Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 08/02/2019

Diesel en Crit’Air 1 : et pourquoi pas ?

Avec la mise en œuvre de l’homologation en conditions réelles (RDE) sur la norme Euro 6, l’intégration du Diesel dans la vignette Crit’Air 1 devrait être légitime. D’autant plus que les générations précédentes de Diesel auront été bannies des villes…

Le Monde a révélé mercredi le projet soutenu par Bercy d’intégrer des véhicules Diesel dans la vignette Crti’Air 1 qui ne retient aujourd’hui que des véhicules essence (Euro 5 et 6, soit d’après le 1er janvier 2011).
Cette mesure aurait le mérite de tenir compte de l’impact des réglementations qui ont nettement amélioré les performances des moteurs Diesel depuis la norme Euro 5. En effet, la grille actuelle de la vignette Crit’Air met dans le même sac les Diesel Euro 4, Euro 5 et Euro 6. Or, toutes ces étapes et notamment les dernières depuis Euro 6 ont nettement fait baisser les émissions de NOx et particules des véhicules Diesel. Quel intérêt de définir des normes, sinon ?

Test en conditions réelles pour tous les véhicules à partir de septembre 2019
Depuis septembre 2015 (Euro 6 b), il n’y a plus de différence entre les normes essence et Diesel sur les particules. Il en reste une sur les NOx avec des valeurs limites à 0,8 mg/km pour le Diesel et 0,6 mg/km pour l’essence. Sur le papier, l’effort de réduction des NOx pour les véhicules Diesel a été important : la limite était de 250 mg/km en Euro 4 et 180 mg/km en Euro 5.
Certes dans un passé récent ces obligations ne se sont pas toujours traduites dans la réalité et les écarts ont pu être considérables entre les résultats en laboratoire et sur la route. Cette anomalie a été corrigée avec la mise en œuvre d’une nouvelle règlementation dite RDE (pour "real drive emission") avec des tests en conditions réelles : obligatoires pour les nouveaux types depuis septembre 2017, il le seront à tous les types en septembre 2019.
Dans un premier temps, les constructeurs bénéficient d’une tolérance entre le résultat en laboratoire et celui en conditions réelles. Appelée "facteur de conformité", cette tolérance autorise un niveau de NOx en condition réelle 2,1 fois supérieur à la norme jusqu’en janvier 2021 pour tous les types (janvier 2020 pour les nouveaux types). 
Avant la décision du Tribunal de l'Union européenne qui a remis en cause cette tolérance, il était prévu qu’elle soit supprimée progressivement, tout en acceptant "une marge d’erreur" pour tenir compte des variations des conditions climatiques et de la précision du matériel de test. En janvier 2021, la marge d’erreur acceptée avait été fixée à 0,43.

L'enjeu : la vente de véhicules Diesel après 2024
On comprend que les constructeurs qui ont réalisé les investissements pour se conformer à ces exigences s’inquiètent de l’impossibilité de les rentabiliser quand se mettrons en place les ZFE ("zones à faibles émissions"). Chef de file dans ce domaine, la mairie de Paris a prévu de restreindre l’accès à la capitale aux seules vignettes Crit’Air 1 à partir de 2024. Le Grand Paris lui a emboité le pas avec un calendrier similaire et il y a de grandes chances que cette référence soit généralisée dans de nombreuses villes et agglomération de plus de 100 000 habitants qui auront bientôt l’obligation de mettre en place des ZFE.
Face à ce risque, la PFA a porté lors du dernier comité stratégique de filière qui s’est tenu à Bercy en décembre, cette demande d’intégrer les Diesel récents dans la vignette Crti’Air 1. Une proposition soutenue par le CNPA, nous a dit Xavier Horent, son délégué général : "Le CNPA, qui soutient cette mesure, pense qu'il est temps d'avoir une communication claire, simple, prévisible et stable pour l'automobiliste, comme pour les acteurs économiques. La transition écologique doit s'appuyer sur des mesures irréversibles, mais avec un calendrier progressif et réaliste par rapport aux enjeux industriels, économiques et sociaux. Le procès du Diesel a été et reste encore excessif et à sens unique alors qu'il a sa place parmi toutes les technologies existantes pour améliorer la qualité de l'air et répondre aux impératifs sanitaires qui sont également fondamentaux", explique Xavier Horent.

Bercy est pour, l'environnment est contre
L’éventail des réactions qui se sont succédées depuis mercredi montre que le sujet est loin d’être serein et de prendre en compte les progrès de la règlementation par ceux-là même qui les ont poussés. "Mettre les Diesels, même récents sur le même plan que les essences et les hybrides, ce serait un recul écologique et sanitaire. Car on sait très bien qu’ils rejettent jusqu’à dix fois plus d’oxydes d’azote en conditions de conduite réelle que les normes ne les y autorisent", a dit l’adjoint aux transports à la mairie de Paris, Christophe Nadjowski, cité par le Monde.

