Equipementiers - 13/02/2020

Michelin : des volumes de vente en baisse mais un bénéfice en hausse

(AFP) - Michelin a dévoilé lundi un bénéfice net en hausse de 4,2%, à 1,73 milliard d'euros en 2019. Le manufacturier français de pneumatiques a résisté à la baisse du marché automobile mondial grâce à une part plus élevée de pneus haut de gamme dans ses ventes.

Partagez cet article     

Pour 2020, le groupe prévoit "un résultat opérationnel en léger retrait" à taux de change constants et des flux de trésorerie positifs "supérieurs à 1,5 milliard d'euros, hors effet systémique de la crise liée au coronavirus en Chine".
Le directeur financier, Yves Chapot, a salué "une très bonne année 2019 dans un contexte difficile où Michelin a particulièrement bien résisté", mais il a prévenu que les marchés de pneumatiques, à l'image du marché automobile, resteront "pas très bien orientés en 2020", lors d'une audioconférence avec des journalistes.
Évoquant l'épidémie de coronavirus, qui a déjà fait plus de 900 morts en Chine et ralenti l'activité économique, il a souligné que Michelin n'avait pas subi à ce stade d'impact financier et qu'il était "trop tôt pour anticiper un quelconque impact" sur les comptes du groupe si la crise se prolongeait.
"Nous ne pouvons préjuger d'un blocage de l'économie chinoise qui durerait non pas quelques semaines, mais plusieurs mois, et qui aurait de facto des effets sur l'ensemble de l'économie mondiale", a prévenu le dirigeant.
Dans un marché automobile en recul l'an dernier, les ventes de Michelin ont bien résisté, enregistrant une progression de 9,6% à 24,1 milliards d'euros.
Les deux tiers de cette hausse sont dus à un élargissement du périmètre et la hausse du dollar par rapport à l'euro a également eu un impact positif.
Cependant, le groupe a également réussi à plus que compenser la baisse de ses volumes (-1,2%) grâce à des prix en hausse et une part accrue des pneumatiques haut de gamme de 18 pouces et plus dans ses ventes, le tout résultant dans un "effet prix-mix très positif de 2,2%".
Le bénéfice opérationnel a augmenté de 8,4% à 3 milliards d'euros, soit 12,5% du chiffre d'affaires, contre un ratio de 12,6% en 2018.
L'amélioration du bénéfice s'explique aussi par le "pilotage rigoureux des prix" qui a notamment permis de faire face à une hausse du coût des matières premières.
AFP

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

A mettre en rapport avec la fermeture de l'usine vendéenne.

JL S, Le 13/02/2020 à 08:59

Peut être dû au départ de Ghosn, sans oublier le Brègue Zit

Bruno Haas, Le 13/02/2020 à 09:46

Un résultat très Crossclimate...
;0)

Lucos de Beuliou el Tipi, Le 13/02/2020 à 11:23

So far so good !

Jo Duchene, Le 13/02/2020 à 16:19


… Evidemment l’on ne peut se réjouir de la fermeture d’une usine, à fortiori, lorsqu’elle se situe sur un bassin d’emploi tel que La Roche sur Yon …
Cependant l’intersyndicale (en colère) semblait elle-même satisfaite de la qualité du PSE …
619 salariés de l'usine Michelin de La Roche-sur-Yon (un maximum si personne n’est reclassé sur Cholet …) …
858 salariés possiblement sur le site de Bamberg (Allemagne)….
Cà fait 1 477 emplois supprimés sur un effectif global de 125 000 personnes … Le résultat étant à 1,73 Mds € pour un C.A. de 24,1 milliards d'euros …
Nous sommes encore loin des 10 000 suppressions annoncées chez Mercedes qui dispose d’un effectif de 300 000 salariés (résultat 2,7 Mds€ pour un C.A. de 172,7 milliards d’€ …
Bon ils ne sont pas sur les mêmes marchés même si les deux firmes sont connotées "premium' !

Effectivement, so far so good … !

ADEAIRIX, Le 13/02/2020 à 18:44

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 13/02/2020

Déesse ou danseuse ?

La chronique de Jean-Philippe Thery, consultant, fort d’une expérience automobile aussi bien dans le domaine du produit que de l’Intelligence de marché, avec des expériences chez Renault, Nissan et PSA. Installé depuis 2008 au Brésil, Jean-Philippe Thery est spécialiste des marchés automobiles en Amérique Latine.

Analyse

Catégorie Equipementiers

Plastic Omnium dit pouvoir tenir sans activité au moins jusqu’à fin juin

Alors que l’équipementier redémarre son activité en Chine, il met ses usines européennes et américaines à l’arrêt, faute de demande de la part de ses donneurs d’ordre. Il dispose d’une trésorerie suffisante pour faire face à un arrêt total de production "au moins jusqu’à la fin du premier semestre", dit-il.

25/03/2020

Coronavirus : Bosch va fortement réduire son activité en Allemagne

(AFP) - Le premier équipementier automobile mondial Bosch a annoncé vendredi qu'il allait "fortement réduire" ses activités en Allemagne et fermer des usines pour réagir à la chute de la demande mondiale dans l'automobile provoquée par la pandémie de coronavirus.

23/03/2020

La Fiev crée un fonds pour soutenir les nouvelles mobilités

La Fiev a créé le fonds Keyros, présidé par Bernard Streit et doté de près de 33 millions d'euros, destiné à soutenir et promouvoir les nouvelles mobilités en France. Le syndicat des équipementiers s'est aussi doté d'une nouvelle organisation pour confier à ses adhérents la direction et le management de ses services.

11/03/2020

A Strasbourg, des chercheurs en quête des plastiques de demain

(AFP) - De pansements "intelligents" à base de carapaces de crevettes à des matériaux d'isolation issus de micro-algues, des chercheurs planchent sur les bioplastiques de demain dans des laboratoires de Strasbourg, la "Mecque des polymères" aujourd'hui en pointe sur ces matériaux qui ont le vent en poupe.

09/03/2020

Airbus des batteries : l'indispensable graphite bientôt fabriqué en Europe ?

(AFP) Partie à la reconquête du marché des batteries automobiles, l'Europe va devoir sécuriser ses approvisionnements pour cinq matériaux clefs : nickel, lithium, manganèse, cobalt et graphite. Seul le dernier peut être fabriqué. Mais là, petit problème : toute sa production est aujourd'hui concentrée en Asie.

24/02/2020

Valeo mise sur l'électrification pour poursuivre sa croissance

"Avec Valeo Siemens eAutomotive, nous avons créé un leader de la chaine de traction électrique dont le chiffre d’affaires va progresser dans les années à venir", affirme Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo. En perte, la co-entreprise sera à l'équilibre en 2022, prévoit-il.

24/02/2020