Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 23/10/2019

Renault va lancer ses premiers utilitaires à hydrogène

(AFP) - Le constructeur automobile français Renault a annoncé mardi le lancement de ses premiers utilitaires à hydrogène, une technologie innovante considérée comme prometteuse à long terme pour concilier respect de l'environnement et meilleure autonomie des véhicules.

Des versions hydrogène de la fourgonnette Kangoo arriveront sur le marché fin 2019 tandis que des fourgons Master seront équipés au premier semestre 2020, a annoncé le groupe Renault dans un communiqué.
La technologie associe une batterie, rechargeable sur des bornes électriques classiques, et un prolongateur d'autonomie fonctionnant à l'hydrogène, dont le réservoir se recharge en 5 à 10 minutes. Cette innovation a été développée depuis 2014 en partenariat avec Symbio, une filiale de Michelin alliée à Faurecia depuis cette année.
Les motorisations, dites à pile à combustible, offrent une autonomie supérieure aux véhicules électriques classiques tout en ne rejetant que de l'eau dans l'environnement.
Ainsi, un Kangoo électrique à l'hydrogène passera de 230 km à 370 km d'autonomie. L'amélioration sera encore plus nette pour un Master qui passera de 120 km à 350 km.
"L'hydrogène permet de répondre à des usages intensifs, non couverts par le véhicule électrique, notamment pour de longues distances jusqu'aux zones périurbaines", précise Renault.
Mais la technologie, qui bénéficie en France d'un bonus écologique, devrait rester un marché de niche à court terme.
Pour son lancement, le Kangoo à hydrogène sera commercialisé au prix de 48 300 euros hors taxes, soit près de 15 000 euros de plus que le modèle équivalent en électrique et 26 000 euros de plus qu'une version à motorisation thermique.
En outre, l'utilisation de ces véhicules nécessite l'installation d'une borne de recharge qui représente un coût d'un million d'euros. Le premier marché visé par Renault sera celui des flottes, seules capables de rentabiliser un tel investissement.
Par ailleurs, l'hydrogène provient aujourd'hui essentiellement du reformage de méthane, une technique qui produit beaucoup de CO2, l'un des principaux gaz à effet de serre. Progressivement, ces véhicules deviendront réellement écologiques grâce à l'utilisation d'électricité d'origine renouvelable pour fabriquer l'hydrogène par le procédé d'électrolyse de l'eau.
L'objectif affiché par Symbio est d'équiper 200 000 véhicules par an d'ici à 2030.
Avec 40% de parts de marché, Renault domine le marché européen des véhicules utilitaires électriques, dont il a été pionnier. Le groupe a écoulé l'an dernier près de 190 000 Kangoo et Master en Europe, dont plus de 8 500 en version électrique.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

...Ouffff ... Vu le prix ht annoncé concernant le Kangoo et celui de la "wall box" (le million, le million, le ...) çà va ségrégationner sec nIveau prospects ou flottes ..A ce niveau là ce ne sont plus des décisions économiques fondées (en gros) sur le TCO le plus favorable mais des décisions politiques ... Respect (pitié !) pour le portefeuille du contribuable concernant le renouvellement des parc de fourgonettes "publiques". Vu le déficit des comptes de l'Etat en plus ...Un peu plus un peu moins ...
Enfin çà fera joli ou chic dans le référentiel de l'UGAP ou la prochaine lettre d'Arval ou apparenté ....Après y a plus que les interdictions de circuler ou la "beauté" du bilan sociétal de fin d'année comme élément déclencheur pour passer le "gap" ....(?).
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 23 octobre 2019

C'est marrant de voir que l'homme qui ne croyait pas un instant à l'avenir de l'H2 pour faire avancer une bagnole voit "sa" compagnie se lancer dans l'aventure.

Ceci dit, l'année où il commercialisait la Zoé et la Leaf, il nous affirmait que le VE représenterait 20% des ventes en 2020...

