Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Autour de l'auto - 02/12/2019

Dans la jungle des trottinettes, des formations pour adopter les bonnes pratiques

(AFP) - Casque vissé sur la tête, regard à gauche puis à droite : Clément démarre prudemment sa trottinette électrique. Une mise en pratique immédiate de la formation qu'il vient de recevoir afin de sensibiliser les usagers à ces engins désormais inscrits dans le code de la route.

Quelques minutes avant cet exercice grandeur nature, dans le XIe arrondissement de Paris où les trottinettes électriques sont très populaires, une poignée d'élèves ont été mis au parfum des nouvelles réglementations en vigueur.
Limitation à 25 km/h, circulation interdite sur les trottoirs, port du casque recommandé : Céline Pouit, la formatrice, égrène les bonnes pratiques pour les usagers et ouvre le débat.
Parmi les élèves, si les uns vantent la "liberté" de ce nouveau mode de transport, d'autres en pointent les risques mais tous s'accordent sur la nécessité d'encadrer la pratique.
Pour Clément, utilisateur régulier, ce genre de formation l'incite "à redoubler de vigilance, notamment envers les autres acteurs de la route".
"Cela permet de se sensibiliser aux bonnes pratiques pour ensuite savoir se partager la route", déclare en souriant le jeune homme, en se rappelant une altercation récente avec un piéton.
"On essaie d'inculquer une notion importante de partage de la route. L'idée c'est d'instaurer une culture où chacun se met à la place des autres utilisateurs", explique à l'AFP Mme Pouit qui représente l'Association nationale pour la promotion de l'éducation routière (ANPER).
"Une route, c'est comme une piste de ski : il y a divers usagers avec différents engins dans le même espace. Au ski, celui qui descend doit prendre en compte celui qui est en bas et c'est pareil sur une route : on doit prendre en compte ceux qui vont moins vite, comme les piétons. Cela fait partie d'un apprentissage civique", abonde Alain Martin, directeur de la moto-école Zebra qui héberge la formation.
Ce genre d'exercice, une première à Paris, après une expérimentation à Marseille, a vocation à se développer. "L'école de conduite doit s'ouvrir à l'ensemble des mobilités", plaide M. Martin.
"Par exemple, on intégrera ce module dans les cours de code pour le permis voiture, de façon à ce que chacun puisse comprendre le comportement de l'autre", ajoute celui qui est aussi secrétaire national de la branche éducation routière du CNPA, le premier syndicat des patrons d'écoles de conduite.
  
Répression et incitations

Au-delà de ces initiatives de sensibilisation qui gagnent du terrain, un arsenal répressif s'est également mis en place.
Rouler sur un trottoir coûte désormais 135 euros au contrevenant et l'amende peut monter à 1 500 euros pour une vitesse flashée à plus de 25 km/h.
"Le cadre réglementaire est posé et il est indispensable que les usagers s'y forment pour mieux partager l'espace public", souligne David Julliard, adjoint au délégué à la sécurité routière.
"Chaque groupe d'usagers a tendance à se créer son propre code de la route. Or non, il y a une règle commune qui s'applique à tous les usagers, il est important de l'expliquer et de la comprendre", poursuit-il.
Et face au bâton de la répression, répondent également des carottes du côté des loueurs de trottinettes. Partenaire de cette formation, la société de location en libre-service Circ promet par exemple de lancer prochainement des incitations aux bonnes pratiques. Les usagers portant un casque pourront ainsi se prendre en selfie avant d'utiliser la trottinette et bénéficier d'une réduction de 25%.
Les opérateurs de trottinette en libre-service sont en effet incités à montrer patte blanche sur les questions de sécurité. La question sera centrale pour élire les trois sociétés qui auront le droit d'opérer à Paris dans l'appel d'offres de la mairie prévu d'ici la fin de l'année.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

1500 € l'excès de vitesse au dessus de 25 km/h !
Ca cogne plus qu'en Chine…
;0)
Luc Os, Le lundi 02 décembre 2019

J'imagine bien le flic en train de flasher le mec en trottinette avec son smartphone qui a bien sûr une appli avec radar intégré.
Monsieur, descendez (sic) du véhicule, papiers, hahaha, vous n'avez plus votre plaque d'immat, vous avez été contrôlé par mon Mesta ZKB12 à 108 km/h sur un trottoir de 55 cm de large où circulent 27 piétons au m², dont deux vieilles de 88 et 101 ans. Au gnouf !
Je me marre.
Bruno HAAS, Le lundi 02 décembre 2019

La jungle des trottinettes et de leur utilisation sauvage m'avaient convaincu qu'un réglementation était absolument nécessaire.
J'ai revu l'autre jour cette petite famille à 3 sur une trottinette, papa devant, maman à l'arrière et le petit de 3 ans au milieu sourire béant jusqu'aux oreilles.
Et bien je ne peux m'empêcher encore une fois en lisant cet article de penser que nous avons finalement détruit de nouveau en l'encadrant une nouvelle liberté.
Je sais ce backflip de la pensée peut paraître étonnant...voire irrésponsable mais ce n'était pas une simple trottinette qui roulait ce jour là sur la piste cyclable mais un grand bonheur qui flottait le long de la route..
Alertez les bébés !
;0))
Luc Os, Le lundi 02 décembre 2019

... C'est impresionnant cette capacité à promouvoir le libéralisme à partir d'une simple anecdote de trotinette... genre "laissez les vivre' ... c'est émouvant (snif)
;0)
ADEAIRIX, Le lundi 02 décembre 2019



digiCONTACTS permet aux concessionnaires automobiles de déployer leur propre centre d’appels
Un Franco-Libanais nommé secrétaire général de l'alliance Renault-Nissan



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017