Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 30/10/2018

Chine : Pourquoi ce soudain refroidissement ?

La chronique de Matt Gasnier, spécialiste du marché chinois et créateur du site Bestsellingcarsblog.com, le site de référence global concernant l’analyse des statistiques de ventes de voitures, couvrant plus de 200 pays.

Depuis le milieu de l’année, le marché Chinois fait marche arrière : à -11,5% en septembre, les ventes en gros (d’usines à concessionnaires) marquent une troisième baisse consécutive et la plus forte de 2018.

Pire : les ventes au détail accusent un recul de 16% sur le même mois, laissant entrevoir des carnets de commandes vides pour les prochains mois et une fin d’année particulièrement difficile. Au final, 2018 pourrait bien être la première année de déclin en Chine depuis 1990. Si l’on peut être tenté de lorgner vers la guerre commerciale que se livrent cette année les États-Unis et la Chine afin d’expliquer cette tendance, les vraies raisons de ce soudain refroidissement sont en fait bien différentes.

Entre 1990 et 2017, les ventes d’automobiles neuves en Chine sont passées de 363 000 à 28,9 millions, postant 27 années consécutives de hausse. La Chine est devenue le premier marché automobile du monde devant les États-Unis au début de la décennie 2010 et le seul marché à avoir excédé 20 millions de ventes annuelles en 2016, une évolution ahurissante qui n’a aucun précédent dans toute l’histoire de l’automobile. 2018 devait être l’année où la Chine dépasserait les 30 millions d’immatriculations annuelles pour la première fois, mais ce scénario a soudain pris une tournure toute différente.

Tout a commencé en mai dernier, lorsque les ventes de SUV ne progressent "que" de 6,5% alors que le marché avance de 7,9% (*). Jusqu’alors et depuis 8 ans, les SUV étaient le principal moteur de la croissance chinoise, voyant leur part de marché passer de moins de 10% en 2010 à près de 40% en 2018 alors que les berlines se démodaient – une évolution que l’on retrouve presque partout dans le monde. Le fait que les SUV progressent moins que le marché – et donc perdent de la part de marché sur l’année précédente, chose qui ne s’était pas vue depuis quelques épisodes isolés en 2012, constituait une toute petite sonnette d’alarme chez les observateurs du marché chinois dont je fais partie.

Faiblesse passagère, problèmes de livraison, les raisons de cet accroc pouvaient être multiples mais les chiffres de juin confirment cette tendance : les ventes de SUV baissent alors de 0,5%, enregistrant leur premier déclin depuis 2009, puis s’effondrent de 8,2% en Juillet. Si le mois d’août semble annoncer une trêve (-4,7%), la chute repart de plus belle en septembre (-10,1%), confirmant le fait imprévisible seulement quelques mois plus tôt que les SUV subissent un renversement aussi soudain qu’inattendu.
Comment un segment en plein essor jusqu’en mai dernier peut-il se retrouver aussi vite dans une telle situation ? Encore plus mystérieux : seules les SUV de marques Chinoises semblent souffrir, alors que les Volkswagen Tiguan, Honda CR-V et autres Nissan X-Trail continuent d’afficher des résultats flamboyants. C’est donc un mal très localisé qui touche le marché chinois, et ses raisons se révèlent être assez obscures.

Pour pouvoir analyser cette évolution très particulière, il est tout d’abord nécessaire de comprendre les tendances et segmentations actuelles du marché Chinois. Alors que les ventes de voitures dans les plus grandes villes du pays telles Pékin, Shanghai ou Guangzhou sont stables ou en baisse dû à des politiques anti-pollution de restriction de l’attribution des plaques d’immatriculation, ce sont les villes secondaires et les campagnes qui sont depuis plusieurs années à l’origine de la croissance du marché national.
Ces villes et régions moins développées sont officiellement classifiées par le gouvernement en 4 “Tiers" (échelons). Nous parlons ici des villes de troisième et quatrième échelon, dont la population est comprise entre 50 000 et 3 millions. Un vaste groupe.

