Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 14/01/2019

General Motors vise de gros bénéfices et se tourne vers le low-cost

(AFP) - General Motors (GM), qui va commercialiser des voitures low-cost pour les pays émergents, a annoncé vendredi espérer de gros bénéfices en 2018 et 2019, fruit des économies que va générer sa vaste restructuration en cours.

Le premier constructeur automobile américain va commencer à vendre dès cette année des voitures low-cost dans les pays émergents, ce qui lui permettra de limiter les dégâts causés par les tensions commerciales, même si la PDG Mary Barra s'est voulue vendredi optimiste sur un apaisement du bras de fer entre les Etats-Unis et la Chine.

GM ambitionne de dégager un bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, compris entre 6,50 et 7 dollars, en dépit d'un déclin des ventes de voitures en Chine et d'un plafonnement attendu aux Etats-Unis, les deux premiers marchés automobiles au monde. Les analystes financiers anticipent, eux, 6,29 dollars.

Pour l'année 2018 écoulée, le bénéfice par action "va dépasser" la fourchette de 5,80 à 6,20 dollars livrée en octobre dernier, a déclaré le groupe dans des documents adressés aux investisseurs.

L'action flambe
Ce tableau optimiste était salué à Wall Street, où le titre bondissait vendredi de près de 9% vers 15H20 GMT.
L'optimisme du constructeur repose sur les effets positifs de la restructuration en cours, qui devrait se traduire par un gain de 2 à 2,5 milliards de dollars, a indiqué la directrice financière Dhivya Suryadevara lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.
"Il n'y a pas d'autres suppressions d'emplois" prévues en 2019 pour l'instant, a pour sa part relevé Mme Barra lors de la même téléconférence.
Ces annonces tombent au lendemain de la décision du rival Ford de supprimer des milliers d'emplois en Europe pour pouvoir être concurrentiel dans un paysage automobile appelé à être dominé par les technologies autonomes et électriques, l'autopartage et le covoiturage.
GM avait tiré le premier fin novembre en officialisant une sévère cure d'amaigrissement, à coups de 14.000 emplois supprimés, pour économiser 6 milliards de dollars.
Au total, il prévoit de supprimer en 2019 15% des emplois du groupe en cessant la production sur sept sites: un à Oshawa au Canada, quatre aux Etats-Unis et deux en dehors de l'Amérique du Nord.
Elu sur la promesse de rapatrier aux Etats-Unis les emplois industriels délocalisés, le président américain Donald Trump avait menacé de couper des "subventions" au géant de Detroit.
Outre les économies, GM table sur une stabilisation des ventes de voitures en Chine et aux Etats-Unis, alors qu'analystes et économistes s'accordent, eux, sur une baisse.
Mme Barra s'est aussi montrée optimiste sur les discussions entre Pékin et Washington, alors que les tensions commerciales ont renchéri les coûts de l'acier et de l'aluminium, matériaux stratégiques dans l'automobile.
"C'est un très bon signe que ces discussions soient constructives", a-t-elle déclaré. GM est l'un des groupes les plus vulnérables face à la guerre commerciale que se livrent les deux premières économies mondiales depuis plusieurs mois.

Virage dans le low-cost

Le constructeur a ainsi décidé de commercialiser dès cette année des voitures low-cost pour les pays émergents et envisage de transformer sa marque Cadillac en constructeur de véhicules électriques haut de gamme pour rivaliser avec Tesla.
Les voitures à prix bas, la plupart sous la marque Chevrolet, seront notamment vendues en Chine, en Inde, au Mexique et en Amérique du Sud (Brésil), régions où elles seront également produites.
Elles seront exportées dans d'autres pays émergents, mais GM exclut d'en vendre en Europe et aux Etats-Unis.
Le géant de Detroit, qui s'est allié avec le constructeur public chinois SAIC, espère produire un peu plus de 2 millions de voitures low-cost par an. Il est en revanche resté évasif sur les détails concernant les premières Cadillac électriques, ne révélant ni leur lieu d'assemblage, ni la date de début de production. Aucune information n'a filtré non plus sur le type de véhicule que ce sera: une berline, un SUV ou un crossover ?
Le groupe de Mary Barra s'était contenté jusqu'ici de fabriquer des voitures électriques sous sa marque Chevrolet (Chevrolet Volt, dont il a décidé d'arrêter la production, et la Chevrolet Bolt), sans rencontrer le succès commercial escompté.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Cadillac contre Tesla ou la Californie contre Détroit ou il était une fois dans l’Ouest
alain boise, Le lundi 14 janvier 2019

Aucune information n'a filtré non plus sur le type de véhicule que ce sera: une berline, un SUV ou un crossover ?
Ben les 3 évidemment !
Quand on possède une "chaîne de traction électrique", il est évident qu'elle est déclinée sous toutes les "carrosseries" disponibles.
Bruno HAAS, Le lundi 14 janvier 2019

