Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Analyse - 30/04/2018

Chine : les nouvelles hiérarchies

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca.

Chaque salon automobile annuel en Chine – à Pékin les années paires et à Shanghai les années impaires – est l’occasion de réentendre les sempiternelles craintes de voir déferler sur les marchés américains ou européens des vagues d’exportations chinoises. Chacun sait que, dans cette industrie, ce n’est pas ainsi que les choses se passent et que si les constructeurs chinois ont des ambitions à l’international alors il leur faut investir localement soit pour racheter des entreprises soit pour y développer des outils de production.

C’est ce qui conduit BYD à construire une usine marocaine. C’est ce que Geely a entrepris en rachetant Volvo et Lotus. Comme le dit son PDG, Li Shufu : “le rêve de Geely est de devenir une entreprise globale. Pour y parvenir, nous devons sortir du pays.” (1).
Ce mouvement existe bien et n’est plus l’apanage des seules entreprises privées qui paraissaient autrefois limitées dans leur développement commercial en Chine : les entreprises d’Etat partenaires des grands groupes japonais, coréens, américains ou européens font également mouvement. SAIC est aussi partenaire de GM à l’international et, en particulier, en Inde. Dongfeng a annoncé en prenant 14% de PSA que son but était aussi de s’adosser à ce partenariat renforcé pour progresser sur les marchés de la région.
Il n’en reste pas moins que, pour quelques années encore au moins, l’essentiel se joue en Chine et passe par un rééquilibrage général largement entamé sur les terrains commerciaux, industriels et technologiques.
Déjà perceptible sur les véhicules thermiques, il est plus manifeste encore sur les véhicules à "nouvelles énergies" (les fameux "NEVs") et correspond à une politique industrielle annoncée en 2015 sous le mot d’ordre "made in China 2025" (2) qui apparaît beaucoup moins velléitaire et beaucoup plus effective que celles qui avaient pu être annoncées dans la décennie passée.
Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir qu’il y a encore cinq ans, on voyait les marques chinoises que le gouvernement voulait majoritaires plafonner à 30% du marché. En 2017, lesdites marques ont assuré 45% des ventes et atteignent 63,8% du marché florissant des SUV sur les trois premiers mois de 2018.
Ainsi dans le top 20 de 2017, on trouve une Wuling, une Haval, deux Baojun, une GAC, deux Geely, une Changan et une Roewe alors que Volkswagen place encore 6 modèles, Buick 2 et Nissan, Toyota et Ford un (3).
Avec respectivement 248 000 ventes (4) et 132 000 (5), Peugeot et Citroën sont loin derrière les ventes de leurs partenaires sous leurs propres couleurs puisque Dongfeng a vendu 640 000 véhicules sous ses propres marques (Dongfeng, Dongfeng Fengguang, Dongfeng Fengxing and Dongfeng Fengshen) (6) et Changan plus de 1 million (7).
Les marques chinoises existent désormais et les produits qu’elles proposent ne sont plus perçus comme très en deçà de ce que les grands mondiaux viennent essayer de vendre.
Néanmoins, comme le souligne Dieter Zetsche, “les barrières à l’entrée sont plus basses sur le véhicule électrique que sur les véhicules traditionnels pour lesquels les firmes en place ont accumulé 130 ans d’expérience” (8) et c’est très clairement ce qui motive, au delà des arguments sanitaires ou écologiques, la politique très volontariste des autorités sur ce terrain.
Il s’agit d’organiser le marché pour l’électrifier et le siniser : l’objectif qui s’inscrit dans le cadre du "made in China 2025" est de faire en sorte que le marché du véhicule électrique soit contrôlé par les producteurs domestiques à 70% en 2020 et 80% en 2025.
Le dit marché doit – rappelons le – représenter 10% des immatriculations de véhicules conventionnels dès 2019, 12% en 2020 (9) … Le non respect de cette obligation conduit à des pénalités qui peuvent être levées en rachetant à ceux dont les quotas sont supérieurs à la norme leurs crédits : ceci revient à organiser une subvention massive et systématique du thermique vers l’électrique.
En l’état actuel du marché, ceci amènerait les grands constructeurs mondiaux à booster les performances des acteurs chinois qui assurent une domination écrasant du marché.

En effet, sur les trois premiers mois de l’année en cours, le marché du véhicule électrique a doublé pour atteindre 122 000 unités dont 79 500 VE et 37 380 hybrides rechargeables  (10). Cela correspond à une croissance de 136% par rapport à la même période en 2017. BYD, BAIC, SAIC, JAC, Chery, Hawtai, Zhidou, JMC, Geely et Zotye trustent les 10 premières places.
Dans le top 20 des VE les plus vendus, le seul modèle non chinois est la Tesla Model X qui pointe à la 15ème place avec 1 500 ventes en mars (11). Si l’on sait que le marché américain a représenté 200 000 NEVs l’an passé et le marché chinois 780 000 et que l’on prévoit pour 2018 des chiffres qui seront de, respectivement, 400 000 et 1 000 000 (12), il est très clair que le gap est fait et que le VE est en train de se développer en Chine sur des standards qui ne sont pas ceux qu’ont proposé jusqu’ici les grands constructeurs mondiaux.
Le cœur de l’offre en Chine se situe entre 80 000 et 100 000 yuans (10 000 et 13 000 euros) et le problème, pour les grands constructeurs mondiaux, est donc de taille.