Une atteinte à la ferveur d’achat de voitures neuves dans ces régions serait donc dramatique pour la croissance nationale. Moins argentés que leurs compatriotes des grandes villes cosmopolites, les habitants de ces régions tendent à favoriser les marques Chinoises, plus accessibles. Mes observations dans plus de 35 villes et régions chinoises au cours des cinq dernières années me l’ont démontré :  si à Pékin et Shanghai les marques locales peinent à atteindre 5% d’un parc saturé de Volkswagen, Audi et Mercedes, elles sont majoritaires dans les villes de moindre importance et deviennent presque monopolistiques à la campagne.

Dans ces régions, c’est une clientèle plus jeune qui s’engouffre sur le marché et qui raffole du segment à la mode : les SUV. Logiquement, ces acheteurs habitant hors des grandes métropoles optent pour des SUV Chinois bien moins chers que leurs équivalents étrangers tels les Haval H6, Baojun 510, GAC Trumpchi GS4 ou autres Geely Boyue, offrant à ces modèles des scores astronomiques allant jusqu’à 80 000 unités mensuelles pour le H6, qui se fait plutôt rare à Pékin par exemple.
Or cette catégorie de clients possède une particularité en Chine : ne disposant pas toujours de comptes établis en banque, elle utilise très fréquemment les plateformes digitales d’emprunt de particulier à particulier (P2P ou peer-to-peer). Encore peu développés en Europe, ces sites internet peuvent s’assimiler à l’Airbnb ou le Uber des prêts financiers, mettant en contact prêteurs et emprunteurs privés dans un contexte somme toute assez dérégularisé.

Légalisés par le gouvernement chinois en 2015, ces sites internet d’emprunt P2P se sont développés à grande vitesse pour atteindre plus de 8 500 compagnies qui prélèvent un pourcentage sur les transactions, mettant en contact plus de 10 millions de prêteurs privés et autant d’emprunteurs chaque mois. Revers de la médaille de cette nouvelle accessibilité de l’argent en Chine, ces plateformes se sont vite transformées en far-west de la finance, avec un nombre grandissant d’arnaques des deux côtés de la transaction : emprunteurs insolvables, prêteurs véreux et compagnies intermédiaires promettant des taux d’intérêt invraisemblables. Sous la pression d‘une multitude d’associations de consommateurs, le gouvernement s’est décidé à trancher dans le vif et a fermé près de 7 000 sites de prêt P2P au cours de quelques mois à la fin du premier semestre 2018. Il n’en reste maintenant pas plus de 2 000.

Oui mais… Shenwanhongyuan Securities, une entreprise d’analyse du marché financier Chinois, estime qu’en 2017 entre 10 à 15% des prêts automobiles étaient sécurisés grâce à ces mêmes plateformes P2P. Cela correspond à 3 à 4,5 millions de nouveaux véhicules annuels, plus de deux fois le marché français pour l’estimation haute. Par effet de cascade, cette reprise en main musclée du gouvernement a mis à l’écart des millions d’acheteurs potentiels depuis mai-juin 2018. Ces acheteurs habitent principalement dans les villes secondaires et les campagnes, et achètent plutôt des SUV Chinois. La baisse très localisée du marché est donc ainsi expliquée.

En septembre, le vent négatif s’est propagé aux berlines (-13,4%) et la situation s’aggrave. Il est possible que la baisse de 25% de la Bourse de Shanghai depuis le début de l’année ait eu un effet amplificateur, et que la guerre commerciale qui oppose la Chine aux États-Unis depuis plusieurs mois ait assombri la confiance des ménages chinois, atteignant de cette manière toutes les strates de la population. La dernière fois que le marché automobile chinois avait baissé durant trois mois consécutifs (en 2015), le gouvernement était intervenu en baissant la taxe d’achat des véhicules de 1.6L cylindrée et moins de 10% à 5%. L’effet fut spectaculaire avec trois mois d’affilée de croissance à deux chiffres et un volume 2015 en hausse. Aujourd’hui, il paraît difficile de maintenir les volumes 2018 dans une tendance haussière à moins d’une nouvelle intervention gouvernementale.
Matt Gasnier
(*) Tous les chiffres référencés dans cet article sont les ventes en gros provenant du CAAM, l’Association Chinoise des Constructeurs Automobiles

Partagez cet article :

