Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 21/11/2019

Billet de (mauvaise) humeur

La chronique de Jean-Philippe Thery, consultant, fort d’une expérience automobile aussi bien dans le domaine du produit que de l’Intelligence de marché, avec des expériences chez Renault, Nissan et PSA. Installé depuis 2008 au Brésil, Jean-Philippe Thery est spécialiste des marchés automobiles en Amérique Latine.

"Nous sommes en train de perdre la bataille du CO2 avec l'explosion des ventes de véhicules à grosse cylindrée." C’est ce qu’a récemment déclaré Alexandra Ocasio-Cortez, face à l’indifférence du Président américain sur les défis posés par le réchauffement clima…. Euh non, attendez. On me dit qu’il s’agit en fait de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances de la République française.

Cette assertion qui pourrait en effet revêtir quelque sens dans la bouche de la jeune élue démocrate à la Chambre des représentants américaine parait cependant bien curieuse rendue chez nous. La cylindrée moyenne d’une voiture en France est de 1.249 cm³, en baisse significative sur 20 ans, puisqu’elle était de 1.634 cm³ en 1997.
Et si l’on admet qu’une "grosse cylindrée" démarre à 2.0 (ce qui ferait hurler de rire les amis de Don), sachez que celles-ci n’ont représenté en 2019 que 3% des immatriculations, en baisse par rapport aux années précédentes. Pour dire les choses en termes choisis, on est donc très loin de "l’explosion des ventes de véhicules à grosse cylindrée" mentionnée par le Patron de Bercy. Quant à la moyenne des émissions de CO2 par km, elle continue de baisser, bien qu’à un rythme inférieur aux attentes, en partie dû à la chute des ventes de Diesel, motorisation vilipendée par le gouvernement.

Il paraît difficile d’imaginer qu’un ministre, de surcroît responsable des finances de la nation soit à ce point fâché avec les chiffres.
Alors, qu’est-ce qui justifie l’expression d’une telle contre-vérité à une heure de grande écoute ? De mon point de vue, Bruno Le Maire a probablement confondu "grosses cylindrées" et "SUV", sous l’influence de la récente campagne de dénigrement qui a une nouvelle fois visé cette catégorie. Le 15 octobre dernier, en prélude au rapport qu’elle publie chaque année sur l’énergie dans le monde, l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) a en effet diffusé une note intitulée "la préférence accrue pour les SUVs met à mal la réduction des émissions sur le marché des voitures particulières".
Celle-ci établit le constat d’une augmentation considérable du nombre de véhicules de la catégorie circulant sur la planète, de 35 millions en 2010 à 200 millions de nos jours, représentant la moitié des véhicules vendus aux Etats-Unis et le tiers en Europe, responsable selon son auteur d’une augmentation des émissions de gaz à effet se serre.

Si mon hypothèse est correcte, voilà donc les Peugeot 2008 et 3008, Citroën C3 Aircross et autres Renault Captur, véhicules les plus vendus de la catégorie dans notre beau pays, assimilés à la catégorie coupable des "grosses cylindrées". Ou peut-être pas d’ailleurs, puisque ceux-ci ne seraient évidemment pas affectés par la mesure de déplafonnement du malus écologique proposée par Monsieur le ministre, dont la limite se situera bientôt à 12 500 euros.
Dans un article précédent ("l’ennemi, voilà le poids !"), j’ai eu l’occasion d’indiquer qu’une telle somme permet d’acquérir un véhicule neuf au sein d’un large éventail de modèles, et pour certains d’entre eux de s’acquitter d’une taxe au titre du malus écologique. Quoiqu’il en soit, le haro ainsi jeté sur la catégorie me paraît relever de plusieurs préjugés, au nombre desquels figurent les trois suivants :