S’ajoute à cela, le travail fait par les politiques chinois pour structurer la filière et contraindre les constructeurs à développer des véhicules équipés de batteries chinoises et vendus sous des marques locales.
Pour cela, ils soutiennent par exemple Contemporary Amerex Technology Ltd (CATL) qui produit des batteries Li-Ion et va investir 1,3 milliard de dollars dans une nouvelle usine dont les capacités dépasseront celles de Tesla et devraient être à même de satisfaire les besoins de GM, Nissan et Audi. Pour alimenter ces capacités, tout est fait pour sécuriser les approvisionnements en cobalt et Lithium. Ainsi China Molybdenum Co. est devenu en 2016 le second extracteur de cobalt après Glencore Plc en prenant le contrôle de Tenke Fungurume en République démocratique du Congo. Glencore a annoncé en mars qu’elle livrera dans les trois prochaines années un tiers de son minerai à GEM Co. un autre fabricant chinois de batterie.
Comme l’indique Michael Dunne : "La Chine ne s’est jamais cachée de son ambition de se doter d’une industrie automobile majeure et puissante. Elle fait tout aujourd’hui pour dominer l’industrie mondiale du VE." (13).
Bernard Jullien


(1) https://www.detroitnews.com/story/business/columnists/daniel-howes/2018/04/25/china-moving-deliberately-global-auto-club/34252549/
(2) http://www.scmp.com/tech/enterprises/article/2138680/what-happens-made-china-2025-trade-war-fears-grow
(3) http://carsalesbase.com/china-car-sales-analysis-2017-models/
(4) http://carsalesbase.com/china-car-sales-data/peugeot/
(5) http://carsalesbase.com/china-car-sales-data/citroen/
(6) http://carsalesbase.com/china-car-sales-data/dongfeng/
(7) http://carsalesbase.com/china-car-sales-data/changan/
(8) http://www.gulf-times.com/story/590565/China-s-electric-carmakers-bloom-at-Beijing-auto-s
(9) https://www.theicct.org/publications/china-nev-mandate-final-policy-update-20180111
(10) http://autonews.gasgoo.com/new_energy/70014484.html
(11) https://cleantechnica.com/2018/04/22/byd-steps-up-china-electric-car-sales-report/
(12) http://www.scmp.com/business/companies/article/2143646/chinas-ev-market-growing-twice-fast-us-heres-why
(13) https://www.detroitnews.com/story/business/autos/foreign/2018/04/24/china-global-auto-industry/34206213/

Partagez cet article :

Réactions

Rien à craindre chez nous ,Carlos Goshn et l'Alliance tiennent bien le marché du VE en Europe et Zoé est un succès ......
Laissons les Chinois jouer a la voiture électrique et occupons nous de nos oignons ,si ils veulent interdire nos caisses interdisons les batteries Made in China déjà qu'on ne sait pascequil y a dans leurs Nems alors leurs batteries.......
Faudrait déjà que l'Empire du Milieu sache fabriquer des électrons passé 20 h,obligation de reprendre toute leur marchandises en fin de vie ,les déchets chez eux pas chez nous....
Lâ Chine est une énorme déchetterie,ne les copions pas,ils viennent acheter notre lait en Bretagne tellement c'est pollué chez eux ! Et ça vient donner des leçons de propreté ,non mais allo quoi
alain boise, Le lundi 30 avril 2018

Merci Bernard pour l’actualisation de votre analyse en Chine,
Mais qu’en est il du Development de véhicules à
Hydrogène ?
Christian JANSON, Le lundi 30 avril 2018

Les chinois n'ont décidément rien oublié de Sun Zi ! D'abord on est trop faible alors on s'allie avec les plus forts en ménageant nos intérêts plutôt que de les attaquer de front (étape 1 : encourager des entreprises chinoises à signer des JV où le partenaire étranger ne peut pas être majoritaire, ne pas exporter (= ne pas attaquer les partenaires sur leurs bases), faire en sorte que les partenaires étrangers saupoudrent leurs JV entre plusieurs partenaires chinois, pomper lentement mais sûrement la technologie des meilleurs). Puis se rendre indispensable (étape 2 : presque les résultats financiers de presque tous les grands constructeurs, et en particulier VW et GM, dépendent beaucoup de leurs opérations chinoises). Puis déplacer le match sur un terrain vierge, où tout le monde est débutant (étape 3 : maintenant que les volumes chinois sont majeurs, déplacer le match sur le véhicule électrique sous couvert de bonnes raisons qui ne résistent pas vraiment à l'analyse : l'électricité chinoise est pour le moment encore, massivement produite à partir de charbon). Puis ... tirer profit de la puissance ainsi construite ... (j'imagine bien une étape 4 où les JV sont distendus, les meilleurs chinois et étrangers survivent, les autres sont progressivement marginalisés, et l'on assiste à l'émergence de 3 à 5 groupes chinois de taille mondiale, capables de concevoir des véhicules up-to-date et adaptés à la demande de chacune des "régions" et fabriqués sur place !
Louis-Jean Hollebecq, Le lundi 30 avril 2018

