initiatives stratégiques visant à améliorer sa rentabilité et son efficacité opérationnelle, y compris une acquisition potentielle d'Opel", a indiqué le constructeur français dans un communiqué.
Pour GM, la décision de céder Opel est parfaitement logique : ses pertes se montent à 15 milliards d’euros sur les 15 dernières années ; et l’arrêt de la marque Chevrolet annoncée en 2013 pour améliorer les perspectives d’Opel/Vauxhall en réduisant la complexité due au fait d’avoir deux marques sur le marché en Europe de l’Ouest et de l’Est, n’a pas eu l’effet positif attendu. Pire, les pertes enregistrées en 2016 alors même que le marché européen est redevenu porteur, interrogent sur la capacité de GM à y parvenir un jour.
En revanche, difficile de voir quel avantage pourrait retirer le groupe PSA d’un rachat d’Opel. Peugeot, Citroën et Opel ayant plusieurs modèles sur les mêmes segments, il faudrait revoir les gammes ou le positionnement des marques pour jouer davantage sur la complémentarité. Une complémentarité aujourd’hui toute relative, qui n’existe qu’en termes de marché avec une présence plus importante d’Opel au Royaume-Uni  (avec Vauxhall) et en Allemagne que les marques du groupe PSA.
"Pour PSA, l’intérêt de l’alliance avec GM était l’accès à d’autres marchés que l’Europe. Or, le rachat d’Opel ne lui apporterait aucun actif hors d’Europe alors que la problématique de PSA reste "l’intercontinentalisation"", souligne l’économiste Bernard Jullien. "Si ce rachat venait à se confirmer cela appuierait le fait que PSA se comporte de façon opportuniste par manque d’une stratégie claire dans laquelle des priorités sont établies", ajoute-t-il.
En 2012, PSA et GM ont conclu une alliance qui se voulait ambitieuse mais dont les contours ont été considérablement revus après la sortie de GM du capital du constructeur français fin 2013. Elle se concentre désormais sur trois projets de véhicules : un petit utilitaire, un petit SUV (le C3 Aircross chez Citroën et le Crossland X chez Opel) qui sera produit dans l'usine espagnole de GM, et un SUV du segment C sur la même base que le 3008 dans l’usine PSA de Sochaux.
"La question est de savoir combien GM est prêt à payer pour se débarrasser d’Opel. Pour PSA, il ne faudra pas se tromper sur le coût de fermeture des usines", souligne un dirigeant, fin connaisseur des problématiques industrielles du secteur automobile. Ce risque sur l’emploi a immédiatement fait réagir l’Etat français (actionnaire à hauteur de 14% de PSA) aussi bien que IG Metall et les représentants des salariés d’Opel.
Emilie Binois et Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Je ne suis pas sûr que cette fois ci avec 14%(à voir)l'état Français puisse taper sur la table comme sur l'Alliance,et que dis Pékin?(Dongfeng).. A suivre
alain boise, Le mercredi 15 février 2017

Vous connaissez cette phrase : "un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté." (Sir W. CHURCHILL) ...
Je trouve qu'elle s'applique bien à la remarque du "chroniqueur universitaire" particulièrement sentencieuse (de mon point de vue).

En revanche, je trouve l'article d'Emilie Binois et Florence Lagarde assez équilibré au regard de ce que j'ai pu lire hier dans la presse sur ce sujet .... En effet, les risques sont identifiés et les bénéfices (hors une meilleure installation sur le marché grand breton) semblent assez tenus... Les modalités financières d'un tel accord ne nous sont pas révélées pour d'évidentes raisons et çà compte...
Au fond, une autre grille de lecture pourrait être "que perdrait PSA à ne pas s'engager dans un tel rapprochement...?

Faisons confiance aux dirigeants du groupe PSA pour évaluer avec le plus grand soin risques et opportunités de cette possibilité .... Tavares n'est pas Varin... Tout de même quel retournement depuis 2012 lors de "l'alliance" avec la GM pour parvenir à une telle situation...!
Jeudi prochain :publication des résultats annuels pour PSA...
ADEAIRIX, Le mercredi 15 février 2017

Un rachat de la marque paraît surprenant, la mise en place de synergies beaucoup moins à l'image des accords actuels pour les 3 modèles cités dans l'article.
N'oublions pas non plus que ce sont les ingénieurs allemands qui conçoivent depuis des années les bases techniques de petits et moyens modèles du groupe pour le monde entier (Buick, Chevrolet, Holden..) GM deviendrait client de PSA ?
Cette décision va à aussi l'encontre du retrait de la marque Chevrolet en Europe, et signifierait l'absence de GM sur le vieux continent ? Difficilement concevable lorsque l'on a des ambitions mondiales...
Les opportunités pour un rachat me semblent faibles. Attendons les annonces officielles afin d'y voir plus clair. A l'occasion du salon de Genève ?
Emmanuel S, Le mercredi 15 février 2017

