Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 17/07/2019

Renault résiste en Europe, l’international est plus compliqué

Le groupe Renault qui avait dépassé l’an dernier le seuil symbolique de 2 millions d’unités sur un semestre est redescendu autour de 1,9 million d’unités. Ses ventes restent stables en Europe tandis que la Chine, l’Inde et dans une certaine mesure la Russie ne tiennent pas leurs promesses.

Le groupe Renault a annoncé des résultats commerciaux qui, s’ils ne sont pas catastrophiques, ne sont pas brillants. En Europe, ses volumes ont été stables avec un peu plus de 1 million de véhicules (1 070 641), la baisse en France (10 000 voitures de moins à 379 000) étant compensée notamment par l’Allemagne et l’Italie. Puisque le marché européen est en baisse (-2,5%), le groupe y préserve sa part de marché.
A l’international les choses se sont moins bien passées puisque le recul est de presque 14% avec 867 938 véhicules vendus, soit 140 000 de moins. Un peu plus de la moitié de ce recul vient de l’arrêt des activités en Iran où le groupe avait vendu au premier semestre 77 000 véhicules.
Cette situation a fait remonter mécaniquement la part de l’Europe à 55% des ventes du groupe contre 51% l’an dernier.

Dacia et Lada en hausse, Renault en baisse
Dans un communiqué le constructeur souligne que "avec des volumes en baisse de 6,7% sur un marché mondial en baisse de 7,1%", il "maintient une part de marché de 4,4%".
Cette résistance est cependant loin des ambitions de croissance qui avaient été annoncées dans le cadre du plan 2022. D’autant plus que, comme le communiqué le souligne, les bonnes performances de la Clio en Europe ce semestre (avec un volume quasiment stable par rapport à l’année précédente) ne laissent pas augurer d’un potentiel de croissance extraordinaire pour la nouvelle Clio qui vient d’arriver sur le marché.
Les deux points forts du groupe auront été la marque Dacia dont les volumes progressent de 4,5% (à presque 400 000 unités) et Lada en hausse de 6,8% (à presque 200 000 unités).
La marque Renault en revanche est en forte baisse à -11% (1,23 million d’unités), soit 160 000 voitures de moins. Si les ventes de VUL sont stables, elle perd notamment des volumes sur les Mégane, Kadjar et Koleos. Elle reste solide au Brésil où ses ventes augmentent de 20,2% avec 112 821 véhicules (sur un marché à +10,5%) grâce aux bons résultats de la Kwid. Vendue à plus de 40 500 unités sur le semestre (+36,5%), la Kwid y est le 5e véhicule le plus vendu.

Déception en Inde et en Chine
L’Inde et la Chine sont deux zones géographiques où le groupe Renault avait de grandes ambitions et où les ventes se révèlent décevantes.
L’Inde est en baisse de 14% avec seulement 37 000 unités (Kwid et Duster) et les espoirs de reprise reposent sur le lancement au 2e semestre de la Triber "un véhicule compact à la flexibilité inégalée permettant de transporter jusqu’à 7 personnes", souligne le communiqué de Renault. Il arrive sur un segment qui occupera près de 50 % du marché indien d’ici 2022, selon le constructeur.
En Chine, où son implantation est récente la marque Renault représente à peine plus de 10 000 voitures sur le premier semestre, contre 32 000 unités l’année précédente. Ce recul est en partie masqué par l’intégration de deux constructeurs locaux Jinbei et Huasong dont les volumes sont aussi en recul (-8% avec 78 371 unités).
Sur la Chine, Renault espère désormais faire son trou sur le segment des citadines électriques avec le lancement au deuxième semestre de la Renault City K-ZE.

La Russie en attente du lancement de l'Arkana
En Russie, un marché crucial pour sa rentabilité, le groupe Renault maintient ses volumes d’un semestre à l’autre (238 617 unités) grâce à la performance de Lada. Avec 174 186 véhicules vendus, Lada atteint une part de marché de 21,0% (+1,0 point) grâce aux nouvelles Granta et Vesta qui sont les 2 véhicules les plus vendus en Russie.
La marque Renault recule de 9,1% (64 431 véhicules vendus) et mise sur la commercialisation de l’Arkana au second semestre. 
Pas d’amélioration non plus côté RSM (Renault Samsung Motor) dont les volumes sont en baisse -13% à 33 463 unités ce premier semestre.
Bien que sur le papier, la situation de Renault qui possède des positions solides hors d’Europe (grâce notamment en Russie et au Bresil) paraisse plus solide que celle de PSA, ces performances ne rapprochent pas le constructeur de l’objectif de 5 millions de véhicules vendus en 2022. 
Florence Lagarde

Lire le détail des ventes VP & VUL neufs par marque et par région dans le monde du groupe Renault au cumul 6 mois 2019 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des ventes VP & VUL neufs par marque et par modèle en Europe du groupe Renault au cumul 6 mois 2019 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Lire le détail des ventes VP & VUL neufs par marque et par modèle dans le monde du groupe Renault au cumul 6 mois 2019 (Accès réservé aux membres du Club Autoactu.com)

Partagez cet article :

Réactions

Très belle résistance et Clio arrive....quelle histoire que celle d Dacia
alain boise, Le mercredi 17 juillet 2019



articles connexes

Le groupe PSA accentue sa dépendance à l’Europe
Des contrefaçons de Ferrari et de Lamborghini découvertes au Brésil



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017