On a le droit de se tromper.
Bruno HAAS, Le mercredi 23 octobre 2019

…Ou "faut jamais dire jamais" comme le répète à l'envi …
l'actuel PDG ?
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 23 octobre 2019

Le remplissage en hydrogène doit aller plus vite que 5 à 10 minutes pour être compétitif face aux batteries. Dans le coeur du SOC, 5 à 10 minutes de charge normalement rapide (un 150kW lambda) c'est 100km d'autonomie mini.
Des coûts d'infrastructure et de véhicule très élevés et spécifiques, sans gain de temps pour ceux qui sont à la minute près, ce n'est pas compétitif.
Sans compter le bilan CO2 du reformage vapeur ou l’électrolyse de l'eau en période de sécheresse (toujours 76 départements en alerte plus ou moins élevée ce matin). Les perspectives ne vont pas à l'amélioration non plus, à moins de tout miser sur l'électrolyse d'eau salée.
Bref, en l'état actuel je ne suis guère optimiste. La technologie est belle mais pas économique.
Arnaud C., Le mercredi 23 octobre 2019

L'essentiel du surcoût provient probablement surtout du contenu en platine d'une PAC H2 actuelle. L'objectif des constructeurs est bien sur de réduire celui-ci, la cible ultime étant une quantité similaire à celle d'un pot catalytique (dixit)...à voir ....

La solution "Plug-in-H2" semble prometteuse si bien que Michelin & Faurecia (PSA!) s'y investissent .... ainsi que l'état Chinois . l'H2 doit bien sur être produite par hydrolyse de l'eau à partir d'électricité 100% dé-carbonée, sinon, aucun intérêt.

L'idée est de rouler au quotidien qu'en 100% batterie électrique, que l'on recharge la nuit chez soi ou bien le jour au travail, et de ne réserver le mode PAC-H2 qu'aux long trajets. Le km en mode H2 coûte 3x le km en mode pur électrique-batterie.

Reste quand même le risque de rouler assis sur un réservoir d'H2 sous 400-700bars.... je craints que cette solution ne se limite donc à des flottes captives dont la maintenance est assurée en toute sécurité.
A moins que d'autres formes de stockage moins risquées ne soient enfin développées comme l’absorption dans des "hydrures métalliques réversibles" (type LaNi5) qui peuvent devenir intéressantes sur un véhicule hybride qui dispose donc d'une seconde source d'énergie nécessaire à l'extraction de l'H2 de ces hydrures qu'il faut chauffer.

En tout cas , le remplacement de notre bon vieux moteur à pistons n'est pas si simple que ça et beaucoup de recherche sont encore nécessaires.
Et pour les promoteurs du "tout batterie", j'attends de voir ce que vont donner 10 000 voitures en recharge rapide simultanée entre Auxerre et Beaune un 1ier Août.... il me semble que 10 000 véhicules "Plug-in-Hybride-H2" poseraient quand même beaucoup moins de problèmes dans ce cas précis....
Chr$, Le mercredi 23 octobre 2019

A très courts termes en tous cas, Toyota est nettement moins ambitieux commercialement (30 000 ex. / an) pour la diffusion de sa Mirai 2 … qui n'a rien d'une fourgonnette, il est vrai …
Avec 4,98 m de longueur, voilà un format qui rend la "bête" nettement plus conforme à un "yellow cab" qu"à un taxi parisien, si l'on parle de flottes captives de taxis … !
Au passage, un look nettement plus consensuel que la version 1 de la Mirai … Ce qui n'était pas bien difficile …
.0)
ADEAIRIX, Le mercredi 23 octobre 2019

Quelque soit la caisse et la marque à hydrogène et la technologie présente et future...l'achat à 70000 euros...et le plein aussi cher qu'un plein d'essence...allez y sortez votre chéquier...ou rigolez un bon coup avec vos potes !
Les industriels de l'automobile mondiale ont trop de pognon à gaspiller...sur des projets abracadabrantesques, pour se rendre intéressants...
J'ai des copains suisses par contre que quand chez eux de nouvelles normes sont votées...les choses se mettent en place...et cela roule et est mis en application pour tout le monde !
Après quand on veut faire du business chez eux...ils te montre comment faire pour pouvoir rouler chez eux...sinon c'est niet et définitif...
Jo Duchene, Le mercredi 23 octobre 2019

Mais Jo, Rome ne s'est pas faite en un jour !

La première bagnole avec un moteur thermique coûtait des millions et des millions de francs, même s'ils étaient anciens (les francs), et il n'y avait pas une seule station service au monde. On rechargeait le carburant avec des bidons en alu, un entonnoir et des pompes à main.

La première hybride de Toyota coûtait des millions d'€ et les "Jo" de l'époque ne donnaient pas cher de cette usine à gaz sous le capot ; la première Toyota à hydrogène coûtait (coûte encore) des millions, et si elle n'était pas vendue à perte, elle ne trouverait pas d'acquéreurs.