Le rachat d'OPEL (ou le don plutôt) serait catastrophique pour PSA. J'espère vraiment pour les employés de PSA que ce n'est pas le chemin choisi.
Jerome Lavergne, Le mercredi 15 février 2017

Pourquoi Jerome,la catastrophe?
alain boise, Le mercredi 15 février 2017

J'aime bien la vue d'Adeairix. Sur le papier ce n'est pas le rapprochement idéal mais il y a peut-être une opportunité : les investissements pour renouveler la gamme Opel ont été fait (par GM), les derniers produits semblent plutôt réussis (nouvelles Astra, Insignia), accès à la technologie VE de GM avec l'e-ampera... Là présence en UK peut aussi être une opportunité selon la tournure que prendra le Brexit (soit pour récupérer des subventions de l'état UK soit pour....fermer des usines). Si en plus les conditions économiques de GM s'avéraient être intéressantes, pourquoi pas ?
Si consolidation il y a mieux vaut être consolideur que consolidé.

Je m'interroge quand même sur la raison pour PSA d'avoir évoqué ce rachat si rien n'est fait (ils pouvaient communiquer sur un "rapprochement" uniquement). Un élément de pression dans la nego avec GM ?
Yaa, Le mercredi 15 février 2017

Tout ça manque plus d'éléments concrets que de suppositions.
Pierre Nalin, Le mercredi 15 février 2017

Comme dab (ça en devient lassant ?) je partage l'avis d'Adeairix, et suis donc d'accord avec celui de Yaa.
Je ne vais pas réécrire ce qu'ils ont exprimé, si ce n'est de rajouter un argument qui est souvent porté par presque tous les professionnels : il ne restera plus que 3 ou 4 très gros opérateurs à l'avenir. Il faut que PSA en soit !
Nombreux parmi nous ont, dans le passé, assez vite condamné PSA à une mort lente parce que trop petit, parce que trop dépendant du marché français, parce que trop dépendant du marché européen, parce que trop dépendant du marché chinois, etc.
Si PSA peut racheter Opel "for free", voire avec un chèque, surtout qu'ils ne passent pas à côté de cette opportunité (quel beau mot !). Mon père m'a toujours dit : "prend Toto puisque la dame t'offre".
Certes la suite ne sera pas facile - fermetures d'usines en particulier - mais un moyen de devenir un gros opérateur, donc de pérenniser le groupe : Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall, moi je dis que ça a de la gueule.
Come on PSA !
Bruno HAAS, Le mercredi 15 février 2017

La question de l'intérêt de l'opération ne se pose pas, OPEL et PSA peuvent partager presque 100% de leur plates formes et de leurs organes avec à la clef des gains évidents. Le point délicat c'est l'intégration de la Marque Opel dans l'ensemble Groupe PSA, mais en regardant le Groupe VAG, quand la question est traitée intelligement ça marche.
franz Schmut, Le mercredi 15 février 2017

Je ne vais pas rentrer dans les polémique sur l'opportunité ou non du business!
Par contre je ne vois personne s'interroger sur l'impact et l'acceptation de PSA en Allemagne! Du poids d'OPEL en Allemagne! de la réaction des constructeurs allemands et pourquoi ils ne se manifeste pas en rachetant cette affaire?
De la réaction éventuel de l'Administration allemande? Pourquoi pour l'instant les concurrents hors allemagne se taisent pour l'instant !
Que disent les commentateurs allemands de la spécialité?
Tout se passe en coulisse, c'est çà? Si on va en Allemagne c'est pour produire et vendre en Allemagne d’abord non ??
Petite question et constatation, pour ceux qui se regardent trop le nombril en France, à savoir, si certains croient que GM va lâcher le "morceau" technologique qu'est la Opel e-Ampera pour pas cher et a vil prix se trompent lourdement ?
Le reste ne vaut rien pour GM et leur philosophie économique est d'abord, quand on perds de l'argent, il faut arrêter TOUT DE SUITE de perdre!
Si on apprend que PSA est seul sur le coup...bizarre ou alors il y en a qui on déjà jeté l'éponge !
Salut les conseilleurs (qui ne se pose pas des questions) qui ne sont pas les payeurs !!

Jo Duchene, Le mercredi 15 février 2017

Cher Jo... Une analyse très "fine" comme souvent...
Depuis 2000, General Motors a perdu, juste, 15 milliards de dollars en Europe. On peut toujours mieux faire... ?
Ce résultat ne témoigne pas particulièrement d'une excellence en terme de savoir-faire et/ou de gestion des marques
...Nous n'avons pas la même approche de la notion "du tout de suite arrêter de perdre de l'argent" manifestement !
Par ailleurs, il y a les précédents de SAAB et de Fiat ...Pas de quoi faire des complexes ....
Et si l'on regarde chez Ford US, mieux vaut oublier leur action à la tête de Jaguar ... Comparez avec l'êre Tata ...même compliment !
...Pas de quoi non plus se retrancher dans des postures d'imprécateur ou de cassandre...Spa (Francorchamps bien sûr).