Le premier d’entre eux, c’est qu’un SUV, c’est forcément gros et polluant. Certes, les origines de la catégorie remontent bien au 4x4, et particulièrement au tout premier d’entre eux, né des impératifs de la guerre. Les milliers de Jeep démobilisées une fois la paix revenue ont ainsi été reconverties à un usage civil souvent mixte, entre travaux des champs et transport familial, avant de s’embourgeoiser avec des modèles de plus en plus confortables et de moins en moins utilisés en conditions adverses, amorçant une évolution inéluctable.
Quelques dizaines d’années plus tard, la génétique automobile darwinienne ayant bien fait son travail, la plupart des SUV ou Cross-Over modernes partagent les même plateformes et organes mécaniques que les berlines traditionnelles, ayant renoncé aux transmissions 4x4 et autres caractéristiques prévues pour le franchissement d’obstacles, particulièrement en Europe où la plupart des constructeurs généralistes disposent désormais d’une offre dans le segment.
La rédactrice de la note de l’AEI pourrait même se féliciter de cette évolution, à condition de s’intéresser aux logiques des clientèles de ce type de véhicule plutôt que d’effectuer des comparaisons purement techniques.
Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer, je maintiens en effet que l’acheteur français d’un SUV, s’il se voyait contraint, couteau sous la gorge, de revenir à une voiture "basse", choisirait un modèle de la catégorie supérieure. En clair, le propriétaire d’un Captur opterait pour une Mégane plutôt qu’une Clio, celui d’un 3008 une 508 plutôt qu’une 308. C’est à la fois cohérent en habitabilité et en prix, mais aussi en ce qui concerne la consommation et les émissions de CO2.
La croissance des SUV du segment B, concomitante à la baisse des ventes des berlines du segment C semble confirmer cette analyse, ainsi que la diminution de la longueur moyenne des véhicules vendus en neuf. A bien y réfléchir, est-il vraiment aberrant de préférer un véhicule un peu plus haut mais aussi plus court pour un usage urbain ?

Le deuxième a priori, c’est que les acheteurs de voiture neuve sont forcément des idiots qui effectuent de mauvais choix ! L’illustration en est fournie par le reportage que j’ai récemment écouté sur une station de radio nationale de grande diffusion, au cours de laquelle le journaliste suivait le président de je ne sais plus quelle association haranguant les automobilistes ayant le malheur de conduire un des modèles précédemment cités, sur un mode ouvertement accusateur. C’est en véritable procureur que notre interviewer d’un jour sommait ses interlocuteurs de se justifier sur le choix d’une voiture "très polluante" et "inadaptée à un usage urbain", avant d’expliquer doctement que le statut constituait bien évidemment la motivation principale de l’acheteur d’un tel véhicule.
En résumé, il est bien connu que la majorité des acquéreurs de voitures neuves en France recherchent de préférence les modèles les plus consommants, et que le premier motif d’achat d’un Captur, c’est d’aller défiler sur les Champs.

Enfin, la terminologie adoptée a-t-elle été choisie par hasard ? Ça vous évoque quoi, à vous, Une "grosse cylindrée" ? Je parie sur le type au volant d’une berline surpuissante made in Germanie, dont la calandre apparaît soudainement dans le rétroviseur de l’importun ayant le malheur de s’attarder pour dépasser sur la file de gauche, sommé de se ranger à grands coups répétés d’appels de phares. Oui, je sais, la description frise le cliché. Mais avouez que "grosse cylindrée", ce n’est pas très précis comme base d’imposition. En tout cas, ça n’est pas très Renault Captur…

Vous l’avez compris, l’affaire m’a légèrement agacé. Voilà qui n’émouvra sans doute pas le ministre de l’Economie, lequel pourrait néanmoins prêter attention aux irritations d’un personnage autrement plus influent. J’ai nommé Carlos Tavares, dont le portefeuille bien que n’étant pas de ministre, n’en compte désormais pas moins de 11 marques, et dont on sait qu’il n’a pas la langue dans sa poche.
Celui-ci n’a pas hésité le week-end dernier à tancer les élus européens dont "le niveau d’écoute est proche de zéro" depuis "la tricherie d’un constructeur allemand bien connu". On aura évidemment reconnu VW, par la faute de qui les constructeurs ont apparemment perdu toute crédibilité auprès des édiles européens, lesquels se livrent du coup à une surenchère de propositions plus contraignantes les unes que les autres, pour des raisons que la raison ignore, mais pas les électorats. Quoique…