Citée par l’AFP, la secrétaire d'État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a été catégorique : "Le ministère de l'Ecologie est contre, ça n'aura pas lieu". "Ce n'est pas une décision industrielle, c'est une décision pour savoir ce qui est bon pour la santé des gens, ce qui est bon pour la transition écologique", a-t-elle estimé.
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie a plaidé pour une analyse rigoureuse : "La vignette Crit'Air 1, elle définit un certain nombre de critères, de rejet de particules fines ou de dioxines dans l'atmosphère qui sont des critères stricts. Les véhicules qui respectent rigoureusement, strictement, à 100% ces conditions-là, doivent pouvoir bénéficier de la vignette".
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Il faut bien sûr classer en fonction des normes et non des technologies.
Je redis que ce système CritAir est mal né et surtout à l'envers, car les khmers verts voulaient que les VE soient CritAir 0.
Que va-t-on inventer à la prochaine norme pour les thermiques ?
La vignette CritAir 0,5 ??
;0)
Lucos, Le vendredi 08 février 2019

On ne peut plus laisser les normes aux mains des écolos et politiques.
Seule l’academie Des sciences doit rendre ses verdicts...j’imagine la tête d’Hidalgo en lisant l’article
alain boise, Le vendredi 08 février 2019

Euh ?
Les catalyseurs SCR, le Add-blue rajoutés sur les dernières technologies ne seraiant-ils pas une raison pour changer la cotation pour les diesels sur les vignettes Crit'Air ?
Nox réduits avec cette technologie ajouté au filtre à particules, diesel meilleur que l'essence pour les rejets polluants ?
Je sens que je vais me faire des tas de copains…
;-)
clerion, Le vendredi 08 février 2019

Un des rares états européens (sinon le seul) à avoir mis en place un système que je qualifierai d'intelligent est l'Autriche. La vignette fait mention du niveau d'homologation €6, €7 etc...
Au moins la question du Crit'air 0,5 est réglée et cela se conforme à la règlementation. Et au moins si tous les états faisaient la même chose, il n'y aurait pas besoin de la faire la collection d'autocollants sur le pare-brise pour ceux qui voyagent...
Frederic, Le vendredi 08 février 2019

L'attribution des Crit'Air a dès le début était mal goupillée (critère carburant et norme Euro comme seuls éléments), du coup un Hybride rechargeable essence de 40 g/km se retrouve estampillé de la même vignette Crit'Air 1 qu'une super-sportive de 370 g/km !
Pas très sérieux et pas très vertueux.
Franck, Le vendredi 08 février 2019

En parlant d'Ad Blue je suis étonné que personne ne voit le nouveau scandale des prix ?
Bidon de 5 l chez Total = 19,50 € soit 3,90 € le litre.
Le litre à la pompe de chez Intermarché = 0,33 €.
Seulement 12 fois moins cher...
Etonnant non ?
;0)
Lucos, Le vendredi 08 février 2019

Reportage sur la même thématique hier soir dans le journal de France 2.
38000 emplois seraient plus ou moins directement concernés par le diesel en France (je n'ai pas pris le soin de vérifier l'info mais je fais confiance aux journalistes).
A bon entendeur…
clerion, Le vendredi 08 février 2019

Effectivement ce chiffre réapparait souvent … La "PFA" elle même l'a utilisé me semble -t-il … 38 000 à 45 000 emplois directement menacés par la Dé Diéselisation cela apparaît "peu" et beaucoup à la fois …
Il doit bien y avoir quelque part un tableau xls qui massifie cette "volum2trie (?)

Quant aux déclarations ministérielles …Cà ressemble à du Feydeau,
du Labiche ou du Courteline … On est loin du 4.0 quelque chose !
Mais "vieux motard que jamais" !
ADEAIRIX , Le vendredi 08 février 2019

Et Kriter 5, peut-il naviguer sur la Seine à Paris ?
;0)
Lucos, Le vendredi 08 février 2019

Alerte ! Alerte !

Cousin Hub est en PLS !! :)
Porte Nawak, Le vendredi 08 février 2019

MDR...
;0)
Lucos, Le vendredi 08 février 2019

Kriter 5 à Paris....stupide et hors sujet
alain boise, Le samedi 09 février 2019



Le petit SUV électrique de Renault à la conquête du marché chinois
Changement dans l’organigramme de Kia Motors Australie



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017