ADEAIRIX , Le mercredi 15 février 2017

Une stratégie qui ne se trouve ni à la portée des journalistes, ni à celle des employés est celle des actionnaires : MM. Peugeot, la Chine et l'Etat. Ceux ci font ce qu'ils veulent, mais avant de reprendre Opel et surtout son RESEAU allemand, ils seraient bien inspirés de se souvenir de ce que les premiers auront pu s'acharner à mal faire de Citroën.
Pierre l'Alpin, Le mercredi 15 février 2017

Les brevets pour tout ce que Opel a développé (plates formes, moteurs, véhicules..) appartiennent à GM et non pas à Opel. GM ne les cèdera pas!
PSA est probablement intéressé par la marque dont l'image "made in Germany" permet à Opel d'obtenir de meilleurs résultats commerciaux (avec une gamme comparable) que Peugeot ou Citroën dans de nombreux pays en Europe du nord et de l'est. Je pense que dans le deal, PSA aura le droit d'utiliser les brevets pour un certain temps (et en Europe uniquement), avant de remplacer les modèles actuels par de nouveaux modèles sur plates formes et avec moteur PSA. Ils devront veiller à avoir les droits sur le nom Opel en dehors d'Europe pour les prochaines générations de véhicules.
Ils devront continuer à cultiver le "made in Germany", surtout pour le marché allemand.
Je verrais bien Opel devenir le Skoda du groupe PSA, càd. voitures avec un style très classique (faut rassurer), spacieuses mais basées sur des plates formes venant du segment inférieur (comme Skoda), et du coup, pas trop chères.
C'est une opportunité pour PSA.

Dani , Le mercredi 15 février 2017

En réponse à Adeairix je peux dire que si GM a perdu 15 milliards de dollars en Europe c'est qu'ils ont les moyens de le faire malgré leur "bêtise" en gestion des affaires. Je ne suis pas sûr que le Groupe PSA en ait les moyens.
Par ailleurs je remercie Emilie et Florence, car Autoactu est lu en Allemagne et une copine journaliste allemande de Berlin et qui lit parfaitement le français ma donné son avis.
A la première lecture la réaction est de stupeur et le sous-titre:d’Émilie et Florence n'invente rien et il est factuel:
"Le groupe PSA a confirmé hier dans un communiqué qu’il examinait avec son partenaire GM le rachat de sa marque européenne Opel."
Nous ne voyons là, selon la journaliste allemande, que DEUX interlocuteurs, et le TROISIÈME qui devrait être le plus concerné, à savoir OPEL lui même, constructeur faisant partie de l'histoire automobile allemande, il compte pour du beurre, c'est çà, me dit-elle?
Elle m'explique, ici en Allemagne, les allemands ont l'habitude d'être consultés, et là les représentants de PSA vont au devant de gros ennuis s'il viennent faire les prédateurs en ignorant la culture allemande et les allemands!
Le bordel à la française ne marche pas avec la rigueur à l'alllemande!
Il faudrait des produits à la hauteur de la qualité allemande! Ici de notre coté allemand nous ne voyons pas çà. Pour l'homme de la rue Peugeot-Citroën est une petite marque en Allemagne.
La seule guerre que PSA peut gagner en Allemagne est la guerre des produits innovants, or PSA n'a pas les produits de demain, à savoir, des véhicules hybrides et électriques!
Ma copine allemande avait déjà lu le supplément Économie du Monde de ce soir sur le sujet et me dit que le Monde pose les bonnes questions.
Dans cette affaire M.Tavares semble avoir avoir beaucoup de fers au feu, peut-être un peu trop pour ses capacités.
L'article dans la Tribune d'aujourd'hui sur la présentation des comptes de Toyota et les milliards de dollars de profits inespérés du groupe, rajoutés au milliards de profits de Suzuki (roi de la petite voiture en Inde) désormais faisant partie de Toyota, va faire considérablement de l'ombre à PSA et Renault justement sur le continent indien.
Jo Duchene, Le mercredi 15 février 2017

Indiquer que PSA a moins de cash à cramer que la GM n'a rien d'un scoop ... Par ailleurs, je suis sûr qu'Emilie et Florence se réjouissent de savoir qu'Autoactu est lu en Allemagne par une consoeur ...

Une suggestion : que la "copine journaliste allemande de Berlin" de l'excellent Jo Duchene n'hésite pas à s'exprimer en son nom
(sans filtre local si j'ose dire)..

Pour le reste, attendons les développements de cette annonce et jeudi prochain par exemple ....
ADEAIRIX, Le jeudi 16 février 2017



Près de 250 groupes de distribution référencés dans l’Annuaire 2017
Alliance Automotive Group a fait dix acquisitions sur le dernier trimestre 2016



Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017