Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 11/04/2019

Chine : la réduction des aides aux véhicules électrifiés intervient dans un marché baissier

La chronique de Matt Gasnier, spécialiste du marché chinois et créateur du site Bestsellngcarsblog.com, le site de référence global concernant l’analyse des statistiques de ventes de voitures, couvrant plus de 200 pays.

Fin mars, le gouvernement chinois a entériné sa promesse de réduction des subventions pour véhicules électrifiés. Pourtant, le contexte baissier actuel du marché chinois ainsi que la surprenante sévérité de ces réductions rend cette mesure pour le moins périlleuse.

Dans un marché véhicules particuliers en chute libre de 17,3% en février et un marché total en baisse de 13,8%, les ventes de véhicules "nouvelles énergies" (une appellation chinoise qui regroupe les véhicules électriques, hybrides rechargeables et à alimentation à hydrogène) demeurent plus que jamais le dernier bastion de croissance en Chine à +53,6% et 53 000 unités dont 40 000 véhicules électriques (+69,4%) et 13 000 hybrides rechargeables (+18,6%), ceci après avoir franchi le million d’unités annuel pour la première fois en 2018. Les ventes de véhicules électrifiés devraient passer le cap des 2 millions d’unités en 2020 et la cible du gouvernement est d’atteindre 7 millions de livraisons en 2025, avant la fin de la production locale de véhicules à combustion prévue pour 2030.

Les véhicules nouvelles énergies bénéficiaient jusqu'à fin mars de subventions gouvernementales et provinciales, mais le gouvernement chinois n’a pas hésité à trancher dans le vif et réduire de façon drastique ces subventions, une mesure qu’il avait annoncé l’an dernier alors que le marché chinois était encore en croissance. Les constructeurs locaux qui espéraient un report de ces réductions en sont pour leur frais. Pire : les subventions se voient réduites de façon beaucoup plus drastique qu’anticipé, les seules catégories épargnées étant les véhicules à alimentation à hydrogène et les bus électriques. La caractéristique la plus marquante de ces réductions est l’abandon des subventions provinciales après une période de transition de 3 mois qui a commencé le 26 mars dernier, ne subsistant que les subventions gouvernementales. À la place, le gouvernement chinois a demandé à toutes les provinces de focaliser leur investissement sur l’infrastructure de chargement. 

Dans le détail, les nouveaux critères autorisant les subventions gouvernementales ont pour objectif de favoriser une production locale de véhicules électrifiés de meilleure qualité. Ainsi, les véhicules électriques produits localement dont l’autonomie est inférieure à 250 km n’auront plus droit aux subventions, ceux entre 250 et 400km bénéficieront de 18 000 yuans (2 400 euros) par véhicule, et ceux de plus de 400km de 25 000 yuans (3 300 euros) soit une baisse de 50%. Les subventions sont également annulées pour les véhicules ne parvenant pas à rester à 100 km/h pendant au moins 30 minutes et dont les batteries ont une densité de moins de 125 Wattheures par kg (Wh/kg). En moyenne, ces nouvelles mesures correspondent à une baisse générale des aides aux véhicules électrifiés de l’ordre de 50 à 75%.

Selon le gouvernement chinois, cette réduction des aides vise principalement à empêcher les constructeurs de trop compter sur les subventions dans leur mécanisme de ventes et à réduire le protectionnisme local. Mais la vraie raison de cette baisse plus abrupte que prévu est peut-être ailleurs. Bien que le gouvernement ne communique pas ces chiffres, l’Institut International d’Études Stratégiques (IISS), un groupe de réflexion basé à Washington, a estimé l’an dernier que la Chine avait dépensé pas moins de 245 milliards de yuans (32,5 milliards d’euros) en subventions gouvernementales pour les véhicules électrifiés de 2009 à 2017. En pleine politique de réduction d’impôts aux entreprises afin de contrecarrer le ralentissement de l’économie, le gouvernement se retrouve face à un besoin pressant de réduire progressivement le programme de subventions, qui est censé disparaitre complétement en 2020. La pression de l'administration Trump contre les politiques interventionnistes de l'industrie chinoise joue également.

Malgré cette baisse drastique des subventions, la plupart des constructeurs locaux continue pour le moment de développer leur gamme de véhicules nouvelles énergies avec le même dynamisme. Fin mars, la compagnie immobilière chinoise Evergrande, récemment introduite dans l’automobile avec le rachat de NEVs et la prise de contrôle de Koenigsegg, a annoncé vouloir devenir le plus grand constructeur mondial de véhicules électriques avec un million de ventes annuelles d’ici trois à cinq ans… XPENG Motors prévoit une augmentation de ses prix de vente afin de compenser la baisse des subventions, mais GAC et BYD, deux des plus importants acteurs du segment, ont annoncé vouloir absorber la baisse des subventions et garder leurs prix inchangés. Attendons-nous à des profits beaucoup plus serrés pour 2019 et une compétition encore plus intense sur le marché chinois.
Matt Gasnier

Partagez cet article :

Réactions

Pour tous les Pays,le constat est toujours le même ,sans subventions rien ne tient.
Une subvention doit aider un marché naissant pas devenir un bénéfice.
Ce n’est pas cela le commerce ou l’industrie.
L’embarras de Mme Brune Poirson a l’assemblée Découvrant les magouilles des subventions et arrangements entre Tesla et FCA est édifiante.
Pire il suffit pour gagner des Milions sur le dos des contribuables de monter un carrousel d’aides sur plusieurs pays ,6000€ en France...on immatricule on exporte en Autriche re 7000 etc etc.
Encore plus cool que le carrousel de TVA et légal en plus,déjà l’electrification Bidon avec une mini batterie pour faire croire que l’on est propre.
La Chine ouvre les yeux ( bridés) alors que la chambre Américaine réfléchit à voter des aides pourtant abandonnées.
Et dire que M Tavares se tue à prêcher dans le désert que ses autos sont propres
alain boise, Le jeudi 11 avril 2019

Vous avez recopié cela oû ?
;0)
Luc os, Le jeudi 11 avril 2019



Le casse-tête de la mise en œuvre de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris
Suzuki dans le top 25 des déposants de brevets en France



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017