Nous voyons bien que le "premium" en Europe était une fausse bonne idée...et en plus ne pas croire (sauf Renault) dans le "low cost" était aussi une bêtise...et en plus encore essayer de le vendre dans les mauvais continents....passons!
Il est évident que n'importe quel constructeur peut fabriquer et décliner à l’envie un "low cost" !
Chez nous une fois encore je vois des gens rêver de pouvoir restructurer et licencier à l'américaine...
Jo Duchene, Le lundi 14 janvier 2019

Deux ou trois observations …
A propos du premium européen … Je ne parle pas des tenants du premium « teuton » dont il serait parfaitement imbécile de négliger l’existence historique (en quelque sorte) … Jusqu’à présent JLR semblait sur la bonne voie et Volvo by Geely ne semble pas trop mal positionné … Nan je parle du "premium"tricolore donc DS et Alpine (écartez les enfants ou assimilés) … Laissons de côté Alpine pour d’évidentes raisons … Regardons PSA … J’entends encore toutes ces prêtresses bien pensantes quoique socialos s’époumoner lors de la crise de Peugeot dans les années 2009 2012 sur le thème que la « famille » n’avait rien compris à l’automobile … Nous ne manqu(i)ons guère de conseilleurs … Ils « z’avaient qu’à » faire du premium à bonnes marges, ces « capitalistes cupides » entendait on … C’était tellement évident !
Sauf peut-être à l’époque du succès du coupé 406, où il y eût sans doute une opportunité de construire une identité premium … Quel était l’état du cash disponible alors, je ne sais ? Précédemment il y avait eu le loupé de la 405 T16 (je parle de la berline et du coupé mort né) … Encore un peu avant, c’est pas passé très loin dans les années 80 (?), lorsque Pijot a faillit racheter Porsche (si si !) quand çà n’allait pas trop bien à Stuttgart … Ah les YakaFoKons … !
Le vin tiré par Streiff, il faut le boire … Le chemin de DS est pavé d’embuches, certes … La DS7 n’est pas si mal et attend impatiemment sa version PHEV … Je serai plus dubitatif pour le DS3 Crossback … Si le produit suivant était plus consensuel et réussi, çà ne serait pas gênant … De surcroît la bagnole « premium » est suspecté dans notre beau pays (une tradition ancrée et dame par les temps qui courent) et de surcroît nos excellents politiques qui « avaient des idées » ont eu à cœur de torpiller quelques tentatives … Comme le torpillage de la SM par exemple … Et plus tard la même chose pour la marque Alpine (j’avais pourtant promis) dans des conditions assez différentes, il est vrai …

Dommage aussi pour l’arrêt de la Chevrolet VOLT qui semblait plutôt réussie sur bien des plans (mais si elle ne se vend pas) …
Un produit qui aurait pu intéresser le marché européen mais l’on sait ce qu’il en est … D’autre part il n’est pas trop étonnant qu’un tel produit n’est pas « pris » dans un pays où les détenteurs de Pick Up Body Buildés « s’amusent » à squatter les emplacements des super chargeurs dédiés aux TESLA pour en entraver l’usage …
Sont ils espiègles ces braves gens ?

Quant à Cadillac … En soit faire migrer la marque vers du VE électrique "haut de gamme" n’est pas une dénuée de sens …
Mais il est permis de s’interroger devant la réussite commerciale très relative de la Bolt … Ensuite lorsque l’on voit le temps de « gestation » d’un VE pour des marques établies comme Porsche ou Audi et qu’il n’y a pas le moindre prototype roulant du côté de Cadillac, on peut avoir l’impression qu’il s’agit plus d'une annonce pour les road shows qu’autre chose … Lady Maria en a le secret !

ADEAIRIX , Le lundi 14 janvier 2019

Quoique GM fasse avec la marque Cadillac... les fanas de Cadillac suivront et ils sont des millions...
J'ai vu l'année dernière une concentre de Cadillac à Daytona Beach ...et les fanatiques étaient nombreux...
Des fanas (comme une secte) à Miami dans la boutique Tesla à Ocean Drive m'ont fait les gros yeux car j'ai critiqué le manque d'accoudoir de la Tesla P100D (au vu du prix astronomique) et je me suis cassé vite fait.
Aujourd'hui il y a un accoudoir sur le siège arrière en option ...
Les ricains sont chez eux...et ils emmerdent le reste du monde...tout en prenant note de ce que tu dis !!
Rien ne tombe dans l'oreille d'un sourd chez eux...si c'est pour avoir une vente de plus !
Ne me croyez pas sur parole demandez à Bruno.
Jo Duchene, Le lundi 14 janvier 2019



La moto gagne 9% en 2018 !
Affaire Ghosn : une proche du PDG a touché 500 000 euros de l'Alliance



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017