Sans tomber dans un catastrophisme primaire, je pense que la menace des importations chinoises des NEVs vers l'Europe n'est pas sur le thermique, mais bien sur l'électrique. Main mise des chinois sur la fabrication des batteries, c'est déjà fait. Et cela représente pas loin de 30% du prix total de la voiture. Ensuite, le véhicule électrique est beaucoup plus simple de conception au regard de toute sa chaîne de traction. Le reste n'est "que de l'habillage" (carrosserie, intérieur...), et les chinois savent déjà faire aussi. Le comble, ce serait que les gouvernements européens continuent à faire les yeux doux fiscaux sur les véhicules 0 émissions au détriment de nos industries encore trop orientées sur le véhicule thermique ? A méditer...
clerion, Le lundi 30 avril 2018

@clerion: les seuls qui doivent méditer, ce sont les vieux constructeurs. Parce que toute ce que disent M. Jullien et Hollebecq est tout à fait vrai, et pendant ce temps les vieux constructeurs font de la résistance sur le thermique. Je conçois bien qu'ils ont énormément de capital engagé sur des moteurs avec des pistons qui montent et qui descendent, mais le meilleur moyen de défendre ce qu'il reste à déprécier c'est de faire et de vendre de l'électrifié, au lieu de gémir sur les normes de pollution.
Arnaud C., Le lundi 30 avril 2018

C'est génial la théorie...bravo vous êtes tous bons...mais dites-moi comment cela va se passer dans la pratique...un petit distrait provocateur qui parle en premier nous dit que la ZOE est génial et que c'est un succès...mais il se garde bien d'en acheter une ou même se mettre à en vendre.
Dans un forum de la spécialité en VE, il est raconté qu'une famille intoxiqué par le mythe du VE, en loue une et se met en route dans une province française...la chose c'est terminé bien tristement, avec une carte de crédit à la main devant une borne qui ne marche pas et pas de borne à la ronde...c'était prévisible...et l’escroc qui leur a loué le ZOE de taire les problèmes à venir...au mois ceux-là ils sont vaccinés pour longtemps, car la solution ce fut le remorquage et une journée bien gâchée!
Les grands spécialistes qui parlez doctement ici n'en parlez jamais de la résistance du public face à cette énorme gabegie...car les invendables et les futurs INVENDUS vont s'accumuler et il faudra gérer !
Donc nous parlerons plus tard de l’inconséquence et des failles de jugement des constructeurs et de leur comportement ne serait-ce face à la non-acceptation d'un public automobiliste d'une technique imposée.
Ce qu'une société autocratique comme la Chine impose de force, le marché occidental ne le permets pas SOCIALEMENT PARLANT.
Sans compter que c'est une filière absolument pas mature industriellement parlant.
Il faudrait que les productions commercialisées en occident (fabriquées en Chine ou pas) soient VENDUES au prix chinois pour que le public s'y intéresse...mais cela passera par une GUERRE qui ne dit pas son nom.
Quand les prix qui se profilent de CHARGE sur une borne pour un VE vont approcher des prix d'un plein d'essence (le même pour l'hydrogène) l'industrie auto va s’apercevoir qu'il y a un très gros problème.
Les futurs MORTS de cette industrie sont déjà là !!
Les politiques populistes, les taxes et restrictions d'importations et les guerres commerciales sont déjà là aussi.
Gérons dans l'urgence et dans la gabegie.
Exemple dans un autre domaine: quand un connard (il n'y a pas d'autre mot pour le qualifier) de Premier Ministre sur une ile continent loin de chez nous vient de se réveiller (et mettre 700 millions de dollars pour mettre un pansement dans une jambe de bois, car c'est déjà trop tard) et nous dire que sa barrière de corail chez lui est foutue et qu'il faut faire quelque chose, il fait comme comme qu'il n'aurait jamais été prévenu du désastre par les scientifiques.
Un autre exemple pour vous gâcher votre déjeuner, des scientifiques viennent d'annoncer au gouvernement d'Oman que une très grosse partie de la mer d'Oman ( à commencer par son golfe) sera pour TOUJOURS privée de poissons, car les mesures indiquent qu'il n'y a plus d’oxygène dans l'eau !
C'est clair net et sans bavure !!!
Message pou Alain: arrête de te masturber devant une ZOE...et devant les centrales.
Jo Duchene, Le mercredi 02 mai 2018



PSA travaille "très activement" sur un véhicule à hydrogène
RCI Bank and Services rassemble start-up et innovation au sein d’une direction des services de mobilité confiée à Alice Altemaire



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017