Arrêtez de dire que les constructeurs jettent leur argent par les fenêtres. Cela s'appelle de la R&D. Ceux qui n'investissent pas dans la recherche se condamnent à mort (comme FCA p.e.)

Quand vous ne serez plus de ce monde, vos successeurs rouleront très certainement "à l'hydrogène" (entre autre).
Bruno HAAS, Le mercredi 23 octobre 2019

Et puis cela ne concerne ici que la partie RE (Range extender) du véhicule.
(Prononcer "Reû" !)
;0)
Luc Os, Le mercredi 23 octobre 2019

… Rome ne s'est pas faite en un jour ! … NI même Paris …!
(Si je puis me permettre…) contre argumentation très juste de Bruno …
Même si c'est lié AUSSI au décollage du pouvoir d'achats des ménages on pourrait comparer le volume des ventes au cours des 30 glorieuses de ces modèles ...
De DS, 403 et Frégate en 1955
De DS, 404 et R16 en 1965
De CX, 504 et R20 en 1975
L'"on sent bien que l'on passe de 1955 à 1975, d'un marché naissant relativement réduit pour tendre vers une large diffusion …
Et si la DS n'était pas dotée d'une PAC sa mise au point n'en fût pas moins laborieuse pour différentes raisons … (m'a-t-on dit).
;0)
ADEAIRIX, Le mercredi 23 octobre 2019

Amusant de voir monseigneur Bruno dire que "C'est marrant de voir que l'homme qui ne croyait pas un instant à l'avenir de l'H2 pour faire avancer une bagnole voit "sa" compagnie se lancer dans l'aventure" alors que Rebault a commencé à développer la technologie de la PAC dés 1995, en même temps qu'il avait présenté le concept car hybride Renault Next
Frédéric LANGLOIS, Le mercredi 23 octobre 2019

Pourquoi pas pour des applications de niche, certainement pas pour représenter le gros du marché.

En tout cas pas avant l'existence d'une source d'énergie renouvelable peu chère et abondante… La fusion nucléaire d'ici 60 ans? Peut-être.

En attendant, perdre 60% du kWh propre, pour la mise sous pression, le transport, le stockage, la distribution de l'H2, est une solution ridicule par rapport au VE qui en conserve 90%.

La filière H2 à court, moyen (et long?) terme, c'est une aberration et une source de CO2 proche de la filière fossile. Pourquoi tout changer dans ce cas là...
C -X75, Le mercredi 23 octobre 2019

Je ne mérite pas tant d'honneur cher Frédéric.
Je vous sais chatouilleux sur les critiques faites à votre Maître, mais delà à m'appeler monseigneur, c'est too much.
Son Altesse Sérénissime vous pardonne, allez en paix.
Bruno HAAS, Le mercredi 23 octobre 2019

Il va falloir dix ans au moins pour qu'il y ait suffisamment de bornes de recharge pour tous les VE ne serait-ce en Europe, à l'exception de l'Europe du Sud et l'Est...a fin de satisfaire la demande...ou alors il faut rouler uniquement en Tesla.
Pour suffisamment de pompes à hydrogène pour les particuliers c'est vingt ans, sauf flottes captives.
Jo Duchene, Le jeudi 24 octobre 2019

Mais, contrairement à vous, monseigneur Bruno, je n'ai aucune maître, apr contre, j'ai de la mémoire ... et je me rappelles les concepts cars Renault FEVER (pour Fuel cell Electric Vehicle for Efficiency and Range) sur base LAGUNA K56) qui a suivi la prsentation, du NEXT dans les années 90, ou encore du ZEV H2 (pour Zero Emission Vehicle - Hydrogen) sur base SCÉNIC J84 présenté à l'été 200, qui viennent toaltement remettre en cause votre postulat qui disait que Ghosn ne voyait aucun intérêt à la PAC. Si tel était le cas, pourquoi dépenser des millions dans un programme de R&D ?
Mais ,bon, comme disait un ami communs, on a le droit de se tromper ptdr
Frédéric LANGLOIS, Le jeudi 24 octobre 2019

té 2008 pour le ZEV H2 ... purée, va falloir que je me relise avant de poster mes réponses moi ... ou que je me réveille ptdr
Frédéric LANGLOIS, Le jeudi 24 octobre 2019



Le marché moto en hausse de 5,2% en septembre
Le futur directeur général de Renault ne sera pas forcément français



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017