Mouvements - 11/02/2020

James Farley, numéro deux chez Ford

A compter du 1er mars 2020, Ford confie la direction des opérations monde à James Farley, devenant ainsi le numéro deux, succédant à Joe Hinrich.

Partagez cet article     

Nommé directeur des nouvelles activités, de la technologie & stratégie de Ford en mai 2019, James Farley devient directeur des opérations monde à partir du 1er mars 2020. En outre, il conserve ses fonctions de directeur de Ford Smart Mobility, des véhicules autonomes, de Ford LLC et du partenariat de Ford avec Argo AI. Il succède à Joe Hinrich qui fait valoir ses droits à la retraite après 19 ans de carrière chez Ford.

Par ailleurs, Ford a annoncé que Hau Thai-Thang, directeur du développement produits et achats, devient également responsable de la gestion de la gamme de produits et de la connectivité.

Dans leurs nouvelles fonctions, James Farley est rattaché à Jim Harckett, Président et directeur général de Ford, tandis que Hau Thai-Thang est rattaché au nouveau directeur des opérations de la marque.

Agé de 57 ans, James Farley est diplômé de l'université de Georgetown et de l'université de Californie. En 1990, il débute sa carrière chez Toyota où il a occupé diverses marketing et produits en Amérique du nord et en Europe, avant d'être nommé vice-président du groupe Toyota et directeur général de Lexus en Amérique du Nord. En 2007, il intègre Ford en tant que vice-président marketing monde. En 2009, il devient également directeur des opérations de Ford Canada, Mexique et Amérique du Sud. En 2010, il prend la direction des ventes et du marketing monde de Ford. En 2012, il est nommé également directeur des opérations monde de Lincoln. En 2015, il a été vice-président de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) de Ford. En 2016, il est nommé directeur des opérations de Ford Europe. En 2017, il devient vice-président exécutif et président des marchés au niveau mondial de Ford, ainsi que directeur de la stratégie de développement des modèles commerciaux pour les véhicules électriques et les véhicules autonomes. Depuis mai 2019, il était directeur des nouvelles activités, de la technologie & stratégie, Ford Smart Mobility et véhicules autonomes de Ford, de Ford LLC et du partenariat de Ford avec Argo AI.

Diplômé de l'université de Carnegie Mellon et l'université du Michigan (Etats-Unis), Hau Thai-Thang a débuté sa carrière en 1988 chez Ford au département produits où il a occupé diverses fonctions. En 2001, il est promu ingénieur en chef au département ingénierie de Ford où il était en charge du programme de la Mustang. En 2004, il est nommé directeur de la création de produits avancés et des véhicules spéciaux de Ford. En 2007, il devient directeur du développement produit de Ford Amérique du Sud. En 2011, il prend la direction des programmes produits au niveau mondial de Ford. En 2012, il a occupé les fonctions de vice-président monde de l'ingénierie de Ford. En 2013, il prend la vice-présidence monde des achats du groupe Ford. Depuis 2017, il est directeur du développement produits et achats de Ford.
Farida Sacha

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 11/02/2020

Le nouveau patron de Renault Luca de Meo mieux payé que Ghosn

(AFP) - Le nouveau patron de Renault Luca de Meo sera mieux payé que ses prédécesseurs Thierry Bolloré et Carlos Ghosn, avec 1,3 million d'euros de fixe annuel et une rémunération totale pouvant dépasser 6 millions d'euros selon ses performances, d'après un document mis en ligne par le constructeur français.

Constructeurs

Constructeurs et rechange indépendante avancent leurs arguments sur l’accès aux données des véhicules connectés

Le Gouvernement prépare une ordonnance qui va organiser l’accès aux données des véhicules dans le cadre des principes définis par la loi LOM. Les constructeurs s’opposent à ce qu’un organe public définisse le fonctionnement de ce marché de la donnée qu’ils considèrent comme concurrentiel, tandis que la rechange indépendante met en garde l’Etat contre l’argument de sécurité avancé par les constructeurs "qui ne tient pas".

Constructeurs

Catégorie Mouvements