Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 11/10/2019

Laurent Bourrut, Michelin : "Une invasion de produits asiatiques à bas prix en Europe"

(AFP) - Michelin est confronté à "une invasion de produits asiatiques", a expliqué à l'AFP son directeur Europe, Laurent Bourrut, pour expliquer la fermeture de l'usine de La Roche-sur-Yon (Vendée) où travaillent 619 salariés. Il assure que le manufacturier français était contraint de fermer cette unité dédiée aux pneus poids lourds pour préserver la pérennité de l'ensemble.

AFP: Comment expliquez-vous la fermeture du site de La Roche-sur-Yon ?

Laurent Bourrut : La fermeture est liée essentiellement à l'évolution des marchés. Le marché du pneu poids lourd est en train malheureusement de glisser dans la mauvaise direction. Nous avions encore des prévisions de marché mondial autour de 197 millions de pneumatiques au mois de mai dernier, aujourd'hui on est au mieux à 190 millions. Deuxième élément, nous sommes face à une invasion de produits asiatiques à bas prix en Europe. Ces produits représentaient 5% de parts de marché en 2012 et nous sommes aujourd'hui pratiquement à un tiers du marché.
Evidemment, tous les producteurs locaux - dont nous faisons partie - sont soumis à une très forte pression à la fois sur les prix et sur leur présence sur les canaux de distribution. Ces importations sont surtout chinoises, mais pas simplement. Nous voyons aujourd'hui nos amis chinois investir dans d'autres pays du sud-est asiatique et réexporter les pneumatiques vers l'Europe, qui est une zone aujourd'hui encore particulièrement accueillante.
  
AFP : Ces suppressions d'emplois interviennent pourtant alors que la santé financière de Michelin semble au beau fixe...


Laurent Bourrut : Nous sommes des industriels responsables et notre mission est de nous assurer que nos activités restent pérennes. Lorsqu'on regarde les activités du secteur poids lourd, nous avons un certain nombre de points de difficultés et nous devons les traiter avant qu'ils ne puissent déteindre sur le reste de notre dispositif industriel. Nous avons à La Roche-sur-Yon un souci de productivité, de compétitivité, qui n'a pas pu être complètement réglé.
Nous avons fait énormément pour sauver cette usine. Nous y avons investi 70 millions, nous y avons amené nos meilleurs experts industriels, nous y avons consacré beaucoup d'énergie, mais le marché est ce qu'il est. Les conditions de compétitivité en Europe occidentale, et en France, sont ce qu'elles sont. Il faut se rendre à l'évidence et prendre les décisions qui s'imposent pour que l'ensemble du dispositif industriel continue d'être en forme.
  
AFP : Y aurait-il des mesures à prendre au niveau de la réglementation pour mieux résister à la concurrence asiatique ?

Laurent Bourrut : Il y a très certainement un certain nombre de mesures à prendre dans des cas extrêmes. C'est très clair. L'autre sujet réside dans nos conditions de compétitivité : il faut faciliter le travail des industriels sur notre marché domestique européen. Aujourd'hui, il y a encore beaucoup à faire pour que nos coûts de production, pas seulement salariaux, soient plus compétitifs face à cette marée d'importations.
Il faut faciliter les conditions de production et les conditions de transport en Europe. Le Brexit va poser des problèmes. Nous exportons aussi vers le Royaume-Uni. Tous ces éléments sont des éléments de freinage de notre production.

Partagez cet article :

Réactions

Tout le monde bien-pensant déteste Donald Trump en l'agonisant de sottises, n'empêche qu'il tente de freiner les importations chinoises aux Etats-Unis en les taxant lourdement.
Et nous les Européens, que faisons-nous ?
Rien, ou plutôt si, on interdit la fusion Siemens - Alstom pour lutter contre un monopole qui pourrait empêcher la sacro-sainte concurrence.
Quelle naïveté !
Quelle stupidité !
On n'a que ce qu'on mérite.
Bruno HAAS, Le vendredi 11 octobre 2019

En lisant cet article, je n'ai pu m'empêcher de faire référence aux décisions de Trump pour protéger son marché intérieur.

Le problème de Michelin est bien celui d'une concurrence déloyale sur les prix car la technicité des pneumatiques PL importés de Chine laisse largement à désirer, au point d'interdire fréquemment le rechapage. Celui-ci est habituel et bien maîtrisé sur les pneus européens mais les prix très bas des provenances chinoises risquent de tuer cette industrie, comme celle de la production de pneus neufs.

Compte tenu de cette situation, nous avons toutes les informations pour savoir que l'augmentation des taxes à l'importation serait d'un effet immédiat et bénéfique, à la foi pour l'industrie européenne et pour refuser l'arrivée sur notre marché de produits de qualité inférieure.

C'est l'incompétence de nos dirigeants qui empêche cette décision à moins que ce ne soit une volonté politique de détruire ce qui reste encore de notre industrie.
Smarter, Le vendredi 11 octobre 2019

Cher Smarter, je suis certain qu'il n'y a pas volonté de nuire ; il ne reste donc que l'incompétence...
Elle est crasse, assurément.
Bruno HAAS, Le vendredi 11 octobre 2019

Cela va bien plus loin, car s'il est exacte qu'il y a de la concurrence chinoise aussi, je l'ai dit hier, il y a aussi chez MICHELIN de l'innovation technique (et une innovation qui date déjà de plusieurs années) qui procure tellement de GAINS DE PRODUCTIVITÉ, qu'à l’époque des faits toute personne à l'intérieure de Michelin tait formellement INTERDITE d'en parler et aucun journaliste à vu par exemple les plans d'une usine de fabrication de pneus qui accélérait cette productivité de manière radicale, toute en produisant dans un espace très réduit et avec un minimum d'ouvriers.
Usine Nouvelle avait vendu la mèche...mais personne de relever chez les professionnels de la profession !
Pour ceux qui fréquente les salons allemands et autrichiens de la machine outil, savent que des véritables "usines" ou postes d'usinage prennent aujourd'hui si peu de place, qu'il y a en Chine des "usines" dans des appartements !
Au fait les chinois n'ont rien inventé, car déjà il y a trente ans j'ai supervisé l’installation d'un logiciel de GPAO de manufactoring (aujourd'hui les péteux parlent de IA et usine 4.0) dans une tour-usine à Monaco.
Nus avons encore rien vu...et que M.Lauren Bourru continu de nous amuser et amuser la galerie...car un VE qu'on nous fait payer 30000 euros chez nous et pour la même qualité exactement il est vendu 15000 euros là bas en Chine.
Continuons de jouer aux cons, on ira loin.
Jo Duchene, Le vendredi 11 octobre 2019

Article dans Autoplus il y a deux semaines sur la longévité d'un pneu de tourisme (extrait d'une étude d'Autobild).
En longévité, 1er Goodyear et deuxième, de très près Michelin.
Plus de 50 000km pour les deux.
Quant aux asiatiques en queue de classement avec moins de 30000km pour certains.
On en a pour son argent...
clerion, Le vendredi 11 octobre 2019

Malheureusement il y a pire !!!
Il y a des "plus que pauvres" qui LOUENT des pneus pas pourris pour passer le contrôle technique.
Jo Duchene, Le vendredi 11 octobre 2019



MEETDEAL, disrupte le marché du lead et recrute 10 talents
Pus de 600 salariés touchés par la fermeture de l'usine Michelin de La Roche-sur-Yon



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017