Au final, sans doute conviendrait-il de remettre à plat le casting des trois acteurs impliqués dans la diminution des émissions polluantes comme des gaz à effets de serre.
Aux pouvoirs publics, il incombe évidemment de définir les contraintes réglementaires indispensables au progrès, mais en tenant véritablement compte des impacts. Les deux barèmes de malus écologique auxquels nous aurons droit l’année prochaine laissent à penser que ce dernier point est parfois oublié.
Aux constructeurs, revient la responsabilité de trouver les solutions techniques permettant d’atteindre les objectifs fixés. Au regard des progrès énormes effectués depuis l’après-guerre, et au risque de paraître provocant, il m’arrive parfois de penser que les vrais écolos se trouvent chez les ingénieurs. Même si je n’ai pas la naïveté de penser que les groupes automobiles agiraient de leur plein gré s’ils n’y étaient pas contraints, que ce soit par les textes ou l’opinion publique.
Enfin, reste l’acheteur final, qui à force d’être mis au banc des accusés, finit par concevoir l’achat ou l’utilisation d’une automobile comme un acte coupable. Peut-être serait-il temps de lui demander d’effectuer ce à quoi il serait véritablement utile, comme d’entretenir correctement son véhicule. Vous seriez probablement surpris de connaître l’impact d’un simple changement de filtre à air sur les émissions polluantes.

En attendant, je vais tâcher de calmer ma mauvaise humeur. Il paraît que l’énervement est générateur de CO2…
Jean-Philippe Thery

Partagez cet article :

Réactions

… Un billet de (mauvaise) humeur qui fait "plaisir" à lire …

Comme le locataire de Bercy n'est pas totalement "rangé des voitures" … l'on ne peut écarter que le lapsus (le glissement de SUV vers "grosses cylindrées) soit totalement volontaire, à fortiori, en période anniversaire du mouvement "giletjaunesque" …
Cà ne mange pas de pain et conforte nombre de concitoyens dans leur vision du monde …

Une chose est sure c'est que cette assertion erronée du "Sinistre" que l'on peut assimiler à une fake news, je ne l'ai guère vu ou entendu se faire décortiquer sur les chaînes, d'informations en continu, périphériques ou "bien pensantes" (me semble-t-il) .
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 21 novembre 2019

1. Nous avons déjà fait les commentaires ici il y a quelques jours sur ce Ministre.
2. Le peuple ne le flingue pas car tout le monde ne fait pas forcément la différence et surtout le peuple est content de faire payer les riches en grosses cylindrées bling-bling (idem impôt sur la fortune, etc..)
;0)
Luc Os, Le jeudi 21 novembre 2019

2. C'est bien ce que disais …
;0)
ADEAIRIX , Le jeudi 21 novembre 2019

Mr Thery;

Votre article est bien fait mais il s'insère dans des préoccupations actuelles stupides.


Le réchauffement du climat est un fait mais son lien avec les émissions de dioxyde de carbone ne sont ABSOLUMENT pas justifiées.

Notre planète a eu au niveau du sol de nombreuses variations de l'air que respirent les être vivants. Il y a quelques millions d'années, avant que l'homme n'y apparaisse, les taux de dioxyde étaient plusieurs fois plus élevés qu'actuellement.

Nous nous inquiétons actuellement pour une part infime de cette augmentation.

Le pire de cette constatation est que les périodes où ce taux était le plus élevé correspondent à un développement très rapide de la végétation. Celle-la même qui constitue de nos jours les réserves d'hydrocarbure dans le sol terrestre ! Le gaz, le pétrole et le charbon !


Arrêtons nos stupidités, notre planète mérite qu'on la respecte et développons l'écologie pour la préserver.....Mais pas en réduisant les émissions de CO2 nécessaires aux transports. Il y a tant à faire dans ce domaine pour la production d'énergie électrique et dans l'agriculture.
Smarter, Le jeudi 21 novembre 2019

Et voilà encore du bon gros révisionnisme de base primaire qui permet de ne plus avoir à réfléchir.
Smarter, voyons…
ouvrez les yeux au lieu de raconter des idioties comme celle du changement climatique va nous apporter du bon charbon ! (Je ne la connaissais pas celle-là - à mettre au musée)
Il ne se passe absolument rien en Inde à New Dehli, un révisionniste comme vous m'a dit que c'était un simple boulanger qui a fait brûler 3 naan dans son tandoor
Plus près de chez nous, les plages de Vendée ont complètement disparu à marée haute depuis 20 ans à cause de la montée des eaux et les maitre nageurs sauveteurs vous vire des plages 2 H avant la pleine mer..
Le changement climatique est acquis aujourd'hui, vous êtes en retard d'une guerre et n'avez surement pas d'enfants.
Le PB aujourd'hui est de savoir comment faire et d'arriver intelligemment et à changer les comportements en préservant ce qu'on peut et ce qui reste après la grande orgie énergétique en cours...
;0(
Luc Os, Le jeudi 21 novembre 2019

@smarter, les émissions humaines de millions de tonnes de CO2 par an en provenance de fossiles sous-terrains n'ont rien de naturel. Ont peut toujours disserter sur leur effet sur le climat terrestre, mais dans le doute, il convient d'agir. Aucune autre planète de notre petit système solaire n'est aussi accueillante à la vie que la terre....