Réactions

La fin de l'analyse semble très opportune …

En effet, il semble bien que "dans les milieux autorisés on s'autorise à penser" que la Chine prépare un train de mesures avec réduction des taxes de 10 à 5%, particulièrement pour les véhicules de moins de 1,6 de cylindrée (70 % du marché environ) afin d'endiguer la chute du marché intérieur et par delà la croissance … Tout simplement ...
ADEAIRIX, Le mardi 30 octobre 2018

Aaah les chiffres Chinois,c'est comme l'été indien on passe à l'hiver brutalement
alain boise, Le mardi 30 octobre 2018

Ah...encore un poète qui s'ignore ..
Chez BMW ils nous disent fiérots qu'ils bouffent du chinois au petits déjeuner tout crus...en prenant des parts majoritaires de sociétés chez eux. Ce serait une première, et des excentriques super riches il y en a là bas comme en occident pour se la péter en BM.
Ce qui fait rigoler chez BM c'est qu'ils sont vachement prévisibles et font toujours la même chose...voyez le super corbillard, la Q7, et au fait ce n'est que le énième face lifting..il y aura toujours un rican et maintenant un chinois pour trouver cela beau...alors que des 7 places il y a en pagaille dans le monde pour faire la même chose et pour moitié prix !!
PSA est en train de bouffer l'Amérique avec ses voitures de location à la sauce numérique et nous ne faisons pas tout un plat.

Jo Duchene, Le mardi 30 octobre 2018

Quand les chinois toussent l'Europe et l'Amérique s'enrhument ...
J'ai du mal avec la poésie docteur !!
Jo Duchene, Le mardi 30 octobre 2018

Duchene … vous en faites un "bô" de poète …!

D'ailleurs le Q7 (nième face lift ???) s'agissant de BM …
En voilà une belle ! Une belle … De licence poétique, bien sûr …
Pas ailleurs pour un "brave gars" qui caresse le dessein de s'offrir une I8 de la centrale sous l'effet d'une "bonne fortune"(selon vos écrits …) votre couplet sur les "ceusses qui se la pètent en BM" que ce soit là bas ou ici … C'est plus de la poésie c'est du grand guignol !

Sinon décidément rien à dire d'avisé sur le refroidissement …

ADEAIRIX, Le mardi 30 octobre 2018

Les gars il ne faut jamais manquer de souligner la bienveillance de notre ami Adeairix et qu’il faut prendre en exemple car il n’a pas de faiblesses sur aucun domaine.
Voyez vous je suis plein de faiblesses et contradictions... et tout en détestant BMW je suis prêt à en acheter une chez eux (d’occasion) ... consommateur non avisé que je suis.
Je mets tous les constructeurs allemands dans le même sac et je vais trois ou quatre fois dans l’année en Allemagne!
Je vais rouler sur leurs autoroutes à fond la caisse (140/170 km) avec un déplaçoir de ville hybride.
La vie doit être dure pour un perfectionniste comme Adeairix.
Essayez un petit coup de Porto de 10 ans d’âge!
Jo Duchene, Le mardi 30 octobre 2018

Par contre et pour revenir au sujet de ce qui est dit dans l’article et très bien dit et suscite mon admiration (et pas celle envers notre ami Adeairix qui perds sont temps avec ma faible personne) par son analyse de la situation de l’auto en Chine et on peut lire en complément un article sur la Tribune sur le net concernant les usines de batteries dans le monde et surtout en Chine et pour constater amèrement notre retard abyssal en Europe et notre dépendance future en la matière!
Vous allez ramer avec les autres chaud ou froid de saison ou pas !
Jo Duchene, Le mardi 30 octobre 2018

Duchene …
… C'est vrai que côté bienveillance vous produisez beaucoup !
Vos commentaires en dégoulinent tellement…
En l'occurrence pas de malveillance de ma part ….
Simplement si vous "commettez" un ptit compliment bien négatif, qu'il soit au moins approprié …. La moindre des choses, nan ?

Reprenez donc un coup de votre porto, çà va aller ...
ADEAIRIX, Le mardi 30 octobre 2018

C'est ce que disais il est le seul a être parfait...mais on le voit venir de loin !
Jo Duchene, Le mardi 30 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : pour savoir "qui fait quoi ?"
Baisse de 5,8% en septembre pour le marché des VUL neufs en Europe



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017