Services - 24/01/2020

Munic veut révolutionner le modèle économique des boîtiers embarqués

A l’occasion de son introduction en Bourse, la société Munic a présenté son business plan à l’horizon 2023 qui doit être porté par une offre innovante consistant à mutualiser les boîtiers connectés pour en faire baisser le coût.

Munic veut révolutionner le modèle économique des boîtiers embarqués

Partagez cet article     

Depuis mercredi, il est possible de souscrire à l’augmentation de capital de la société Munic qui réalise son introduction sur Euronext Growth Paris. L’entreprise va émettre pour 16 millions d’euros de nouvelles actions, dont plus de la moitié ont déjà été réservées par son actionnaire principal actuel, Grandis-Lux, et des investisseurs institutionnels. Cet apport financier lui servira principalement à financer la production de boîtiers électroniques (auprès d’Asteelflash) dans le cadre d’une nouvelle offre d’abonnements mutualisés qu’elle lance au second trimestre.
Munic, qui sera valorisée pour environ 42 millions d’euros dans le cadre de cette entrée en Bourse, a déjà levé plus de 10 millions d’euros depuis 2007 et a investi depuis sa création plus de 30 millions d’euros en R&D (pour notamment obtenir 24 brevets). Son credo : la maintenance prédictive, l’assurance "Pay as you drive", l’autopartage et le wi-fi embarqué, tous ses services qui ont besoin de communiquer avec le véhicule pour fonctionner. Munic s’est spécialisée dans les technologies permettant de collecter, de décoder et d’analyser les données des véhicules, à travers des boîtiers reliés à l’OBD (aussi appelés "smart dongles OBD"). "Notre technologie se distingue par son intelligence évolutive (et ouvertes aux développeurs tiers) qui est capable de traiter les données directement dans le boîtier avant de les restituer dans le Cloud, ce qui minimise les coûts", explique le directeur général de Munic, Aaron Solomon.

40% du chiffre d'affaires aux Etats-Unis
L’entreprise, qui emploie 60 salariés, essentiellement des ingénieurs, a réalisé 17 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, dont 40% aux Etats-Unis. Le premier client de Munic est américain, l’application Metromile qui propose de l’assurance "Pay as you drive". "Nous avons déployé 185 000 boîtiers pour Metromile en 7 ans et nous nous attendons à une accélération", indique le dirigeant.
Récemment, l’entreprise est passée dans une nouvelle dimension en signant un contrat avec l’opérateur de téléphonie T-Mobile pour le marché américain. Sa mission : fournir au moins 100 000 boîtiers par an à l'opérateur, dans le cadre d’une offre grand public à 5 dollars par mois pour bénéficier du Wi-Fi à bord et de différents services (alerte après-vente, station-service la moins chère, aide à l'éco-conduite…). "Cette offre particulièrement attrayante devrait générer la vente de plusieurs centaines de milliers de boîtiers par an", estime le dirigeant qui va générer 90 euros de chiffre d’affaires par boîtier. "Ce contrat nous donne aussi une respectabilité qui nous ouvre de nouveaux marchés", souligne-t-il.

Un modèle d’abonnements mutualisés pour l'Europe
En Europe, et notamment en France où les automobilistes ne sont pas prêts à payer pour ce type de boîtiers, Aaron Solomon souhaite développer un modèle d’abonnements mutualisés, en s’inspirant de l’offre de son client suisse AutoSense. Elle consiste à faire supporter le coût du boîtier par plusieurs acteurs réunis sur l’application AutoSense : l’opérateur de téléphonie Swisscomm qui vend le Wi-Fi à bord, le groupe de distribution suisse Amag (*) qui installe le boîtier et propose de l’entretien prédictif, et enfin l’assureur Zürich qui propose des tarifs avantageux en fonction du kilométrage réel et du comportement de conduite.
Munic - qui a vendu 40 000 boîtiers à AutoSense depuis 2018 pour un chiffre d’affaires cumulé de 2,7 millions d’euros - veut lancer sa propre application (actuellement en bêta test) et vendre les données à plusieurs acteurs qui partageront le même boîtier, "à chaque fois un réseau d’entretien, une compagnie d’assurance et un autre acteur (pneumaticiens, pétroliers…) au minimum", prévoit-il. D’ores et déjà, Robert Stevens, directeur du réseau de garages Groupauto, s’est engagé "à équiper autant de véhicules que possible" pour avoir "accès aux flux de données relatives à la maintenance, pour un abonnement de 15 euros par an sur 3 ans", a-t-il détaillé.
L’application et le boîtier seront en revanche offerts aux clients en échange de son consentement à partager ses données. "Pour l’heure, nous n’intégrons pas de Wi-Fi dans notre offre mais ce sera envisageable par la suite avec la baisse des coûts", indique Aaron Solomon. Il prévoit un déploiement commercial de cette offre d’abonnement "Car data as a Service", appelé Ekko, au second trimestre 2020 en France, en Allemagne et au Benelux. "Notre objectif est de déployer 240 000 boîtiers dans les 12 mois et de générer un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros avec cette offre en 2023", dit-il. Parallèlement, il anticipe un chiffre d’affaires de 75 millions d’euros en 2023 avec ses offres actuelles dans le cadre de contrats avec "une vingtaine de clients en phase avancée", pour une marge brute de l’ordre de 40%.
Xavier Champagne