Les politiques ne seront pris au sérieux sur la réduction des émissions CO2 d'origine fossile que lorsqu'ils :
- Programmeront l'arrêt de TOUTES les centrales à charbon sous bref délai
- Programmeront l'arrêt de toutes les centrales à CH4 sous délai de 15-20ans
- Interdiront totalement l'usage des Jet Privés
- Réduiront drastiquement le nombre des vols au départ et à l'arrivée des aéroports
- Lanceront massivement la construction de centrales nucléaires et la planification de la génération suivante, les énergies renouvelables ne pouvant physiquement pas dépasser les 20% de fourniture à l'échelle globale, le nuke a de beaux jours devant lui...
- Avoueront que la résultante sera un appauvrissement généralisé de la population et la décroissance économique assurée.
Et ceci à l'échelle mondiale.
En attendant, il serait plus productif d'installer des éoliennes dans les bureaux ministériels, au moins il y aurait création de valeur ...
Chr$, Le jeudi 21 novembre 2019

Pour ventiler les cerveaux ??
une grosse pour Bercy SVP…
;0)
Luc Os, Le jeudi 21 novembre 2019

Eh oui Smarter quand il y aura un bon coup de réchauffement climatique...Poutine l'a dit...nous ferons du blé dans la taïga !
Attendons seulement (ce sera rapide) que le pergélisol fonde et libère tout le méthane...et le miracle va s’accomplir !
Pour le développement de l'agriculture c'est fait...le problème de l'agriculture est résolu ! Pour la production d'électricité des construction massives de centrales nucléaires c'est la solution, bordées de d'éoliennes.
Là tout le monde est convaincu, n'est-ce pas !!
Des scientifiques indiens savent que les glaciers qui alimentent le Gange, vont a fondre dans 30 ans et plus de flotte sur le Gange...et c'est un fleuve sacré...donc les millions d'indiens vont comprendre...qu'ils vont crever et au passage des réfugiés par millions mais il faut massacrer leurs politiques avant car ils sont les coupables...pour le Bangladesh l'invasion des eux salés sur leurs terrains agricoles vont faire une belle famine par millions, et le Pakistan de recevoir des millions affamés...
Pas de panic Smarter...vous verrez cela à la télé...c'est loin...il y a pas le feu au lac.
Pour les famines en Afrique et sa désertification ce sera la suite sur Netflix ...sans compter que la Péninsule Ibérique est DEJA en situation de désertification...et pénurie d'eau sur trois saisons!
Buvez de l'eau en bouteille Smarter.
Il reste suffisamment d'armement dans le monde pour voir le feu d'artifice final.
Tiens Toyota sera toujours là, puisque sur leurs 4X4 les mitrailleuses s'adaptent vachement bien !
Smarter vous serez peut-être vachement beau en MadMax...envoyez-nous une photo !
Jo Duchene, Le jeudi 21 novembre 2019

Très bon article.
Il y a quelques temps, Bruno Le Maire se ventait de rouler en Peugeot 5008 essence. (Made in France et pas diesel). Notre ministre de l'économie sais-t-il qu'il roule en SUV ??
Autre point, je confirme que les clients qui passent d'une berline (ou un break) vers un SUV descendent de catégorie. (Exemples : Audi A4 vers Audi Q3, 508 vers 3008...) Et en final le taux de CO2 ne s'envole pas.
Ce qui fait monter le taux de CO2 est de passer d'un diesel vers un essence. Aucun rapport avec les SUV.


Emmanuel S., Le mardi 26 novembre 2019



MEETDEAL, disrupte le marché du lead et recrute 10 talents
Patricia Caulfuty nouvelle directrice des achats d'Arval France



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017