Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 30/04/2018

"Le Diesel a de l’avenir", assure le président de Bosch

Avec son concept de moteur Diesel à très basses émissions de NOx, Bosch entend redonner de l’élan à ces moteurs, qui par ailleurs, proposent toujours des émissions de CO2 inférieures à celles de leurs équivalents essence. La démonstration technique est claire, mais est-elle audible dans le climat actuel d’hystérie anit-Diesel ?

Non, le Diesel n’est pas mort ! Et Volkmar Denner, président du directoire de Bosch affime clairement : "Le Diesel a de l’avenir. Nous voulons mettre un terme une fois pour toutes au débat sur la fin du Diesel."
Comment Volkmar Denner peut-il être aussi affirmatif et qu’ont réalisé les ingénieurs du groupe dans ce domaine ? Michael Krüger, directeur du développement des systèmes Diesel de Bosch nous détaille les résultats de trois ans d’études avec une équipe qui a compté jusqu’à cent personnes. Les travaux menés ont visé tout particulièrement les NOx, les oxydes d’azote, avec l’objectif d’atteindre des niveaux d’émissions extrêmement bas en utilisation réelle. Rappelons que la norme WLTP demande 80 mg/km de NOx sur le banc à rouleaux et que la question des émissions en usage réel est surveillée par la procédure RDE et ses coefficients de conformité de 2,1 actuellement et de 1,5 à partir de 2020.

Cette procédure de contrôle, rendue possible grâce au développement d’outils mobiles de mesure, les PEMS, vient compléter la mesure sur banc à rouleaux. Il s’agit d’un parcours dans la circulation réelle, assujetti aux aléas de la vie réelle, embouteillages, démarrage à froid, avec un parcours vallonné, en charge et devant absorber tous les styles de conduite. A ce sujet d’ailleurs, un style dynamique voire agressif, doit être pris en compte mais une conduite plus douce n’est pas forcément bonne dans le domaine des émissions car le moteur a tendance à trop se refroidir. Cela est tout particulièrement vrai en cas de roulage en descente, pied levé, sans injection de carburant. Et c'est donc pour traiter ce sujet de la thermique que Bosch a travaillé. La boucle de recirculation des gaz d’échappement fonctionne de manière à maintenir le moteur chaud même lorsqu’il n’y a pas de combustion dans la chambre. Pour cela, l’air chaud circule dans le bloc moteur. Avec le même soucis d’optimisation de la thermique, Bosch a implanté le filtre à particules et le catalyseur d’oxydation à promité immédiate du moteur et non sous le plancher du véhicule.

Ce concept de motorisation repose sur la base du moteur 2 litres Diesel de Volkswagen dont la cylindrée a été abaissée à 1,7 litre avec une suralimentation optimisée et une pression d’injection accrue. "Il n’y a aucune technologie extraordinaire", indique Michael Krüger. "Nous avons juste traité l’un des points faibles identifiés, la thermique et tout particulièrement la question du refroidissement de l’air de l’échappement en roulant pied levé sans combustion."

Un roulage à 36 mg/km de NOx dans Stuttgart
Pour démontrer la qualité de cette solution, Bosch a donné la possibilité à un nombre restreint de journalistes de rouler avec l’une des Volkswagen Golf de développement. Ce roulage d’une voiture instrumentée et dont les résultats ont été relevés et analysés ensuite, s’est déroulé sur la portion urbaine, plus exigeante, d’un parcours tracé dans la ville de Stuttgart, avec ses embouteillages et ses déclivités. Il s’agissait de mettre le système dans les pires conditions de roulage possibles, il ne restait plus qu’à m’installer au volant.

Et c’est parti pour 16 kilomètres. Les impressions de conduite sont….décevantes ! En effet, il est difficile de ressentir une différence par rapport à une Golf TDi de série. Tout au plus, entend-on un bruit plus marqué d’aspiration d’air en accélération. Au bout des 16 kilomètres, en conduisant normalement sans accorder d’attention aux valeurs d’émissions instantanées indiquées par l’afficheur de bord, ce petit tour de Stuttgart s’est soldé par des émissions de 36 mg/km de NOx. Une valeur moitié moins élevée que les 80 mg/km demandés par le cycle WLTP.
Et sur l’ensemble d’une procédure RDE, urbain, route ( 60 à 90 km/h) et autoroute, jusqu’à 145 km/h, la moyenne des résultats obtenus par la flotte d’essais de Bosch est de 13 mg/km alors que la limite du RDE selon Euro 6d, à partir de 2020 est de 120 mg/km de NOx. Le démonstrateur Bosch émet presque dix fois moins que ce qui sera demandé dans deux ans.
Cela a été obtenu avec un repositionnement de la dépollution, une attention toute particulière accordée à la thermique et une nouvelle logique de fonctionnement générale. En comparaison d’une solution technique série actuelle, Euro 6d temp, Bosch annonce un surcoût compris entre 50 et 100 euros et une consommation de carburant accrue d’environ 1 %.
La démonstration technique parait donc valide et Bosch espère que les constructeurs vont vite s’emparer du sujet et implanter cela sur leurs moteurs diesel. Mais, il reste le plus difficile ; comment expliquer cela aux pouvoirs publics et aux législateurs dans un débat sur les émissions polluantes dominé par les émotions et l’irrationnel ? "Nous devons reconstruire la confiance", ajoute Volkmar Denner.
Bertrand Gay

Partagez cet article :

Réactions

Ahhh les émotions et l'irrationnel ,meme Bolloré en a fait les frais avec une mise en examen,le Monde est fou et le Diesel est le meilleur ami de la planete ,quel dommage que Mata Hari et l'Abwerh ont balancé par dessus bord Rudolf Diesel ,ùn grand homme
alain boise, Le lundi 30 avril 2018

Ils vont être contents chez Audi et VW d’apprendre qu’il était aussi facile de dépolluer ! Pendant que certains sont en prison, que d’autres ont été virés alors que c’est le même Bosch qui fournissait logiciels truqués et injection... La duplicité de cet équipementier est à son comble. Je doute de la validité de cette solution : trop beau et simple pour être vrai. On jugera sur les NOx et les particules dans un an si Bosch a convaincu WV d’adopter cette solution.
JC Lefevre
Jean-Christophe Lefevre, Le lundi 30 avril 2018

Je ne sais pas si prendre un moteur VW pour la démonstration est une bonne idée !!
Jean-Louis Marchal, Le lundi 30 avril 2018

Attention aux terminologies : dénox, intox, détox, VW Cox...
;-)
clerion, Le lundi 30 avril 2018

@Jean-Christophe Lefevre: bien sûr qu'il est facile de dépolluer, mais la dépolllution ca a un coût, et quand on est radin comme VW on en subit les conséquences.
Arnaud C., Le lundi 30 avril 2018



Réparateur agréé : Le tribunal de commerce de Paris confirme la liberté "de ne pas agréer un candidat"
RCI Bank and Services rassemble start-up et innovation au sein d’une direction des services de mobilité confiée à Alice Altemaire



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017