(*) 7e groupe de distribution européen, avec 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018, Amag est importateur et distributeur des marques du groupe Volkswagen et franchisé Europcar en Suisse. Il est aussi actionnaire majoritaire du site d’autopartage Sharoo, opérant en Suisse.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les Européens ne sont surtout pas prêts de payer pour un système qui ne leur sert à rien.
;0)

Lucos de Beuliou el Tipi, Le 24/01/2020 à 06:07

Et pourtant gros marché,y aller ou pas ?
A 9€ l’intro cela paraît cher,grosse concurrence ,le coup avec T-mobile aux US est un bon signe.
A vous de juger.
Les applis à brancher sur la prise OBD ,état batterie,etc etc me paraissent plus interessant

alain boise, Le 24/01/2020 à 06:39

Dans Munic, ya nic !
Etonnant non ?
;0)

Lucos de Beuliou el Tipi, Le 24/01/2020 à 11:26

Dans le mille...Lucos
En plus si une boite rentre en bourse juste pour lancer un boitier en plastique...et rien d'autre...ya nic !
En ces temps d'écologie ...au fait...il y aurait-il aussi ya nic Jadot !!
Pensez bientôt à voter avec vos pieds propres sous peu...de chagrin !!


Jo Duchene, Le 24/01/2020 à 13:02

Heureusement que vous êtes là quand Clérion déjeune…
;0)

Lucos de Beuliou el Tipi, Le 24/01/2020 à 14:14

Vous de même...mais tout le plaisir est pour moi !

Jo Duchene, Le 24/01/2020 à 14:43

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 24/01/2020

Affaire Oustric/BMW France : la prescription ne dépend pas du chiffrage du litige mais de sa connaissance, a jugé la Cour d’appel de Paris

La Cour d’appel de Paris a débouté la société Oustric (ex-concessionnaire BMW et Mini) de ses demandes d’indemnisation considérant que la société avait connaissance du préjudice avant d’en avoir le chiffrage exact. La prescription de 5 ans court à partir de la "date du compromis de cession" (le 27 novembre 2009) et pas à partir "de la date de la cession définitive" (18 décembre 2009).

Réseaux

Tesla, pour 100 milliards t’as plus rien !

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché et auteur du livre "La désincarnation des grandes organisations". Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Détroit.

Analyse

Catégorie Services

59% des camions à l’arrêt, selon la FNTR

Selon un sondage de la FNTR auprès de ses adhérents, les entreprises de transport ont mis à l’arrêt 59% de leurs camions, hormis celles qui travaillent dans l’alimentaire. Pour ces dernières, la désorganisation des flux et le recours aux heures supplémentaires impliquent une nécessaire augmentation des prix.

02/04/2020

L’assisteur IMA passe son call-center au télétravail

A l'exception des équipes en charge des appels d'urgence générés par l'e-call, les salariés des call-centers d'Inter Mutuelles Assistance travaillent depuis mardi de chez eux. L'activité d'assistance automobile est mécaniquement en forte baisse tout comme le nombre de partenaires, loueurs et garages, ouverts.

20/03/2020

Fermeture du réseau Corri-Door : une expertise judiciaire diligentée

Suite à des incidents techniques sur les bornes de recharge de son réseau Corri-Door, Izivia a pris la décision radicale d’arrêter de les exploiter. Une procédure est en cours contre le fournisseur des bornes qui se défend en accusant l'opérateur de ne pas avoir réalisé régulièrement leur maintenance.

13/03/2020

FCA Bank veut déployer le concept de "Leasys Mobility Store" en France

Avec le rachat de l’opérateur français de location courte durée Aixia, FCA Bank se donne les moyens de développer, comme en Italie, un réseau d’agences de mobilité capable de proposer des offres de location allant de la courte à la longue durée sous l’enseigne Leasys Mobility Store.

09/03/2020

Autopartage : Moov’in.Paris est mort, vive Zity !

Renault a décidé de basculer son offre d’autopartage Moov’in.Paris sur une nouvelle plateforme technique développée avec son partenaire espagnol Ferrovial avec qui il a déjà déployé son offre à Madrid avec succès. Cette offre, appelée Zity, propose 725 Zoé en free-floating à Madrid, 500 à Paris et se déployera dans d'autres grandes villes européennes.

26/02/2020

Alphabet fait le point sur la complexe fiscalité des flottes d'entreprise en 2020

Chaque année, la fiscalité des véhicules d'entreprise évolue mais, en 2020, elle changera deux fois, avec l'application de la norme WLTP à partir de mars prochain. Dans un document de synthèse, le loueur Alphabet explique l'impact que cela aura sur le malus, la TVS et les plafonds d’amortissement non déductibles.

21/02/2020